Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Petite histoire ignoble
de : gennaro carotenuto
dimanche 25 juin 2006 - 12h37 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 13.4 ko

de Gennaro Carotenuto Traduit de l’italien par karl&rosa

Mes chers amis, je vous remercie des nombreux messages reçus, auxquels j’ai des difficultés à répondre personnellement. Je vous sens proches.

Hier, je suis allé voir mon médecin de la caisse maladie. Il y avait quatre personnes devant moi et je me suis disposé à a pas mal d’attente. Peu après mon entrée, une jeune femme (noire) portant un kangourou avec un nouveau-né (noir) de pas plus de trois mois est arrivée au cabinet. La jeune fille avait des feuillets à la main, elle a regardé autour d’elle un peu découragée de l’attente prévue et puis, dans un italien assez bon et avec beaucoup de politesse elle a demandé à la dame la plus proche de la porte du cabinet : "Madame, je dois seulement montrer ces feuilles au docteur, pouvez vous me rendre le service... il ne me faut qu’une minute".

Si seulement elle ne l’avait pas fait ! Les yeux de la « dame » et des trois autres personnes qui nous précédaient n’ont pas mis plus d’une seconde à s’injecter de sang... « voilà, dès que tu es entrée je l’ai vu à ton visage... ». A la couleur de la peau, dirais-je. « Oui, oui, comme tous tes semblables - disait le type assis à côté de moi - vous voulez toujours quelque chose ». « Ils en profitent, ils en profitent, madame, ceux-là en profitent toujours ». L’autre, qui entre temps s’était mise debout pour faire bouclier devant la porte du cabinet, encore fermée, lançait presque des invectives : « Elle dit une minute mais après elle va y mettre sûrement une demi heure à nos frais ». Elle la regardait avec un air de défi et littéralement en grinçant les dents : « je ne te laisse pas passer, même morte ».

La jeune femme - qui avait vouvoyé les quatre, alors qu’ils la tutoyaient - les regardait les yeux grands ouverts sans avoir le courage de répondre. Moi, au début, j’étais plus étonné qu’indigné mais ensuite mon sang a commencé à bouillir et j’ai exercé le noble art, hérité de ma mère, de compter jusqu’à 10. Tandis que je comptais, les braves Italiens continuaient à s’acharner sur la jeune femme, le type à côté de moi était remonté contre « ceux-là, qui dans leurs pays ont plus d’argent que nous (sic !) et viennent prendre le nôtre aussi, ON VOUS CONNAÎT » crie-t-il presque au visage de la jeune femme qui, étonnée par la véritable explosion de rancœur xénophobe des quatre, fait trois pas en arrière jusqu’à presque disparaître par la porte d’entrée du cabinet et n’ose même pas insister. Les quatre, entre temps, s’épaulent l’un l’autre en renchérissant, « ils en profitent... nous les connaissons... on n’en peut plus... ». Probablement les quatre ne se connaissaient même pas, mais ils s’étaient abondamment reconnus ... et fait reconnaître.

Arrivé là, j’avais déjà compté jusqu’à 8 ou 9, cela pouvait suffire, j’ai dit quelques mots, que la seule supposition qu’une mère avec un enfant puisse en profiter (profiter de l’enfant, une des femmes répétait comme un disque cassé « elle en profite, elle en profite ») pour demander de passer devant était une pensée lâche et un préjugé inacceptable. Si la jeune femme, avec des manières toute à fait urbaines, était en train de demander un service, il était triste de penser qu’elle le faisait avec un idée derrière la tête. Evidemment dans leurs cerveaux, massacrés par les « alarmes immigration », ils pensaient à ceux qui font la manche avec leurs enfants. Il était tout aussi évident que, dans leur monde, une personne à la peau noire ne peut pas demander un service, mais seulement l’aumône. Si elle avait été blanche - ai-je conclu - ils auraient ôté leur chapeaux pour la faire passer, elle et son enfant, et qu’ils étaient donc racistes et devraient avoir honte. Point.

La bonne femme du « elle en profite, elle en profite » à ce moment-là secouait la tête et se mettait deux doigts sur la tempe pour dire que j’étais fou, le type à côté de moi m’a grogné qu’on comprenait tout de suite de quel côté politique je venais (sic !) et que ceux comme moi feraient mieux de se taire. Je n’ai plus répondu, je me suis excusé pour eux auprès de la jeune femme - la bonne femme refaisait le geste du fou - et je lui ai dit que la seule chose que je pouvais faire était de la laisser passer avant moi. J’ai aussi fait un compliment au très bel enfant, le premier qu’on lui faisait dans ce lieu. Après je me suis immergé pendant tout le temps des quatre visites, une petite heure, dans la lecture du Corriere della Sera qui, dans son édition d’hier, essayait de convaincre ses lecteurs que le Mexique est en Amérique du Sud (sic !). Quand ce fut mon tour, j’ai dû insister auprès de la jeune femme qui était tellement mal à l’aise qu’elle ne s’était même pas assise et restait devant la porte, pour qu’elle passe avant moi. Elle y a mis juste 30 secondes.

http://www.bellaciao.org/it/article...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 14h56

Ni une ni deux , il ne faut pas compter jusqu’à dix, il faut répondre de suite aux racistes....

Dans les hopitaux français il existe des fois ce genre de comportements et il est toujours cocasse de dire que le docteur qui s’occupera d’eux s’appelle "Mohamed ....." (il existe beaucoup d’exellents médecins hospitaliers d’Afrique du Nord ou proches-orientaux dans les hopitaux français) et après ils verront se diriger vers eux une infirmière ou une aide-soignante antillaise (il y a beaucoup d’antillais dans les hopitaux), ah là là.....

Les racistes ne devraient être soignés qu’avec une botte de foin, ce qui est injure aux ânes, mais....

Dans tout celà il y a les consequences des propagandes lourdes et insinuantes, les manipulations médiatiques des élites médiatiques, politiques et nomenclaturistes, qui ne cessent de faire appel aux reflexes des gens pas aux raisonnements, même quand les résultats peuvent déraper jusqu’à l’épouvantable....



> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 15h38 - Posté par

Quel régal !

Voilà précisemment ce que redoutent les communautaristes de tous poils. Que le bon sens, que le degré n° 1 de l’humanisme prévale sur toutes les instrumentalisations de la peur de l’"autre".

Depuis l’aube de l’humanité, il y a toujours eu des Sarkozy. De ces êtres malades de leurs complexes, de ces grenouilles voulant se faire aussi grosses que les boeufs. Ceux là sont incurables et leur destin est toujours tragique. N’empèche qu’avant de disparaître, ils ont généralement le temps de faire du dégât en persuadant leurs contemporains que leurs malheurs vient de ceux qui ne leur ressemblent pas. Diviser...gnagnagna.

On a aujourd’hui le recul nécessaire pour comprendre comment tout ça s’est agencé, comment ça s’est infiltré, comment les cervaux des générations successives ont été lavés, empêchés de fonctionner naturellement, humainement.

Voilà on sait comment ça marche.

Donc,

on a plus aucune excuse pour ne pas réagir instantanément, comme dans un réflexe, (sans calcul).

Merde !

Flash


> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 18h28 - Posté par

il fallait les frapper.


> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 23h17

Tu as gagné sans les frapper, ce qui est encore plus fort.



> Petite histoire ignoble
26 juin 2006 - 07h30

La solution la plus efficace devant ce comportement imbécile, aurait été de conseiller à cette jeune femme d’aller téléphoner au médecin (ou d’aller parler à sa secrétaire) avant de revenir 5 mn plus tard.
Il est probable alors que le médecin l’aurait fait entrer avant ses autres "patients" qui n’auraient pas osé s’en offusquer !
Le mien, en tous cas, fait cela couramment.
Tis



> Petite histoire ignoble
26 juin 2006 - 20h24 - Posté par

Non , ça c’est faire appel au pouvoir du medecin, et ce n’est pas ce qui grandit....

Par contre, le medecin aurait pu, en ce cas, raccompagné la jeune femme dans la salle d’attente et annoncer que c’est sa nouvelle remplaçante. Celà eut été plus gouteux .....

Copas


> Petite histoire ignoble
27 juin 2006 - 11h14

quelle Plume !!!






À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite