Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel


de : Elias Khoury
mardi 29 août 2006 - 01h40 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 19.1 ko

de Elias Khoury romancier libanais

Des centaines d’hommes et de femmes avançant dans les décombres, portant les cercueils de 19 martyrs ; des vêtements noirs ; des youyous et des sanglots.

J’observais la scène, debout au bord de la route. Je dis au bord de la route et il n’y avait pas de route, je dis scène et il n’y avait pas de scène. Comment raconter des sentiments qui n’ont pas de nom ?

Lorsque je suis entré au village de Aïta al-Cha’ab, je n’ai pas cru mes yeux. Il y avait un nom de village mais pas de village : rien qu’une immense ruine à perte de vue. Toutes les maisons détruites, les murs appuyés sur le vide, le vide appuyé sur la poussière. Je suis entré au village la semaine dernière comme si je revenais avec ceux qui revenaient - sauf que je n’avais pas de clef - pour constater que le village détruit grouillait de ses habitants revenus chez eux et cherchant un peu d’ombre dans le vide.

Tout était voilé de noir, sauf le soleil. C’était un soleil de plomb, un soleil brûlant. Je marchais dans les ruines, à côté de moi, un jeune homme avançait, racontant des histoires d’héroïsme et de mort, mais je n’avais pas besoin d’entendre ces histoires que je connaissais déjà. Je dis que je les connaissais sans vraiment les connaître, j’ai eu l’impression que la scène remontait d’une mémoire enfouie, qui n’est pas la mienne, mais plutôt un mélange de choses que j’avais vécu dans le passé.

Pourquoi donc est-ce que je vois le spectre de 1948, pourquoi est-ce que je vois Birwa, Gabsiyyeh et Ayn al-Zeitoun ?

Là-bas, ils étaient entrés dans les villages, avaient chassé les habitants, encerclé les maisons de dynamite et les avaient fait explosées. Ici, ils ne sont pas entrés, si, ils sont bien arrivés jusqu’à la place du village, lorsque la mort s’est mise à pleuvoir sur eux. Ils ont reculé, reculé jusqu’à la frontière, abandonnant les restes d’un char Mirkava, une partie des remorques, des boîtes de conserves.

Ils ont détruit le village avant d’entrer, et comme pendant l’année de la Nakba, ils ont utilisé des haut-parleurs pour ordonner aux habitants de partir.

J’ai vu l’année de la Nakba, j’ai vu les paysans porter les clefs de leurs maisons sans portes ni murs. Cette fois-ci, les paysans sont revenus, habillés de noir, brandissant leurs clefs. J’ai revu ces années pendant lesquelles nous avons répandu notre jeunesse dans les villages du sud, irriguant les oliviers de la Galilée libanaise avec le sang des jeunes de la Galilée palestinienne.

C’était en 1968 et nous avions vingt ans.

Les villages de KfarChouba, Kfar Hamam et Habbariyeh avaient constitué le début du voyage qui nous a fait connaître le chemin de Bint Jbeil, Aïta al-Cha’ab et Aytaroun.

J’ai vu, comme si je me souvenais, mais la mémoire est trompeuse, l’oeil aussi. Je me tenais face aux décombres, mes larmes coulaient. Devant cette scène de gens portant les cercueils, cahotant dans les ruines, couverts de poussière, je n’ai pas senti les larmes se ramasser au coin des yeux et les brûler avant de rouler sur mes joues. La poussière nous enveloppait sous le soleil brûlant, la sueur exsudait de nos pores et se répandait sur notre peau. En pleurant, je ne me rendais pas bien compte que je pleurais, car auparavant, je n’avais jamais vu les pleurs jaillir de partout, mêlant larmes et sueur. Non, cela n’avait rien à voir avec la tristesse ni avec la mémoire, j’étais bouleversé par la sensation que j’appartenais à cette terre, que ces morts et ces vivants faisaient partie de ma famille.

Comment dire à un martyr qui ne me connaissait pas que nous étions devenus parents et que c’était bien dommage de nous séparer le jour même de notre rencontre ?

Comment dire aux maisons détruites qu’elles étaient miennes, sans que je ne les eusse jamais visitées, que les pousses de tabac mis à sécher dans les chambres éventrées étaient le produit même de ma peine et de ma sueur, le travail que je n’ai pas accompli mais qui est devenu mon nom et mon adresse ?

Comment parler sans cette eau qui m’a inondé de soif d’amour ?

Comment graver dans ma conscience des mots qui ne ressemblaient pas aux mots car ils viennent du fin fond de la souffrance, qu’ils parlent une langue que seule la victime connaît ?

J’ai écouté les histoires héroïques, j’ai marché avec un groupe de jeunes dans les ruelles détruites avant de parvenir à l’orée du village où se trouvaient les empreintes des chaînes de la Mirkava et des bulldozers qui ont écrasé les maisons. J’ai entendu les détails de la bataille qui a obligé les combattants de l’armée invincible à rebrousser chemin.

Ils ont été attaqués de partout où ils ne s’attendaient pas, du ventre de la terre et des décombres.

Le village de Khallet-Wardeh - où les deux soldats israéliens ont été faits prisonniers - est devenu le terrain de la résistance et des affrontements.

Je suis resté debout, à regarder le cortège funèbre, les cercueils portés sur les épaules, les femmes leur jetant du riz et mêlant les youyous aux sanglots, les hommes se lamentant. J’ai vu les ruines, comme si j’étais enveloppé dans une poussière qui ne semblait avoir ni début ni fin, comme si le cortège funèbre s’étendait sur tous les villages détruits. Tous les lieux étaient démolis, sans toits, il n’y avait que les cercueils recouverts de drap noir et des drapeaux de la résistance.

Il n’y avait de lieux que les cercueils, il n’y avait d’histoires que la mort, il n’y avait d’eau que les larmes.

J’ai vu, mais c’était comme si je me souvenais, j’ai écouté l’histoire de plusieurs générations. AbouChawqi, un octogénaire, dit qu’il avait fui le massacre de Houla en 1948 et qu’il n’avait pas arrêté de marcher depuis 58 ans. « Mais cette fois, nous n’avons pas fui, a dit l’homme aux cheveux blancs, assis à l’entrée de ce qui fut sa maison dans le village sud libanais, cette fois, nous avons appris que lorsque nous ne fuyons pas, nous les obligeons, eux, à fuir. »

A l’entrée du village Bint Jbeil qui a vécu les batailles les plus marquantes de la résistance, j’ai vu un bassin où nageaient encore des oies. Le village était entièrement détruit, mais les oies continuaient à nager dans l’eau, indifférentes à la poussière, aux relents des cadavres qu’on extrayait de sous les décombres.

Un horizon d’eau.

Des histoires d’héroïsme et de mort. Des paysans portant des cercueils sur leurs épaules. Des cercueils devenus navires. Des larmes devenues eau. Des histoires sur la résistance contre le monstre israélien.

Et le Sud qui s’étend dela Ligne bleue au bleu du ciel.

Mulhaq Annahar, 27 août 2006 Traduit de l’arabe par Rania SAMARA

http://www.aloufok.net/article.php3...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
29 août 2006 - 06h37

Que deviennent les populations qui avaient été obligées de quitter le sud Liban ? elles sont revenues dans leurs régions dévastées, mais plus aucune nouvelle !

On nous parlais de désastre humanitaire, et on en parle plus ...

Vivent-ils chez des proches ou chez des voisins épargnés ?

Vivent-ils dans des camps de toile ?

Dans quelles conditions vivent-ils. pas d’eau, pas d’électricité, pas de routes ...

Les enfants iront-ils à l’école ?

Nous sommes à la fois surinformés et manipulés ; une avalanche d’informations sur le court terme et aucun suivi ; difficile d’être un citoyen responsable t solidaire.

RD



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
31 août 2006 - 12h20

C’EST UN TRES BEAU TEXTE DE RESISTANCE !

NOSE DE CHAMPAGNE



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
1er septembre 2006 - 21h06 - Posté par

je pense que nous devrions nous associer à cette résistance en participant à un boycott de tous les produits israéliens.





Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite