Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’armée israélienne règne en maître dans les hôpitaux aussi
de : Amira Hass
dimanche 11 décembre 2005 - 15h55 - Signaler aux modérateurs

Amira Hass

Haaretz, 7 décembre 2005

www.haaretz.co.il/hasite/pag...

Version anglaise : The IDF rules in the hospitals, too - www.haaretz.com/hasen/spages...

Ainsi donc l’armée de défense d’Israël est également maîtresse souveraine dans les hôpitaux et pas seulement en Cisjordanie. L’avis d’un MP de 19 ans et d’un officier de la police militaire quant aux conditions de garde d’une personne hospitalisée prime sur celui du directeur de l’hôpital. Un jeune Palestinien de 14 ans, blessé par des tirs de l’armée de défense d’Israël et emmené à l’hôpital des enfants Schneider pour y être opéré et hospitalisé, a été maintenu pieds et mains liés en dépit du fait que deux MP le surveillaient et qu’il était de toute façon dans l’incapacité de marcher. La demande pressante et professionnelle du directeur en exercice de l’hôpital, que le blessé qui avait subi deux jours plus tôt une intervention à la jambe, soit libéré de ses entraves, a essuyé un refus.

Le règlement de 1999 du Ministère de la Santé établit bien que « la responsabilité d’entraver un patient placé en détention incombe à l’autorité d’application de la loi qui a la garde du patient... Dans toute situation où les entraves pourraient, dans l’opinion du médecin soignant, porter préjudice aux soins médicaux ou s’il n’en voit pas la nécessité, il revient au médecin d’exiger des responsables de la sécurité de détacher le patient... En cas de désaccord,... il y a lieu de s’en remettre au « forum décisionnel » (un représentant de l’hôpital et un responsable de la sécurité) ».

Mais il est revenu de diverses sources qu’au Ministère de la Santé, on s’applique depuis un moment à modifier ce règlement afin que l’évaluation médicale/professionnelle et le bon sens l’emporte sur la tendance des « autorités d’application de la loi » à entraver des personnes hospitalisées sans se soucier de la position des médecins. Il semble que le harcèlement incessant de l’association des Médecins pour les Droits de l’Homme et autres associations contre le recours trop prompt aux menottes et contre la peur des médecins d’intervenir dans l’appréciation du policier ou du soldat, donnent des résultats. Comme l’a écrit le Dr Yitzhak Kedman, du Conseil National de l’Enfance, au Dr Yitzhak Berlovitz, directeur adjoint au Ministère de la Santé, en réaction à l’information donnée par Haaretz sur le jeune garçon menotté : « Nous avions en son temps échangé une correspondance à propos d’un cas semblable et vous m’aviez fait clairement savoir votre opposition au fait de mettre des menottes à un mineur d’âge hospitalisé, certainement lorsqu’il y a d’autres moyens de garantir qu’il ne prenne pas la fuite... »

La logique militaire en jeu dans le recours aux menottes ressort de la réponse donnée à Haaretz par le porte-parole de l’armée de défense d’Israël : mercredi passé, l’adolescent « a été vu en compagnie de deux autres adolescents... Ils avaient l’intention de lancer des cocktails Molotov en direction de véhicules israéliens ». Des soldats ont poursuivi les jeunes garçons. « Au cours de la poursuite, l’adolescent dont il est question a tenté de lancer un cocktail Molotov sur un soldat de l’armée de défense d’Israël. On a ouvert le feu en visant la partie inférieure du corps et il a été blessé... Son statut (à l’hôpital) est celui d’un détenu normal ».

Comme on sait, l’armée de défense d’Israël se place également au-dessus de tout standard juridique. Le porte-parole de l’armée de défense d’Israël formule ses réponses (qui sont la version des soldats et des commandants) comme s’il n’avait jamais appris qu’aux termes de la loi, « un individu est innocent tant que sa culpabilité n’a pas été démontrée ». Il n’ajoute même pas dans ses réponses la formule de précaution : « apparemment ». De son côté, l’adolescent a vigoureusement contesté le verdict du porte-parole de l’armée de défense d’Israël et a dit qu’il était en train d’aider son père à livrer une bonbonne de gaz chez un habitant de son village, Maadma. La réponse du porte-parole de l’armée de défense d’Israël reflète le rapport réel à tout détenu palestinien, même quand il a 14 ans : il est coupable tant qu’il n’est pas démontré qu’il en est autrement. Et il est très difficile de démontrer qu’il en est autrement.

Le parcours imposé à ce même adolescent était connu d’avance : après trois jours et demi d’hôpital, il a été transféré, dimanche, au centre médical des services pénitentiaires. L’establishment juridico-militaire maintient automatiquement en détention tout Palestinien suspect « jusqu’à la fin de la procédure ». C’est le sort également des enfants suspectés de jets de pierres et de cocktails Molotov, et pas seulement des meurtriers présumés. Si un avocat souhaite qu’ait lieu un jugement loyal, convoquer des témoins, mener un contre-interrogatoire des soldats, recouper des témoignages, trouver des contradictions, la période de détention jusqu’à « la fin de la procédure » est susceptible d’être plus longue que la peine d’emprisonnement qui sera appliquée au mineur. La pression du système sur l’avocat et le détenu, en particulier quand il s’agit d’un mineur et en particulier quand il est blessé, en vue d’arriver à une transaction (autrement dit à des aveux), est énorme. Et dans la justice militaire elle-même, l’armée de défense d’Israël, qui a blessé l’adolescent, est à la fois le plaignant, le témoin et le juge. Quant au jury, invisible, c’est le public israélien qui ne se fait aucune réflexion ni ne formule d’objection sur la qualité de l’institution militaire juridique dans les Territoires occupés.

Mais cette fois, quelque chose a capoté dans le parcours standard. Le père du blessé a rapporté à une militante de Machsom Watch l’histoire de son fils blessé et transféré dans un hôpital en Israël - sans qu’il fût accompagné d’un adulte proche, alors même qu’il ne connaît pas un mot d’hébreu ; la militante a averti l’association des Médecins dont un des membres, le professeur Zvi Bentwich, a informé le directeur de l’hôpital de la situation de ce patient menotté ; des militants de l’association des Médecins des Droits de l’Homme et de Machsom Watch ont rendu visite au jeune patient (passant outre à l’opposition des MP) et veillé à obtenir un permis de sortie pour son oncle. Un avocat de l’association des Médecins est immédiatement entré lui aussi dans la danse. Et voilà que cet adolescent, dangereux au point qu’il fallait le menotter en dépit de son état, cet adolescent qui aurait tenté de porter atteinte à des soldats, a été libéré lundi soir. Et a pu rentrer chez lui.

(Traduction de l’hébreu : Michel Ghys)



Imprimer cet article





Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
1 commentaire
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
1 commentaire
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite