Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
3 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Gauche radicale et question écologiste


de : Philippe Corcuff
vendredi 3 mars 2006 - 02h09 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 21.6 ko

de Philippe Corcuff maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon, membre du Conseil Scientifique d’Attac

Je serais amené à passer en revue six dimensions distinctes et emboîtées.

Première dimension : je dois préciser à quel niveau d’analyse je me situe. Je suis sociologue et philosophe et, en tant que tel, je n’ai pas de compétences particulières dans le domaine programmatique des propositions concrètes. Je me situerai donc sur le plan plus général de la philosophie politique. Ce qui m’intéressera ici, c’est alors le cadre au sein duquel on pourrait réinsérer des propositions concrètes alternatives et des débats contradictoires entre forces radicales au 21ème siècle.

Bref il s’agit du cadre civilisationnel à partir duquel on pourrait réinventer une gauche au 21ème siècle ; cadre civilisationnel commun à partir duquel des courants différents, des propositions différentes pourraient s’opposer, mais à l’intérieur de ce cadre renouvelé, comme cela l’a été d’une certaine façon, pour la génération antérieure, dans le cadre du marxisme. Cadre commun qui n’élimine pas les différences, mais qui les situe par rapport à un horizon partagé. C’est ce cadre qui est privilégié par le livre collectif auquel j’ai contribué (dans un texte intitulé « Question écologiste et nouvelle politique d’émancipation ») : Écologie et socialisme, dirigé par Michael Löwy (Éditions Syllepse, 2005).

Deuxième dimension : l’orientation qui est la mienne dans le cadre de la philosophie politique. Mon hypothèse principale suppose ici que « la question écologiste » constitue, avec d’autres questions nouvelles ou renouvelées (comme « la question individualiste », c’est-à-dire la question du statut de l’individualité ; « la question féministe », c’est-à-dire la question du rapport entre les genres, etc.), un aiguillon pour l’élaboration d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle. Cette nouvelle politique d’émancipation serait à constituer à partir des politiques d’émancipation antérieures qu’a connues le monde moderne : la politique républicaine, qui est née au 18ème siècle avec les Lumières, et la politique socialiste au sens large, qui est née au 19ème siècle. Certains pensent qu’il faut simplement relooker la politique socialiste, en rompant avec les déviations autoritaires staliniennes et avec les accommodements sociaux-démocrates. Pour ma part, je pense qu’il faut, plus radicalement, faire émerger une politique post-républicaine et post-socialiste, une nouvelle politique d’émancipation, à partir certes de ressources républicaines et socialistes, mais en utilisant aussi d’autres ressources, pour inventer face à des problèmes renouvelés.

Troisième dimension : comment situer « la question écologiste » dans cette nouvelle politique émancipatrice ? La question écologiste apparaît comme une des questions principales qui poussent à l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation. Pourquoi ? Parce qu’elle interroge profondément une vision contestable du progrès avec un grand P qui a irrigué historiquement à la fois la gauche républicaine et la gauche socialiste. On a là une vision contestable d’une amélioration nécessaire, inéluctable, illimitée qui passe par le développement scientifique et technique et qui irrigue aussi bien la gauche républicaine que la gauche socialiste. La question écologiste nous oblige à nous confronter à la finitude de la planète, nous amène à prendre en compte l’ampleur des risques techno-scientifiques contemporains, nous amène à intégrer les effets de nos actes présents sur les générations futures. Toute une série de développements dans la philosophie politique contemporaine nous outillent dans cette perspective : je pense notamment au « principe responsabilité » de Hans Jonas, à la problématique de « la société du risque » d’Ulrich Beck, à la « politique de la nature » de Bruno Latour, en ce qu’ils nous invitent à déborder le cadre marxiste. Cela ne nous force pas à abandonner l’idée du progrès mais à repenser la question du progrès pour le 21ème siècle et à repenser les Lumières du 18ème siècle. Je renvoie sur ce plan aux jalons avancés dans mon livre La société de verre - Pour une éthique de la fragilité (Éditions Armand Colin, 2002, pp.146-166 et 177-186).

Quatrième dimension : quel rapport entre cette nouvelle politique d’émancipation et le cadre dominant de la société existante : le néolibéralisme et le capitalisme. Le néolibéralisme, c’est-à-dire la série de contre-réformes, qui se sont déployées dans le monde à partir de la fin des années 70 et du début des années 80, visant à une plus grande marchandisation de l’humanité et de la planète ne peut que s’opposer à la prise en compte sérieuse de la question écologiste, qui suppose que d’autres critères se substituent à la logique marchande de la concurrence. Au-delà même de son cours néolibéral, le capitalisme, avec sa logique du profit, ne peut que tronquer les revendications écologistes. La finitude de la planète, les générations futures, les risques techno-scientifiques ne peuvent être qu’oubliés dans l’hégémonie des critères de rentabilité. Toutefois, en même temps, l’antilibéralisme et l’anticapitalisme ne suffisent pas à intégrer la question écologiste, n’offrent pas de garantie suffisante pour intégrer la question écologiste. Comme l’a écrit de manière provocatrice le militant écolo-libertaire Stéphane Lavignotte : « Nos vies valent plus que la seule critique de leurs profits » ! (dans la revue ContreTemps, n°11, septembre 2004, dans un n° consacré à « Penser radicalement à gauche »).

Cinquième dimension : quelle relation entre la question écologiste et les forces politiques ? La question écologiste, et plus largement l’idée de l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle, se pose à l’ensemble des forces politiques à gauche. Il s’agit d’inventer une nouvelle gauche et aucune force politique à gauche n’est a priori privilégiée. Aucune force de gauche ne peut échapper au questionnement de ses modes de pensée. Bien entendu, le Parti communiste, tard venu à l’écologie politique, n’a point ici de privilèges. Et il ne suffira pas de donner un nom ancien - « communisme » - à des problèmes nouveaux pour avoir vraiment avancé dans l’exploration du chemin. Le Parti communiste ne peut pas se contenter d’appeler « communistes » toutes les questions nouvelles, afin de recycler l’ancien label « communiste » pour lui donner un air de nouveauté. Ce ne serait pas à la hauteur de l’effort intellectuel et pratique à produire pour répondre aux enjeux du temps présent. L’antériorité des Verts sur ce terrain n’est pas, non plus, un gage de réflexion radicale : en se concevant trop souvent comme une « entreprise politique » bénéficiant d’un quasi-« monopole » du « label » écologiste, les Verts tendent à glisser aujourd’hui dans une paresse intellectuelle confondant l’évidence d’une « marque électorale » avec les enjeux intellectuels d’une philosophie politique écologiste. Je sais de quoi je parle ; ayant été membre des Verts trois ans (1994-1997). Quant à la gauche socialiste, majoritairement sociale-libérale, elle a beaucoup perdu de sa crédibilité en la matière comme en d’autres. Elle a abandonné, pratiquement et théoriquement, l’ambition de poser des digues face aux contre-réformes libérales et à la logique du profit. Je sais là encore, plus encore que pour les Verts, de quoi je parle, car j’ai été militant de cette famille socialiste pendant 17 ans (1976-1992).

Sixième et dernière dimension : il me semble que, dans l’invention de ce nouveau cadre civilisationnel, il faut abandonner les pensées magiques au profit d’une pensée des tensions et de la pluralité. Il faudrait ainsi abandonner les restes de prestidigitation d’inspiration hégélienne que nous avons fréquemment retiré de notre formation marxiste. Je pense à la fameuse triade thèse-antithèse-synthèse, de la dialectique hégélienne, débouchant sur une synthèse finale harmonieuse supprimant définitivement les contradictions sociales. Il faudrait plutôt se tourner ici vers les critiques que le socialiste libertaire Proudhon (1809-1865) a faites à la philosophie de Hegel (1770-1831). Je renvoie ici à mon petit manuel d’introduction à la philosophie politique : Les grands penseurs de la politique (Éditions Armand Colin, collection « 128 », 2005). Proudhon parlait d’une « équilibration des contraires », dans la perspective d’une société meilleure aménageant démocratiquement les contradictions et les conflits, dont certains sont susceptibles de se déployer de manière infinie. Proudhon visait d’ailleurs moins la complexité de la dialectique hégélienne que ce que le philosophe Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) nommait « le Hegel des manuels ».

Que pourrait signifier cette « équilibration des contraires » dans la perspective d’une nouvelle politique d’émancipation intégrant la question écologiste ? Il s’agirait, par exemple, de la mise en tension du goût de la lenteur et du goût de la vitesse, des plaisirs de l’ascèse et des plaisirs de la dépense, des joies du « vivre au pays » et des joies du voyage, du désir de travail et du désir d’oisiveté, des aspirations de l’individualité et des protections de la solidarité collective, etc. Cependant les marxistes traditionnels (avec la supposée « dernière instance » jouée par la contradiction capital/travail sur l’ensemble des rapports sociaux) comme certains théoriciens actuels de la décroissance (n’ont-ils pas choisi, définitivement, la lenteur, l’ascèse et le « vivre au pays » contre la vitesse, la dépense et le voyage ?) tombent encore souvent dans le piège magique et ne s’affrontent pas pleinement à l’exigence de pluralité. Ce qui supposerait d’admettre du contradictoire, de l’incertain et de l’indécidable, là où les contes de Noël nous promettent une éternelle harmonie. Nous deviendrions alors radicaux et mélancoliques. Radicaux, car comme Marx nous nous efforcerions de « saisir les choses à la racine ». Or, il n’y a pas qu’une (la contradiction capital/travail), mais plusieurs racines emmêlées. Mélancoliques, et non pas nostalgiques, car lestés par les échec passés et conscients de nos imperfections et de nos fragilités, mais dans une disponibilité à l’avenir.

Extrait de Pour un développement durable et solidaire de la planète, Forum national à l’initiative du Parti communiste français, Paris, 23 et 24 septembre 2005, brochure PCF, février 2006, pp.23-25



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 11h57

Je dis BRAVO ! Rien a redire ! Yann



> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 15h11 - Posté par

"Rien à redire" ?

Je dis que je préfère la révolution au réformisme, même dit "radical" par l’intellectuel officiel Corcuff.

M. Rosier


De Corcuff à Thuram
3 mars 2006 - 16h51 - Posté par

"Officiel" de quoi (de l’Etat ? parce qu’il est universitaire ; de la "gauche officielle", parce que ce texte est issu d’une brochure du PCF ? de "l’altermondialisme officiel", parce qu’il est à Attac ? de "l’extrême-gauche officiel", parce qu’il est membre de la LCR ?...)

"Révolution", "réformisme", c’est sans doute simple, évident, pour le Kamarade M. Rosier...

Mais est-ce que ça fait nécessairement du mal de se poser des questions et de ne pas emprunter automatiquement les rails traditionnels ?

Bref je préfère au philosophe M. Rosier, le philosophe-footballer Lilian Thuram à propos de Sarzozy La Racaille : "Ce qui m’a marqué, c’est son assurance. L’assurance de quelqu’un qui ne doute pas. Voilà, cette absence de doutes. Moi, je pense que le doute est fondamental pour avancer. Il vous permet une réflexion sur vous-même, une remise en question qui, elle-même, vous permet d’avancer" (L’Equipe Magazine, 25 février 2006, repris sur http://www.grioo.com/pinfo6313.html )

Pierre qui doute du couple réformisme/révolution, de la critique des méchants "intellectuels officiels", etc.


> De Corcuff à Thuram
17 mars 2006 - 15h29 - Posté par

A celui qui doute....

Va donc lire les oeuvres complètes de Thuram, plutôt que Marx, Lénine, ou Trotsky.

Tu verras, c’est plus facile à trouver.


> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 12h21

Oui, ça nous change.

Tellmarch






PIB VS COVID
samedi 28 - 12h41
de : Mickael Wamen
CORONAVIRUS : COMPLEMENT D’ENQUËTE. DANS L’OMBRE DES DIRIGEANTS
samedi 28 - 12h33
de : Jean-Marc ADOLPHE
Coronavirus : des soignants somment le gouvernement de publier les commandes de masques et tests
samedi 28 - 12h18
COVID-19 : Points de situation dans l’entreprise de Safran Dijon
samedi 28 - 11h47
de : CGT Safran Dijon
Les usines non vitales doivent être mises à l’arrêt !
samedi 28 - 11h40
de : La CGT métallurgie Normandie
En 2018, on pouvait fabriquer 200 millions de masques par an en France
samedi 28 - 11h25
de : Lorène Lavocat
Coronavirus - Saint-Nazaire : 29 personnes désormais positives sur le paquebot Celebrity Apex, dont une hospitalisée
vendredi 27 - 23h04
de : nazairien
5 commentaires
Pénurie de masques : un rapport de Santé Publique France accablant
vendredi 27 - 19h24
de : Jean-Marc ADOLPHE
Coronavirus, Confinement et Répression en Marche !
vendredi 27 - 17h27
de : Claude Janvier
1 commentaire
Des spécialistes russes commenceront à fournir une assistance aux patients atteints de Covid-19 en Italie (tr google vid
vendredi 27 - 16h48
de : nazairien
1 commentaire
Emeutes à Hubei après la quarantaine (Vidéo)
vendredi 27 - 16h46
CAPITALISME HONEYWELL et PRODUCTION de MASQUES en Bretagne
vendredi 27 - 15h35
de : Ch. DELARUE et S. LE QUEAU
Macron : c’est pas moi qui suis responsable mais c’est mon prédécesseur...
vendredi 27 - 14h58
de : Christophe Prudhomme
1 commentaire
Le discours de la honte
vendredi 27 - 14h16
de : François Cocq
RTT : 32 ou 30 ou 28 heures hebdo à débattre dans chaque syndicat !
vendredi 27 - 11h23
de : Christian DELARUE
Gaza : la solidarité à l’oeuvre (video)
vendredi 27 - 08h26
de : Ziad Medoukh
Quand Donald Trump et Juan Guaido espèrent profiter du Covid-19 pour réaliser le rêve de l’extrême droite au Venezuela
vendredi 27 - 08h20
de : Thierry Deronne
CORONAVIRUS : CROISSANCE OU DÉCROISSANCE....
vendredi 27 - 07h57
de : Mickael Wamen
Coronavirus : les USA appellent les autres pays à refuser l’assistance médicale de Cuba !
vendredi 27 - 07h27
de : Michel Taupin
LE MASSACRE DES ITALIENS - Aigues-Mortes, le 17 août 1893
vendredi 27 - 07h17
de : Ernest London
Coronavirus : j’ai honte pour la France !
vendredi 27 - 07h05
de : Pierre-Marie Mauxion
1 commentaire
Coronavirus : Armani, conversion immédiate de ses usines dans la production de blouses jetables
vendredi 27 - 06h50
de : Rocco Femia
Colère nécrologique....
vendredi 27 - 00h30
de : Dés air/
J’ai la rage
jeudi 26 - 20h40
de : Claude Baniam - Hôpital de Mulhouse
Les effets secondaires du patronavirus - C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 26 - 19h11
de : Hdm
Épandage agricoles et propagation des virus
jeudi 26 - 18h49
INDECOSA - Cahier conso de mars 2020
jeudi 26 - 18h36
de : Christian DELARUE (co-psdt INDECOSA35)
Coronavirus : versements record aux actionnaires en 2020
jeudi 26 - 18h21
Masques FFP2 : les policiers menacent de suspendre les contrôles
jeudi 26 - 18h10
1 commentaire
La République tchèque a volé 680.000 masques et respirateurs destinés à l’Italie
jeudi 26 - 18h01
Coronavirus : préavis de grève dans les services publics du 1er au 30 avril 2020
jeudi 26 - 17h46
de : Fédération CGT des services publics
1 commentaire
Le gouvernement fait volte face et donne raison au professeur Raoult
jeudi 26 - 17h35
Pour le travail décent dans le monde agricole
jeudi 26 - 17h06
de : Christian DELARUE
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 - 16h36
de : Roberto Ferrario
3 commentaires
Ordonnances coronavirus : le gouvernement déréglemente à tout va !
jeudi 26 - 16h03
de : La CGT
Coronavirus : le Royaume-Uni reprend le contrôle du transport ferroviaire
jeudi 26 - 15h29
Sibeth Ndiaye : les enseignants ne travaillent pas actuellement... (video)
jeudi 26 - 15h21
Coronavirus, leçons de la Chine : Se laver les mains, mais aussi le cerveau !
jeudi 26 - 14h48
de : JO
Coronavirus : L’Ecrivain Philippe PASCOT se confie et dénonce !
jeudi 26 - 14h22
de : JO
1 commentaire
Coronavirus : Cuba a mobilisé son corps médical dans le monde entier... (video)
jeudi 26 - 13h00
de : Michel Taupin
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
3 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite