Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
de : Elias Khoury
mardi 29 août 2006 - 01h40 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 19.1 ko

de Elias Khoury romancier libanais

Des centaines d’hommes et de femmes avançant dans les décombres, portant les cercueils de 19 martyrs ; des vêtements noirs ; des youyous et des sanglots.

J’observais la scène, debout au bord de la route. Je dis au bord de la route et il n’y avait pas de route, je dis scène et il n’y avait pas de scène. Comment raconter des sentiments qui n’ont pas de nom ?

Lorsque je suis entré au village de Aïta al-Cha’ab, je n’ai pas cru mes yeux. Il y avait un nom de village mais pas de village : rien qu’une immense ruine à perte de vue. Toutes les maisons détruites, les murs appuyés sur le vide, le vide appuyé sur la poussière. Je suis entré au village la semaine dernière comme si je revenais avec ceux qui revenaient - sauf que je n’avais pas de clef - pour constater que le village détruit grouillait de ses habitants revenus chez eux et cherchant un peu d’ombre dans le vide.

Tout était voilé de noir, sauf le soleil. C’était un soleil de plomb, un soleil brûlant. Je marchais dans les ruines, à côté de moi, un jeune homme avançait, racontant des histoires d’héroïsme et de mort, mais je n’avais pas besoin d’entendre ces histoires que je connaissais déjà. Je dis que je les connaissais sans vraiment les connaître, j’ai eu l’impression que la scène remontait d’une mémoire enfouie, qui n’est pas la mienne, mais plutôt un mélange de choses que j’avais vécu dans le passé.

Pourquoi donc est-ce que je vois le spectre de 1948, pourquoi est-ce que je vois Birwa, Gabsiyyeh et Ayn al-Zeitoun ?

Là-bas, ils étaient entrés dans les villages, avaient chassé les habitants, encerclé les maisons de dynamite et les avaient fait explosées. Ici, ils ne sont pas entrés, si, ils sont bien arrivés jusqu’à la place du village, lorsque la mort s’est mise à pleuvoir sur eux. Ils ont reculé, reculé jusqu’à la frontière, abandonnant les restes d’un char Mirkava, une partie des remorques, des boîtes de conserves.

Ils ont détruit le village avant d’entrer, et comme pendant l’année de la Nakba, ils ont utilisé des haut-parleurs pour ordonner aux habitants de partir.

J’ai vu l’année de la Nakba, j’ai vu les paysans porter les clefs de leurs maisons sans portes ni murs. Cette fois-ci, les paysans sont revenus, habillés de noir, brandissant leurs clefs. J’ai revu ces années pendant lesquelles nous avons répandu notre jeunesse dans les villages du sud, irriguant les oliviers de la Galilée libanaise avec le sang des jeunes de la Galilée palestinienne.

C’était en 1968 et nous avions vingt ans.

Les villages de KfarChouba, Kfar Hamam et Habbariyeh avaient constitué le début du voyage qui nous a fait connaître le chemin de Bint Jbeil, Aïta al-Cha’ab et Aytaroun.

J’ai vu, comme si je me souvenais, mais la mémoire est trompeuse, l’oeil aussi. Je me tenais face aux décombres, mes larmes coulaient. Devant cette scène de gens portant les cercueils, cahotant dans les ruines, couverts de poussière, je n’ai pas senti les larmes se ramasser au coin des yeux et les brûler avant de rouler sur mes joues. La poussière nous enveloppait sous le soleil brûlant, la sueur exsudait de nos pores et se répandait sur notre peau. En pleurant, je ne me rendais pas bien compte que je pleurais, car auparavant, je n’avais jamais vu les pleurs jaillir de partout, mêlant larmes et sueur. Non, cela n’avait rien à voir avec la tristesse ni avec la mémoire, j’étais bouleversé par la sensation que j’appartenais à cette terre, que ces morts et ces vivants faisaient partie de ma famille.

Comment dire à un martyr qui ne me connaissait pas que nous étions devenus parents et que c’était bien dommage de nous séparer le jour même de notre rencontre ?

Comment dire aux maisons détruites qu’elles étaient miennes, sans que je ne les eusse jamais visitées, que les pousses de tabac mis à sécher dans les chambres éventrées étaient le produit même de ma peine et de ma sueur, le travail que je n’ai pas accompli mais qui est devenu mon nom et mon adresse ?

Comment parler sans cette eau qui m’a inondé de soif d’amour ?

Comment graver dans ma conscience des mots qui ne ressemblaient pas aux mots car ils viennent du fin fond de la souffrance, qu’ils parlent une langue que seule la victime connaît ?

J’ai écouté les histoires héroïques, j’ai marché avec un groupe de jeunes dans les ruelles détruites avant de parvenir à l’orée du village où se trouvaient les empreintes des chaînes de la Mirkava et des bulldozers qui ont écrasé les maisons. J’ai entendu les détails de la bataille qui a obligé les combattants de l’armée invincible à rebrousser chemin.

Ils ont été attaqués de partout où ils ne s’attendaient pas, du ventre de la terre et des décombres.

Le village de Khallet-Wardeh - où les deux soldats israéliens ont été faits prisonniers - est devenu le terrain de la résistance et des affrontements.

Je suis resté debout, à regarder le cortège funèbre, les cercueils portés sur les épaules, les femmes leur jetant du riz et mêlant les youyous aux sanglots, les hommes se lamentant. J’ai vu les ruines, comme si j’étais enveloppé dans une poussière qui ne semblait avoir ni début ni fin, comme si le cortège funèbre s’étendait sur tous les villages détruits. Tous les lieux étaient démolis, sans toits, il n’y avait que les cercueils recouverts de drap noir et des drapeaux de la résistance.

Il n’y avait de lieux que les cercueils, il n’y avait d’histoires que la mort, il n’y avait d’eau que les larmes.

J’ai vu, mais c’était comme si je me souvenais, j’ai écouté l’histoire de plusieurs générations. AbouChawqi, un octogénaire, dit qu’il avait fui le massacre de Houla en 1948 et qu’il n’avait pas arrêté de marcher depuis 58 ans. « Mais cette fois, nous n’avons pas fui, a dit l’homme aux cheveux blancs, assis à l’entrée de ce qui fut sa maison dans le village sud libanais, cette fois, nous avons appris que lorsque nous ne fuyons pas, nous les obligeons, eux, à fuir. »

A l’entrée du village Bint Jbeil qui a vécu les batailles les plus marquantes de la résistance, j’ai vu un bassin où nageaient encore des oies. Le village était entièrement détruit, mais les oies continuaient à nager dans l’eau, indifférentes à la poussière, aux relents des cadavres qu’on extrayait de sous les décombres.

Un horizon d’eau.

Des histoires d’héroïsme et de mort. Des paysans portant des cercueils sur leurs épaules. Des cercueils devenus navires. Des larmes devenues eau. Des histoires sur la résistance contre le monstre israélien.

Et le Sud qui s’étend dela Ligne bleue au bleu du ciel.

Mulhaq Annahar, 27 août 2006 Traduit de l’arabe par Rania SAMARA

http://www.aloufok.net/article.php3...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
29 août 2006 - 06h37

Que deviennent les populations qui avaient été obligées de quitter le sud Liban ? elles sont revenues dans leurs régions dévastées, mais plus aucune nouvelle !

On nous parlais de désastre humanitaire, et on en parle plus ...

Vivent-ils chez des proches ou chez des voisins épargnés ?

Vivent-ils dans des camps de toile ?

Dans quelles conditions vivent-ils. pas d’eau, pas d’électricité, pas de routes ...

Les enfants iront-ils à l’école ?

Nous sommes à la fois surinformés et manipulés ; une avalanche d’informations sur le court terme et aucun suivi ; difficile d’être un citoyen responsable t solidaire.

RD



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
31 août 2006 - 12h20

C’EST UN TRES BEAU TEXTE DE RESISTANCE !

NOSE DE CHAMPAGNE



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
1er septembre 2006 - 21h06 - Posté par

je pense que nous devrions nous associer à cette résistance en participant à un boycott de tous les produits israéliens.





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite