Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE


de : Dominique SIMONNOT
lundi 24 avril 2006 - 22h44 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Battisti, lignes de fuite
L’écrivain italien, menacé d’extradition en France, raconte sa « Cavale ».

Par Dominique SIMONNOT

Cesare Battisti
Ma cavale

Préface de Bernard-Henri Lévy. Postface de Fred Vargas. Grasset/Rivages, 374 pp., 18,50 ?.

Fermer parfois le livre et se plonger dans un atlas. Quels pays mystérieux sa cavale lui a-t-elle donc fait traverser ? Quelle est cette île caractérisée par _1) un sanctuaire.
2) Un saint célébré par des pèlerins.
3) Un restaurant kurde.
4) On y mange des lentilles et de la chèvre.
5) On y parle arabe.
Et ce vieux rafiot, où l’a-t-il débarqué après avoir navigué sur une mer dangereuse « où se croisent deux moussons » et où nagent des dauphins ?
Quel est ce lieu à la fois « proche de l’axe du mal » et réputé pour être « une des routes de la came » ?
Et cette ville « légendaire », qui a subi l’occupation soviétique et où l’on trouve du qat, des danseuses arabes et des nuées de touristes ?
Un pays, où cet été 2004, Cesare Battisti ouvre un journal italien et y voit son visage affiché à la une.

Il y lit son histoire. Recherché par l’Italie, ayant fui la France où il vivait depuis quatorze ans, mi-concierge mi-écrivain, avec femme et enfants. De là où il est maintenant ­ et ça a l’air très très loin ­ Battisti a envoyé en France Ma cavale.
Son treizième livre, après les polars qu’on lui connaissait, toujours un peu autobiographiques. Celui-là l’est aussi et, cependant, forcément différent. « Unique moyen de tenir le coup », nous dit l’auteur en fuite. Ecrire et raconter. Le 17 août 2004, à Paris, il a les flics français sur les talons, la justice française a donné le feu vert à son extradition. Plus qu’une question de semaines, de mois peut-être.
Et, au bout, la prison à vie pour quatre meurtres, dont il se dit innocent, commis à la fin des années 70, dans l’Italie des « années de plomb ». Le salut, c’est l’exil.

Première partie, écrite à la première personne, la jeunesse, les squats, la prison déjà et, dans une Italie bouleversée par les combines politiques et financières, l’entrée en politique. Avec une rencontre qui changera sa vie. Pietro Mutti était l’irréductible, l’impitoyable chef des Prolétaires armés pour le communisme (PAC). Il deviendra, quelques années plus tard, un des plus célèbres repentis d’Italie. Balançant et accablant ses ex-compagnons, Mutti fut récompensé de seulement neuf années de prison. Pour les autres, dont Battisti, ce fut perpétuité. En son absence, par contumace.

Première cavale. La France, le Mexique et encore la France. Là, vivent plus d’une centaine d’anciens des groupes armés italiens. Ils ont obtenu la tranquillité, promise par Mitterrand en 1985, en échange de l’abandon de toute « lutte armée ». Ils y sont toujours, la parole a été respectée par neuf gouvernements successifs, de droite et de gauche. Jusqu’en 2004, avec l’arrestation à Paris de Cesare Battisti et les rebondissements judiciaires qui s’ensuivirent.

Cette histoire, Bernard-Henri Lévy la retrace aussi. Dans une préface brillante et convaincante, il éclaire ce morceau de l’histoire italienne, ravagée par les ambiguïtés du postfacisme, les instrumentalisations et les troubles complicités, les rôles étranges de la classe politique et des services secrets.
Pourquoi défendre Battisti ? Le terrorisme, BHL l’a en horreur. Battisti ? Il le connaît à peine. « Au nom de l’Etat de droit et des principes », répond-il. Parce que la France ne peut renier sa parole vingt ans plus tard, en se contentant d’un « désolé, on a changé d’avis ».

Parce qu’en Italie, des condamnations furent prononcées sur la foi de repentis, ces « criminels » dont le châtiment est « inversement proportionnel à la quantité de crimes » qu’ils ont dénoncés. Parce que Battisti n’aurait pas droit à un nouveau procès en Italie, alors que, durant sa première fuite, ignorant les accusations portées contre lui, il n’a pu communiquer avec son avocat. Enfin, au nom du fait qu’il « est parfaitement possible que Battisti soit innocent »... Ma cavale, en tout cas, est en bonne compagnie, se fermant sur des pages de Fred Vargas. La « polardeuse » y reprend l’enquête ­ elle s’y connaît ­ qui l’a amenée à la conviction de l’innocence de Battisti. Comme lui, elle attend maintenant que la Cour européenne se penche sur l’affaire.

Mais revenons à « ce galeux », « cet infréquentable », comme dit BHL. Cet été 2004, du jour de sa cavale, Battisti vit à côté de lui-même. Il est double, comme dissocié. Posant son crayon, il observe « l’autre » s’enfuir. « Suivons-le, on verra bien ! » décide-t-il, en courant derrière Auguste, son autre moi, héros de la seconde partie. La cavale est une chose effrayante, cela Auguste nous le fait vite comprendre. La peur partout. La peur de tout. De se trahir avec ce geste de trop ou cette exclamation familière dans une langue maternelle qu’il faut feindre d’ignorer quand on vous salue d’un joyeux « Ciao, come va ? ».
Ne pas se faire remarquer, adopter, comme les touristes, cette démarche traînante, « mélange de flegme et d’écoeurement ». La peur d’être trahi qui empêche la moindre confidence à quiconque. Jamais. Mentir à tous. Et cette sirène d’ambulance qui fait descendre le coeur dans les jambes et ces Italiens en goguette qui font frémir : « A présent, il voyait des Italiens partout, des dizaines de personnes criant son nom dans leur portable. »

Se saouler pour oublier ? Une fois, pas deux. Trop de terreur au réveil. Qu’ai-je dit ? A qui ? Ne pas s’attacher, ne rien partager de vrai. Sauf, parfois avec les chiens errants qui vous ressemblent. Etre seul. Désespérément seul. La nuit, fixer ces plafonds d’auberges ou d’hôtels, en répétant à l’infini : « Pourquoi moi ? » Se souvenir, avec détresse, de ses enfants, de ses amours, de ses amis. Et puis se tromper. Arriver désemparé sur un îlot désert plein de gros lézards. Repartir. Accoster, affolé, dans un paradis de soleil et de mer bourré d’Italiens et d’Ethiopiens.

Où donc ? s’exaspère le lecteur en reprenant tout depuis le début, pour se souvenir que Battisti n’est pas écrivain de polars pour rien et que son talent, c’est justement l’embrouille. Ou peut-être pas... Alors se contenter d’être captif de ce récit terrifiant. Et enfin, accoster dans le nouveau pays d’Auguste, « plus grand qu’un continent ». Lequel, bordel ?

http://www.liberation.fr/page.php?A...

A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE. (GRASSET/RIVAGES, 374p. 18,50 ?)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE
25 avril 2006 - 10h18

préfacé par BHL !

c’est triste pour battisti



> A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE
25 avril 2006 - 11h51 - Posté par

préfacé par BHL
j’ai peur pour Cesare !
dommage mais je ne ferais pas confiance à ce BHL non vraiment pas
ça lui apporte quoi ?
Djo68


> A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE
25 avril 2006 - 14h19 - Posté par

Quand Sharon Stone, icône hollywoodienne prend position contre le CPE, un paquet de monde (même chez les plus gauchos) applaudit .... en effet, c’était bien qu’elle le fasse quelles que soient le contenu de son compte en banque, ses positions ou ses compromissions avec tel ou untel pas fréquentables, du Show biz ou du monde politique, etc ...
Mais quand c’est BHL l’honni qui se "permet" de venir ratisser sur la chasse à priori gardée d’une certaine gauche en fuite de ses responsabilités (certains du PS notamment).... là y’ a plus personne.
Eût il fallu lui coller une perruque blonde et une belle paire de lolos pour que ça passe ?
Arrêtons avec les "deux poids deux mesures" ; Quel que soit le personnage de BHL, qu’on aime ou on aime pas, le fait est que ses positions vis à vis de l’affaire Battisti sont cohérentes depuis le début et ne font en rien reculer le débat.
Alors par moments, il est permis d’oublier le reste qui nous plaît moins.

Ni fan de BHL ni de Sharon Stone


> A PARAITRE, LE 25 AVRIL : CESARE BATTISTI, MA CAVALE
10 mai 2006 - 10h51 - Posté par

je n’aime pas BHL, mais là, je reconnais que sa préface n’est pas mal du tout





Vidéo de l’entretien de Christophe Prudhomme, médecin urgentiste CGT
samedi 31 - 14h53
de : joclaude
Drame pendant la récolte des pommes dans les Alpes de haute-Provence
samedi 31 - 14h25
de : joclaude
L’obscurantisme hors de l’école et des quartiers
samedi 31 - 07h30
de : Christian Delarue
1 commentaire
NICE : 19 mosquées pour combien d’islamistes en cette ville ?
vendredi 30 - 10h25
de : joclaude
1 commentaire
« Tête nue sauf »(religion) : Retrait de voile et kippa en salle d’audience des tribunaux de France !
vendredi 30 - 08h50
de : Christian Delarue
1948 : La famille humaine et la dignité humaine.
vendredi 30 - 08h23
de : Christian Delarue
André Comte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
jeudi 29 - 20h57
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un confinement allégé comme ligne Maginot d’une 2e vague violente
jeudi 29 - 14h38
7 commentaires
rois d’égout - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 28 - 18h38
de : Hdm
PANORAMA SUR MADAGASCAR Pays d’avenir ou d’infortune
mercredi 28 - 18h21
de : allain graux
BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020
mercredi 28 - 18h17
Evo Morales, "l’homme intègre" , défenseur du peuple, retrouve son honneur
mercredi 28 - 13h03
de : nazairien
3 commentaires
C’est tellement vrai que ça finira peut-être par être entendu.
mercredi 28 - 09h32
de : jean1
2 commentaires
NI RACISME, NI INTEGRISME, NI ISLAMISME : Pour une meilleure critique
mercredi 28 - 08h36
de : Christian Delarue
6 commentaires
silence des ouvriers meurent
mardi 27 - 16h32
de : jean1
CHILI:Le peuple démolit la Constitution de Pinochet
mardi 27 - 10h37
de : joclaude
André Compte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
lundi 26 - 20h49
de : Christian Delarue
1 commentaire
La réforme de l’assurance chômage reportée mais pas annulée
lundi 26 - 17h41
LA MARTINIQUE : Un des déserts médicaux Français a reçu l’aide de médecins Cubains !
lundi 26 - 16h21
de : joclaude
4 commentaires
La fortune de Bernard Arnault a augmenté de 8 milliards de dollars en une semaine
lundi 26 - 15h17
de : joclaude
Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
5 commentaires
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
1 commentaire
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
2 commentaires
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
5 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite