Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Günter Grass : le miroir de l’oubli
de : Blog
jeudi 31 août 2006 - 17h06 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 40.5 ko

de Bernard Lallement

Günter Grass fait partie de cette génération allemande maudite dont l’enfance fut engluée par le nazisme.

L’auteur du Tambour avait 6 ans lorsqu’Adolph Hitler devint chancelier du IIIe Reich.

Comme la plupart des contemporains de son âge il fut embrigadé dans les jeunesses hitlériennes. Il n’a jamais nié avoir épousé, dans son adolescence, l’idéologie nazie telle qu’elle lui apparaissait alors. D’autres esprits, bien plus brillants à l’époque, n’hésitèrent pas à prendre fait et cause pour le Führer à travers lequel ils voyaient la restauration d’une grande Allemagne et l’avènement d’une race germanique hors du commun. Carl Schmitt et Martin Heidegger en ont été les plus zélés soutiens.

Le prix Nobel de littérature n’a pas caché son passé de soldat dans la défense antiaérienne. Il a été prisonnier des Américains de 1944 à 1946 en compagnie d’un jeune catholique, l’actuel pape Benoît XVI.

Mais cette conscience morale de l’Allemagne contemporaine, compagnon du SPD et ami de Willy Brandt, a commis l’impardonnable outrage à sa postérité d’avoir dissimulé, durant 60 ans, qu’il servit dans les Waffen SS, dont le simple nom symbolise, aujourd’hui, le Mal absolu et, hier, un corps d’élite asservi à la grandeur du National-socialisme avant que l’on ne découvre l’horreur des camps d’exterminations érigés et administrés par ses troupes.

C’est oublier qu’en 1944, date de l’incorporation de l’intellectuel allemand à 17 ans, Goebbels avait ordonné l’enrôlement en masse (Volkssturm) de tout homme valide, quel qu’il soit, afin de résister à l’Armée rouge, sur le front Est, dont l’assaut sera fatal au Reich.

Cet élément, révélé la veille de la publication de son autobiographie Beim Häuten der Zwiebel (En pelant les ognons) dans une interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, quotidien conservateur, fait scandale. Günter Grass est déchu de son piédestal. Pour un peu on en appellerait à l’autodafé. Des voix s’élèvent pour le voir destituer de son prix Nobel et, dans ce concert d’opprobres, nous trouvons même quelque raton laveur, que Prévert n’eut pas renié, pour l’accuser de lâcheté, comme le député européen Verts, Daniel Cohn-Bendit. D’aucun y voit même un simple « coup médiatique » pour faire vendre son livre.

Il est vrai que nous fantasmons nos idoles sans failles, tout à la fois sculptées dans l’héroïsme et la pureté. Ainsi, nous aurions aimé un Sartre courageux résistant, à l’image d’un René Char, un Céline qui ne fut pas antisémite, un Peter Handke sans sympathie serbe, voire un François Mitterrand sans compagnonnage avec Bousquet.

Aussi, évacuons-nous le jeune Günter Grass découvrant, au lendemain de la guerre, que son idéal était marqué du sceau de l’infamie, celle de l’holocauste juif. Nous pourrions, pourtant, concevoir la honte qu’il éprouve pour avoir été ce conformiste, adhérant sans réserve d’une idéologie dominante, comme nombre de ses compatriotes d’alors.

Et c’est bien la déconstruction de ce personnage que nous livre la trame de ses écrits. Sans cette insoutenable fêlure, sans cette souffrance, Le Tambour n’aurait jamais vu le jour. C’est curieux un écrivain. C’est une contradiction et aussi un non-sens. Ecrire c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit nous dit Marguerite Duras. Ecrire avec le désespoir, ajoutait-elle.

Le souvenir est comme les oignons : faite de couches successives dissimulées à notre regard l’une par l’autre. Un faux témoin nous dit Pierre Drachline. Une vérité qui se construit de nos mensonges, de nos illusions, de nos doutes.

Pas de morale sans échec

Non seulement cette béance n’exclut pas, mais imposait à Günter Grass sa stature de moraliste d’une Allemagne coupable de s’être engloutie dans l’abominable. Il n’y a pas de morale sans échec affirmait Simone de Beauvoir.

Il faut être naïf, ou de mauvaise foi, pour réduire le nazisme à un quarteron de monstres inhumains subornant la conscience de tout un peuple.

Au-delà de l’horreur qu’il nous inspire, Hitler était un homme, avec ses rires, ses peines, ses faiblesses. Il avait des amis, était gourmand, amoureux. Il n’était pas fait d’une armure hors du temps.

C’était un homme, comme nous le sommes nous-mêmes, que rien ne destinait, si ce n’est la rencontre d’une Histoire et d’un destin, à être le maître d’un fascisme contre lequel un autre homme, tout aussi ordinaire, Günter Grass ne cessera de nous mettre en garde.

Le reproche fait à l’auteur d’En pelant les oignons de sa tâche biographique se nourrit de la même intentionnalité que celle mise dans l’espérance d’un homme supérieur façonné, en son temps, par le nazisme. C’est-à-dire quelque chose qui ressortit de l’inhumain et de l’horrible.

On ne fait pas toujours ce que l’on veut et pourtant, rappelait Sartre, on est responsable de ce que l’on est.

Qu’aurions-nous fait à 17 ans dans l’Allemagne nazie et que serions-nous devenus ? Telle est le questionnement que nous renvoie ce grand écrivain auquel nous avons peine à répondre.

Günter Grass est un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui, pour reprendre la conclusion des Mots. A l’aulne de son œuvre, c’est bien ce qui fait toute son humanité, sa grandeur et nous irrite tant.

 http://sartre.blogspirit.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Günter Grass : le miroir de l’oubli
1er septembre 2006 - 20h03

Bof, il faut bien que les journalistes écrivent, que les conversations soient meublées et que M Toulemonde glose sur sa nature, à lui, irréprochable. Tempête dans un verre d’eau : des Nazis d’hier on fait grand bruit... en pleine nazification rampante, mais actuelle, de toute l’Europe... et jusque dans cette France qui elle ne s’est jamais dénazifiée (au contraire, elle légiférait il y a peu sur son nazisme, à elle, qui aurait eu des aspects positifs)...
Qu’on laisse donc tranquille M Grass... bien peu de personnes mériteraient de lacer ses chaussures.
TEO



> Günter Grass : le miroir de l’oubli
2 septembre 2006 - 08h48

Il a ete conditionne mais il a reussi à s’en s’en echapper et sans vouloir plagier un resistant palestinien né il ya 2006 ans (d’apres le pape) que celui qui n’a jamais ete Nazi lui jette la premiere pierre -Parce que cela ne suffit pas d’etre enrole dans les jeunesses hitleriennes pour etre Nazi.Sinon cela voudrait dire que le nazisme n’est plus.

GhalRed Lerouge






Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres !
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : reporterre
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité »
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires
L’union fait la force : La Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) se dissout pour contribuer à la création de l’UCL
jeudi 13 - 10h31
de : jean 1
1 commentaire
Fête de soutien aux postier-e-s du 92 en grève
jeudi 13 - 09h33
1 commentaire
Votez Info’Com-CGT ! Élection du comité social et économique UES L’Équipe 1er tour, 17 au 21 juin 2019 (video)
mercredi 12 - 20h30
de : Info’Com-CGT
Trou de la Sécu : merci Macron !
mercredi 12 - 07h40
4 commentaires
A Genève, macron nous fait le coup du "nouveau capitalisme" sans doute à la sauce sarkozy
mardi 11 - 19h13
de : nazairien
7 commentaires
LUNDI DE PENTECÔTE : une arnaque de plus !
mardi 11 - 15h47
de : JO
Le grand remplacement ?
lundi 10 - 20h24
de : Claude JANVIER
5 commentaires
MONTPELLIER : ACTE XXX, L’ART ET LES GILETS JAUNES
lundi 10 - 17h52
de : jean 1
1 commentaire
A Montpellier, meme avec sa violence, la "flicaille" , n’est plus aussi fringante et perd rapidement pied (vidéo)
lundi 10 - 17h20
de : nazairien
1 commentaire
L’Armée Arabe Syrienne, réplique face aux terroristes du Front Al-Nosra, armé et financé par la France (vidéos)
lundi 10 - 16h36
de : nazairien
50 Printemps - C’est l’heure de l’mettre !
lundi 10 - 16h26
de : Hdm
Quand les renseignements convoquent les journalistes
lundi 10 - 15h38
de : JO
Le Peuple "Gilet Jaune" en Seine Saint Denis, meme avec leurs "lacrymos" , les CRS décrochent (vidéo)
lundi 10 - 15h01
de : nazairien
3 commentaires
Entre "çà" de domination et "surmoi" d’interdiction
lundi 10 - 10h14
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ambigu Monsieur Jadot
dimanche 9 - 22h49
de : frustration
Barcelone. Le dérapage de Ada Colau face à la manoeuvre de Valls...
dimanche 9 - 14h53
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite