Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le jour où la France a dit "non"
de : Jean-Paul Piérot
mardi 30 mai 2006 - 15h40 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Jean-Paul Piérot

Anti-Libéralisme. Il y a tout juste un an, 54,7 % des Français rejetaient le projet de constitution européenne, fondée sur « la concurrence libre et non faussée ». Cet acte fort aura-t-il un débouché politique lors des élections présidentielle et législatives de 2007 ?

Dimanche 29 mai 2005, 20 heures. Le verdict tombe, sans appel : 54,7 % des électeurs ont dit « non » au projet de constitution européenne, que leur enjoignaient de ratifier le président de la République, le gouvernement, les partis politiques dominants, de l’UMP au Parti socialiste, mais aussi le petit monde des médias. Le vote est d’autant plus significatif que la participation a été importante, près de 70 %, alors qu’un an auparavant, les élections européennes avaient remporté un record d’abstention (42,8 % de votants !). Une douche glacée saisit les chefs du camp du « oui ».

Le « mouton noir de l’Europe »

Malgré les sondages qui, depuis plusieurs semaines, reflétaient ce climat d’hostilité à l’encontre du traité concocté par la convention présidée par Valéry Giscard d’Estaing, ils espéraient que le vote des indécis viendrait renverser la tendance. Dans les derniers jours de campagne, la propagande avait redoublé pour annoncer des lendemains dramatiques si le « non » l’emportait : une crise sans précédant, un blocage institutionnel, la France mise en quarantaine... Nous serions « le mouton noir de l’Europe », selon la formule de Jacques Chirac.

À Paris, la place de la République retrouvait ses couleurs des grands rendez-vous, envahie par une foule jeune et joyeuse. Fraîchement sortie des rotatives, la première édition de l’Humanité s’arrachait des mains, s’exhibait comme une affiche. Un air de fête. Trois ans auparavant, des milliers de jeunes, souvent les mêmes, avaient déjà déferlé sur cette même place. Une tout autre ambiance : c’était la stupeur et la colère qui avaient fait descendre la jeunesse sur le pavé après que la débâcle de la gauche, en ce 21 avril 2002, eut permis à Le Pen de se hisser à la deuxième place à l’élection présidentielle. Le 29 mai 2005 ne fut pas une réplique du 21 avril, mais son exact opposé. Alors qu’en 2002 les déceptions à l’égard du gouvernement Jospin avaient ruiné la confiance dans la politique, nourri l’abstention et conduit au désastre dont la France paie encore les conséquences, on a assisté à l’occasion du référendum de 2005 à une repolitisation populaire, comme le constatait le sociologue Michel Simon (1) : « Des millions d’hommes et de femmes ont su faire le lien entre la question posée et l’emploi, les salaires, la protection sociale, les services publics [...]. Dès lors le bulletin de vote est redevenu une arme dont il valait la peine de s’emparer. »

Ce résultat est le fruit d’une campagne comme la France n’en avait connue jusqu’alors. Le projet de traité (TCE) visait à donner une assise constitutionnelle à l’orientation libérale de la construction européenne. Cette orientation résumée par la formule de l’article 3 consacrant l’Union comme un espace où « la concurrence est libre et non faussée ». Mais, au-delà d’une formule ramassée, le texte avalisait toutes les politiques déjà à l’oeuvre de libéralisation des services publics, du marché du travail, la remise en cause des protections sociales, et tournait le dos à toute perspective de construire, enfin, une

Europe sociale et démocratique qui valorise et étende les acquis sociaux. Vue de la Commission européenne, la ratification devait s’avérer une formalité. Dans les pays où un référendum était prévu, les gouvernements tablaient sur le désintérêt de l’opinion, une méconnaissance du texte, une abstention massive. Un tel scénario se déroula en Espagne en février 2005.

Rien de cela en France. Alors que l’UMP et l’UDF, mais aussi, après un vote interne, le PS et les Verts ont appelé au vote « oui », le débat sur le texte est vite devenu une grande affaire populaire. Seul parti représenté au Parlement engagé pour le « non », le Parti communiste a mis toutes ses forces militantes au profit d’un rassemblement en faveur d’un « non » de gauche à forte connotation antilibérale. Des personnalités socialistes comme Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon, Henri Emmanuelli, mais aussi des Verts ont combattu le traité en dépit de la position officielle de leurs partis. « Quand on est de gauche, on vote non, avait lancé Marie-George Buffet, dans un meeting à l’automne 2004, quand les sondages créditaient le « oui » de 65 %. La dirigeante du PCF ne ménagea pas ses efforts pour réunir - et elle y réussit - sur les mêmes tribunes des responsables politiques qui ne s’étaient jamais croisés, d’Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR, au sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon, à l’élue des Verts Francine Bavay ou José Bové. Mais ce mouvement ne l’aurait jamais emporté sans une dynamique citoyenne inégalée, avec l’appel des 200, la création de comités pluralistes jusque dans les villages, des milliers de réunions où l’on décryptait le projet page après page. Un texte que l’Humanité avait publié dans son intégralité dès le mois d’octobre 2004 dans un numéro spécial qui connut un large écho. La campagne référendaire a mis en lumière la puissance de la contestation du libéralisme, que la constitution européenne entendait sacraliser, et qui guide les politiques menées par les gouvernements nationaux. À tel point que les thèmes étroitement souverainistes et d’inspiration xénophobe (l’adhésion de la Turquie) développés contre le TCE à droite et à l’extrême droite, n’ont joué que marginalement dans le résultat, comme l’ont révélé les enquêtes de motivation post-référendum.

Un an a passé, et loin d’avoir cédé à un coup de colère, les Français sont, semble-t-il, dans la même disposition d’esprit, voire plus hostiles encore à la gestion actuelle de l’Europe : 10 % des électeurs ayant opté pour le « oui » disent qu’ils changeraient leur vote aujourd’hui (2). Il y a au moins deux raisons à cela. Premièrement, les catastrophes annoncées n’ont pas eu lieu. Deuxièmement, les dirigeants européens qui ont dû interrompre le processus de ratification du TCE après les « non » français et néerlandais, ne sont pas pour autant décidés à entendre le message des urnes. En votant contre le TCE, la majorité des électeurs de gauche, toutes tendances confondues, et contre l’avis des états-majors du PS et des Verts, s’est réunie sur un même refus du libéralisme.

L’ancrage de la contestation

La puissance des mobilisations, soutenues par l’opinion, contre le CPE, confirme l’ancrage de la contestation dans la société. Toute la question est de savoir si le rassemblement réalisé contre l’Europe de « la concurrence libre et non faussée » pourra trouver un débouché politique aussi efficace en 2007 contre la droite et les projets de « rupture » de Nicolas Sarkozy avec le modèle social. Un défi qui concerne toute la gauche, mais en premier lieu tous les artisans de la victoire du « non ». Ce qui est possible lors d’un référendum n’est certes pas automatiquement transposable à des élections politiques. De nouvelles rencontres s’organisent à nouveau sur le terrain, des appels sont signés. Une nouvelle dynamique est-elle en train de démarrer ? Personne ne pouvait prévoir à l’automne 2004 que le « non » l’emporterait au printemps, et d’une certaine manière, le 29 mai a fait reculer les frontières de l’impossible...

(1) L’Humanité du 4 juin 2005.

(2) Libération du 17 mai 2006, sondage LH2.

http://www.humanite.fr/journal/2006...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le jour où la France a dit "non"
30 mai 2006 - 15h47

très bon article.






(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un peuple qui n'aide pas son théâtre est moribond, s'il n'est déjà mort.Federico Garcia Llorca
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite