Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel


de : Elias Khoury
mardi 29 août 2006 - 01h40 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 19.1 ko

de Elias Khoury romancier libanais

Des centaines d’hommes et de femmes avançant dans les décombres, portant les cercueils de 19 martyrs ; des vêtements noirs ; des youyous et des sanglots.

J’observais la scène, debout au bord de la route. Je dis au bord de la route et il n’y avait pas de route, je dis scène et il n’y avait pas de scène. Comment raconter des sentiments qui n’ont pas de nom ?

Lorsque je suis entré au village de Aïta al-Cha’ab, je n’ai pas cru mes yeux. Il y avait un nom de village mais pas de village : rien qu’une immense ruine à perte de vue. Toutes les maisons détruites, les murs appuyés sur le vide, le vide appuyé sur la poussière. Je suis entré au village la semaine dernière comme si je revenais avec ceux qui revenaient - sauf que je n’avais pas de clef - pour constater que le village détruit grouillait de ses habitants revenus chez eux et cherchant un peu d’ombre dans le vide.

Tout était voilé de noir, sauf le soleil. C’était un soleil de plomb, un soleil brûlant. Je marchais dans les ruines, à côté de moi, un jeune homme avançait, racontant des histoires d’héroïsme et de mort, mais je n’avais pas besoin d’entendre ces histoires que je connaissais déjà. Je dis que je les connaissais sans vraiment les connaître, j’ai eu l’impression que la scène remontait d’une mémoire enfouie, qui n’est pas la mienne, mais plutôt un mélange de choses que j’avais vécu dans le passé.

Pourquoi donc est-ce que je vois le spectre de 1948, pourquoi est-ce que je vois Birwa, Gabsiyyeh et Ayn al-Zeitoun ?

Là-bas, ils étaient entrés dans les villages, avaient chassé les habitants, encerclé les maisons de dynamite et les avaient fait explosées. Ici, ils ne sont pas entrés, si, ils sont bien arrivés jusqu’à la place du village, lorsque la mort s’est mise à pleuvoir sur eux. Ils ont reculé, reculé jusqu’à la frontière, abandonnant les restes d’un char Mirkava, une partie des remorques, des boîtes de conserves.

Ils ont détruit le village avant d’entrer, et comme pendant l’année de la Nakba, ils ont utilisé des haut-parleurs pour ordonner aux habitants de partir.

J’ai vu l’année de la Nakba, j’ai vu les paysans porter les clefs de leurs maisons sans portes ni murs. Cette fois-ci, les paysans sont revenus, habillés de noir, brandissant leurs clefs. J’ai revu ces années pendant lesquelles nous avons répandu notre jeunesse dans les villages du sud, irriguant les oliviers de la Galilée libanaise avec le sang des jeunes de la Galilée palestinienne.

C’était en 1968 et nous avions vingt ans.

Les villages de KfarChouba, Kfar Hamam et Habbariyeh avaient constitué le début du voyage qui nous a fait connaître le chemin de Bint Jbeil, Aïta al-Cha’ab et Aytaroun.

J’ai vu, comme si je me souvenais, mais la mémoire est trompeuse, l’oeil aussi. Je me tenais face aux décombres, mes larmes coulaient. Devant cette scène de gens portant les cercueils, cahotant dans les ruines, couverts de poussière, je n’ai pas senti les larmes se ramasser au coin des yeux et les brûler avant de rouler sur mes joues. La poussière nous enveloppait sous le soleil brûlant, la sueur exsudait de nos pores et se répandait sur notre peau. En pleurant, je ne me rendais pas bien compte que je pleurais, car auparavant, je n’avais jamais vu les pleurs jaillir de partout, mêlant larmes et sueur. Non, cela n’avait rien à voir avec la tristesse ni avec la mémoire, j’étais bouleversé par la sensation que j’appartenais à cette terre, que ces morts et ces vivants faisaient partie de ma famille.

Comment dire à un martyr qui ne me connaissait pas que nous étions devenus parents et que c’était bien dommage de nous séparer le jour même de notre rencontre ?

Comment dire aux maisons détruites qu’elles étaient miennes, sans que je ne les eusse jamais visitées, que les pousses de tabac mis à sécher dans les chambres éventrées étaient le produit même de ma peine et de ma sueur, le travail que je n’ai pas accompli mais qui est devenu mon nom et mon adresse ?

Comment parler sans cette eau qui m’a inondé de soif d’amour ?

Comment graver dans ma conscience des mots qui ne ressemblaient pas aux mots car ils viennent du fin fond de la souffrance, qu’ils parlent une langue que seule la victime connaît ?

J’ai écouté les histoires héroïques, j’ai marché avec un groupe de jeunes dans les ruelles détruites avant de parvenir à l’orée du village où se trouvaient les empreintes des chaînes de la Mirkava et des bulldozers qui ont écrasé les maisons. J’ai entendu les détails de la bataille qui a obligé les combattants de l’armée invincible à rebrousser chemin.

Ils ont été attaqués de partout où ils ne s’attendaient pas, du ventre de la terre et des décombres.

Le village de Khallet-Wardeh - où les deux soldats israéliens ont été faits prisonniers - est devenu le terrain de la résistance et des affrontements.

Je suis resté debout, à regarder le cortège funèbre, les cercueils portés sur les épaules, les femmes leur jetant du riz et mêlant les youyous aux sanglots, les hommes se lamentant. J’ai vu les ruines, comme si j’étais enveloppé dans une poussière qui ne semblait avoir ni début ni fin, comme si le cortège funèbre s’étendait sur tous les villages détruits. Tous les lieux étaient démolis, sans toits, il n’y avait que les cercueils recouverts de drap noir et des drapeaux de la résistance.

Il n’y avait de lieux que les cercueils, il n’y avait d’histoires que la mort, il n’y avait d’eau que les larmes.

J’ai vu, mais c’était comme si je me souvenais, j’ai écouté l’histoire de plusieurs générations. AbouChawqi, un octogénaire, dit qu’il avait fui le massacre de Houla en 1948 et qu’il n’avait pas arrêté de marcher depuis 58 ans. « Mais cette fois, nous n’avons pas fui, a dit l’homme aux cheveux blancs, assis à l’entrée de ce qui fut sa maison dans le village sud libanais, cette fois, nous avons appris que lorsque nous ne fuyons pas, nous les obligeons, eux, à fuir. »

A l’entrée du village Bint Jbeil qui a vécu les batailles les plus marquantes de la résistance, j’ai vu un bassin où nageaient encore des oies. Le village était entièrement détruit, mais les oies continuaient à nager dans l’eau, indifférentes à la poussière, aux relents des cadavres qu’on extrayait de sous les décombres.

Un horizon d’eau.

Des histoires d’héroïsme et de mort. Des paysans portant des cercueils sur leurs épaules. Des cercueils devenus navires. Des larmes devenues eau. Des histoires sur la résistance contre le monstre israélien.

Et le Sud qui s’étend dela Ligne bleue au bleu du ciel.

Mulhaq Annahar, 27 août 2006 Traduit de l’arabe par Rania SAMARA

http://www.aloufok.net/article.php3...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
29 août 2006 - 06h37

Que deviennent les populations qui avaient été obligées de quitter le sud Liban ? elles sont revenues dans leurs régions dévastées, mais plus aucune nouvelle !

On nous parlais de désastre humanitaire, et on en parle plus ...

Vivent-ils chez des proches ou chez des voisins épargnés ?

Vivent-ils dans des camps de toile ?

Dans quelles conditions vivent-ils. pas d’eau, pas d’électricité, pas de routes ...

Les enfants iront-ils à l’école ?

Nous sommes à la fois surinformés et manipulés ; une avalanche d’informations sur le court terme et aucun suivi ; difficile d’être un citoyen responsable t solidaire.

RD



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
31 août 2006 - 12h20

C’EST UN TRES BEAU TEXTE DE RESISTANCE !

NOSE DE CHAMPAGNE



> Et le Sud qui s’étend de la Ligne bleue au bleu du ciel
1er septembre 2006 - 21h06 - Posté par

je pense que nous devrions nous associer à cette résistance en participant à un boycott de tous les produits israéliens.





Violences policières:après l’ONU, la France pointée du doigt par Amnesty. Gérard Filoche s’en explique !
mercredi 30 - 22h18
de : joclaude
1 commentaire
Licenciés - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 30 - 20h34
de : Hdm
BIELORUSSIE : Autre volée de mois-vert pour notre monarque !
mercredi 30 - 14h24
de : joclaude
2 commentaires
Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
8 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite