Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?


de : michel bourgain
vendredi 18 août 2006 - 20h40 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Comment les Verts peuvent-ils contribuer à éviter le fiasco électoral de 2002 ?

Le soutien des Verts à la candidature de José Bové est-il plié ?

Questions à Michel Bourgain, Maire (Verts) de l’Île-Saint-Denis : Les Verts ont élu démocratiquement leur candidat. L’affaire semble pliée, Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?

JPEG - 3.4 ko

C’est la candidate actuelle des Verts qui laisse elle-même la question ouverte dans son entretien à Politis du 27 juillet 2006. D. Voynet envisage en effet deux situations qui pourraient l’amener à renoncer : « La mise en place d’un mécanisme de primaire (dans la foulée d’assises d’union des familles éparses d’écologie politique) ne me semble pas être un objectif partagé pour l’instant ». Ce « pour l’instant » laisse ouverte la possibilité que les Verts participent au choix d’un autre candidat qu’elle-même.

« La seule chose qui pourrait me conduire à réexaminer ma candidature serait l’hypothèse où le candidat d’Extrême droite, au plus haut dans les sondages, menacerait la démocratie ». En d’autres termes, D. Voynet serait disposée à s’effacer avant le premier tour si le scénario du 2e tour de 2002 se profilait.

Pourquoi n’envisage-t-elle pas une troisième situation : la candidature de José Bové ? Le reproche qu’elle lui adresse « d’entretenir le fossé entre une gauche radicale et une gauche réformiste et gestionnaire » est-il fondé ?

Seule, une partie de la LCR - ce qui ne fait qu’une très petite minorité du regroupement potentiel - conditionne actuellement son soutien au candidat commun au refus d’union avec les socialistes. De plus, ce refus contredit la position constante des mêmes d’appeler au second tour à battre la droite. L’entrée des Verts dans ce regroupement isolerait encore un peu plus cette position sectaire et contribuerait à surmonter les différences réelles.

La nature même des institutions de la Vème République, aggravée par l’inversion du calendrier électoral, ne rend-elle pas très difficile l’existence d’un parti qui renonce à être présent à la présidentielle ?

Difficile mais pas impossible. Tout d’abord, dans l’esprit d’encourager l’autonomie des gens, notamment par la démocratie participative de proximité, l’élection municipale, plus collégiale, permet aux Verts de mieux s’enraciner et donc d’exister durablement, indépendamment des présidentielles. Ensuite, le soutien à un candidat extérieur aux Verts ( envisagé par notre candidate ) n’exclut pas de garder une certaine autonomie tant dans la campagne que dans la répartition des circonscriptions législatives. Notre parti doit, de plus, mesurer l’intérêt de présenter son candidat indépendant, au regard du résultat final... Une candidature verte solitaire réduirait les chances d’une candidature d’union alternative. Elle encouragerait la multiplication des petites candidatures. Cette dispersion créerait elle-même les conditions d’un remake de 2002, défaite à la clé, ou déboucherait à la veille du premier tour sur un désistement pour le candidat socialiste (cf. supra). Dans les deux cas, les Verts sortiraient plus affaiblis du combat électoral qu’ils ne l’étaient à l’entrée.

L’hostilité au traité constitutionnel, dénominateur commun à la gauche radicale, peut-il fonder le refus, par les Verts, du choix de José Bové ?

L’arc des forces altermondialistes, écologistes, syndicales, mutualistes, coopératives, communistes, trotskystes... susceptibles d’appuyer d’une façon ou d’une autre la candidature de José Bové, a mené campagne, sur le Référendum européen, essentiellement pour refuser la généralisation de la « concurrence libre et non faussée ». Je n’imagine pas que les tenants du Oui au sein des Verts étaient favorables à cette option. Ainsi, dès lors que le peuple, avec une forte majorité de l’électorat de gauche, socialiste et Verts compris, a tranché, il nous revient de nous projeter dans l’avenir sans ressasser une déception compréhensible. Les élections de 2007 nous offrent l’occasion de prendre l’initiative pour proposer un cadre institutionnel qui freine la dynamique ultra-libérale et qui favorise un projet d’Europe écologique et solidaire. Il n’y a aucun obstacle à nous réunir, avec d’autres, autour de cet objectif. N’est-ce pas, au demeurant, le souhait exprimé par la plupart des tenants du Oui et du Non au sein de notre parti, pour éviter son déchirement et pour le remobiliser sur le futur ?

Venons-en au programme. Le PC, sans lequel il serait très difficile de construire un pôle de radicalité, ne reste-t-il pas très favorable au nucléaire, très centralisateur et très productiviste ?

La candidature de José Bové est précisément une opportunité pour que l’écologie politique « féconde », selon l’expression de D. Voynet, tant la gauche radicale, plus proche de nous sur de nombreux combats, que la gauche modérée. D’emblée, José a placé sa candidature sous le signe de l’anti-productivisme et on n’imagine pas que ce combattant anti-nucléaire de renommée mondiale mette son chapeau sur cette question. La plupart des forces altermondialistes, écologistes et même trotskystes du rassemblement potentiel partagent ce point de vue, lequel est relayé par une minorité agissante au sein du PC. La sortie du nucléaire à un horizon permettant la constitution volontariste d’une offre alternative, assortie d’un arrêt de la construction de toute nouvelle centrale, devrait pouvoir être acceptée par ce parti. Cette position n’est-elle pas au demeurant celle que nous exigeons du PS dans le cadre d’un accord de coopération ?

Un tel point de vue ne néglige-t-il pas le fait que sur nombre de sujets (la place de l’automobile, l’agriculture, la science...), le PC, voire certains altermondialistes, sont encore très éloignés des positions écologistes ? Qu’ils se limitent à critiquer l’inégale répartition des richesses sans remettre en question le productivisme ?

Nombre d’entre eux, comme la plupart des gens des milieux populaires urbains, juxtaposent encore, sans les lier, les revendications économiques, sociales et environnementales. Ils explorent peu les voies de l’alternative et limitent souvent leur bataille à une redistribution plus égalitaire de la richesse actuelle, sans envisager de la reconsidérer ni de reconvertir l’appareil productif. Cette faiblesse affecte un peu moins le monde rural dans lequel beaucoup de paysans et d’autres s’y engagent concrètement. Il convient également de souligner que nous-mêmes en appelons à ce lien encore de façon théorique plutôt que pratique, de façon incantatoire plutôt qu’opérationnelle. Nous aidons encore trop peu à faire progresser nos concitoyens sur ces questions. Noël Mamère a, dans son article du 8 août à Libération, rappelé la difficulté et la nécessité de cette exigence. Qui peut penser surmonter ces difficultés en s’éloignant de ceux qui les vivent ? Est-ce que ces insuffisances ou limitations peuvent justifier que l’on rejette les porteurs de ces conceptions ?

D. Voynet ne prend-elle pas en compte ces préoccupations quand elle dit : « J’ai envie de m’adresser aux citoyens et d’essayer de populariser un projet d’écologie politique aujourd’hui peu attentif aux difficultés des classes populaires » ?

Le projet d’écologie politique n’est pas un projet tout prêt qu’il suffirait de populariser par un bon marketing. Pour que les couches populaires s’approprient l’écologie comme vecteur d’amélioration de leurs conditions de vie immédiates et d’émancipation de leur condition exploitée et aliénée, un énorme travail est nécessaire. Effort de co-construction d’un projet concret articulant redistribution / remodelage / reconversion de la richesse. Ce projet politique a besoin d’être éclairé par la théorie, d’être encouragé par les « politiques publiques », mais, et c’est le plus difficile, d’être construit, partagé et porté pas à pas avec et par les couches populaires, leurs syndicats, leurs associations, leurs partis. Cela suppose un vrai engagement des Verts de mettre le peuple au centre de nos préoccupations, de nos priorités, de nos choix. D. Voynet nourrit-elle l’illusion de se faire entendre par les couches populaires sans aucune autocritique d’une participation gouvernementale qui a débouché sur la présence de Le Pen au 2ème tour des présidentielles de 2002 ? Sans prendre des distances fermes avec la meute médiatico-politique qui a traité d’ignorants celles et ceux qui s’apprêtaient à dire non au référendum sur le TCE ? Sans expliquer son absence sur les révoltes anti-discrimination des banlieues ou sur la révolte anti-précarité des étudiants ?

Sans la présence d’un candidat Vert identifié, notre électorat ne risquerait-il pas de se disperser dans l’abstention ou l’écologie « apolitique » ?

Ce risque serait doublement contrebalancé, en cas de soutien à José Bové. La décision, dûment expliquée à la population, de rompre avec l’esprit de boutique en faveur d’un projet commun et de dépasser les querelles et divisions secondaires, provoquerait soulagement et estime. Le regroupement d’un pôle alternatif modifierait le rapport de forces dans le partenariat avec la gauche « modérée ». Il dynamiserait les hésitants, désireux de ne pas rééditer le scénario 1997-2002. La victoire électorale ; mieux assurée de la gauche au 2nd tour de la présidentielle, donnerait une représentation écologiste plus forte aux législatives qu’en cas de face à face avec le PS. Il paraît en outre bien imprudent d’ignorer la probable très forte aspiration au vote utile vers le candidat socialiste, en cas de multiplication des petits candidats. Souvenons-nous de la raclée que nos candidats aux élections législatives ont prise après la présidentielle de 2002, malgré le score de Noël Mamère, jamais atteint auparavant par les Verts.

Comment peut-on prétendre qu’un candidat alternatif commun renforcerait le poids électoral des Verts ?

Une élection présidentielle se gagne avec l’arithmétique mais aussi et surtout par la dynamique politique. Dans le processus de regroupement, les Verts élèveraient leur influence auprès des écologistes associatifs et des altermondialistes et, par effet de levier, auprès des électeurs. Plus fort que l’addition de quelques pourcentages gagnés par les petits candidats dispersés, un score à deux chiffres du candidat alternatif unitaire pèserait plus lourd dans les conditions de l’union pour faire gagner la gauche au 2nd tour. Les Verts pourraient en sortir avec une représentation parlementaire plus forte qu’en cas de face à face avec le PS. Le potentiel d’estime pourrait également se traduire dans des listes vertes, ouvertes et citoyennes plus influentes aux municipales.

N’est-il pas trop tard pour un tel scénario ?

Mieux vaut rectifier le plus tôt possible une trajectoire perdante que de s’enfoncer... L’orgueil n’est jamais bon conseiller et le déjugement momentané sera largement compensé et relativisé lors du résultat. La déclaration de candidature de N. Hulot repose de toutes façons cette hypothèse. Enfin, la préparation autonome des Verts pour cette élection est suffisamment avancée ( programme, examen des circonscriptions...) pour que nous osions nous montrer à la hauteur de nos responsabilités. Prendre le risque de l’unité pour gagner en influence et éviter la défaite de la gauche, est vraiment un beau challenge.

En rejoignant le pôle alternatif, les Verts ne laisseraient-ils pas le champ libre à Nicolas Hulot et à son écologie « apolitique » ?

L’influence médiatique de N. Hulot ne peut être sous-estimée, quelque soit le scénario emprunté par les Verts. L’hypothèse où le conseiller de Chirac accepterait la proposition de N. Mamère de porter la parole de la candidate Verte D. Voynet est improbable, voire invraisemblable. Elle apporterait, en effet, de l’eau au moulin à la construction d’un pôle écolo-centriste (écolos + Kouchner et autres centristes du PS et de l’UDF) que la très grande majorité des Verts rejette. L’hypothèse plausible d’un N. Hulot, candidat « apolitique », poisson-pilote de la droite, mettrait par contre les Verts devant un choix lourd de conséquences. Si la candidature Verte était maintenue, une part significative de nos électeurs modérés serait attirée par l’audience médiatique de N. Hulot et nombre de nos électeurs de gauche se rendraient au vote utile. L’apport des Verts au rassemblement du 2nd tour serait, dans ce cas, insignifiant, la victoire de la gauche sérieusement compromise et la représentation parlementaire des Verts quasi-nulle. Le soutien à la candidature de J. Bové contribuerait, par contre, à clarifier les enjeux sociétaux (économiques, sociaux et politiques) de l’écologie politique. Dans ce cas, il est raisonnable de penser que la part des électeurs écolos attirés par l’illusion apolitique serait compensée et dépassée par une part plus importante d’électeurs populaires qui ont de la sympathie pour l’écologie mais s’abstiennent, faute d’y retrouver leurs préoccupations quotidiennes et immédiates. N’oublions pas qu’avec le grand débat démocratique qui s’est produit lors du référendum, puis la révolte anti-discriminations des banlieues, suivie de la lutte étudiante contre la précarité, l’attente est grande chez des millions d’électeurs en quête d’espérance . Il nous revient d’hisser nos initiatives politiques à la hauteur de ces responsabilités.

Hier, l’expérience a montré que l’écologie de « l’entre deux » ni gauche- ni droite, chère à Waechter , était intenable. Aujourd’hui, dans un contexte différent, les Verts sont devant un choix similaire. L’aiguisement des contradictions économico-sociales provoquées par l’ultra-libéralisme ainsi que l’urgence environnementale qui l’accompagne réduisent la marge d’équilibre que nous essayons de tenir entre la gauche modérée et la gauche radicale. D.Voynet invite à nous tenir à cet « entre deux », au risque de l’écrasement ou de pencher au centre, c’est-à-dire à droite. En quoi la gauche y gagnerait ? José Bové nous propose de nous ouvrir délibérément du côté du peuple qui souffre, qui se bat et se débat avec ses espérances et ses illusions, avec ses limites, sa combativité et son inventivité, pour construire une alternative écologique et solidaire. C’est un vrai projet de gauche. Avec lui, avec le rassemblement alternatif, nous pouvons placer le peuple « au centre ».



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
19 août 2006 - 01h43

Ce qu’il faudrait rappeler en premier, c’est que lors de leur congrès de 2004, les Verts ont décidé que seule une personne membre du parti pourrait représenter les Verts lors de l’élection présidentielle.
La seconde, c’est qu’il faudrait l’accord de 10% des Verts pour que l’étude éventuelle de la candidature de Bové ou de quelqu’un d’autre soit étudiée. Cela a déja été tenté sans succès.
Alors on ne va pas y revenir jusqu’à la fin des temps (enfin jusque l’an prochain).
La troisième, c’est que plus de 60% des adhérents des Verts se sont prononcés pour les candidats élus de la motion rassembler, à savoir Yves Cochet et Dominique Voynet.
Il serait bon que certains pensent à respecter ces adhérents et ces militants.
Les Verts se sont majoritairement prononcés pour le TCE, je ne vois pas pourquoi leur candidat serait un nonniste non membre de leur parti.
Maintenant, je suis contre les alliances avec Lepage ou Hulot en l’état et favorable à ce que les Verts restent un parti politique qui ne se préoccupe pas que d’écologie.
Mais un parti politique a un fonctionnement et la première responsabilité d’un militant et encore plus d’un élu est de respecter ce fonctionnement, ce qui n’empêche pas de militer pour son amélioration.

David WATTS, militant de base des Verts.



> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
19 août 2006 - 22h44 - Posté par

Je suis d’accord avec toi. Les Verts ont choisi la candidate la plus à droite possible de leur parti et ce, après avoir appelé à voter OUI au TCE. Ils sont logiques. Bové ne peut pas être en même temps le candidat de la gauche et le candidat des Verts, c’est tout à fait incohérent.

Raymondo.


> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
20 août 2006 - 02h22 - Posté par

Il est certain que tout le monde ne peut se satisfaire de l’agitation d’un drapeau "antilibéral" comme programme politique.
David WATTS


> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
20 août 2006 - 02h53 - Posté par

Mais surtout, ce qui me fait sourire sur ce site, c’est l’absence de contre argumentation.
Je reconnais n’avoir rien à exiger quant à la teneur des propos de mes éventuels contradicteurs, mais force m’est de constater qu’on ne répond pas aux arguments proposés mais qu’on lance des anathèmes. L’anathème évite à la fois le dialogue et la fatigue des méninges, j’en conviens aisément.
La question principale, vue de l’intérieur des Verts est ici le respect du vote des militants.
Lorsque ceux-ci ont par leur vote désigné une candidate, lorsqu’ils n’ont pas donné suite à une proposition visant à choisir quelqu’un hors parti, un respect minimum de la démocratie n’exigerait il pas de reconnaitre sa défaite ?
Cette question me semblait à tout le moins mériter une réponse autre que "les Verts ne sont pas de gauche), d’autant que l’on pourrait sans doute discuter ad vitam eternam de ce qu’est la gauche et de qui en fait, ou pas, partie.
Mais je sais qu’on est coutumier ici de préférer les slogans aux commentaires, j’ai pu m’en rendre compte dans le cadre de l’article sur les "vomissures" (joli terme très typé 1934) d’Alain Lipietz où aucun commentateur ne s’est donné la peine de tenter de récuser les arguments proposés préférant traiter leur auteur de bobo etc...
Si l’on ajoute la constante propension à la censure dont font preuve les administrateurs (je n’ose dans ce cas parler de modérateurs) de ce site, je me dis que l’autoproclamée gauche antilibérale a plutôt mauvaise mine...
David WATTS


> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
22 août 2006 - 14h24 - Posté par

ce site n’est pas le site officiel de la gauche antilibéral,il faut voir par exemple alternativeunitaire2007 si tu veux des réponses à tes interrogations .d’autre part,saches qu’il y a une partie des verts dans le rassemblement de l’alternative à gauche.
le soutien à josé bové n’est pas majoritaire ,nous le savons,mais il y aura un grand nombre d’écologistes qui prendront position pour bové dans les semaines qui viennent.
cordialement
jcb


> Pourquoi relancer la candidature de José Bové ?
25 août 2006 - 09h51 - Posté par

Ce qu’il faut comprendre pour répondre à l’intervenant ci-dessus qui se plaint du manque de débat, c’est qu’il y a beaucoup plus de sympathisants des Verts que de membres du parti : ce sont ces sympathisants qui sont la vraie froce des écologistes, qui font et défont les élections, et on peut penser que les sympathisants sont largement plus favorables à une candidature unique de José Bové qu’à une candidature rose-vert du tandem antédilluvien Voynet ou Chochet.

Ne pas tnir compte de ses sympathisants en se focalisant sur les adhérents, c’est ne pas tenir compte de la GRANDE MAJORITE des életeurs écologistes.

Ceci est valable d’ailleurs pour de nombreux partis, mais plus encore chez les Verts.

Fred W





VENEZUELA : Alerte de Mémoires des Luttes, Maduro mort ou vif !
mercredi 8 - 18h07
de : JO
Journal de confiné (8).
mercredi 8 - 16h57
de : L’iena rabbioso
Après la crise, les salariés devront reprendre le pouvoir aux actionnaires
mercredi 8 - 15h52
de : jean1
1 commentaire
GOODYEAR : VICTOIRE HISTORIQUE
mercredi 8 - 14h59
de : Mickael Wamen
1 commentaire
SEINE-SAINT-DENIS : notre monarque en recherche de provocations ?
mercredi 8 - 10h50
de : JO
2 commentaires
Moins d’économie capitaliste, plus d’économie de service public et d’ESS
mercredi 8 - 01h06
de : Christian DELARUE (Conv SP)
La pandémie capitaliste
mardi 7 - 22h22
de : VIA CAMPESINA
Journal de confiné (7).
mardi 7 - 20h54
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Coronavirus : à Hautmont, une aide-soignante mise à pied pour avoir interpellé sa direction
mardi 7 - 19h44
de : azard
COVID-19 : Les responsables devront payer !
mardi 7 - 16h44
de : JO
1 commentaire
Sois confiné et tais-toi !
mardi 7 - 16h27
de : Claude Janvier
La campagne 7 avril 2020 « Notre Santé n’est Pas à Vendre » - Réseau européen
mardi 7 - 00h17
de : Christian DELARUE (Conv SP)
1 commentaire
TRAVAIL SALARIE : ne pas dépasser la dose prescrite (35H)
lundi 6 - 21h01
de : Christian DELARUE
Journal de confiné (6).
lundi 6 - 18h54
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
La réponse de Cuba au coronavirus fait honte aux autres pays
lundi 6 - 15h40
de : JO
CHINE : durant l’Hommage aux morts du Covid19, BFM TV en manque de respect !
lundi 6 - 15h16
de : JO
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite