Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Ciao Berlusconi ?


de : Paul Falzon
lundi 10 avril 2006 - 00h20 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 29.2 ko

Élections en Italie. À l’issue d’une campagne détestable, les électeurs choisiront dimanche et lundi entre leur très contesté premier ministre et le centre gauche de Romano Prodi.

de Paul Falzon

La campagne pour les législatives italiennes s’est achevée dans un climat de tension et de bassesse inédit dans l’histoire récente du pays. Avant de voter dimanche ou lundi, avant 15 heures, les 42 millions d’électeurs auront vu le premier ministre sortant Silvio Berlusconi, à nouveau chef de la droite, pourrir systématiquement la campagne de son rival de centre gauche Romano Prodi. Traité au mieux de « prête-nom », au pire d’« idiot » manipulé par ses alliés, accusé de vouloir préparer un régime « contre la liberté » en cas de victoire, l’ex-président de la Commission européenne aura eu le mérite de ne jamais répliquer sur le même niveau de haine et de mensonge - il aura tout de même dénoncé l’attitude de « délinquants politiques » de ses adversaires.

Cette dernière semaine de campagne a été sans doute la pire. Lundi, Silvio Berlusconi jouait son va-tout en promettant de supprimer la taxe foncière ; mardi, il traitait de « couillons » les électeurs de gauche ; mercredi, il tentait en vain une manoeuvre « éclair » pour s’exprimer sur l’une de ses trois chaînes de télévision, lesquelles ont toutes été condamnées par les autorités électorales pour lui avoir consacré trop de temps d’antenne ; jeudi, il dénonçait dans un délire paranoïaque un « complot » conjugué des juges, des médias et des patrons pour empêcher sa réélection.

Visiblement sous tension, le premier ministre a sans doute perdu en partie son sang-froid. Il a aussi conscience qu’il ne peut gagner la bataille en se basant sur le bilan objectif de ses cinq années de gouvernement. L’Italie de 2006 est en moins bonne santé économique que celle de 2001 (voir ci-dessous). La « Maison des libertés », la coalition que Berlusconi reconduit à l’identique cette année, a offert le spectacle permanent de luttes intestines entre Forza Italia (libérale), les populistes xénophobes de la Ligue du Nord, les conservateurs de l’Alliance nationale (AN, post-fasciste) et les centristes de l’UDC. L’activité du Parlement s’est concentrée sur des lois profitant personnellement à Silvio Berlusconi et sur des réformes clientélistes (régionalisation pour la Ligue du Nord, lois sécuritaires pour l’AN). Beaucoup d’Italiens sentent aussi que leur pays a régressé dans le domaine culturel et des libertés d’expression : une « berlusconisation » des esprits (voir ci-contre) que dénoncent nombre d’intellectuels dont récemment le cinéaste Nanni Moretti et la comique Sabina Guzzanti.

Pour une « société plus juste »

Ce recul général du débat public est sans doute le meilleur atout de Silvio Berlusconi pour inverser les sondages qui donnent à la droite 3 à 5 points de retard. Favorite, la coalition de l’Unione est issue d’un patient travail de dialogue entre communistes, écologistes, centristes de gauche et centristes tout court, sous la direction d’un Romano Prodi consacré par une mobilisation inespérée de quatre millions de sympathisants lors des primaires de novembre dernier. Son programme est un épais document de près de 300 pages qui, s’il manque parfois de propositions claires, se démarque sur tous les plans ou presque de l’action de la droite : relance des politiques de santé et d’aide sociale, taxation renforcée des revenus du capital, lutte contre la précarité, retrait d’Irak : le centre gauche veut offrir une « société plus juste », voire un autre « projet de civilisation » selon une expression chère au leader de Refondation communiste Fausto Bertinotti.

Reste à espérer que les électeurs usés par les cinq années de gestion Berlusconi se rendront aux urnes. Jamais le taux de personnes qui ne savent pas si elles vont aller voter, et pour qui, n’a été aussi fort dans un pays passionné de politique : jusqu’à un quart du corps électoral.

le « plus nocif » des dirigeants

Le dégoût de la politique se double d’un retour au scrutin proportionnel voulu par la droite pour limiter les frais d’une défaite attendue : le nouveau système a bloqué les listes - ce qui n’a pas incité les candidats non éligibles à se mobiliser - et mis un terme aux votes de « préférence » que les Italiens adoraient parce qu’il leur permet de privilégier leur candidat favori. Terne sur le terrain, détestable au plus haut niveau de la droite, cette campagne électorale s’achève dans le soulagement général. Et avec - l’espoir, à gauche, de renverser le dirigeant décrit comme « le plus nocif » pour l’Italie depuis le renversement du - fascisme.

http://www.humanite.fr/journal/2006...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Ciao Berlusconi ?
11 avril 2006 - 03h01

RICORDO

Mani pulite (en italien, Mains propres) est le nom d’une opération judiciaire lancée en 1992 contre la corruption du monde politique italien et qui a abouti à la disparition de partis comme la Démocratie chrétienne (DC) et le Parti socialiste italien (PSI). Le système de corruption et de pots-de-vin ainsi découvert fut baptisé Tangentopoli (de tangente, pot-de-vin, et de poli, ville en grec).

Brève histoire
Tangentopoli débute le 17 février 1992 lorsque le juge Antonio Di Pietro fait arrêter Mario Chiesa, un membre du Parti socialiste italien. Bettino Craxi, le dirigeant du PSI, niant l’existence de la corruption politique, baptisa Mario Chiesa de mariuolo (filou), de scheggia impazzita (une écharde devenu folle), à l’intérieur d’un PSI intègre. Lors des élections de 1992, la DC perdit des voix tout en conservant une majorité relative mais le Parlement était fragile ce qui aboutit à des élections anticipées en 1994. Entre-temps, dès avril 1992, de nombreux hommes politiques et d’industriels, surtout ceux de la majorité gouvernementale furent arrêtés. Les enquêtes débutèrent à Milan mais s’étendirent rapidement à d’autres villes. Un responsable politique du PSI avoua à deux carabiniers venus simplement lui remettre une amende les crimes qu’il avait commis. Le 2 septembre 1992, le socialiste Sergio Moroni se suicida, en se déclarant coupable. Sa fille, Chiara Moroni a été élue députée avec l’appui de Silvio Berlusconi. Ces années sont aussi marquées par le double assassinat de Giovanni Falcone, un des membres de l’équipe de juges antimafia et par celui de son collègue Paolo Borsellino.

Lors des élections locales, la DC perdit la moitié des voix. Le lendemain Bettino Craxi fut accusé de corruption et finit par démissionner. Le 5 mars 1993, le gouvernement Giuliano Amato et son ministre de la Justice, Luigi Conso, essayèrent, au travers d’une loi sur le financement des partis, de provoquer une amnistie générale. Mais le président de la République Oscar Luigi Scalfaro refusa de signer cette loi. La semaine suivante, un scandale concernant l’ENI fut révélé, pour 250 millions de dollars.

Le 25 mars 1993, le Parlement italien modifia le mode de scrutin en scrutin majoritaire provoquant des référendums pour abroger cette loi. Carlo Azeglio Ciampi, ancien gouverneur de la Banque d’Italie fut alors nommé Président du Conseil, premier non-politique à ce poste. Lors des élections locales qui suivirent la DC et le PSI perdirent encore des voix. La Ligue du Nord devint la principale force politique dans le nord de l’Italie (mouvement de protestation xénophobe, favorable à l’indépendance de la plaine du Pô, alimenté par un dégoût de la chose politique).

Le 20 juillet 1993, l’ancien président de l’ENI, Gabriele Cagliari se suicida en prison. Son épouse rendit plus de 6 milliards de lires de fonds illégaux. Au même moment débuta le procès de Sergio Cusani. Ce dernier était accusé de crimes liés à une joint-venture entre ENI et Montedison, baptisée Enimont. Le procès fut diffusé à la télévision. Ce procès culmina avec un Je ne me rappelle pas (Non ricordo) d’Arnaldo Forlani tandis que Bettino Craxi admit que le PSI avait reçu 93 millions de dollars de fonds illégaux. Pour sa défense, tous faisaient ça. Même la Ligue du Nord fut concernée par ce procès : Umberto Bossi et son ancien trésorier furent condamnés pour avoir reçu 200 millions de lires de financements illégaux. Même le Parti communiste italien fut accusé de corruption sans qu’il fut possible de trouver un coupable. Comme conclut le procureur Antonio Di Pietro : la responsabilité pénale est personnelle, je ne peux accuser quelqu’un qui s’appelle Communiste (prénom) et Parti (nom de famille).

En 1994, Silvio Berlusconi entra en politique (selon ses propres mots, il descendit dans le champ) et gagna les élections. Nombreux sont ceux qui pensent que cette descente est provoquée par sa volonté de protéger ses entreprises des accusations de corruption. Son fils admit le 11 février des crimes de corruption. Dès le 13 juillet 1994, son gouvernement fit adopter une loi pour éviter la prison pour la plus grande partie des crimes de corruption (loi approuvée le même jour où l’équipe nationale d’Italie battait la Bulgarie en demi-finales de la Coupe du monde de football). Malgré ce tour de passe-passe, le décret fut retiré suite aux protestations, ni Roberto Maroni, ministre de l’Intérieur (Ligue du Nord), ni Alfredo Biondi, ministre de la Justice, prétendirent ne l’avoir jamais lu (on soupçonne qu’il ait été écrit par Cesare Previti). Le 28 juillet, le fils de Berlusconi fut arrêté et immédiatement relâché.

Débuta alors une bataille entre Silvio Berlusconi et Antonio Di Pietro. Le contrôle des médias de la part de Berlusconi, permit de créer les conditions du FUD (fear, uncertainty and doubt, peur, incertitude et doutes). Le 6 décembre 1994, Antonio Di Pietro démissionne et deux semaines après, c’est le tour du gouvernement Berlusconi (avant un vote de défiance certain au Parlement). En 1995, c’est au tour de Di Pietro d’être accusé (mais il fut absout) tandis que de nouvelles affaires touchèrent Berlusconi. Di Pietro finit par fonder un mouvement politique Italia dei Valori.

En 1998, Cesare Previti, ancien dirigeant de la Fininvest, évita la prison grâce à son immunité parlementaire. Bettino Craxi, condamné définitivement, s’enfuit en Tunisie où il demeura en exil jusqu’à sa mort le 19 janvier 2000.

Depuis semble s’être développée une stratégie de la prescription, ce qui rend les poursuites de plus en plus incertaines et improbables. La victoire de Silvio Berlusconi en mai 2001 et l’adoption de lois ad personam confirment cette tendance.

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Mani_pulite »

Le 11 Avril 2006






RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL et semaine intergalactique !
dimanche 9 - 22h32
de : Sala Mandre
Pour une masculinité non prédatrice
dimanche 9 - 14h29
de : Christian Delarue
2 commentaires
Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
2 commentaires
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
3 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite