Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ALTERNANCE OU ALTERNATIVE ?


de : Giustiniano Rossi
vendredi 17 mars 2006 - 06h49 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 24.1 ko

de Giustiniano Rossi, du Collectif Bellaciao traduit de l’italien par karl&Rosa

Ils étaient nombreux à vouloir y croire, quand finalement le Prince des médias, Silvio Berlusconi, a daigné accepter une confrontation avec son adversaire aux élections politiques dans le respect des règles du "face à face" à l’américaine, devenues désormais universelles, comme le chewing-gum, le coca-cola et le rock’n roll, auprès de toutes les démocraties présentables dans les salons de la bourgeoisie internationale.

Bien sûr, la différence est grande, au moins au niveau de l’image, entre un Berlusconi livide, désormais fini, quelque soit l’issue des élections, contraint dans une camisole de force qui ne lui garantit pas, comme d’habitude, le libre cours de sa logorrhée, les demandes de vendeurs de plume complaisants, les cadrages complices, les interruptions à profusion et tout l’attirail de l’arrogance du pouvoir, sans autre limite que la fantaisie de son titulaire, et un Prodi, rassurant, paternel, somme toute compétent, avec son visage grassouillet de chrétien démocrate d’une autre époque, à mi chemin entre le rassurant curé de campagne et l’ami des joueurs de pétanque, un peu Don Camillo et un peu Peppone.

Mais quand on passe de la forme à la substance, l’idée que l’on retire de la confrontation entre les deux devient autre. Cela ne nous intéresse pas tellement de nous appesantir sur Berlusconi, un homme dont le quinquennat fut inauguré par la mort de Carlo Giuliani et sur lequel la meilleure part du peuple italien a exprimé, depuis des années, son jugement. C’est Prodi qui nous intéresse, celui qui dirige la coalition de tous ceux qui sont disponibles à combattre la baleine bleue et le bestiaire fasciste, xénophobe, grenouille de bénitier et raciste qui l’accompagne. Berlusconi, nous le savons, représente le libéralisme maison, un inextricable écheveau de mafia et de P2, de Craxi et de Milan de l’argent facile, de télé poubelle et de paradis fiscaux, de corruption et de finance créative, de constructions immobilières abusives et de révisionnisme historique, publicité, publicité, publicité...

Avant tout, qu’est-ce qui oppose Prodi à Berlusconi sur le problème du travail ? Ceux qui attendaient des affirmations décidées sur la nécessité de commencer, au moins, à redistribuer la richesse soustraite aux travailleurs, dont les salaires ne suffisent même plus désormais à arriver à la fin du mois, à combattre la précarisation des contrats de travail, ou carrément leur disparition, à taxer le revenu financier au moins dans la même mesure que les autres pays de l’Union européenne, à introduire une forte progression des prélèvements fiscaux de manière à combattre la tendance à la concentration de la richesse dans les mains d’un petit nombre et à l’appauvrissement du grand nombre qui la produit, à réintroduire l’impôt sur les successions, en bref, à prélever des portefeuilles des patrons le nécessaire pour doter l’Etat de ressources adéquates à sa mission envers les citoyens, les jeunes, les femmes, les vieux, les migrants, les handicapés et tous ceux qui dépendent de la collectivité pour la satisfaction de leurs besoins primaires, tous ceux qui attendaient ces affirmations sont restés sur leur faim.

Et bien, Prodi a rassuré son adversaire et les téléspectateurs : il n’entend pas détruire tout ce qu’a construit le gouvernement Berlusconi mais seulement procéder avec des moyens différents. Il propose à nouveau la concertation avec les organisations syndicales, il s’engage à ne pas introduire de nouveaux impôts, à alléger encore l’Etat et toutes les mesures visant à ramener l’Italie sur la voie du libéralisme classique, celui du Traité Constitutionnel européen et de la directive Bolkestein, de la privatisation des services et de leur ouverture à la concurrence internationale et il s’enorgueillit, en effet, des jugements positifs du Wall Street Journal et d’autres grands titres de la presse "alternative" internationale envers son programme, désormais sponsorisé, comme on le sait, même par la Cofindustria et par le Corriere della Sera.

Quand on aborde la question des femmes, à partir d’une demande sur les quotas roses, Prodi propose à nouveau l’image de la famille classique, de la maman avec plein d’enfants, de la femme dont l’être au monde - c’est au moins l’impression qu’il donne - est justifié par sa fonction de reproduction. Les femmes présentes pensaient qu’il parlerait de défense de la 194, de PACS, de conquête, finalement, de la laïcité de l’Etat contre les tendances confessionnelles désormais débordantes. Une laïcité d’autant plus importante dans un pays, l’Italie, où les écoles, les tribunaux et tous les sièges des administrations publiques sont depuis toujours pleins de crucifix, où l’Etat finance l’Eglise et les écoles catholiques, une laïcité qui est garante du libre choix des femmes en matière de sexualité, de maternité, d’avortement. Et pas seulement des femmes mais aussi de nombreux gays, lesbiennes, transsexuels, qui n’entendent plus cacher leurs vies ou en avoir honte et demandent une parité des droits avec les citoyens hétérosexuels.

Quand on aborde la question de l’énergie, Prodi ne prononce pas une seule parole pour dénoncer l’urgence d’en finir avec les sources d’énergie non renouvelables, pour mettre en route des programmes d’investissement dans les énergies alternatives, dans les nouvelles technologies pour l’exploitation de l’énergie éolienne, géothermique, solaire, des biomasses pour éviter le collapsus imminent. Même discours en ce qui concerne la gestion des déchets : Prodi fait les louanges de la situation des Pouilles, où l’installation d’un incinérateur est réalisée, d’après ce qu’il dit, par une administration de gauche, après avoir été longtemps bloquée par un gouvernement régional de droite ; elles sont loin, bien loin, les luttes qui se sont développées un peu partout en Italie contre les incinérateurs, en faveur du tri des déchets, du recyclage et de l’élimination avec traitement à froid qui rend définitivement inertes les résidus...

Quand on aborde la question des grands travaux, Prodi soutient que le problème ce sont les si nombreux chantiers commencés sans que les travaux ne soient conclus et le manque de concertation avec les populations concernées. Il promet en substance la réalisation du TAV qui fait partie du couloir Ouest Est de l’Europe, un des deux axes fondamentaux, selon lui, pour le transport des voyageurs et des marchandises. Pas même une parole sur l’opportunité de revoir le concept des grands travaux d’infrastructure et de leurs rapports avec les petites infrastructures qui sont celles qui permettent aux gens d’aller travailler, de disposer d’eau potable, d’être à l’abri des glissements de terrain et des inondations. Pour faire ne serait-ce qu’un exemple, dans un pays comme le nôtre, où les accidents ferroviaires sont désormais monnaie courante, où les temps de trajet en sont restés aux années cinquante - ou au début du siècle, comme en Sicile et dans toute l’Italie méridionale - où la qualité du matériel roulant est plus que médiocre, où la ponctualité est un rêve, Prodi continue à magnifier la ligne ferroviaire à grande vitesse Florence - Bologne qui a ébranlé l’Apennin, desséché ses ressources en eau, massacré le territoire et provoqué d’irréparables dommages de milliards d’euros sans se traduire par le moindre bénéfice pour les populations des territoires qu’elle traverse.

Quand on aborde la question des migrants, Prodi rassure : on ne touche pas aux centres de permanence temporaire, il s’agit seulement d’en confier la gestion aux communes afin que les forces de police qui ont fait jusque là, selon lui, un excellent travail, puissent se consacrer à d’autres missions. Devant l’émergence de l’émigration due à la faim, à la guerre, au manque d’assistance et d’instruction, à une répartition mondiale de la richesse dont la réalité est trop bien connue pour que nous la rappelions ici par des chiffres, la réponse ne se distingue pas de celle de l’immigration choisie, en alternative à l’immigration subie, celle qui comporte des quotas d’immigrés négociés avec les pays d’émigration, car "les entreprises italiennes ont besoin des immigrés". Rien ou pratiquement rien sur la citoyenneté de résidence.

Sur la question de la guerre, pas une parole sur l’horrible aventure irakienne, on a l’impression de ne pas être en Italie, le pays qui, ces trois dernières années, a donné vie au plus large mouvement en Europe pour la paix " sans si et sans mais", amenant dans les rues des millions de personnes à manifester contre la guerre. Sur l’éventuelle collaboration de l’Italie à une "opération chirurgicale" envers l’Iran, Prodi spécifie que cela ne pourra avoir lieu que si elle est décidée par l’ONU. Un progrès, certes, par rapport aux bombardements humanitaires en Yougoslavie, sous le glorieux drapeau de l’OTAN, pour rendre le territoire du Kosovo en mesure d’héberger deux immenses bases militaires américaines qui servent, nous en sommes certains, à monter la garde des institutions démocratiques et de l’autonomie de cette province. Mais un progrès tellement petit que Prodi et Berlusconi en arrivent carrément à une espèce d’entente bi partisane sur le sujet, exprimant tous deux l’espoir que le bon sens, naturellement de la part des Iraniens, l’emporte. Pas même non plus, un mot de critique envers les puissances nucléaires classiques qui prétendent prescrire aux autres ce qu’elles n’ont jamais appliqué elles-mêmes, ni sur la politique des deux poids, deux mesures qui prétend de l’Irak, on se demande pourquoi, ce que l’on n’a jamais prétendu d’Israël, ou bien du Pakistan, ou de l’Inde ou de qui sait d’autre encore ! On a presque l’impression, mais c’est sûrement une hallucination, d’être aux USA, où tout le monde sait que, si les différences entre le parti républicain et le parti démocratique sont minimes en politique intérieure, elles sont certainement nulles en politique extérieure. C’est le démocrate Kennedy, l’homme politique dont s’inspire, comme d’un modèle, le maire actuel de Rome, Walter Veltroni, qui fut à l’origine de l’expédition de la Baie des Cochons, à Cuba, il y a plus de quarante ans.

La cerise sur le gâteau concerne Bertinotti, dont l’épouvantail est agité par Berlusconi, avec la dangereuse armée des verts, alter mondialistes, et même des jeunes des centres sociaux qui sont tous ses alliés et tous diaboliquement d’accord pour vouloir introduire un impôt sur la fortune, empêcher la réalisation d’ouvrages publics, aussi indispensables peut-être que le pont sur le détroit de Messine, le TAV dans le Val de Suse, les sacro-saintes autoroutes, les incinérateurs...et plus il y en a plus on en rajoute. Prodi s’érige en défenseur de celui qui, il y a quelques années, avait été la cible de toutes les accusations quand, suite à la non application d’ éléments de programme décidés ensemble, comme la réduction du temps de travail, avait retiré son soutien à son gouvernement, qui existait pourtant grâce à une victoire électorale dont Rifondazione avait été l’élément déterminant. Bertinotti est un homme d’honneur et tiendra sa parole : Prodi ressent le besoin de donner une telle assurance à l’homme du déshonneur, responsable de corruption, de faux de bilans, d’exportation illégale de capitaux, déjà inscrit à la loge maçonnique P2, bon ami de la mafia, compère de Craxi et de tant d’autres voleurs estampillés, réchappé jusqu’ici de la prison grâce à ses avocats et à son argent et qui, malgré toutes les lois sur mesure mises en ouvre par son gouvernement n’a pas réussi à se libérer de tous les procès qui le concernent et qui l’attendent, au moins nous l’espérons, après les élections. On reste perplexe. L’unique chose claire qui soit sortie de la bouche de Prodi concerne le conflit d’intérêts que son gouvernement entend réguler par loi : c’est le seul élément net d’auto critique par rapport à son précédent gouvernement et aux gouvernements de sa coalition.

Mais, malheureusement pour nous qui luttons pour une alternative et qui ne nous contentons pas d’une alternance, il n’y a, au moins actuellement, aucun autre chemin, nous devons essayer quand même : rendez-vous une minute après la victoire de ce comité de libération national nouveau-né, avec l’engagement de lutter pour empêcher que, en 2006 comme en 1945, ce soient les habituels connus, les véritables responsables de la situation actuelle, ceux qui en sont arrivés à mettre sur le même plan les partisans et les "gamins de Salo’", ceux à qui l’opportunisme fait égarer même leur identité d’origine, que ce soit eux qui en recueillent les fruits en inaugurant de nouvelles, vieilles convergences parallèles grâce à la réalisation de leur unique idée politique : la conquête du "centre".



Imprimer cet article





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite