Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : la victoire en tremblant
de : Paul Falzon
jeudi 13 avril 2006 - 11h06 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 8 ko

Italie . À l’issue d’un scrutin serré aux multiples rebondissements, la coalition de centre gauche de Romano Prodi coiffe sur le fil les listes de Silvio Berlusconi. La droite demande un recompte.

de Paul Falzon Rome

Presque vingt et une heures auront séparé la fermeture des bureaux de vote en Italie de l’annonce, par Romano Prodi en personne de la victoire de l’Unione aux élections législatives. Un délai ahurissant pour un résultat crispant. La coalition de centre gauche l’emporte d’extrême justesse à la Chambre des députés, avec à peine 25 000 voix d’avance sur un total de 47 millions de votants. Au Sénat, ce sont les votes des Italiens de l’étranger qui auront fait la différence pour offrir une mini-majorité de 2 sièges à l’Unione.

Ironie du sort, le centre gauche aura finalement profité de la loi électorale tordue concoctée par la droite pour entraver sa victoire : minoritaires en voix, les listes soutenant Prodi sont en revanche arrivées en tête dans plus de régions que celles acquises à Berlusconi, une donnée fondamentale selon les règles inaugurées lors de ce scrutin. Le nouveau système permet aussi de dégager une majorité forte à la Chambre, où la coalition ayant le plus de suffrages emporte d’office 340 sièges sur 630 quelle que soit l’ampleur de sa victoire.

"Résultat de portée historique"

C’est donc sans attendre les résultats officiels que le leader de l’Unione a assuré que son camp l’avait emporté « d’un souffle ». Ce résultat devait permettre, toujours selon Prodi, de « tourner la page » Berlusconi. Ce dernier semblait, à l’inverse, déterminé à utiliser tous les moyens en sa possession pour rendre caduque la victoire du centre gauche. En début d’après-midi, les leaders de la droite se réunissaient pour déterminer les recours possibles, de nombreux bulletins ayant été déclarés nuls. « Il faut une vérification attentive et précise », exigeait « Il Cavaliere ». On ignorait encore, à l’heure ou ces lignes sont écrites, quelles pouvaient être les chances d’aboutir de ces contestations.

À gauche, l’heure n’était plus à la prudence malgré les sueurs froides de la veille, où l’Unione a été successivement donnée gagnante, puis perdante, puis vainqueur dans la seule Chambre des députés, puis à nouveau gagnante... Moins emphatique que la veille, où il avait qualifié la défaite de Berlusconi de « résultat de portée historique », le secrétaire général des Démocrates de gauche (DS), Piero Fassino, a dit sa « satisfaction » d’avoir gagné. Le leader de Refondation communiste, Fausto Bertinotti, s’est appuyé sur les bons résultats de son parti à la Chambre (5,8 % des voix) et surtout au Sénat (7,4 %) pour souligner le « poids » de son parti « dans le paysage politique et institutionnel ».

Deuxième parti de la majorité à la Chambre, derrière l’Olivier, et troisième du Sénat, ou les DS et la Marguerite concourraient séparément, la formation communiste a rappelé qu’elle voulait que Romano Prodi prenne immédiatement les clés du gouvernement. Mais l’élection d’un nouveau président de la République, prévue pour la mi-mai, devrait retarder le jeu institutionnel. Sans doute est-ce un mal pour un bien dans la mesure ou de nombreuses inconnues pèsent encore sur les priorités du nouveau gouvernement. Aux communistes qui privilégient la relance des politiques sociales, s’opposent les centristes favorables avant tout à la diminution de la dette publique. « Il va falloir travailler dur », admettait Romano Prodi sitôt la joie de la victoire consommée.

Les défis auxquels sont confrontés la coalition de centre gauche sont immenses. En tête de liste figurent la relance de l’activité économique dans un pays où la croissance était de zéro l’an dernier.

Outrances multiples à droite

La réforme de la politique fiscale, avec une hausse des impôts sur le capital et le rétablissement d’un impôt sur les gros patrimoines au moment des successions, est envisagée pour rétablir un minimum d’équité et stopper l’hémorragie des comptes publics. Il faudra aussi redéfinir une politique extérieure après le soutien sans nuance de la droite à George Bush et l’isolement du pays sur la scène européenne. Sur les questions de société, point d’interrogation : le centre gauche aura-t-il le courage d’aller à contre-courant de l’Église en créant un PACS ? Prendra-t-il l’opinion à rebrousse-poil en assouplissant les lois sur l’immigration ?

Fragile sur le plan institutionnel, avec sa courte majorité au Sénat, l’Unione doit composer avec un pays meurtri par la dernière campagne électorale. « L’Italie coupée en deux », titrait ce matin la plupart des journaux italiens. Le quotidien conservateur Il Corriere della Sera se désolait que douze ans après les scandales de corruption et de collusion avec la Mafia l’Italie n’ait « pas avancé d’un millimètre » dans la construction d’un débat démocratique de fond. Les insultes et les attaques permanentes de Berlusconi contre ses adversaires auront laissé dans l’ombre la question du bilan des cinq années de gouvernement de droite comme les propositions du centre gauche pour faire repartir le pays. Comme aux heures les plus caricaturales de la guerre froide, la dénonciation du « danger communiste » sur les « petits propriétaires », voire des menaces de « dictature », a été, de la part du « Cavaliere », une tentative de couper la société en deux pour être sûr d’en conserver une moitié - si possible la plus grosse. Le plus inquiétant c’est que cela a marché. Au cumul des voix sur les deux chambres, la droite est en tête. Son très gros score alors que la participation a été très élevée - 83,6 % des inscrits - montre l’impact des arguments de Berlusconi. Jouant sur l’égoïsme des électeurs avec ses promesses de baisses d’impôt et sur le mépris d’une bonne partie de la société pour les règles et les lois, le premier ministre sortant était convaincu, si ce n’est de gagner, en tout cas de pourrir la victoire du centre gauche. Il reste aujourd’hui le leader du plus gros parti du pays, et compte bien rendre la vie difficile au futur gouvernement. En attendant, c’est lui qui est chargé de gérer les affaires courantes jusqu’à la réunion des nouvelles chambres, dans une vingtaine de jours.

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Italie : la victoire en tremblant
13 avril 2006 - 19h40

Prodi, peut-il se sevir de la méthode PS-Rocard qui consiste à se passer des Communistes pour faire voter des lois libérales au Parlement ? Est-on sûr d’une victoire de la Gauche ? JdesP méfiant






Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il est temps d'instaurer la religion de l'amour. Louis Aragon
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite