Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Deux idées de l’Italie

de : MASSIMO GIANNINI
jeudi 16 mars 2006 - 08h29 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.5 ko

de MASSIMO GIANNINI traduit de l’italien par karl&rosa

Le "plan quinquennal de l’ennui", qui selon les chantres désinvoltes de Silvio Berlusconi devait démarrer hier soir à 21h, a fait sa première victime. C’est le Cavaliere lui-même, qui a tristement échoué dans son premier face-à-face télévisuel avec Romano Prodi. Cela devait être "une invitation à dîner avec les électeurs indécis", comme l’avait écrit hier le Financial Times, en interprétant les intentions du président du Conseil. Le souverain séduisant, optimiste et post-moderne, qui avait enchanté les Italiens en 1994 et en 2001 n’est arrivé à exprimer que l’exact contraire de ce que jadis lui aurait suggéré son meilleur super ego. Il est apparu comme ce qu’il est devenu aujourd’hui : non pas le "caïman généreux et auto ironique" chanté par Giulano Ferrara, mais un leader rancunier et aphasique, qui a épuisé tout ce qu’il avait à offrir de bon ou de mauvais.

Ce premier défi électoral, c’est Prodi qui l’a gagné . En partie à cause de ses mérites. Dans les limites du possible, le Professeur a essayé de transmettre à ceux qui l’écoutaient un message positif et surtout tourné vers l’avenir. Il a essayé de lancer des signaux d’espoir à un pays éreinté. Il a essayé de formuler des invitations à la cohésion à une Italie déçue qui, dans la féroce balkanisation politique de ces dernières années et dans le débat stérile entre théorie du programme et théorie du déclin de ces derniers jours, risque de s’égarer à jamais. Mais le Professeur a gagné surtout à cause des démérites du Cavaliere.

Dans la méthode, Berlusconi a démontré ce qu’on savait déjà. Encerclé dans un cadre de règles rigides et enfin codifiées, le premier ministre devient un animal blessé, qui se démène et n’arrive à communiquer que sa tension, son nervosisme et son intolérance.

Il a dépassé plusieurs fois les temps impartis à ses réponses, en essayent de prolonger au-delà des limites la séquelle rituelle de soi-disant "mérites" conquis sur le terrain par son gouvernement. Il a même gaspillé l’ultime possibilité offerte par le face-à-face pour dire quelque chose d’original et de constructif, c’est-à-dire les trois minutes de l’appel final aux électeurs. Plutôt que d’esquisser au moins un brin de proposition pour la prochaine législature, plutôt que de proposer deux idées ou même une autre promesse quelconque pour convaincre ces presque 10 millions d’indécis que cela vaut encore la peine de parier sur le rêve berlusconien, il a gaspillé ses secondes précieuses pour se plaindre du "format", pour répéter encore une fois le refrain rancunier contre l’égalité des chances dans le temps d’antenne et pour attaquer la "gauche" habituelle des vieux bolcheviks recyclés.

Orphelin de sa troupe d’interviewers complaisants et de metteurs en scène personnels, désarmé dans son radotage torrentiel par la course inexorable du chronomètre, le premier ministre a implosé, enveloppé et emprisonné par un canon qui pour lui n’est pas naturel et pour cela inacceptable. En dénaturant McLuhan, il a déchargé sur le média (le format télévisuel) l’insuffisance du message (sa proposition politique). Il est aussi possible que cette heure et demie de questions et de réponses rigidement contingentées, ces cadrages fixes froidement partagés aient nui au "spectacle".

Il est aussi possible qu’ici et là elles aient été effectivement "ennuyeuses". Mais s, pour une fois, la compétition politique italienne cesse d’être ce cirque médiatique pyrotechnique que nous avons connu ces dernières années, où le plus fort se balade à l’état sauvage sur toutes les vertes vallées de l’éther, le spectateur y perd peut-être quelque chose en émotion, mais il peut y gagner beaucoup en compréhension. Le "système américain de chez nous", comme certains détracteurs bleus l’ont défini, a fonctionné comme il se devait. Les 32 pages de règlement qui règlent depuis des décennies les débats télévisuels présidentiels aux Etats-Unis, détaillées au maximum, peuvent même apparaître surréalistes dans l’allègre et inconscient "Silvioland" où nous vivons depuis cinq ans.

Mais dans ces limites et dans ces contraintes, que les parties en compétition acceptent de s’auto imposer, il y a la fatigue et donc l’essence d’une démocratie libérale digne de cette définition. C’est pourquoi Berlusconi en souffre, lui qui est habitué à cet étrange régime libéral-télécratique qu’il a construit sur lui-même et qu’il a prescrit à la nation.

Dans le mérite, Berlusconi a répété ce qu’on craignait déjà. Des chiffres et de l’idéologie. L’habituel plat réchauffé de données non vérifiables sur toutes les merveilles que son gouvernement a servies au Pays. La rance lavasse habituelle d’accusations à la "gauche" et aux "communistes", évoqués jusqu’à l’obsession psychotique. Prodi a souffert quelques fentes sur Refondation et sur le "Bertinotti retrouvé", un conspirateur déloyal en ’98, un homme d’honneur en 2006. Mais sur différentes questions concrètes il a eu beau jeu sur le premier : de l’euro aux taxes, du conflit d’intérêts aux ouvrages publics, de la concertation au rôle des femmes.

La véritable limite du débat est que les deux leaders se sont beaucoup disputés sur le passé, en se renvoyant des accusations et des carences et discuté très peu de l’avenir. Comme l’a dit à juste titre Marco Follini, l’émission concernait la compétition dialectique entre l’Italie de 1996 et celle de 2001. Ce qui a manqué, c’ est l’Italie de 2006. Mais, même dans ce cas, on doit dire honnêtement que la responsabilité principale en revient au Cavaliere. Enfermé dans son château de cartes, Berlusconi se berce de pure virtualité factuelle. Dans sa biographie personnelle, il transfigure la vie d’une Italie qui n’existe pas. Il ne sait faire rien d’autre que parler de lui, de ce qu’il a fait pour le bien de l’Italie, qui est ingrate et ne le lui reconnaît pas. Ça aussi c’est une stratégie politique, empruntée aux républicains américains : pour battre l’adversaire, n’importe quel adversaire, il faut mettre en doute et miner l’idée même de "faits". Pour y arriver, il faut un système médiatique contrôlé et complaisant : comme l’écrit Alexander Stille dans son Citizen Berlusconi, la devise fondamentale du journalisme et du discours politique moderne est que "tu as le droit de tes opinions, mais pas de tes faits". Dans cette législature, le Cavaliere, exactement comme la droite de Bush, a créé ses propres faits. En laissant de côté la réalité.

Ainsi la méthode revient se souder au mérite. Plus le journalisme et le discours politique deviennent objectifs et aseptiques, plus le miracle berlusconien s’évapore. Et un peu de bon sens de Prodi redevient même utile, lui qui essaye au moins d’éviter le retour à la barbarie politico sociale qui a dominé ces dernières années. Deux différentes idées de l’Italie se confrontent et s’affrontent. Peut être quelque peu usées toutes les deux. Mais celle de Prodi a au moins un mérite : elle regarde vers le lendemain avec un peu d’espoir. Ce n’est pas beaucoup. Mais cela suffit, dans ce pays fatigué et démoralisé.

http://www.repubblica.it/2006/c/sez...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite