Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Refondation, la présomptueuse
de : Rina Gagliardi
jeudi 9 mars 2006 - 02h53 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 45.7 ko

de Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

Si quelqu’un qui n’en sait rien - mettons, le journaliste américain classique qui ne connaît de l’Italie que la mafia et la pizza - nous demandait de lui expliquer en quelques mots ce que c’est l’Unione, comment répondrions-nous ? Pour aller à l’essentiel : nous lui dirions qu’il s’agit d’une coalition entre l’Olivier et Refondation communiste, plus d’autres partis plus petits, dont le but est de battre le gouvernement de centre-droite aux prochaines élections législatives.

Et nous lui expliquerions aussi : si cette coalition gagne les élections du 9 avril, dans le nouveau gouvernement Prodi et dans le nouvel aménagement politico - institutionnel il y aura des communistes. Une évidence ? Pas du tout. Le visage ahuri de l’envoyé éventuel du *Washington Post* suffirait, à lui seul, à nous faire mesurer la "nouvelle" qui semble ici, chez nous, si escomptée et en réalité ne l’est pas : le rôle déterminant d’un parti communiste, de la force la plus représentative de la gauche d’alternative, à l’intérieur d’un rassemblement qui comprend l’opposition démocratique toute entière, jusqu’à ses composantes clairement modérées.

Presque une première fois, après quinze ans au moins. Cela ne fut pas le cas, naturellement, en 92, aux dernières élections proportionnelles. Cela ne fut pas le cas en 94 non plus, quand les "progressistes" (dont le PRC faisait partie) se présentèrent séparés du centre (post)chrétien-démocrate, ni en 96, quand le PRC signa avec l’Olivier un pacte de simple désistement, c’est-à-dire un accord électoral, ni, comme on s’en souvient mieux, lors de la (désastreuse) année 2001.

Cela arrive aujourd’hui, comme un aboutissement de processus complexes et d’années extraordinaires, denses de crises, de nouveaux mouvements, de différentes maturations : d’un côté les réformistes et les centristes ont dû renoncer à leurs conditions préjudicielles anticommunistes, idéologique comme politique, et reconnaître leur condition de non - autosuffisance ; du côté opposé, les communistes du Prc ont assumé en première personne le défi du gouvernement aussi, non seulement à cause de l’unité nécessaire (ou des contraintes du système électoral), mais aussi de l’occasion - formidable - qui s’est présentée.

Oui, c’est justement ainsi que nous pourrions l’expliquer à notre reporter imaginaire, venu du cœur de l’Empire : l’occasion était de celles qui ne pouvaient pas être gaspillées, du point de vue d’une force qui ne renonce pas à faire de la politique et à se confronter avec une dimension de masse. Et voila, justement, le Prc et son "enjeu" spécifique - non seulement la vérification de son poids électoral, de sa capacité à obtenir du consensus. Mais où se jouent les chances électorales et politiques de Refondation ? Le principal slogan de la campagne électorale dit, pour une fois, la vérité : "Veux-tu voir que l’Italie change pour de vrai ? Un souhait. Un espoir.

Mais surtout un pari : qu’il soit possible de battre la droite, de chasser Berlusconi et avec lui une classe politique peu présentable, mais aussi d’amorcer une nouvelle époque de la politique italienne. Et l’amorcer dans son contexte, à savoir en interrompant la malheureuse "loi du pendule" : celle selon laquelle la droite gouverne très mal, dévaste l’économie, appauvrit les travailleurs et les classes moyennes, est ensuite défaite et remplacée par des gouvernements démocratiques ou de centre-gauche, ou même de gauche, qui ensuite, avec quelques réglages, font en substance les mêmes choix, les mêmes politiques - dictés par les pouvoirs forts - de ceux qui les ont précédés.

Cette fois, donc, le Prc mise tout - voulons-nous le dire ainsi ? - sur ce profond besoin de changement qui parcourt depuis des années le "peuple de gauche" et qui depuis trop d’années reste insatisfait : c’est pourquoi il fait appel à la rationalité répandue dans le peuple, dans l’intellectualité de masse, chez les protagonistes des mille mouvements qui ont animé l’aube du 21ème siècle. Il demande à une large partie de la société - appauvrie dans ses poches, dans la matérialité de sa condition sociale, en somme, qu’elle soit "garantie" ou précaire, mais riche d’espoirs intelligents - de "se représenter" avec la plus grande détermination politique possible, ici et maintenant. De donner de la force, en somme, à une Chose de Gauche, qui pourra se servir du levier du gouvernement - sa présence dans les institutions - pour faire croître une gauche plus grande.

Y a-t-il de la présomption, dans cette approche ? On fait souvent cette remarque au Prc, même sous des formes moins gentilles, aussi bien dehors que dedans, aussi bien dans la discussion interne que dans les jugements de sympathisants et de non sympathisants . De gauche, ou par là, la critique revient toujours à l’argument traditionnel : on ne peut pas s’allier avec les réformistes, ou avec des partis qui n’ont pas renoncé à leur subalternité aux diktat néolibéraux, atlantiques, interclassistes et ainsi de suite. Cela veut dire non seulement que le Prc ne peut pas y arriver, à imposer vraiment un virage réformateur, mais que les rapports de force restent de toute façon défavorables.

Et que, de quelque façon que les choses puissent tourner, le destin d’une alliance, ou d’un pacte politique et programmatique, est escompté : "notre" fléchissement. De droite, ou par là, l’objection est, elle aussi, classique : le manque de fiabilité d’une force communiste, pour capable qu’elle ait été de produire de l’innovation idéologique et idéale. Que cela ne semble pas paradoxal, mais la conclusion est la même : pour devenir crédible, Refondation ne peut que céder - renoncer à ses propositions, idées, patrimoine et ainsi de suite, prendre acte que, en 2006, non pas le communisme, mais l’idée même de changement du monde n’ont plus de cours.

Au fond, dans cette campagne électorale Refondation communiste aura à se mesurer avec cette double dimension critique, nourrie de soupçons et de méfiances qui serpentent : Refondation devra lui faire face sérieusement, en faisant vivre son identité complexe, irréductible à des certitudes schématiques et en privilégiant son nécessaire rôle de frontière. Il n’est pas vrai, encore moins aujourd’hui, que les seules alternatives données soient celles du repli et de la fuite : au milieu il y a la politique, capable, parmi mille fatigues et contradictions, de déplacer en avant le terrain, de gagner des résultats, de réaliser les ruptures et les recompositions triomphantes. Il n’est pas vrai que le réformisme soit en bonne santé : il est plus que jamais une nébuleuse qui contient tout et le contraire de tout.

Il n’est pas vrai que des politiques de redistribution du revenu - c’est-à-dire du pouvoir réel - en faveur des classes subalternes, tellement pénalisées ces dernières années, soient impossibles : c’est la seule recette qui puisse commencer à inverser le fameux "déclin de l’Italie" dont on parle tant. Il n’est pas vrai que les mouvements soient destinés à être mis en crise définitive par un gouvernement soi-disant "ami" : l’autonomie des mouvements, aussi bien que de la société civile, est aussi la vraie garantie d’une refondation de la politique.

Somme toute, on découvre que le Prc "présume", oui, mais pas de lui-même : de ses militants, de ses amis, de ses électeurs, auxquels il demande beaucoup (un vote, une délégation institutionnelle), mais desquels, aussi, il attend beaucoup. Il ne les trompe pas, avec quatre slogans tonitruants. Il ne les rassure pas par des promesses retentissantes. Il les invite, aussi et surtout, à être et à rester la défense d’eux-mêmes. Il y a ici le sens de la difficulté du pari. Mais aussi tout son charme.

http://www.liberazione.it



Imprimer cet article





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Sous un gouvernement qui emprisonne injustement n'importe qui, la vraie place d'un homme juste est en prison. Henry David Thoreau (1817-1862)
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite