Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le jour où la France a dit "non"


de : Jean-Paul Piérot
mardi 30 mai 2006 - 15h40 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Jean-Paul Piérot

Anti-Libéralisme. Il y a tout juste un an, 54,7 % des Français rejetaient le projet de constitution européenne, fondée sur « la concurrence libre et non faussée ». Cet acte fort aura-t-il un débouché politique lors des élections présidentielle et législatives de 2007 ?

Dimanche 29 mai 2005, 20 heures. Le verdict tombe, sans appel : 54,7 % des électeurs ont dit « non » au projet de constitution européenne, que leur enjoignaient de ratifier le président de la République, le gouvernement, les partis politiques dominants, de l’UMP au Parti socialiste, mais aussi le petit monde des médias. Le vote est d’autant plus significatif que la participation a été importante, près de 70 %, alors qu’un an auparavant, les élections européennes avaient remporté un record d’abstention (42,8 % de votants !). Une douche glacée saisit les chefs du camp du « oui ».

Le « mouton noir de l’Europe »

Malgré les sondages qui, depuis plusieurs semaines, reflétaient ce climat d’hostilité à l’encontre du traité concocté par la convention présidée par Valéry Giscard d’Estaing, ils espéraient que le vote des indécis viendrait renverser la tendance. Dans les derniers jours de campagne, la propagande avait redoublé pour annoncer des lendemains dramatiques si le « non » l’emportait : une crise sans précédant, un blocage institutionnel, la France mise en quarantaine... Nous serions « le mouton noir de l’Europe », selon la formule de Jacques Chirac.

À Paris, la place de la République retrouvait ses couleurs des grands rendez-vous, envahie par une foule jeune et joyeuse. Fraîchement sortie des rotatives, la première édition de l’Humanité s’arrachait des mains, s’exhibait comme une affiche. Un air de fête. Trois ans auparavant, des milliers de jeunes, souvent les mêmes, avaient déjà déferlé sur cette même place. Une tout autre ambiance : c’était la stupeur et la colère qui avaient fait descendre la jeunesse sur le pavé après que la débâcle de la gauche, en ce 21 avril 2002, eut permis à Le Pen de se hisser à la deuxième place à l’élection présidentielle. Le 29 mai 2005 ne fut pas une réplique du 21 avril, mais son exact opposé. Alors qu’en 2002 les déceptions à l’égard du gouvernement Jospin avaient ruiné la confiance dans la politique, nourri l’abstention et conduit au désastre dont la France paie encore les conséquences, on a assisté à l’occasion du référendum de 2005 à une repolitisation populaire, comme le constatait le sociologue Michel Simon (1) : « Des millions d’hommes et de femmes ont su faire le lien entre la question posée et l’emploi, les salaires, la protection sociale, les services publics [...]. Dès lors le bulletin de vote est redevenu une arme dont il valait la peine de s’emparer. »

Ce résultat est le fruit d’une campagne comme la France n’en avait connue jusqu’alors. Le projet de traité (TCE) visait à donner une assise constitutionnelle à l’orientation libérale de la construction européenne. Cette orientation résumée par la formule de l’article 3 consacrant l’Union comme un espace où « la concurrence est libre et non faussée ». Mais, au-delà d’une formule ramassée, le texte avalisait toutes les politiques déjà à l’oeuvre de libéralisation des services publics, du marché du travail, la remise en cause des protections sociales, et tournait le dos à toute perspective de construire, enfin, une

Europe sociale et démocratique qui valorise et étende les acquis sociaux. Vue de la Commission européenne, la ratification devait s’avérer une formalité. Dans les pays où un référendum était prévu, les gouvernements tablaient sur le désintérêt de l’opinion, une méconnaissance du texte, une abstention massive. Un tel scénario se déroula en Espagne en février 2005.

Rien de cela en France. Alors que l’UMP et l’UDF, mais aussi, après un vote interne, le PS et les Verts ont appelé au vote « oui », le débat sur le texte est vite devenu une grande affaire populaire. Seul parti représenté au Parlement engagé pour le « non », le Parti communiste a mis toutes ses forces militantes au profit d’un rassemblement en faveur d’un « non » de gauche à forte connotation antilibérale. Des personnalités socialistes comme Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon, Henri Emmanuelli, mais aussi des Verts ont combattu le traité en dépit de la position officielle de leurs partis. « Quand on est de gauche, on vote non, avait lancé Marie-George Buffet, dans un meeting à l’automne 2004, quand les sondages créditaient le « oui » de 65 %. La dirigeante du PCF ne ménagea pas ses efforts pour réunir - et elle y réussit - sur les mêmes tribunes des responsables politiques qui ne s’étaient jamais croisés, d’Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR, au sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon, à l’élue des Verts Francine Bavay ou José Bové. Mais ce mouvement ne l’aurait jamais emporté sans une dynamique citoyenne inégalée, avec l’appel des 200, la création de comités pluralistes jusque dans les villages, des milliers de réunions où l’on décryptait le projet page après page. Un texte que l’Humanité avait publié dans son intégralité dès le mois d’octobre 2004 dans un numéro spécial qui connut un large écho. La campagne référendaire a mis en lumière la puissance de la contestation du libéralisme, que la constitution européenne entendait sacraliser, et qui guide les politiques menées par les gouvernements nationaux. À tel point que les thèmes étroitement souverainistes et d’inspiration xénophobe (l’adhésion de la Turquie) développés contre le TCE à droite et à l’extrême droite, n’ont joué que marginalement dans le résultat, comme l’ont révélé les enquêtes de motivation post-référendum.

Un an a passé, et loin d’avoir cédé à un coup de colère, les Français sont, semble-t-il, dans la même disposition d’esprit, voire plus hostiles encore à la gestion actuelle de l’Europe : 10 % des électeurs ayant opté pour le « oui » disent qu’ils changeraient leur vote aujourd’hui (2). Il y a au moins deux raisons à cela. Premièrement, les catastrophes annoncées n’ont pas eu lieu. Deuxièmement, les dirigeants européens qui ont dû interrompre le processus de ratification du TCE après les « non » français et néerlandais, ne sont pas pour autant décidés à entendre le message des urnes. En votant contre le TCE, la majorité des électeurs de gauche, toutes tendances confondues, et contre l’avis des états-majors du PS et des Verts, s’est réunie sur un même refus du libéralisme.

L’ancrage de la contestation

La puissance des mobilisations, soutenues par l’opinion, contre le CPE, confirme l’ancrage de la contestation dans la société. Toute la question est de savoir si le rassemblement réalisé contre l’Europe de « la concurrence libre et non faussée » pourra trouver un débouché politique aussi efficace en 2007 contre la droite et les projets de « rupture » de Nicolas Sarkozy avec le modèle social. Un défi qui concerne toute la gauche, mais en premier lieu tous les artisans de la victoire du « non ». Ce qui est possible lors d’un référendum n’est certes pas automatiquement transposable à des élections politiques. De nouvelles rencontres s’organisent à nouveau sur le terrain, des appels sont signés. Une nouvelle dynamique est-elle en train de démarrer ? Personne ne pouvait prévoir à l’automne 2004 que le « non » l’emporterait au printemps, et d’une certaine manière, le 29 mai a fait reculer les frontières de l’impossible...

(1) L’Humanité du 4 juin 2005.

(2) Libération du 17 mai 2006, sondage LH2.

http://www.humanite.fr/journal/2006...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le jour où la France a dit "non"
30 mai 2006 - 15h47

très bon article.






L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude
Reportage en direct sur la manif. à Paris
samedi 27 - 14h23
de : joclaude
CGT : Philippe Martinez à l’Elysée (video)
samedi 27 - 11h53
de : joclaude
Narbonne élection 28 juin
samedi 27 - 11h14
de : Lili Oto
DÉMENCE SOUS AIR CONDITIONNÉ
vendredi 26 - 18h55
de : Lukas Stella
La macronie kiffe le glyphosate et truque l’enquête
vendredi 26 - 16h08
de : jean1
1 commentaire
Isolement et contention en psychiatrie : bientôt un contrôle par les juges - Basta !
vendredi 26 - 11h57
de : Ch Delarue (santé)
Le Pr Raoult accuse des responsables sanitaires de conflits d’intérêts
vendredi 26 - 11h00
de : Ch Delarue (com demo)
2 commentaires
QUAND LA RAISON TONNE EN SON CRATERE
vendredi 26 - 10h55
de : Nemo3637
Environ 70 voitures de police et une vingtaine de motards devant la Maison de la radio à Paris (video)
vendredi 26 - 09h48
de : CGT TUIFRANCE
2 commentaires
Yasser Arafat déplore la grève à BFMTV
jeudi 25 - 23h35
de : Robert Ferraria
"La 5G, c’est l’avenir !" ( P. Martinez )
jeudi 25 - 11h04
de : Le CERCLE 49
2 commentaires
Un été de licenciements à prévoir dans l’aéronautique
jeudi 25 - 08h06
Soleil cherche futur, c’est l’heure de l’mettre !
jeudi 25 - 06h04
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite
La CGT condamne sans aucune réserve les affiches de Info’Com
dimanche 10 mai
de La CGT
4 commentaires
La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l'action syndicale. A la Cgt, nous avons d'autres arguments que ceux là, ceux de l'intérêt des travailleurs et de la justice sociale. — La CGT ( 82L lacgtcommunique) May 10, 2020 La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l’action syndicale. A la CGT, nous avons d’autres arguments que ceux là, ceux (...)
Lire la suite