Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Une gauche empreinte de pragmatisme et de radicalité reste à inventer


de : Philippe CORCUFF
lundi 23 janvier 2006 - 04h02 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 32.5 ko

Eclosion de la mélancolie en politique

de Philippe CORCUFF

« Et nous voici de nouveau dans le désert. Mais je ne veux pas croire qu’il ne se passera plus jamais rien. Que les citoyens n’exerceront plus leur pouvoir qu’en mettant un bulletin dans l’urne pour désigner comme souverain (à leur place) un monsieur qui a une bonne tête à la télévision. »

La tonalité mélancolique de cet « Eloge de la politique » par Roger Vailland en 1964 revêt une actualité particulière. Le processus de professionnalisation politique et de présidentialisation s’est accusé, élargissant l’écart entre les jeux politiciens et les citoyens.

Et puis de multiples désenchantements sont venus nourrir la mélancolie du côté gauche de la politique : désenchantement à l’égard des expériences dites « communistes » (transformées en totalitarismes), désenchantement à l’égard du PS (enlisé dans le social-libéralisme), déception à l’égard du gauchisme soixante-huitard (reconverti dans l’establishment ou replié dans des groupuscules dogmatiques) ou à l’égard des Verts (« la politique autrement » s’étant métamorphosée en politique politicienne comme les autres).

Face à cette mélancolie, l’inconscient médiatique, en quête des miroitements du « neuf », participe au lancement de produits de substitution. Version nostalgique de ces marchandises en toc : « la Mitterrandomania », qui exhume un politicien manipulateur ayant contribué à la paralysie marchande de la gauche. Version modernisée : on promeut une simple image appelée « Ségolène Royal ».

Mais le produit le plus vendeur semble être le « Nicolas Sarkozy ». Un coup marketing : des phrases chocs qui augmentent le niveau de démagogie du discours politique, des gesticulations immédiatement médiatisables remplaçant l’action, une face people avec le « ça s’en va et ça revient » de Cécilia... Un bouffon pour nous distraire en ces temps mélancoliques ! Et la pointe avancée du carriérisme et du cynisme tranquilles en politique. Les analogies entre le politicien professionnel type Sarkozy et la bourgeoisie croquée par Marx sont saisissantes : « Frissons sacrés et pieuses ferveurs, enthousiasme chevaleresque, mélancolie béotienne, elle a noyé tout cela dans l’eau glaciale du calcul égoïste. » A côté de cette évolution desséchante, l’éthique libertaire incarnée par Olivier Besancenot, qui continue d’exercer son métier de facteur malgré ses responsabilités politiques, apparaît rafraîchissante.

Alors Sarkozy : un quasi-« fasciste » ? Plutôt un démagogue proche de la version sécuritaire du social-libéralisme de Tony Blair. Ceux qui participent, pour des raisons diverses (besoins militants d’ajouter un ersatz de dramatisation dans le vide ambiant ou intérêts électoraux), à diaboliser Sarkozy en clone de Le Pen nous préparent une valorisation a contrario de produits plus lisses comme Dominique de Villepin, François Bayrou ou Ségolène Royal. Et face à ce qui aura été dépeint comme le pire, comment « le peuple de gauche » pourra-t-il résister au « vote utile » pour le candidat PS dès le premier tour ? Pourtant, on a déjà donné avec les « de Gaulle fasciste », « Pompidou fasciste », « Giscard fasciste »...Privatisations, inégalités, précarisation, chômage, affaiblissement de l’Etat social, promesses non tenues d’« intégration », réduction de l’Europe à un espace commercial, etc. : le social-libéralisme de gauche et le libéralisme social de droite ont, avec des petites différences, conduit alternativement aux dégradations actuelles. Sans avoir eu besoin d’un ultralibéralisme à la Thatcher-Reagan, agité comme un épouvantail électoral par le PS.

Les médias, dans leur course-poursuite après un « nouveau » vite défraîchi, ont leur part de responsabilité dans la situation. Mais pas à la manière du « grand complot néolibéral » supposé réunir capitalistes-politiciens-intellectuels-journalistes, qui fait tellement frétiller de manichéisme quelques critiques simplistes des médias et leurs lecteurs. Notre mélancolie déboussolée semble avoir autant besoin de « héros d’un jour » que de boucs émissaires. Cependant, pour stimuler les résistances face aux dérives propres aux médias et au poids grandissant des logiques économiques, mieux vaudrait prendre davantage au sérieux les idéaux qui ont été inscrits historiquement dans le métier de journaliste. Le digne refus de l’étranglement de leur indépendance, sous les coups de butoir conjugués de l’homme d’affaires Bruno Rousset et du maire PS de Lyon, Gérard Collomb, par les journalistes de l’hebdomadaire Lyon Capitale en constitue un exemple.

À l’écart, la gauche radicale émergente, qui a marqué des points avec le succès du « non de gauche » à la Constitution européenne, pourrait nous aider à sortir de la mélancolie politique par l’invention d’une nouvelle politique mélancolique. Une politique mélancolique, car tenant compte des échecs passés, des incertitudes de l’avenir, des tâtonnements nécessaires à l’éclosion d’un autre monde.

Une politique gauche et de gauche, consciente de ses maladresses et de ses faiblesses. « Je ne me considère pas plus importante que cette petite coccinelle et, imbue du sentiment de mon infime petitesse, je me sens ineffablement heureuse », écrivait Rosa Luxemburg de sa prison en 1917, moins de deux ans avant que « Rosa la rouge » ne soit assassinée. Elle anticipait un héroïsme de la fragilité, éloigné des vains rêves de pureté et d’absolu.

Une nouvelle gauche aurait aujourd’hui tout à la fois besoin de pragmatisme et de radicalité. Pragmatisme, en se préparant à participer à une expérience gouvernementale qui inverserait la logique néolibérale. Radicalité, car les conditions ne sont pas réunies pour échapper à l’hégémonie sociale-libérale. Or, les agitations en cours autour d’une « candidature unitaire » ambiguë à la gauche de la gauche (réunissant ceux qui ont besoin à tout prix du PS pour survivre institutionnellement et ceux qui s’efforcent d’explorer un chemin différent) risquent d’étouffer dans l’oeuf la possibilité même d’une autre politique au nom d’une mystique unitaire sans contenu.

Mieux vaudrait utiliser nos forces limitées pour lutter quotidiennement contre l’inacceptable, pour expérimenter d’autres façons de vivre et de travailler, pour dessiner avec les mouvements sociaux un projet alternatif de société, pour esquisser les contours d’un nouveau type d’organisation politique. Qui réponde aux aspirations à la justice sociale et au respect individuel qui se sont exprimées dans les banlieues en novembre, du côté des émeutiers comme de ceux qui récusaient la violence.

En prenant à bras-le-corps les divisions travaillant les révoltes sociales, renvoyant à la diversité des formes de domination. Divisions entre hommes et femmes, entre ceux qui subissent l’exploitation capitaliste et ceux qui sont en plus soumis à l’oppression postcoloniale, entre hétérosexuels et homosexuels, entre victimes de racismes distincts (islamophobie et judéophobie notamment, suscitant des combats concurrents)... Ou divisions au sein des quartiers populaires entre ceux qui brûlaient les voitures et ceux dont les voitures brûlaient.

Divisions, également, entre générations quant à la prise en compte des effets de nos actes présents sur la vie écologiquement dégradée des générations futures. La convergence des désirs, des luttes et des expérimentations n’est pas donnée à l’avance, elle suppose travail, mise en rapport, débats, dans la pluralité et des contradictions assumées. Et puis il y a tout le champ des imaginaires quotidiens, où les frustrations et les rêves de nos individualités blessées cherchent à tâtons la possibilité d’une autre vie, d’un ailleurs. La nouvelle gauche radicale a tant à faire plutôt que s’essouffler dans des projets d’alliances électorales qui n’ont pas de sens en l’état des rapports de forces.

http://www.liberation.fr/page.php?A...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 10h42

Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur. Avec Roger Vaillant, il me dit que la politique pourrait être autre chose que des "solutions" prépensées, prédigérées, toujours les mêmes à destination du pauvre électeur. Ce pauvre électeur qui de toute façon n’y comprendrait pas grand-chose et devrait être guidé par des professionnels de la politique dont les ambitions réelles et les appétits sont souvent loin de ce qu’ils prônent. Oui la politique peut être source de vrais débats, de projets communs, de combats mobilisateurs. Oui la politique peut être autre-chose que de voter pour une oligarchie ou une autre. Oui la politique peut être autre chose que de laisser le champ libre aux cravateux endimanchés bavards dont la montre coûte souvent plusieurs mois d’un smicard et donne pourtant la même heure. La politique peut être réinvestie par les citoyens, par les gens de la vie ordinaire avec leurs espoirs, leurs forces, mais aussi leurs angoisses, leurs incertitudes, leurs faiblesses. La politique peut être notre affaire.
Voilà ce que me dit Philippe Corcuff. Et voilà pourquoi il me met du beaume au coeur.

Faure Engel.



> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 14h24 - Posté par

Oui, sauf sur la candidature unitaire.

Ph.Corcuff exprime sa crainte que la fascination des médias pour le fasciste Sarkozy (je maintiens le mot fasciste, et ceux que le mot gêne pour des raisons historiques, il suffit de dire néo-fasciste) ne fasse passer les autres candidats qui sont juste un peu moins à droite (Villepin, Bayrou) pour des candidats acceptables ... Et puis un peu plus loin, il semble se prononcer contre une candidature unitaire de la gauche de la gauche sans contenu. Pourquoi sans contenu ?
Au contraire, une candidature unitaire, qui serait basée sur quelques grandes mesures phares, permettrait d’obliger Villepin, Bayrou, et tous les sociaux-libéraux, à tomber le masque. Parce que si candidature unitaire il y a, elle obligera les médias à donner un temps de parole comme jamais les forces de contestation n’en ont eu jusqu’à présent. Alors qu’avec un candidat pour chaque formation politique à la gauche du PS, ils seront inaudibles ; et il n’y aura pas le même enthousiasme ...

D’autre part il ne s’agit pas de conquérir le pouvoir : il s’agit de faire en sorte que le pouvoir n’agisse plus, et qu’enfin les citoyens reprennent la main.

Vive le fédéralisme municipal !

Tellmarch


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 14h58 - Posté par

Je suis d’accord avec Philippe Corcuff sur le fait qu’il ne faut pas s’arrêter sur un programme électoral comme je l’avais suggéré dans un précédent commentaire, mais voir au-delà de cette élection et réfléchir avec tout le peuple de gauche à un projet politique, social et écologique qui rompt avec le système actuel.

William


Encore une fois, Philippe Corcuff me fait mal au cul !
23 janvier 2006 - 16h49 - Posté par

Ce c... de Corcuff s’en prend encore aux critiques radicaux des médias, qu’il met dans les rangs des "complotistes". Ce serait simplement risible s’il ne le faisait pas dans la presse qui est à descendre en premier, je veux parler de Libération.

Alors que dans les milieux qui nous sont proches (globalement l’extrème gauche, les libertairtes, le non de gauche), tout le monde est tombé sur le râble de Libération pour sa campagne anti-Chavez et autres saloperies de même genre, c’est dans ce genre de presse que Corcuff - qui a un incommensurable besoin d’exister (tout comme Philippe Val, qui a fini par le virer de Charlie parce que deux crocodiles dans le même marigot...) - se répand. Voir sa tribune vendredi dernier.

Avec des Corcuff, la LCR n’a pas besoin d’ennemis...

Kaoutchousky


Suffit-il d’éructer des injures pour faire une réponse ?
23 janvier 2006 - 18h47 - Posté par

Suffit-il d’éructer des injures pour faire une réponse ? Le sectarisme et la rancoeur suffisent-ils pour faire une politique ? Les réflexes pavloviens font réagir de manière conditionnée dés qu’on agite l’objet qui les déclenche :-) Mieux vaut en rire !!!!!!
faure Engel.


> Encore une fois, Philippe Corcuff me fait mal au cul !
24 janvier 2006 - 15h23 - Posté par

Certains continuent à confondre critique RADICALE des médias ("radical" au sens de Marx de "saisir les choses à la racine") et critique SIMPLISTE des médias (les Méchants journalistes complotant dans l’ombre avec les Méchants Patrons pour tromper le Gentil peuple...), et plus largement radicalité et manichéisme...que cela soit Serge Halimi ou Alain Minc, Kaoutchousky ou Alain Finkielkraut

PPDA/Laurence Parisot masqués


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 17h21 - Posté par

L’économie custom est à la mode. Pas une journée sans qu’on nous rabatte les oreilles avec le social libéralisme.

Sauf que pour moi, le social-libéralisme ça n’existe pas. Il ne correspond même pas à un désir sincère d’une refonte structurelle d’un keynesianisme mis en demeure afin de le préserver ; mais bien à d’avantage de libéralisme au détriment de ce qui fait l’essence même du socialisme. A savoir, répondre à une situation d’urgence et limiter les dérives d’un système inégalitaire. D’ailleurs, plus qu’une insulte envers ceux qui se réclament du vrai socialisme, le libéral-socialisme est avant tout une insulte pour les libéraux eux même, qui en toute bonne foi, ne manqueront pas cette occasion pour vous rappeler les vertues "égalitaristes" de leur doctrine.

Mais que voulez vous, quand on s’appelle Daniel Kohn Bendit par exemple ; qu’on a construit sa carrière autour de la baricade, qu’on gagne 6000€/mois et qu’en plus, on est cool au point de bouffer des gateaux au shit, ça fait chier de dire qu’on a viré à droite et qu’on est un traitre.


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
24 janvier 2006 - 18h50 - Posté par

Quant on dit son aversion sur la société que nous vivons, on est extrémiste ; tant pis si on parle en connaissance de cause et en toute modeste expérience ; on n"en peut presque plus, je suis un extrémiste.





L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
1 commentaire
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite