Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Vous critiquez l’Economie sociale et solidaire mais n’osez pas vous dire écosocialiste !
de : christian delarue
mardi 7 mars 2006 - 10h40 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Christian Delarue Anti/altermondialiste

Vous êtes pour l’Europe sociale et solidaire mais le flou de l’expression vous gêne. A chaque fois il faut développer pour se démarquer du socialibéralisme rose ou vert pâle. Vous êtes contre l’appropriation privée des moyens de production et déchange et pour son appropriation publique et sociale. Vous défendez les services publics tout en critiquant le fait que la logique marchande (prix de marché, solvabilité, clients...) ait remplacé la logique de service (tarification, gratuité, égalité sur le territoire, usagers, choix politiques et démocratiques permis...) . Vous êtes aussi écologiste et pour un alterdéveloppement au sein duquel le capitalisme productiviste soit circonscrit et minoritaire au point qu’on ne puisse plus parler sérieusement de capitalisme mais d’écosocialisme. Pour vous l’économie sociale et solidaire - ESS - ne saurait constituer une perspective mais tout au plus un secteur pouvant trouver place aussi bien aux marges du capitalisme que du socialisme. L’ESS ne peut donc pour vous se constituer en système mais toujours en complément.

I . La place réduite de l’économie sociale et solidaire ( l’ESS) .

 Il y a entre 1, 5 à 2 millions de salariés employés dans ce secteur. 10 à 12 millions de bénévoles actifs y sont répartis dans diverses structures comme les associations, les mutuelles, les coopératives et les fondations.(1)

 Le secteur de l’ESS représente 10% du PIB et m^me si cet indicateur ne suffit pas à apprécier l’activitéde l’ESS il es néanmoins assez significatif de la place de l’ESS au sein de l’économie capitaliste. Mais il faut aller plus loin car si des mécanisme de démocratie et d’appropriation sont plus actif dans les structures de l’ESS il faut aussi dire que cette "alternative" est très limitées et victime de la pénétration des logiques marchandes qui traversent ce secteur.

On voit que pour aller plus loin on ne peut faire l’impasse de la nécessaire critique de l’ESS. C’est un point de passage obligé.

II . La nécessaire critique de l’ESS

 Certes les entreprises d’ESS appartiennent à leurs sociétaires mais la question de la participation des salariés pose problème car elle n’est pas à la hauteur des valeurs démocratiques affichées.
 Face aux attaques du service publique les structures de l’ESS servent souvent de palliatifs aux désengagement de l’Etat.
 Les régles patronales et les rapports sociaux capital/travail n’y sont pas absents. Ainsi le le travail précaire y est évalué à 50%. Les salaires moyens sont inférieurs de 10% au salaire moyen des branches. L’ESS porte donc mal son nom puisqu’ elle est la porte ouverte au démantèlement du Code du travail. Cette hypocrisie se vérifie par le décalage entre les valeurs affichées et la concrétisation sur le terrain. A ce titre nous pointons les critiques suivantes : recherche de la performance financière, éloignement de la réponse aux besoins des adhérents, mise en concurrence (mutuelles et institutions de prévoyance sur les contrats collectifs par exemple)

III . La bataille pour l’écosocialisme est lancée.

Il existe un manifeste pour l’écosocialisme aisément consultable sur internet. Mickaël LOWY et d’autres auteurs ont développé le concept d’écosocialisme afin de se positionner en positif et de ne pas rester sur de l’anticapitalisme.

Christian Delarue Anti/altermondialiste

(1) Chiffres issus d’un article faisant la synthèse d’un colloque CGT sur l’ESS en novembre 2005 publié dans le Peuple n° 1622.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Vous critiquez l’Economie sociale et solidaire mais n’osez pas vous dire écococialiste !
7 mars 2006 - 11h13

Qu’est-ce que l’écosocialisme de Michaël LOWY est sur le site "La Gauche"

Voici juste un extrait

Croissance exponentielle de la polution de l’air dans les grandes villes, de l’eau potable et de l’environnement en général ; rechauffement de la planète, début de fusion des glaces polaires, multiplication des catastrophes "naturelles" ; début de destruction de la cape d’ozone ; destruction, à une vitesse grandissante, des forêts tropicales et réduction rapide de la bio-diversité par l’extinction de miliers d’espèces ; epuisement des sols, désertification ; accumulation de déchets, notamment nucléaires, impossibles à gérer ; multiplication des accidents nucléaires et ménace d’un nouveau Tchernobyl ; pollution de la nourriture, manipulations génétiques, "vache folle", boeuf aux hormones. Tous les clignotants sont au rouge : il est évident que la course folle au profit, la logique productiviste et mercantile de la civilisation capitaliste/industrielle nous conduit à une désastre écologique aux proportions incalculables. Ce n’est pas céder au " catastrophisme " que de constater que la dynamique de " croissance " infinie induite par l’expansion capitaliste ménace de déstruction les fondements naturels de la vie humaine sur la planète.[1]

Comment réagir face à ce danger ? Le socialisme et l’écologie - ou du moins certains de ses courants - ont des objectifs communs, qui impliquent une mise en question de l’autonomisation de l’économie, du règne de la quantification, de la production comme but en soi, de la dictature de l’argent, de la réduction de l’univers social au calcul des marges de rentabilité et aux besoins de l’accumulation du capital. Ils se réclament tous les deux de valeurs qualitatives : la valeur d’usage, la satisfaction des besoins, l’égalité sociale pour les uns, la sauvegarde de la nature, l’équilibre écologique pour les autres. Tous les deux conçoivent l’économie comme "encastrée" dans l’environnement : social pour les uns, naturel pour les autres.

Cela dit, des divergences de fond ont jusqu’ici séparé les "rouges" des "verts", les marxistes des écologistes. Les écologistes accusent Marx et Engels de productivisme. Cette accusation est-elle justifiée ? Oui et non.

Non, dans la mesure où personne n’a autant dénoncé que Marx la logique capitaliste de production pour la production, l’accumulation du capital , des richesses et des marchandises comme but en soi. L’idée même de socialisme - au contraire de ses misérables contrefaçons bureaucratiques - est celle d’une production de valeurs d’usage, de biens nécessaires à la satisfaction de nécéssités humaines. L’objectif suprême du progrès technique pour Marx n’est pas l’accroissement infini de biens ("l’avoir") mais la réduction de la journée de travail, et l’accroissement du temps libre ("l’être").

Oui, dans la mesure où l’on trouve souvent chez Marx ou Engels (et encore plus dans le marxisme ultérieur) une tendance à faire du "dévéloppement des forces productives" le principal vecteur du progrès, et une posture peu critique envers la civilisation industrielle, notamment dans son rapport destructeur à l’environnement.

En réalité, on trouve dans les écrits de Marx et d’Engels de quoi alimenter les deux interprétations. La question écologique est, à mon avis, le grand defi pour un rénouveau de la pensée marxiste au seuil du XXIème siècle. Elle exige des marxistes une revision critique profonde de leur conception traditionnelle des "forces productives", ainsi qu’une rupture radicale avec l’idéologie du progrès linéaire et avec le paradigme technologique et économique de la civilisation industrielle moderne.

Walter Benjamin fut un des premiers marxistes au 20ème siècle a se poser ce type de question : dès 1928, dans son livre Sens Unique il dénonçait l’idée de domination de la nature comme "un enseignement impérialiste" et proposait une nouvelle conception de la technique comme "maîtrise du rapport entre la nature et l’humanité". Quelques années plus tard, dans les Thèses sur le concept d’histoire il se propose d’enrichir le matérialisme historique avec les idées de Fourier, ce visionnaire utopique qui avait rêvé "d’un travail qui, bien loin d’exploiter la nature, est en mesure de faire naître d’elle les créations qui sommeillent en son sein".[2]

Aujourd’hui encore le marxisme est loin d’avoir comblé son rétard dans ce terrain. Mais certaines reflexions commencent à s’attaquer à cette tâche. Une piste féconde a été ouverte par l’écologiste et "marxiste-polanyiste" américain James O’Connor : il faut ajouter à la prémière contradiction du capitalisme, examinée par Marx, celle entre forces et rapports de production, une deuxième contradiction, celle entre les forces productives et les conditions de production : les travailleurs, l’espace urbain, la nature. Par sa dynamique expansioniste, le capital met en danger ou détruit ses propres conditions, à commencer par l’environnement naturel - une possibilité que Marx n’avait pas pris suffisamment en considération.[3]

.../...



> Vous critiquez l’Economie sociale et solidaire mais n’osez pas vous dire écococialiste !
7 mars 2006 - 11h24 - Posté par

Autre extrait de Jean-Marie HARRIBEY consultable in extenso sur le site d’ATTAC France

L’économie sociale et solidaire : appendice ou faux-fuyant ?

.../...

La deuxième justification de l’économie sociale et solidaire porte sur l’articulation entre le marchand et le non marchand.

Pour définir le contenu de l’économie sociale et solidaire, on parle aujourd’hui de tiers-secteur, certains d’économie quaternaire,[5] pour désigner les activités utiles socialement et qui doivent être impulsées par la collectivité. Le tiers-secteur viendrait compléter le secteur marchand et le secteur non marchand. Mais inventer un nouveau concept pour cela est inutile et trompeur. Pour plusieurs raisons.

La première est d’ordre logique. Une activité économique monétaire ne peut être qualifiée à la fois de ni marchande ni non marchande : elle est l’une ou l’autre, avec ou non exclusif puisqu’elle peut être mixte. Ce qui est appelé à tort tiers-secteur, et qu’il vaudrait mieux nommer secteur mixte ou hybride, ne sera sans doute pas le plus souvent étatique, mais s’il requiert, au moins au départ, un financement collectif, il n’échappera pas à son caractère monétaire non marchand[6]. S’il s’agissait d’un secteur non marchand et non monétaire à la fois, il ne pourrait être, par définition, réintroduit au sein de la chrématistique d’Aristote, puisqu’il relèverait exclusivement de la sphère privée, c’est-à-dire du champ de la production exclusive de valeurs d’usage, l’ “ économie ” aristotélicienne. Le tort des concepteurs du tiers-secteur est de gommer la distinction entre valeurs d’usage et valeurs d’échange pour faire de ce tiers-secteur social un pan de l’économie, non plus dans son sens aristotélicien, mais dans son sens moderne réducteur. Ils imaginent une société sur la base du schéma 2 au lieu de la voir selon le schéma 3.

Dans le schéma 3, l’espace correspondant à la société et n’appartenant ni au marchand ni au non marchand – le complémentaire du marchand et du non marchand dans l’ensemble formé par la société – ne relève pas de l’économie monétaire mais des relations entre les individus que l’on peut appeler primaires parce qu’elles correspondent au domaine strictement privé ou à celui de la sociabilité pure, et qu’il serait absurde de monétariser, notamment en en faisant le champ d’application d’une allocation universelle.

La deuxième raison du caractère trompeur de la notion de tiers-secteur est qu’elle est utilisée pour ne pas s’affronter au dogme libéral pourchassant toute cause de nouvelle augmentation des prélèvements obligatoires. En laissant croire qu’il y aurait un troisième secteur qui ne serait pas non marchand, c’est-à-dire qui ne ferait pas appel à un financement collectif, ses partisans entretiennent une ambiguïté politique. Mais surtout, on peut craindre que le développement de ce tiers-secteur serve de prétexte à la poursuite de la remise en cause de la protection sociale et à la compression drastique des programmes sociaux pris en charge par l’Etat qui se déchargerait de ses responsabilités sur les associations et se défausserait sur elles de l’extension d’un emploi plus fragile, précaire et dont la rémunération serait l’addition de multiples petites aides ou financements, faisant perdre toute consistance à la notion de salaire et contribuant un peu plus à vider de son contenu le droit du travail. Il n’y a bien sûr là aucun déterminisme inévitable, simplement de gros risques qui commencent à devenir réalité dans les pays où le tiers-secteur a connu un développement important, tel le Canada.

Ce qui est gênant dans la notion de tiers-secteur, c’est qu’elle contient une critique implicite de l’Etat sans que l’on sache si celle-ci s’adresse aux imperfections et dysfonctionnements de l’Etat-providence ou si elle vise l’Etat lui-même décidant des objectifs, fixant des priorités et mettant en œuvre des politiques. Le tiers-secteur ne serait-il qu’une machine de guerre contre les services publics, en tirant argument de leurs défauts, non pour supprimer les défauts mais les services eux-mêmes ?

.../...


Vous critiquez l’Economie sociale et solidaire mais n’osez pas vous dire écosocialiste !
2 janvier 2008 - 17h17

Bonjour,

Quelques avis :

Certes les entreprises d’ESS appartiennent à leurs sociétaires mais la question de la participation des salariés pose problème car elle n’est pas à la hauteur des valeurs démocratiques affichées.

je ne vois pas dans votre texte (Mais peut être est ce ailleurs ?) les freins, ou plutôt les limites qui empêchent d’aller aussi loin que vous le souhaitiez dans la participation des salariés à la démocratie de l’entreprise. En est on encore à ce que la coopération ouvrière reste une "auto exploitation de la classe ouvrière" ?

Face aux attaques du service publique les structures de l’ESS servent souvent de palliatifs aux désengagement de l’Etat.

Ne confondons pas les structures souvent associatives qui viennent en complément / remplacement / innovation de l’intervention de l’Etat. L’ESS comporte aussi une part non négligeable de structures dans le domaine marchand, qui mélangent démocratie et production. Même si ce n’est pas simple !

Les régles patronales et les rapports sociaux capital/travail n’y sont pas absents. Ainsi le le travail précaire y est évalué à 50%. Les salaires moyens sont inférieurs de 10% au salaire moyen des branches.

Les études démontrent que les plus faibles salaires sont supérieurs de 10% et les plus hauts inférieurs du même pourcentage, à responsabilité égale. Sur la précarité des postes, elle est surtout vraie, là encore, dans le domaine associatif. Mais elle est souvent acceptée et assumée collectivement par la structure et le salarié. Ce qui n’empêchent pas les dérapages, et les conflits.

L’ESS porte donc mal son nom puisqu’ elle est la porte ouverte au démantèlement du Code du travail. Cette hypocrisie se vérifie par le décalage entre les valeurs affichées et la concrétisation sur le terrain.

Cessons de banaliser ceux qui nous sont le plus proches... Au risque de se retrouver tout seul...

A ce titre nous pointons les critiques suivantes : recherche de la performance financière, éloignement de la réponse aux besoins des adhérents, mise en concurrence (mutuelles et institutions de prévoyance sur les contrats collectifs par exemple)

Pas faux... Sauf pour la recherche de satisfaction des besoins des adhérents, puisque leurs représentants sont les décideurs...

Au delà de la critique nécessaire, et souvent juste, posons nous aussi la question de l’investissement des lieux démocratiques. La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas... utilisons les lieux laissés aux adhérents / sociétaires / coopérateurs pour porter notre voix, nos voix et ainsi accompagner (Ouh, le vilain mot !) et participer au développement d’une étape (peut être) intermédiaire, mais de toute façon, utile dans l’immédait : le développement d’un système économique différent et plus humain.

Guillaume Chocteau, salarié associatif précaire
Http ://www.ressources-solidaires.org






La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT
Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
1 commentaire
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
3 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite