Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’occupant définit les règles et juge
de : Amira Hass
vendredi 25 août 2006 - 22h58 - Signaler aux modérateurs

de Amira Hass

Rue Jabotinsky à Jérusalem, face à la résidence présidentielle, une plaque, pas très grande, est fixée sur une grille fermée derrière laquelle se trouve un vaste bâtiment avec un charmant jardin : « Dans ce bâtiment était installé la cour militaire suprême du gouvernement du mandat britannique. C’est ici qu’ont eu lieu les procès des combattants des organisations juives clandestines - Hagana, Etzel et Lehi ». Cette plaque est ornée des emblèmes de la municipalité de Jérusalem et des trois organisations clandestines. Il y est encore écrit : « Les combattants des organisations clandestines refusèrent de reconnaître l’autorité du tribunal à les juger et exigèrent d’être reconnus comme prisonniers de guerre ».

Le Président du parlement palestinien, Aziz Doueik, que les forces israéliennes ont arrêté il y a une quinzaine de jours, a lui aussi refusé de reconnaître l’autorité du tribunal militaire israélien à le juger. C’est apparemment ce que déclareront également les deux dernières personnes arrêtées dont Israël a décidé que la détention était la réponse adéquate devant son impuissance dans l’affaire de la libération de son soldat enlevé, Gilad Shalit. Nasser A-Din A-Shaer, Ministre palestinien de l’enseignement et vice-premier ministre, et Mahmoud Ramahi, secrétaire général du parlement palestinien, ont été arrêtés samedi et dimanche. Signalons en passant que depuis peu, les Palestiniens ont cessé d’utiliser le verbe « arrêter » pour parler de l’arrestation de Palestiniens par des soldats israéliens, et lui substituent le verbe « enlever ».

Ces trois personnes arrêtées/enlevées ont rejoint la dizaine de milliers de détenus et prisonniers palestiniens. Comme pour les membres des organisations clandestines juives gardés prisonniers, qui se considéraient comme des prisonniers de guerre sans rapport avec leurs actes (assassinat de soldats britanniques ou de civils arabes), il y a des Palestiniens qui exigent que leurs prisonniers soient reconnus comme prisonniers de guerre. D’autres préfèrent la qualification de prisonniers politiques. Laissons là les définitions. De toute façon, depuis l’infraction jusqu’à l’emprisonnement, Israël, en tant que puissance occupante, joue comme il veut avec les définitions.

Dimanche, à quatre heures et demie du matin, des soldats de l’armée israélienne ont ouvert le feu sur un ouvrier de 26 ans, Jalal Odeh, le tuant et blessant encore trois civils palestiniens. Cela s’est passé non loin du barrage de Hawara, au sud de Naplouse. La « scène du crime », lit-on dans les journaux palestiniens. Les jeunes gens se déplaçaient en taxi sur des chemins contournant les barrages. Cela fait plusieurs semaines que l’armée interdit de nouveau aux jeunes de moins de 32 ans de sortir de Naplouse. Mais les gens ont besoin de gagner leur vie et c’est par milliers qu’ils cherchent les petits chemins dérobés. Une infraction passible de la peine de mort, semble-t-il. Les soldats ont agi comme plaignants, juges et bourreaux. Selon les règles de l’occupation, lorsque des soldats tuent des civils palestiniens, ils ne sont, ni eux ni ceux qui les envoient, jamais des criminels, ni des suspects, ils ne sont ni accusés, ni condamnés. Le commandant de régiment qui fixe l’âge de ceux qui peuvent sortir de la prison qu’est Naplouse, ne peut, du fait même de son appartenance à l’armée de défense, être criminel, suspect, accusé ni condamné.

Lorsqu’un Palestinien tue un Israélien - soldat ou civil - son nom, sa photo et les détails de son acte d’accusation seront aussitôt diffusés. Il sera automatiquement condamné à la prison à vie et le chef de son gouvernement ou le dirigeant de son organisation sera tenu pour responsable et pourra dès lors être la cible d’une arrestation ou d’un attentat. Les soldats qui tuent des civils palestiniens s’abritent sous le large tablier de l’armée d’occupation. Leurs noms ne seront pas connus du public et leurs commandants ainsi que le chef de leur gouvernement ne seront pas tenus pour responsables.

Les détenus palestiniens sont conduits devant un tribunal militaire : cette même structure militaire qui occupe, détruit, opprime la population civile, décrète que résister à l’occupation - y compris par des manifestations populaires ou en hissant des drapeaux, et pas seulement en tuant ou en transportant des armes - constitue un crime. C’est cette même structure militaire qui lance des poursuites judiciaires et qui juge. Ses juges sont dévoués aux intérêts de la défense de l’occupant et du colon.

Chaque Palestinien est soi-disant jugé, condamné et emprisonné en tant qu’individu ayant commis un acte criminel. Mais une discrimination flagrante dans les conditions de détention démontre que le prisonnier de sécurité palestinien est puni non pas à titre individuel mais comme représentant d’un groupe, dans le cadre de l’oppression générale à l’encontre de celui-ci. En violation du droit international, une majorité décisive des prisonniers et détenus palestiniens ne sont pas emprisonnés en territoire occupé mais en Israël. Contrairement à la légende, Israël ne respecte pas le droit à des visites, fixes et régulières, par les familles.

L’armée fait tout ce qu’elle peut pour désorganiser l’aménagement des visites, par diverses justifications techniques et sécuritaires. Seuls des proches au premier degré (parents, frères, sœurs et enfants) sont autorisés à rendre visite aux prisonniers mais des centaines d’entre eux n’ont eu droit à aucune visite depuis plusieurs années. Le droit d’utiliser quotidiennement un téléphone est accordé aux prisonniers de droit commun, même les plus dangereux d’entre eux, mais est refusé aux prisonniers de sécurité palestiniens, dont des civils et des habitants d’Israël. Et cela, pour des motifs de sécurité à la fois vagues et non convaincants avancés par les services de sécurité qui disposent de systèmes d’écoute perfectionnés et efficaces. Le chemin de la réduction de peine et de l’amnistie s’ouvre devant le Juif (en particulier si c’est un colon) et est presque hermétiquement fermé devant le Palestinien.

Rien d’étonnant à ce que des Palestiniens soutiennent tout acte - comme l’enlèvement de soldats - qui cherchera à briser les règles de ce jeu discriminatoire. Tout détenu palestinien illustre par son histoire personnelle la liberté qu’Israël s’octroie d’implanter une sous-culture extrémiste, fanatique, de double standard, de distinguo entre un sang et un sang, entre un homme et un homme, entre un peuple et un peuple.

(Traduction de l’hébreu : Michel Ghys)

Version anglaise : The occupier defines justice www.haaretz.com/hasen/spages...

http://www.palestine-solidarite.org...



Imprimer cet article





La police française utiliserait des « armes de guerre » lors des manifestations !
jeudi 25 - 18h20
de : JO
Notre Dame : qui a allumé le feu ?
jeudi 25 - 15h58
de : Patrick Samba
2 commentaires
Des journalistes convoqués pour compromission du secret de la défense nationale
jeudi 25 - 12h49
de : Disclose, ARTE Info, Konbini, Mediapart
ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS (ACTE 23 #GILETSJAUNES) (video)
jeudi 25 - 12h39
Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme « arme de guerre » par la réglementation internationale.
jeudi 25 - 11h40
de : JO
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris (video)
jeudi 25 - 08h51
de : Vanessa Lamarre
1 commentaire
Conférence de presse à haut risque pour Macron
jeudi 25 - 08h24
de : Placide
1 commentaire
Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
3 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

le merveilleux de la guerre, c'est que chaque chef des meurtriers fait bénir ses drapeaux et invoque Dieu solennellement avant d'aller exterminer son prochain. Voltaire
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite