Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.


de : Patrice leclerc
dimanche 4 décembre 2005 - 22h31 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 49.3 ko

de Patrice Leclerc

Le 29 mai 2005, une large majorité des citoyennes et citoyens de notre pays a dit Non au projet de Constitution européenne. Loin d’être un rejet de l’idée de la construction européenne, ce vote a témoigné du refus croissant des politiques néo-libérales qui sévissent depuis plus de vingt ans. Ce mouvement n’est pas propre à la France, il s’exprime aussi, sous des formes diverses dans d’autres pays de l’Union Européenne et dans d’autres continents.

La victoire du Non a révélé des potentialités de mobilisation et soulevé un espoir à la mesure du formidable engagement citoyen qui a permis la victoire. La démonstration a été faite qu’un rassemblement populaire majoritaire était possible pour s’opposer au libéralisme, au moins sur un objectif précis. Toutes celles et tous ceux - organisations politiques, syndicales, associatives, mouvements sociaux, citoyennes et citoyens - qui ont contribué à cette victoire ont la responsabilité de proposer des perspectives ambitieuses.

La mobilisation unitaire, populaire, citoyenne, dans le cadre des collectifs a été un vecteur essentiel de la victoire. L’unité des forces anti-libérales, le “ mélange ” dans l’action de personnes sans appartenances organisationnelles, de militants associatifs, syndicaux et politiques, l’articulation entre questions sociales et politiques, ont été les leviers de cette dynamique. Les collectifs unitaires continuent dans le même esprit et dans la même dynamique :
 pour construire des mobilisations concrètes de résistance aux politiques libérales,
 pour produire des réflexions et des propositions pour une alternative en France et en Europe.
 pour développer des solidarités avec les luttes contre les politiques libérales qui se développent dans le monde entier.

Les pouvoirs en place ne tiennent aucun compte de la volonté populaire exprimée. Le gouvernement poursuit et aggrave la politique de démantèlement social de son prédécesseur. Dans le même temps, il multiplie les mesures en faveur des entreprises et des riches qui favorisent l’accumulation des richesses par un petit nombre au prix du recul de la situation du plus grand nombre.

L’explosion des quartiers populaires est un puissant révélateur des dégâts des politiques libérales et de la crise sociale dans laquelle sont plongés des pans entiers des populations et des territoires depuis plus de deux décennies : chômage, précarité, exclusion, discriminations, racisme, vexations, etc. La politique gouvernementale, les provocations du Ministre de l’Intérieur, ainsi que sa vision communautariste, ont attisé les exaspérations. Devant ce constat de faillite, le gouvernement tente de contourner la question sociale par une rhétorique ultra-sécuritaire et anti-immigrée. Alors que c’est l’urgence sociale qu’il faut décréter, il décrète l’état d’urgence dont nous demandons la levée.

Leur politique organise partout l’insécurité. L’attitude méprisante à l’égard des populations des quartiers populaires frappe aussi les lycéens en lutte traînés en justice, les salariés en grève réprimés par la force, les chômeurs radiés de l’indemnisation, les immigré/e/s stigmatisés, etc. Chirac, Villepin, Sarkozy, ne règlent pas les problèmes, ils les amplifient !

En Europe, les projets libéraux se poursuivent également : directive “ services ” (Bolkestein), directive “ temps de travail ”, règlement “ transports urbains ”, règlement Reach sur les produits chimiques, le projet de loi 1206 DADYSI adaptation au droit français de la directive européenne EUCD, etc. Au niveau international, un nouveau cycle de libéralisation est en discussion dans la perspective de la Conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), en décembre à Hong Kong qui veut accélérer le libre-échange.

Nos concitoyennes et concitoyens n’ont pas changé d’avis depuis le 29 mai. Les sondages attestent toujours de leur rejet majoritaire du libéralisme (et même du capitalisme et des actionnaires !). Durant l’été, des luttes sont venues illustrer les logiques que nous avions dénoncées : ouvriers polonais des chantiers navals de Saint Nazaire ou saisonniers marocains du Sud Est victimes avant l’heure de la philosophie “ Bolkestein ” ; mais aussi salariés de Nestlé arrachant des perspectives de redémarrage de leur entreprise. Depuis la rentrée, de nombreuses luttes se développent. La mobilisation interprofessionnelle du 4 octobre a témoigné de cette combativité. Les grèves reconductibles à la SNCM et à la RTM à Marseille ont montré une forte détermination. La manifestation du 19 novembre pour la promotion des services publics a été un succès. Des mobilisations pour les droits démocratiques, l’égalité, la dignité de tou/te/s sont appelées à se développer.

Mais ces luttes buttent sur l’offensive patronale et gouvernementale. Il faut remonter loin en arrière pour trouver un gouvernement qui soit à ce point le bras armé des intérêts capitalistes. Par ce fait, la question sociale et la question politique se trouvent étroitement imbriquées. Il faut aujourd’hui faire converger les luttes sociales et citoyennes pour créer les rapports de forces nécessaires face à ce gouvernement. Ces luttes seront d’autant plus efficaces qu’elles pourront s’appuyer sur des propositions alternatives en rupture avec les politiques libérales et leur accompagnement social-libéral.

Les collectifs unitaires peuvent contribuer à relever ce défi, aider à faire barrage aux attaques du gouvernement et du patronat, contribuer à préparer ensemble (partis politiques et mouvement social) une alternative au libéralisme en termes de contenu, dans le respect du rôle et de l’autonomie de chacun. Nous devons travailler à relancer la même dynamique unitaire et populaire, même si c’est moins facile que lors de la campagne référendaire, mais cette fois-ci sur les résistances et sur les alternatives.

Contribuer aux résistances locales et y faire émerger les exigences d’alternatives.

Localement, le démantèlement de services publics, les délocalisations d’entreprises, les licenciements boursiers, le dumping social, se développent, suscitant des luttes diverses.

Nous devons saisir les occasions de ces mobilisations locales pour intervenir. Il ne s’agit pas de se substituer aux structures habilitées pour mener la lutte mais d’aller au-delà de la solidarité, en menant la “ bataille de l’opinion ”, en apportant des explications établissant les responsabilités des politiques libérales globales, en faisant émerger à cette occasion les aspirations et exigences concrètes pour l’emploi, les services publics, pour nos droits fondamentaux, humains, économiques, sociaux, écologiques, culturels, etc.

Nous pourrons ainsi renforcer l’enracinement populaire des collectifs. Nous pourrons ainsi nourrir la réflexion pour une alternative des exigences exprimées à l’occasion des mobilisations. Nous devons aussi populariser et soutenir les luttes de portée nationale pour éviter leur isolement.

Faire respecter le vote du 29 mai : obtenir le retrait de la directive “ Bolkestein ”, faire progresser l’exigence d’une autre Europe,.

En Europe, la lutte pour le rejet du TCE doit se poursuivre. Libéraux et socio-libéraux veulent en effet le remettre à l’ordre du jour en 2007. Dans le même temps le vote du 29 mai appelle à la remise en cause de tous les traités dans la perspective d’une refondation démocratique, sociale et écologique de la construction européenne, pour la laïcité, contre toutes les formes de discrimination, pour l’égalité hommes/femmes, contre l’Europe forteresse.

Le projet de directive Bolkestein est débattu au Parlement européen démentant ainsi les affirmations de ceux qui avaient annoncé son enterrement au printemps. Cette directive de libéralisation des services est une illustration spectaculaire de la logique libérale qui prévaut dans la construction européenne puisqu’elle vise à attaquer les acquis sociaux par l’intensification de la mise en concurrence des travailleurs des différents pays de l’Union européenne et qu’elle menace également les services publics.

Nous devons développer notre campagne, avec la même ambition et les mêmes méthodes que lors de la campagne référendaire et avec le même objectif : gagner, obtenir le retrait de cette directive. C’est possible, car cette directive relève de la co-décision (Parlement et Conseil européens). Il s’agit s’articuler mobilisation nationale et mobilisation européenne. Au niveau national, la carte-pétition doit devenir un instrument pour resensibiliser l’opinion publique sur ce sujet. Au-delà, il faut impulser des initiatives politiques permettant de peser sur le gouvernement afin que La France s’oppose résolument à ce projet de directive. C’est aussi l’occasion de faire le lien “ Bolkestein - dumping social - services publics ” et d’illustrer l’opposition entre l’Europe sociale que nous voulons et l’Europe libérale qu’ils construisent.

Au niveau européen, le vote au Parlement prévu soit à la mi janvier ou à la mi février constitue une échéance incontournable. Il faut construire à cette occasion une mobilisation de masse qui permette d’enclencher une dynamique européenne. C’est pourquoi, nous appelons à une grande manifestation unitaire à Strasbourg le samedi précédent le vote.

Le FSE d’Athènes sera un moment important de convergence de l’ensemble des forces qui s’opposent aux politiques néolibérales. Dans cette perspective, les collectifs s’engagent à relayer les différentes initiatives et mobilisations telles que la pétition européenne ou la Charte des principes pour une autre Europe et celles des différents réseaux européens (Marches européennes contre le chômage, Attac-Europe, organisations syndicales, collectifs féministes...).

Organiser partout des Forums unitaires pour l’alternative.

Les libéraux n’ont pas réussi à susciter une adhésion à leur “ modèle ” de société. Mais les expériences du passé ont semé le doute sur la possibilité d’une alternative. Nous devons bâtir un ensemble de propositions en rupture avec les politiques libérales et qui illustrent concrètement et de manière crédible l’alternative que nous proposons.

Déjà, plusieurs collectifs unitaires ont tenu de tels forums pour débattre et élaborer leurs propositions : pour assurer la justice sociale et l’égalité entre les hommes et les femmes, pour promouvoir les services publics, pour refonder la démocratie, pour établir de nouveaux rapports avec la nature, pour interroger notre mode de développement, pour construire une autre Europe, pour construire des rapports d’égalité avec les pays du Sud, pour promouvoir une politique de paix dans le monde, etc.

Ces forums s’adressent à toutes celles et à tous ceux qui veulent combattre les politiques libérales et qui sont en recherche d’alternatives. Il faut construire une dynamique autour d’objectifs de rupture avec les politiques libérales et un mouvement populaire qui s’en empare. Les collectifs du 29 mai peuvent en être le cadre naturel comme ferment d’unité, d’élaboration plurielle, associant des forces politiques, syndicales, associatives, citoyennes. Cette démarche pourra s’appuyer sur l’ouverture de cahiers d’exigences.

L’assemblée des représentants des collectifs unitaires appelle à organiser partout et à tous les niveaux (local, départemental, régional) ces forums unitaires pour l’alternative et à tenir des Assises nationales pour l’Alternative en Avril 2006, à la fois lieu de convergence des débats des forums décentralisés et de contribution aux réflexions du Forum Social Européen d’Athènes.

L’ambition est que soit également adoptée à ces Assises une “ Charte antlibérale des collectifs du 29 mai ”. Pour lancer ce processus, la réunion nationale des collectifs mandate le CN du 29 mai pour élaborer en janvier une base de travail proposant des thèmes, une série de propositions et ouvrant des pistes de réflexion. Ce document servira de base de discussion aux forums locaux et régionaux. En février, une commission réunissant le CN du 29 mai et des représentants des collectifs porteurs des débats locaux sera chargé d’une élaboration intermédiaire à partir de la compilation des propositions des collectifs et des organisations. Cette synthèse sera renvoyée de nouveau aux collectifs pour préparer la charte finale qui sera soumise à adoption en avril.

Nous ne pouvons nous résoudre à l’absence d’alternative aux politiques néo-libérales ou social-libérales. Pour restaurer l’espoir de la transformation sociale, il faut, en s’appuyant sur les acquis de la campagne du NON, construire, par delà les luttes immédiates et les campagnes de mobilisation, des alternatives qui permettent que les droits des êtres humains l’emportent sur le droit de la concurrence et la logique du profit. Dans ce cadre, les échéances électorales de 2007 et 2008 seront un moment incontournable pour que cette alternative s’exprime. Fidèles à leur démarche de rassemblement et d’unité, les collectifs du 29 mai y prendront toute leur part.

annexe

S’organiser pour agir

Les collectifs locaux, dont l’autonomie est réaffirmée, développeront des formes de coopération départementales et/ou régionales pour construire des initiatives de mobilisation et des forums unitaires pour l’alternative. La coopération entre le collectif national et les collectifs locaux pour l’élaboration de la Charte permettra de progresser dans une structuration souple. Le site internet www.collectifdu29mai.org permettra l’échange d’information et l’interactivité entre les collectifs.

le texte de la pétition sur http://www.patrice-leclerc.org/

les photos de la réunions sur http://www.phototheque.org/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.
5 décembre 2005 - 08h23

bravo pour cet article. Il me semble que nous avons besoin d’un leader pour organiser et unifier les luttes... Une large majorité des français en a marre des politiques libérales. ORGANISONS-NOUS !!
Marion



> Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.
5 décembre 2005 - 08h54

la directive bolk...s’incruste en loucedé : (source lemonde.fr)

4 euros de l’heure !

Cinq personnes ont été mises en examen pour avoir employé depuis le début de l’année une trentaine d’ouvriers polonais, payés 4 euros de l’heure sur des chantiers de construction, a-t-on appris, samedi 3 décembre, auprès du parquet de Marseille.
Agé d’environ 35 ans et exerçant son activité sous une fausse identité, un des deux cogérants d’une société basée à Marseille, mais de droit britannique, a été placé sous mandat de dépôt vendredi. L’autre cogérant et trois de leurs proches ont été placés sous contrôle judiciaire. Tous sont poursuivis pour "travail dissimulé, abus de biens sociaux et conditions d’hébergement incompatible avec la dignité humaine".Les ouvriers polonais étaient recrutés via une société au "montage compliqué pour éviter qu’on s’intéresse à elle", a précisé la même source. Ils étaient payés 4 euros de l’heure, ce qui permettait à la société de passer "des marchés 30 % en-dessous des tarifs habituellement pratiqués".
De surcroît, selon le quotidien régional La Provence qui a révélé l’affaire samedi, les ouvriers étaient logés dans des conditions rudimentaires sur les chantiers.
L’enquête de la brigade financière de la police judiciaire de Marseille, ouverte à la suite d’une plainte déposée par un des chefs d’équipe, a abouti à l’arrestation des cinq personnes jeudi dernier

Avec l’application de la Directive : plus de mise en examen et la justice sera démunie !!

ARLEQUIN



UNITE MAINTENANT !
5 décembre 2005 - 14h20

Bref, LO-LCR-PCF : tout le monde attend sagement la défaite en ordre dispersé en 2007. Glorieux.

* N’attendons pas 2007 pour virer chirac et le gouvernement capitaliste et raciste !
* Tout le pouvoir au peuple !
* Démocratie directe !



> UNITE MAINTENANT !
5 décembre 2005 - 22h26 - Posté par

Boudi, toi au moins tu n’es pas à attendre sagement. Tu la prépares activement la défaite. Enfin, là, c’est du cinoche bcbg, mais faudrait changer la bande parfois.
helge


> Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.
5 décembre 2005 - 15h30

On ne peut qu’approuver l’analyse et les suggestions de Patrice Leclerc qui appelle à l’unité anti-libérale.
Mais alors, que penser des comptes-rendus des médias ce lundi 5 décembre à propos de cette Rencontre Nationale des Collectifs du 3 et 4 décembre ?
Je cite le titre de l’article de Libération (n° du 5/12/2005, p. 12) : "Pas de candidat unique pour les collectifs du non", suivi du sous-titre : "Les voeux de la base pour 2007 n’ont pas été entendus, à la satisfaction des partis."
Même tonalité ce matin sur France Inter. Vous me direz, les infos des médias officiels... d’accord ! Mais je ne vois guère plus de précisions sur le site www.collectifdu29mai.org
Alors, que croire, que penser ?
J’ai pour ma part adressé copie à tous les intéressés de mes deux derniers articles sur ce sujet (Pour un nouveau Front populaire et A. Montebourg et le nouveau Front populaire.)
Une seule réaction (de l’entourage d’A. Montebourg), rien du PC ou de la LCR.
Le yéti



> Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.
5 décembre 2005 - 23h29

une idée, une détermination, chapeau ...
SOURIRE. YETI, arretez de lire LIBE.. SERGE july, on le connait depuis 68 et il n’est pas comme le bon vin.. Il ne se bonéfie pas..

Nicole



> Déclaration de la Rencontre Nationale des Collectifs des 3 et 4 Décembre 2005.
6 décembre 2005 - 14h33

Je trouve que l’article utilise un peu trop le terme "alternative(s)", dans le sens où un projet européen autre que celui que nous impose la commission et le conseil actuels ne pourrait s’imaginer qu’en "réaction" à la logique néo-libérale à l’oeuvre.

Je vois un danger dans cette approche, puisque je considère que la réflexion sur la construction européenne doit se passer des références au néo-libéralisme, et s’appuyer uniquement sur des valeurs universelles qui sont d’un tout autre niveau que le "Baroso code". Autrement dit, ne pas se contenter d’être un projet défensif en opposition, mais un projet offensif, sur ses principes propres.

Il ne faut pas se laisser enfermer bêtement par tous les collaborateurs du nouvel ordre mondial qui, pour la plupart d’entre eux, ne maîtrisent absolument rien de l’évolution qu’ils croient être la seule possible. Ainsi, nous ne devrions jamais accepter de répondre sur le fameux "plan B" et ce pour deux raisons majeures :
 cette hypothèse a été formulée par Giscard d’Estaing, pas par les tenants du non. Le "plan B" est une création de ceux qui ont écrit le texte que nous avons rejetté. Il était prévu dés l’origine, et il est d’ailleurs à l’oeuvre : certains peuples se sont prononcés contre le projet, mais on n’en tient pas compte et on accélère au contraire l’avancée du libéralisme hystérique en Europe.
 les tenants du non peuvent se passer d’un "plan B" puisque pour l’essentiel leur projet est en fait un "plan A" qui reste fidèle au rêve européen initial dans sa composante "romantique" (notamment la fin de la guerre sur le continent).

Donc, ne cherchons pas une "alternative" au libéralisme. Si nous attendons que les libéraux nous imposent des décisions pour inventer des parades, nous ne ferons que perdre bataille sur bataille. Il me semble qu’il faut désormais se radicaliser et définir des positions qui visent à respecter les principes essentiels de démocratie, d’égalité et de répartition des richesses.

La résistance actuelle, notamment celle des "maquis" des associations, peut apporter sa contribution à un combat d’une telle ampleur, mais ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un véritable "D-Day" anti-libéral.






Pierre Perret à 85 ans, au meilleur de sa forme, nous chante "les cons finis" (vidéo et paroles)
dimanche 12 - 15h07
de : nazairien
VENEZUELA : le Parlement Européen dans les bottes de l’impérialisme.
dimanche 12 - 14h44
de : joclaude
Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
4 commentaires
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
1 commentaire
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
2 commentaires
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
3 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite