Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Deux idées de l’Italie


de : MASSIMO GIANNINI
jeudi 16 mars 2006 - 08h29 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.5 ko

de MASSIMO GIANNINI traduit de l’italien par karl&rosa

Le "plan quinquennal de l’ennui", qui selon les chantres désinvoltes de Silvio Berlusconi devait démarrer hier soir à 21h, a fait sa première victime. C’est le Cavaliere lui-même, qui a tristement échoué dans son premier face-à-face télévisuel avec Romano Prodi. Cela devait être "une invitation à dîner avec les électeurs indécis", comme l’avait écrit hier le Financial Times, en interprétant les intentions du président du Conseil. Le souverain séduisant, optimiste et post-moderne, qui avait enchanté les Italiens en 1994 et en 2001 n’est arrivé à exprimer que l’exact contraire de ce que jadis lui aurait suggéré son meilleur super ego. Il est apparu comme ce qu’il est devenu aujourd’hui : non pas le "caïman généreux et auto ironique" chanté par Giulano Ferrara, mais un leader rancunier et aphasique, qui a épuisé tout ce qu’il avait à offrir de bon ou de mauvais.

Ce premier défi électoral, c’est Prodi qui l’a gagné . En partie à cause de ses mérites. Dans les limites du possible, le Professeur a essayé de transmettre à ceux qui l’écoutaient un message positif et surtout tourné vers l’avenir. Il a essayé de lancer des signaux d’espoir à un pays éreinté. Il a essayé de formuler des invitations à la cohésion à une Italie déçue qui, dans la féroce balkanisation politique de ces dernières années et dans le débat stérile entre théorie du programme et théorie du déclin de ces derniers jours, risque de s’égarer à jamais. Mais le Professeur a gagné surtout à cause des démérites du Cavaliere.

Dans la méthode, Berlusconi a démontré ce qu’on savait déjà. Encerclé dans un cadre de règles rigides et enfin codifiées, le premier ministre devient un animal blessé, qui se démène et n’arrive à communiquer que sa tension, son nervosisme et son intolérance.

Il a dépassé plusieurs fois les temps impartis à ses réponses, en essayent de prolonger au-delà des limites la séquelle rituelle de soi-disant "mérites" conquis sur le terrain par son gouvernement. Il a même gaspillé l’ultime possibilité offerte par le face-à-face pour dire quelque chose d’original et de constructif, c’est-à-dire les trois minutes de l’appel final aux électeurs. Plutôt que d’esquisser au moins un brin de proposition pour la prochaine législature, plutôt que de proposer deux idées ou même une autre promesse quelconque pour convaincre ces presque 10 millions d’indécis que cela vaut encore la peine de parier sur le rêve berlusconien, il a gaspillé ses secondes précieuses pour se plaindre du "format", pour répéter encore une fois le refrain rancunier contre l’égalité des chances dans le temps d’antenne et pour attaquer la "gauche" habituelle des vieux bolcheviks recyclés.

Orphelin de sa troupe d’interviewers complaisants et de metteurs en scène personnels, désarmé dans son radotage torrentiel par la course inexorable du chronomètre, le premier ministre a implosé, enveloppé et emprisonné par un canon qui pour lui n’est pas naturel et pour cela inacceptable. En dénaturant McLuhan, il a déchargé sur le média (le format télévisuel) l’insuffisance du message (sa proposition politique). Il est aussi possible que cette heure et demie de questions et de réponses rigidement contingentées, ces cadrages fixes froidement partagés aient nui au "spectacle".

Il est aussi possible qu’ici et là elles aient été effectivement "ennuyeuses". Mais s, pour une fois, la compétition politique italienne cesse d’être ce cirque médiatique pyrotechnique que nous avons connu ces dernières années, où le plus fort se balade à l’état sauvage sur toutes les vertes vallées de l’éther, le spectateur y perd peut-être quelque chose en émotion, mais il peut y gagner beaucoup en compréhension. Le "système américain de chez nous", comme certains détracteurs bleus l’ont défini, a fonctionné comme il se devait. Les 32 pages de règlement qui règlent depuis des décennies les débats télévisuels présidentiels aux Etats-Unis, détaillées au maximum, peuvent même apparaître surréalistes dans l’allègre et inconscient "Silvioland" où nous vivons depuis cinq ans.

Mais dans ces limites et dans ces contraintes, que les parties en compétition acceptent de s’auto imposer, il y a la fatigue et donc l’essence d’une démocratie libérale digne de cette définition. C’est pourquoi Berlusconi en souffre, lui qui est habitué à cet étrange régime libéral-télécratique qu’il a construit sur lui-même et qu’il a prescrit à la nation.

Dans le mérite, Berlusconi a répété ce qu’on craignait déjà. Des chiffres et de l’idéologie. L’habituel plat réchauffé de données non vérifiables sur toutes les merveilles que son gouvernement a servies au Pays. La rance lavasse habituelle d’accusations à la "gauche" et aux "communistes", évoqués jusqu’à l’obsession psychotique. Prodi a souffert quelques fentes sur Refondation et sur le "Bertinotti retrouvé", un conspirateur déloyal en ’98, un homme d’honneur en 2006. Mais sur différentes questions concrètes il a eu beau jeu sur le premier : de l’euro aux taxes, du conflit d’intérêts aux ouvrages publics, de la concertation au rôle des femmes.

La véritable limite du débat est que les deux leaders se sont beaucoup disputés sur le passé, en se renvoyant des accusations et des carences et discuté très peu de l’avenir. Comme l’a dit à juste titre Marco Follini, l’émission concernait la compétition dialectique entre l’Italie de 1996 et celle de 2001. Ce qui a manqué, c’ est l’Italie de 2006. Mais, même dans ce cas, on doit dire honnêtement que la responsabilité principale en revient au Cavaliere. Enfermé dans son château de cartes, Berlusconi se berce de pure virtualité factuelle. Dans sa biographie personnelle, il transfigure la vie d’une Italie qui n’existe pas. Il ne sait faire rien d’autre que parler de lui, de ce qu’il a fait pour le bien de l’Italie, qui est ingrate et ne le lui reconnaît pas. Ça aussi c’est une stratégie politique, empruntée aux républicains américains : pour battre l’adversaire, n’importe quel adversaire, il faut mettre en doute et miner l’idée même de "faits". Pour y arriver, il faut un système médiatique contrôlé et complaisant : comme l’écrit Alexander Stille dans son Citizen Berlusconi, la devise fondamentale du journalisme et du discours politique moderne est que "tu as le droit de tes opinions, mais pas de tes faits". Dans cette législature, le Cavaliere, exactement comme la droite de Bush, a créé ses propres faits. En laissant de côté la réalité.

Ainsi la méthode revient se souder au mérite. Plus le journalisme et le discours politique deviennent objectifs et aseptiques, plus le miracle berlusconien s’évapore. Et un peu de bon sens de Prodi redevient même utile, lui qui essaye au moins d’éviter le retour à la barbarie politico sociale qui a dominé ces dernières années. Deux différentes idées de l’Italie se confrontent et s’affrontent. Peut être quelque peu usées toutes les deux. Mais celle de Prodi a au moins un mérite : elle regarde vers le lendemain avec un peu d’espoir. Ce n’est pas beaucoup. Mais cela suffit, dans ce pays fatigué et démoralisé.

http://www.repubblica.it/2006/c/sez...



Imprimer cet article





Moins d’économie capitaliste, plus d’économie de service public et d’ESS
mercredi 8 - 01h06
de : Christian DELARUE (Conv SP)
La pandémie capitaliste
mardi 7 - 22h22
de : VIA CAMPESINA
Journal de confiné (6).
mardi 7 - 20h54
de : L’iena rabbioso
Coronavirus : à Hautmont, une aide-soignante mise à pied pour avoir interpellé sa direction
mardi 7 - 19h44
de : azard
COVID-19 : Les responsables devront payer !
mardi 7 - 16h44
de : JO
1 commentaire
Sois confiné et tais-toi !
mardi 7 - 16h27
de : Claude Janvier
La campagne 7 avril 2020 « Notre Santé n’est Pas à Vendre » - Réseau européen
mardi 7 - 00h17
de : Christian DELARUE (Conv SP)
1 commentaire
TRAVAIL SALARIE : ne pas dépasser la dose prescrite (35H)
lundi 6 - 21h01
de : Christian DELARUE
Journal de confiné (6).
lundi 6 - 18h54
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
La réponse de Cuba au coronavirus fait honte aux autres pays
lundi 6 - 15h40
de : JO
CHINE : durant l’Hommage aux morts du Covid19, BFM TV en manque de respect !
lundi 6 - 15h16
de : JO
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite