Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Rap cubain, rap français et tolérance


de : Maxime Vivas
samedi 11 février 2006 - 15h05 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 16.9 ko

de Maxime Vivas

Dans sa rubrique "Cinéma", Télérama du 8 février 2006 nous présente ainsi le documentaire "Havana hip hop underground" réalisé par Yves Billon : "Salsa, rumba, guarija, on savait Cuba fertile en musique. Depuis cinq ans aussi, le rap y fleurit, toléré par le régime...." Toléré !

C’est ici qu’il faut encore rappeler ce constat de Pierre Bourdieu sur "la circulation circulaire de l’information". Un journaliste pêche du côté de la CIA l’expression "lider maximo" pour désigner Fidel Castro, et tous les journalistes, qui se lisent entre eux et qui croient TOUJOURS ce qu’écrit la presse, la reprennent dans chaque article, laissant entendre, sans pour autant le dire, que le dirigeant de la Révolution se fait appeler ainsi.

Du coup, apparaissent en images subliminales les immenses statuts qui doivent parsemer l’île, comme celles de Saddam Hussein en Irak ou de Kim Il Sung en Corée. L’insinuation papelarde introduit une conclusion irréfutable et carrée : dictature. Dictature car, contrairement à l’Afghanistan, aux USA, à la Colombie, au Pakistan, à l’Italie, etc., il n’y a pas dans l’île un gouvernement mais un "régime" dans lequel l’expression musicale dépend, non pas de lois comme dans les pays "démocratiques", mais du bon vouloir d’un chef qui, selon son humeur, interdit ou pas certains agencements de notes et de mots.

Naguère, j’ai polémiqué avec un Internaute qui avait écrit un article dans lequel il prétendait que « la dialectique marxiste » n’est « jamais venue à bout de l’amour des Cubains pour le baseball. » Qu’importe si les joueurs de baseball sont adulés là-bas : l’idée, collée sur la caricature de Cuba dessinée par la presse occidentale était : Baseball= Amérique=détestée par le « régime »= persécution.

Le rap donc. Il suffit de frapper « Rap Cuba » sur son moteur de recherche (les journalistes ne devraient-ils pas le faire, de temps à autre, pour voir si la vérité ne se démarque pas de leurs impressions nées par auto-intoxication ?) pour voir surgir des pages entières sur le rap cubain.

Quelques extraits.

En 1996 (il y a DIX ans, donc), le premier Festival du mouvement RAP cubain a eu lieu à La Havane.

Le site d’Espagnol de l’Académie de Paris nous présente ainsi le film « Havana hip hop underground » : « Le récit de l’éclosion spectaculaire du rap à Cuba - plus de 600 groupes de rap en moins de 5 ans- permise par le régime castriste, à la Havane surtout, mais aussi dans beaucoup d’autres villes de Cuba. Un panorama d’un univers musical nouveau sur l’île de la salsa. »

Avis Cinélangues : « Intéressant documentaire qui permet d’aborder Cuba sous un aspect inédit, celui du rap aujourd’hui, l’un des seuls vecteurs d’une expression libre et indépendante, autorisée et parfois même promu par le pouvoir. Mélange d’interviews de jeunes rappeurs [...] et d’images de concerts... »

Faisons un résumé d’étape : Six cent groupes de rap se sont formés en dix ans dans cette petite île (et la « dictature » n’a rien fait ? Comme pour le baseball ? Pas un emprisonnement, une interdiction de concert, un matraquage, un procès ?). Non, ils sont « tolérés », « permis », « autorisés », voire « promus » par le pouvoir. Cherchez l’erreur. Le rap est un des rares espaces de liberté ? On a lu plus haut que salsa, rumba, guarija pouvaient y être ajoutés. Et le jazz ? On n’a jamais lu que le rock était prohibé, ni la musique classique. On vient de voir le retour en force des Beatles. En creusant un peu, on allongerait la liste jusqu’à vérifier que ce qui est interdit à Cuba, c’est la propagande en faveur de l’ennemi et rien d’autre. « Dans la révolution tout, hors de la révolution, rien. » C’est José Marti qui a lancé ce slogan en vigueur dans l’île et c’est grâce à cette règle que, contrairement à tous les autres pays d’Amérique latine, Cuba n’a plus subi depuis 1959 la loi des USA avec son cortège de coups d’Etats militaires sanglants, de massacres de la population, de tortures, de disparitions, de famines, d’analphabétisme, de mortalité précoce, de SDF, d’escadrons de la mort, de pillages des biens de la nation, de soumission de tout un peuple à l’Empire.

Tolérés, donc. C’est-à-dire autorisés à brailler dans les caves et les salles des fêtes ? Voyons sur le site Caribefolk. On y apprend que deux émissions hebdomadaires sont consacrées au rap sur la radio cubaine : " Nunca es tarde " et " La esquina del rap ". La diffusion n’est pas limitée à l’île : par exemple, les Français abonnés au câble peuvent écouter " Nunca es tarde », tous les mercredis de 18 à 19 H (heure cubaine, ajoutez 6 h en France). A la télévision, on peut regarder " A moverse " (les dimanches de 12 à 13 h) et " Cuerda Viva " (les samedis de 14 à 14 h 30), sur Cubavision. Le site signale également de grands concerts publics à La Havane et rend compte de l’opposition entre les rappeurs qui acceptent la télé et les puristes qui la boudent. Voilà pour « tolérés ».

Donc, finalement, on les entend. Certes, mais c’est parce qu’ils scandent : « Viva la Révolution y el comandante ! ». Car, nous savons (puisque toute la presse nous le dit) que la moindre contestation du « régime-castriste-et-du-lider-maximo » conduit dans les « geôles-du-goulag-tropical ». Mais, patatras ! Leurs titres traitent du racisme, du métissage, des difficultés de la vie à Cuba, de l’amour entre cubains face au tourisme de masse et aux intérêts d’argent (mariages blancs avec des étrangères), des jineteras. Prenons le cas du rappeur Candyman dont les textes visent frontalement la police et la bureaucratie. Sans passer à la télé ni à la radio, il donne des concerts, qui peuvent lui rapporter 1000 euros (salaire moyen à Cuba : 15 euros).

Résumé final : nous venons de découvrir ensemble une dictature de fer dans laquelle les groupes de rap prolifèrent ; les rappeurs dénoncent les tares de leur société, bénéficient d’émissions régulières à la télé et à la radio, se produisent en concert dans la capitale, peuvent gagner en un soir l’équivalent de cinq ans d’un salaire moyen. Par conséquent, nous sommes invités à compatir. Et seuls les passéistes attachés à la notion d’égalité s’aviseront de noter que l’élément choquant dans cette affaire est la disproportion des revenus entre les ouvriers et les artistes. Mais que fait le « régime » ? Se peut-il que les autorités se bornent, comme partout au monde (et ce mimétisme est en effet déplaisant), à ne pas s’investir dans la promotion prioritaire des plus contestataires ? L’hypothèse ne saurait être qualifiée de farfelue.

Et nos rappeurs à nous ? Sont-ils pas mieux tolérés et promus ? En décembre, j’ai signé la pétition suivante. Je l’ai fait sans appétence exagérée pour ce style musical, mais parce que rien ( et en l’occurence pas la survie de notre pays, menacé par personne) ne justifie qu’on s’en prenne à « l’un des seuls vecteurs d’une expression libre et indépendante, autorisée » pour les jeunes des banlieues par le « régime chiraquien » (vieillissant).

« Nous sommes tous des rappeurs de banlieue

200 élus de droite n’ont rien trouvé de plus urgent que de s’attaquer au rap ! Ils viennent de demander au ministère de la justice de poursuivre des rappeurs et crient haro sur cette musique des banlieues, source à leurs yeux des maux des " quartiers ".

Ce réflexe primaire consiste à casser le thermomètre plutôt que s’en prendre à la maladie. Le rap dit avant tout que les jeunes vont mal. Il dénonce une société corrompue par l’argent, les inégalités et la domination, il critique l’oppression policière et l’iniquité de la justice, il parle de l’identité blessée d’une jeunesse à l’abandon. C’est un cri de détresse, une réaction de défense contre la pauvreté des familles, la dureté de la vie quotidienne, les faibles chances de promotion sociale, la ségrégation de la cité, le racisme de secteurs entiers de la population française.

Une partie de la jeunesse se méfie du reste de la société. Elle le dit dans l’excès, parfois. Va-t-on renouer le dialogue en mettant des chansons en prison ? C’est absurde.

Et c’est dangereux car cela marquerait une nouvelle et grave atteinte à la liberté d’expression.

Nous soussignés, auteur(e)s, créateurs (trices), médiateurs(trices) culturel(le)s , enseignants, citoyen(ne)s, nous déclarons solidaires de ces jeunes et affirmons : nous sommes tous des rappeurs de banlieue. »

Et nous voilà à nouveau renvoyés à cette histoire de la paille aperçue dans l’œil du Castro et de la poutre invisible dans le nôtre.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Rap cubain, rap français et tolérance
11 février 2006 - 16h20

Notre droite deteste la liberté d’expression .....
Les chevaux legers du sarkozisme ont l’odeur d’integristes et des relants de ministères de parole conforme et de bonnes moeurs...

Bien que ne faisant pas partie des amoureux du rap grossier, il ne me viendrait pas à l’idée de définir les paroles qui seraient conformes ou pas à l’obscurantiseme du troupeau des députés UMPistes...
Et donc vive la liberté la plus totale de création !
A bas la droite qui censure !
A bas Sarko !

Bon tout celà est peu de choses, rien, face à the big info :
Telerama nous apprends une incroyable nouvelle : Les cubains auraient deux jambes et deux bras, et seraient comme nous !

Merci Maxime....

Copas



> Rap cubain, rap français et tolérance
11 février 2006 - 16h50 - Posté par

" Le rap dit avant tout que les jeunes vont mal. Il dénonce une société corrompue par l’argent, les inégalités et la domination, il critique l’oppression policière et l’iniquité de la justice, il parle de l’identité blessée d’une jeunesse à l’abandon. C’est un cri de détresse, une réaction de défense contre la pauvreté des familles, la dureté de la vie quotidienne, les faibles chances de promotion sociale, la ségrégation de la cité, le racisme de secteurs entiers de la population française."

IL ne doit pas exister "un rap" mais plutôt des raps. A voir certains clips vidéo (filles courtes vêtues se trémoussant dans des berlines de luxe, rollex à tous les étages et vêtements griffés) on se demande s’il ne s’agirait pas plutôt d’une revendication du pouvoir de l’argent (la revanche des mals nés) et de la l’expression du luxe à la manière provocante des ploutocrates russes. C’est vrai que ce n’est pas facile de faire fortune en France et beaucoup refusent sans doute de devenir ouviers ou fonctionnaires sans plus d’espoirs de réeussite sociale. Enfin bref ils sont jeunes et par définition, la jeunesse a devant elle un monde où tout est possible. C’est vrai qu’à force de vouloir tout réglementer et ordonner comme une caserne (y compris l’économie), la France étouffe et s’étiole, vieillie.


> Rap cubain, rap français et tolérance
12 février 2006 - 01h38 - Posté par

La jeunesse de notre pays n’est que le reflet de notre société de consommation, individualiste et dans laquelle l’argent a pris une valeur démeurée. Le star system a toujours réussi à canaliser les courants subversifs en apatant les plus avide luxe et luxure à l’appui. Mais l’amateur de rap que je suis te conseillera d’écouter attentivement les paroles des morceaux que tu pourra écouter sur 88.2 les lundis et vendredis en soirée, et sur 89.4 le mardi de 10h à 12h et le samedi de 8h à 10h (pour les lève tôt). Tu y découvrira une culture populaire, subversive et révolutionnaire à la quelle toutes les générations devraient s’attarder.

Au fait Copas, pourquoi ma réaction à ton commentaire a-t-elle été censurée ??? Je n’ai pourtant pas fait preuve d’un caractère diffamatoire, injurieux, xénophobe, sexiste ... moi qui me croyais le bienvenu sur ce site.

sc_marcos94


> Rap cubain, rap français et tolérance
12 février 2006 - 09h33 - Posté par

sc_marcos94,

Je n’ai aucune responsabilité dans Bellaciao et je profite de leur patience quand je me lance dans mes gargouillements......C’est leur site. Et ils font ce qu’ils veulent dessus. Si ils me coupent c’est leur choix .. Ce qui serait grave c’est qu’on ne puisse pas s’exprimer ailleurs....

Là ce n’est pas le cas.... On peut aller ailleurs sur le net... Mais celà serait dommage si on a des choses à dire, même à sa façon.

Copas





Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite