Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gauche radicale et question écologiste


de : Philippe Corcuff
vendredi 3 mars 2006 - 02h09 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 21.6 ko

de Philippe Corcuff maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon, membre du Conseil Scientifique d’Attac

Je serais amené à passer en revue six dimensions distinctes et emboîtées.

Première dimension : je dois préciser à quel niveau d’analyse je me situe. Je suis sociologue et philosophe et, en tant que tel, je n’ai pas de compétences particulières dans le domaine programmatique des propositions concrètes. Je me situerai donc sur le plan plus général de la philosophie politique. Ce qui m’intéressera ici, c’est alors le cadre au sein duquel on pourrait réinsérer des propositions concrètes alternatives et des débats contradictoires entre forces radicales au 21ème siècle.

Bref il s’agit du cadre civilisationnel à partir duquel on pourrait réinventer une gauche au 21ème siècle ; cadre civilisationnel commun à partir duquel des courants différents, des propositions différentes pourraient s’opposer, mais à l’intérieur de ce cadre renouvelé, comme cela l’a été d’une certaine façon, pour la génération antérieure, dans le cadre du marxisme. Cadre commun qui n’élimine pas les différences, mais qui les situe par rapport à un horizon partagé. C’est ce cadre qui est privilégié par le livre collectif auquel j’ai contribué (dans un texte intitulé « Question écologiste et nouvelle politique d’émancipation ») : Écologie et socialisme, dirigé par Michael Löwy (Éditions Syllepse, 2005).

Deuxième dimension : l’orientation qui est la mienne dans le cadre de la philosophie politique. Mon hypothèse principale suppose ici que « la question écologiste » constitue, avec d’autres questions nouvelles ou renouvelées (comme « la question individualiste », c’est-à-dire la question du statut de l’individualité ; « la question féministe », c’est-à-dire la question du rapport entre les genres, etc.), un aiguillon pour l’élaboration d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle. Cette nouvelle politique d’émancipation serait à constituer à partir des politiques d’émancipation antérieures qu’a connues le monde moderne : la politique républicaine, qui est née au 18ème siècle avec les Lumières, et la politique socialiste au sens large, qui est née au 19ème siècle. Certains pensent qu’il faut simplement relooker la politique socialiste, en rompant avec les déviations autoritaires staliniennes et avec les accommodements sociaux-démocrates. Pour ma part, je pense qu’il faut, plus radicalement, faire émerger une politique post-républicaine et post-socialiste, une nouvelle politique d’émancipation, à partir certes de ressources républicaines et socialistes, mais en utilisant aussi d’autres ressources, pour inventer face à des problèmes renouvelés.

Troisième dimension : comment situer « la question écologiste » dans cette nouvelle politique émancipatrice ? La question écologiste apparaît comme une des questions principales qui poussent à l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation. Pourquoi ? Parce qu’elle interroge profondément une vision contestable du progrès avec un grand P qui a irrigué historiquement à la fois la gauche républicaine et la gauche socialiste. On a là une vision contestable d’une amélioration nécessaire, inéluctable, illimitée qui passe par le développement scientifique et technique et qui irrigue aussi bien la gauche républicaine que la gauche socialiste. La question écologiste nous oblige à nous confronter à la finitude de la planète, nous amène à prendre en compte l’ampleur des risques techno-scientifiques contemporains, nous amène à intégrer les effets de nos actes présents sur les générations futures. Toute une série de développements dans la philosophie politique contemporaine nous outillent dans cette perspective : je pense notamment au « principe responsabilité » de Hans Jonas, à la problématique de « la société du risque » d’Ulrich Beck, à la « politique de la nature » de Bruno Latour, en ce qu’ils nous invitent à déborder le cadre marxiste. Cela ne nous force pas à abandonner l’idée du progrès mais à repenser la question du progrès pour le 21ème siècle et à repenser les Lumières du 18ème siècle. Je renvoie sur ce plan aux jalons avancés dans mon livre La société de verre - Pour une éthique de la fragilité (Éditions Armand Colin, 2002, pp.146-166 et 177-186).

Quatrième dimension : quel rapport entre cette nouvelle politique d’émancipation et le cadre dominant de la société existante : le néolibéralisme et le capitalisme. Le néolibéralisme, c’est-à-dire la série de contre-réformes, qui se sont déployées dans le monde à partir de la fin des années 70 et du début des années 80, visant à une plus grande marchandisation de l’humanité et de la planète ne peut que s’opposer à la prise en compte sérieuse de la question écologiste, qui suppose que d’autres critères se substituent à la logique marchande de la concurrence. Au-delà même de son cours néolibéral, le capitalisme, avec sa logique du profit, ne peut que tronquer les revendications écologistes. La finitude de la planète, les générations futures, les risques techno-scientifiques ne peuvent être qu’oubliés dans l’hégémonie des critères de rentabilité. Toutefois, en même temps, l’antilibéralisme et l’anticapitalisme ne suffisent pas à intégrer la question écologiste, n’offrent pas de garantie suffisante pour intégrer la question écologiste. Comme l’a écrit de manière provocatrice le militant écolo-libertaire Stéphane Lavignotte : « Nos vies valent plus que la seule critique de leurs profits » ! (dans la revue ContreTemps, n°11, septembre 2004, dans un n° consacré à « Penser radicalement à gauche »).

Cinquième dimension : quelle relation entre la question écologiste et les forces politiques ? La question écologiste, et plus largement l’idée de l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle, se pose à l’ensemble des forces politiques à gauche. Il s’agit d’inventer une nouvelle gauche et aucune force politique à gauche n’est a priori privilégiée. Aucune force de gauche ne peut échapper au questionnement de ses modes de pensée. Bien entendu, le Parti communiste, tard venu à l’écologie politique, n’a point ici de privilèges. Et il ne suffira pas de donner un nom ancien - « communisme » - à des problèmes nouveaux pour avoir vraiment avancé dans l’exploration du chemin. Le Parti communiste ne peut pas se contenter d’appeler « communistes » toutes les questions nouvelles, afin de recycler l’ancien label « communiste » pour lui donner un air de nouveauté. Ce ne serait pas à la hauteur de l’effort intellectuel et pratique à produire pour répondre aux enjeux du temps présent. L’antériorité des Verts sur ce terrain n’est pas, non plus, un gage de réflexion radicale : en se concevant trop souvent comme une « entreprise politique » bénéficiant d’un quasi-« monopole » du « label » écologiste, les Verts tendent à glisser aujourd’hui dans une paresse intellectuelle confondant l’évidence d’une « marque électorale » avec les enjeux intellectuels d’une philosophie politique écologiste. Je sais de quoi je parle ; ayant été membre des Verts trois ans (1994-1997). Quant à la gauche socialiste, majoritairement sociale-libérale, elle a beaucoup perdu de sa crédibilité en la matière comme en d’autres. Elle a abandonné, pratiquement et théoriquement, l’ambition de poser des digues face aux contre-réformes libérales et à la logique du profit. Je sais là encore, plus encore que pour les Verts, de quoi je parle, car j’ai été militant de cette famille socialiste pendant 17 ans (1976-1992).

Sixième et dernière dimension : il me semble que, dans l’invention de ce nouveau cadre civilisationnel, il faut abandonner les pensées magiques au profit d’une pensée des tensions et de la pluralité. Il faudrait ainsi abandonner les restes de prestidigitation d’inspiration hégélienne que nous avons fréquemment retiré de notre formation marxiste. Je pense à la fameuse triade thèse-antithèse-synthèse, de la dialectique hégélienne, débouchant sur une synthèse finale harmonieuse supprimant définitivement les contradictions sociales. Il faudrait plutôt se tourner ici vers les critiques que le socialiste libertaire Proudhon (1809-1865) a faites à la philosophie de Hegel (1770-1831). Je renvoie ici à mon petit manuel d’introduction à la philosophie politique : Les grands penseurs de la politique (Éditions Armand Colin, collection « 128 », 2005). Proudhon parlait d’une « équilibration des contraires », dans la perspective d’une société meilleure aménageant démocratiquement les contradictions et les conflits, dont certains sont susceptibles de se déployer de manière infinie. Proudhon visait d’ailleurs moins la complexité de la dialectique hégélienne que ce que le philosophe Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) nommait « le Hegel des manuels ».

Que pourrait signifier cette « équilibration des contraires » dans la perspective d’une nouvelle politique d’émancipation intégrant la question écologiste ? Il s’agirait, par exemple, de la mise en tension du goût de la lenteur et du goût de la vitesse, des plaisirs de l’ascèse et des plaisirs de la dépense, des joies du « vivre au pays » et des joies du voyage, du désir de travail et du désir d’oisiveté, des aspirations de l’individualité et des protections de la solidarité collective, etc. Cependant les marxistes traditionnels (avec la supposée « dernière instance » jouée par la contradiction capital/travail sur l’ensemble des rapports sociaux) comme certains théoriciens actuels de la décroissance (n’ont-ils pas choisi, définitivement, la lenteur, l’ascèse et le « vivre au pays » contre la vitesse, la dépense et le voyage ?) tombent encore souvent dans le piège magique et ne s’affrontent pas pleinement à l’exigence de pluralité. Ce qui supposerait d’admettre du contradictoire, de l’incertain et de l’indécidable, là où les contes de Noël nous promettent une éternelle harmonie. Nous deviendrions alors radicaux et mélancoliques. Radicaux, car comme Marx nous nous efforcerions de « saisir les choses à la racine ». Or, il n’y a pas qu’une (la contradiction capital/travail), mais plusieurs racines emmêlées. Mélancoliques, et non pas nostalgiques, car lestés par les échec passés et conscients de nos imperfections et de nos fragilités, mais dans une disponibilité à l’avenir.

Extrait de Pour un développement durable et solidaire de la planète, Forum national à l’initiative du Parti communiste français, Paris, 23 et 24 septembre 2005, brochure PCF, février 2006, pp.23-25



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 11h57

Je dis BRAVO ! Rien a redire ! Yann



> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 15h11 - Posté par

"Rien à redire" ?

Je dis que je préfère la révolution au réformisme, même dit "radical" par l’intellectuel officiel Corcuff.

M. Rosier


De Corcuff à Thuram
3 mars 2006 - 16h51 - Posté par

"Officiel" de quoi (de l’Etat ? parce qu’il est universitaire ; de la "gauche officielle", parce que ce texte est issu d’une brochure du PCF ? de "l’altermondialisme officiel", parce qu’il est à Attac ? de "l’extrême-gauche officiel", parce qu’il est membre de la LCR ?...)

"Révolution", "réformisme", c’est sans doute simple, évident, pour le Kamarade M. Rosier...

Mais est-ce que ça fait nécessairement du mal de se poser des questions et de ne pas emprunter automatiquement les rails traditionnels ?

Bref je préfère au philosophe M. Rosier, le philosophe-footballer Lilian Thuram à propos de Sarzozy La Racaille : "Ce qui m’a marqué, c’est son assurance. L’assurance de quelqu’un qui ne doute pas. Voilà, cette absence de doutes. Moi, je pense que le doute est fondamental pour avancer. Il vous permet une réflexion sur vous-même, une remise en question qui, elle-même, vous permet d’avancer" (L’Equipe Magazine, 25 février 2006, repris sur http://www.grioo.com/pinfo6313.html )

Pierre qui doute du couple réformisme/révolution, de la critique des méchants "intellectuels officiels", etc.


> De Corcuff à Thuram
17 mars 2006 - 15h29 - Posté par

A celui qui doute....

Va donc lire les oeuvres complètes de Thuram, plutôt que Marx, Lénine, ou Trotsky.

Tu verras, c’est plus facile à trouver.


> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 12h21

Oui, ça nous change.

Tellmarch






L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite