Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le Fatah et le Hamas oublient que leur boulot est de mettre fin à l’occupation
de : Amira Hass
vendredi 29 septembre 2006 - 01h35 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.1 ko

Le gouvernement de voleurs leur manque

de Amira Hass

Les slogans qui sont scandés lors des manifs sonnent mieux lorsqu’ils riment. "Pas Ismail, pas Haniyeh, nous voulons retrouver haramiyeh !" Haramiyeh signifie voleurs.

Et ceux qui manifestent à Ramallah - les fonctionnaires de l’Autorité Palestinienne qui n’ont pas reçu leurs salaires depuis sept mois - scandaient ce que l’on peut entendre dans les rues de Cisjordanie ou de la Bande de Gaza, à savoir :

Le Hamas est peut-être propre, mais les voleurs du Fatah lui sont préférables. Après tout, le raisonnement est simple : lorsque le Fatah était au pouvoir, nos salaires étaient assurés.

La grève continuelle dans les bureaux de l’AP [Autorité Palestinienne], les rassemblements des employés et les exigences d’un gouvernement d’union sont tous des appels au gouvernement dirigé par le Hamas pour qu’il reconnaisse le solde négatif de sa brève administration. Voici comment se justifient ces reproches : Un gouvernement est censé s’assurer que les fonctionnaires touchent leurs salaires, ce qui fait partie de ses obligations consistant à protéger le bien-être de la population. Un gouvernement - même comme celui-ci, qui ne dispose pas de tous les pouvoirs en tant que gouvernement palestinien sous occupation israélienne - est censé évaluer sa plate-forme politique et idéologique à la lumière de sa capacité à remplir ses obligations civiles et économiques. Mais, sous le Hamas, la colonne vertébrale de la société s’est effondrée lorsque le gagne-pain des fonctionnaires - aussi basique et modeste qu’il était - n’était plus assuré, comme il l’avait été pendant 12 années d’instabilité chronique.

Les gouvernements [successifs] du Fatah ont légué au Hamas une dépendance des fonds des pays donateurs, que ceux-ci servent au développement ou à couvrir le budget annuel (englobant les fonds qu’Israël pille aux Palestiniens, au vu et au su de tous, sous la forme des taxes prélevées sur les transactions palestiniennes, sans les transférer au Trésor palestinien). Mais les donations globales qui ont été attribuées à l’AP ne l’ont pas été sans contrepartie. Celle-ci : un processus de négociations politiques, aussi branlant soit-il, incluant la reconnaissance par l’OLP de l’Etat d’Israël occupant et la reconnaissance par l’Etat d’Israël de l’OLP comme représentant le peuple palestinien.

Cette année, les Etats donateurs ont décidé qu’ils ne laisseraient pas le mouvement du Hamas avoir le beurre et l’argent du beurre. C’est à dire : s’abstenir de reconnaître les accords qui ont permis officiellement d’établir un "gouvernement", tout en recevant les donations fixées. Ce qui est logique. [De son côté], le mouvement du Fatah, qui a beaucoup de mal à digérer son éviction du pouvoir, compte sur cette logique (de la position internationale) et agit en ce sens pour renverser le gouvernement élu. C’est le Fatah qui est derrière les grévistes. (À l’époque d’Arafat, ceux qui menaient les luttes pour des salaires justes étaient persécutés par les services de sécurité et mis en prison).

Mais, alors que le Fatah exige du gouvernement du Hamas qu’il reconnaisse le solde négatif de son bref passage au pouvoir, lorsqu’il s’agit de la question extrêmement importante de la lutte pour l’indépendance et la libération de l’occupation israélienne, le mouvement du Fatah et ses dirigeants - à commencer par le Président de l’AP, Mahmoud Abbas - refusent de tirer les conclusions personnelles et politiques appropriées du solde négatif de la longue période où ils ont été au pouvoir. La plupart des Palestiniens soutenaient le processus d’Oslo sur la base de ses promesses. Mais la logique de "la libération graduelle de l’occupation", sur laquelle se basaient les Accords d’Oslo, a complètement échoué.

Avant les Accords d’Oslo, la Cisjordanie et la Bande de Gaza étaient des territoires occupés. Avant les Accords d’Oslo, la plupart des Israéliens considéraient comme établi qu’il n’y avait "aucune paix possible avec les implantations", ainsi que le slogan le formulait. En vertu des Accords d’Oslo, 60 % du territoire (y compris les implantations) classé en Zone C (signifiant : sous contrôle israélien, civil et en matière de sécurité) est devenu pour l’essentiel un territoire disputé - le reste du monde permettant à Israël d’utiliser sa suprématie militaire, économique et diplomatique pour en annexer des portions significatives dans le cadre d’un accord sur un statut final.

Dans cette période, les frontières des enclaves palestiniennes (Zone A et Zone B) étaient établies, créant des îlots isolés qui étaient les seules zones où Israël permettait à l’AP de se développer. Durant la période d’Oslo, il fut prouvé aux Israéliens que "la paix est possible même avec les implantations". Tandis que la direction palestinienne élue négociait avec le gouvernement israélien et était incapable d’empêcher ne serait-que la construction d’une seule maison de colon, les colonies se sont étendues et développées sans fin.

Avant que cette décennie de négociations ne commence - de la Conférence de Madrid en 1991 au processus d’Oslo - Israël respectait le droit des Palestiniens à circuler librement. Le régime de limitation de la liberté de mouvement, qui a commencé en 1991, ne s’est intensifié qu’après 1994. On se souviendra du gouvernement du Fatah comme de celui qui a collaboré aux atteintes rigoureuse et étendue au droit fondamental de la liberté de mouvement. La direction palestinienne et les dirigeants de l’OLP ont accepté un système dans lequel, avec leurs associés politiques, personnels et en affaires, ils se virent accorder une liberté de circuler dont ne disposait pas le reste de la population. Ils doivent leur situation financière personnelle, leur confort relatif et leur sensation de "liberté" à un privilège que le régime israélien d’occupation leur accordait. Sous ces circonstances, ils ne pouvaient pas mener de lutte politique contre la méthode israélienne, sévère et hautement destructrice, consistant à contrôler le temps et de la liberté de circuler des Palestiniens.

Toutefois, le solde négatif d’un mouvement n’annule pas celui de son concurrent. Visiblement, ces deux mouvements sont à présent en compétition l’un contre l’autre pour le pouvoir et ils oublient que leur boulot est d’abréger les jours de la domination étrangère - israélienne - sur leur peuple.

Traduit par [JFG-QuestionsCritiques]

article original : "Missing the government of thieves"

http://questionscritiques.free.fr/e...



Imprimer cet article





LE JARDIN DE BABYLONE
lundi 19 - 17h36
de : Ernest London
Les gilets jaunes : spontanéité ou continuité ?
lundi 19 - 16h58
de : Raymond H
1 commentaire
Carlos Ghosn le PDG de Renault et l’ami de Macron, arrêté au Japon pour fraude fiscale (video)
lundi 19 - 13h15
BIG PHARMA PAPERS
lundi 19 - 11h19
de : BASTAMAG
Taxe d’habitation : la baisse ne s’appliquera que selon les Départements !
dimanche 18 - 17h34
de : JO
1 commentaire
Récit de la fille de la manifestante tuée en Savoie !
dimanche 18 - 17h21
de : JO
Carrefour : après le démantèlement de Dia, Casino dans la ligne de mire ?
dimanche 18 - 09h04
L’élection brésilienne n’est qu’un aperçu de ce qui peut nous arriver.
samedi 17 - 20h35
de : jean 1
"L’obéissance est notre problème"
vendredi 16 - 20h19
de : Deeplo
CUBA : Ce petit pays du Tiers-Monde qui va à l’étranger pour soigner des vies Humaines et non pour tuer !
vendredi 16 - 17h58
Gilets jaunes : blocage de sites pétroliers en Wallonie
vendredi 16 - 17h15
de : RTBF
Jann Halexander & Abad Boumsong proposent l’AFRIKAN KABARET
vendredi 16 - 12h36
L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
1 commentaire
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
2 commentaires
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite