Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
de : Uri Avnery
mardi 17 octobre 2006 - 02h54 - Signaler aux modérateurs
14 commentaires

par Uri Avnery

Est-ce possible de forcer tout un peuple à se soumettre à une occupation étrangère en l’affamant ?

C’est certainement une question intéressante. En fait tellement intéressante que les gouvernements d’Israël, des Etats-Unis, en proche collaboration avec l’Europe, sont actuellement engagé dans une expérimentation scientifique rigoureuse pour obtenir une réponse définitive.

Le laboratoire servant pour l’expérimentation c’est la Bande de Gaza, et les cobayes se sont les 1,4 millions de palestiniens qui y vivent.

Pour répondre aux normes scientifiques exigées, il est d’abord nécessaire de préparer le laboratoire.

Cela a été fait de la façon suivante : premièrement, Ariel Sharon a démantelé les colonies israéliennes qui y étaient coincés. Apres tout, on ne peut pas conduire correctement une expérimentation avec des animaux domestiques se promenant librement dans le laboratoire. Cela a été fait avec « détermination et sensibilité » des larmes ont coulé à flots, les soldats ont embrassé et serré dans leurs bras les colons évacués, et une nouvelle fois on a montré que l’armée israélienne était le top du top des armées dans le monde.

Le laboratoire ayant été nettoyé, la phase suivant pouvait commencer : toutes les entrées et les sorties ont été hermétiquement fermées de façon à éliminer les influences du monde extérieur. Cela a été fait sans difficulté. Les gouvernements successifs israéliens ont empêché la construction d’un port à Gaza, et la marine israélienne veille à ce qu’aucun bateau n’approche la côte. Le magnifique aéroport international, construit pendant la période d’Oslo a été bombardé et fermé. Toute la Bande a été enfermée derrière une clôture très efficace, et seuls quelques points de passage subsistent, tous contrôlés par l’armée israélienne sauf un.

Il reste un seul lien avec le monde extérieur : le passage frontalier de Rafah vers l’Egypte. Il ne pouvait pas tout simplement être fermé car l’Egypte aurait été perçu comme collaborant avec Israël. Une solution sophistiquée a été trouvée : en apparence, l’armée israélienne a quitté le point de passage et l’a confié à une équipe de supervision internationale. Ces membres sont de chics types, plein de bonnes intentions, mais en pratique ils dépendent complètement de l’armée israélienne qui supervise le passage d’une pièce de contrôle située à proximité. Les observateurs internationaux vivent dans un kibboutz israélien et ne peuvent rejoindre le passage qu’avec le consentement israélien.

Ainsi tout était prêt pour l’expérimentation

Le signal de son début a été donné par les palestiniens qui ont mené des élections démocratiques irréprochables, supervisées par l’ancien président américain Jimmy Carter. Georges Bush était enthousiaste : sa vision d’amener la démocratie au Moyen Orient devenait réalité.

Mais les palestiniens ont raté le test. Au lieu d’élire « de bons arabes » dévoués aux Etats-Unis, ils ont voté pour de très mauvais arabes, dévoués à Allah. Bush s’est senti insulté. Mais le gouvernement israélien était en extase : après la victoire du Hamas, les américains et européens étaient prêts à prendre part à l’expérimentation.

Cela pouvait commencé :

Les Etats-Unis et l’UE ont annoncé qu’ils arrêtaient toutes leurs aides à l’autorité palestinienne, depuis qu’elle était contrôlée par des « terroristes ». Simultanément, le gouvernement israélien a coupé le flot d’argent.

Pour en comprendre la signification : selon le « protocole de Paris » (l’annexe économique des accords d’Oslo), l’économie palestinienne fait partie du système des douanes israéliennes. Cela veut dire qu’Israël collecte les taxes pour tous les produits qui passent via Israël vers les territoires palestiniens - en fait il n’y a aucune autre route. Apres déduction d’une grasse commission, Israël est obligé de verser l’argent à l’Autorité Palestinienne.

Quand le gouvernement refuse de verser l’argent, qui appartient aux palestiniens, c’est, dit simplement, du vol en plein jour. Mais quand on vole des « terroristes » qui va se plaindre ?

L’Autorité Palestinienne - à la fois en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza - a besoin de cet argent comme on a besoin d’air pour respirer. Ce fait nécessite aussi une explication : pendant les 19 années au cours desquelles la Jordanie a occupé la Cisjordanie et l’Egypte la Bande de Gaza, de 1948 à 1967, aucune usine importante n’y a été construite. Les jordaniens voulaient que toutes les activités économiques se fassent en Jordanie même, à l’est du fleuve, et les égyptiens ont négligé la totalité de la Bande de Gaza.

Puis est venu l’occupation israélienne, et la situation a empiré. Les territoires occupés sont devenus un marché prisonnier de l’industrie israélienne, et le gouvernement militaire a empêché l’établissement de toute entreprise susceptible de pouvoir entrer en compétition avec une entreprise israélienne.

Les travailleurs palestiniens ont été obligés de travailler en Israël pour des salaires de misère (selon les normes israéliennes). De là, le gouvernement israélien a déduit toutes les charges sociales ponctionnées sur les travailleurs palestiniens sans que ces derniers ne puissent bénéficier des avantages sociaux. De cette manière, le gouvernement a volé ces travailleurs exploités de dizaines de billions de dollars, qui ont disparu dans les poches sans fond du gouvernement.

Quand l’Intifada a éclaté, les chefs de l’industrie israélienne et de l’agriculture ont découvert qu’il était possible de se passer des travailleurs palestiniens. En fait, c’était même plus profitable. Des travailleurs de Thaïlande, de Roumanie, et d’autres pays pauvres, étaient prêts à travailler pour des salaires encore plus bas, et dans des conditions frisant l’esclavage. Les travailleurs palestiniens ont perdu leur travail.

C’était la situation au début de l’expérimentation. : L’infrastructure palestinienne détruite, pratiquement aucun moyen de production, pas de travail pour les travailleurs. Un cadre idéal, finalement pour la grande « expérimentation sur la faim. »

Comme cela a été mentionné ci-dessus, l’application a commencé.

Concrètement, le passage entre Gaza et l’Egypte a été fermé. Une fois tous les quelques jours ou les quelques semaines il a été ouvert pour quelques heures pour sauver les apparences, de sorte que certains malades et morts ou entrain de mourir puissent rentrer à la maison ou atteindre les hôpitaux égyptiens.

Les points de passage entre Israël et la Bande de Gaza sont fermés pour « des raisons de sécurité urgentes ». Toujours au bon moment, apparaissent des « alertes d’attaques terroristes imminentes ». Les produits agricoles palestiniens destinés à l’exportation pourrissent aux points de passage. Les médicaments et les produits alimentaires ne peuvent pas rentrer, à l’exception de courtes périodes, de temps en temps, aussi pour sauver les apparences, des que quelqu’un d’important à l’étranger proteste. Puis arrive une autre « alerte urgente de sécurité » et la situation retourne à la normale.

Pour parfaire l’aperçu, l’armée de l’air israélienne a bombardé la seule centrale électrique dans la Bande, de sorte qu’une partie de la journée il n’y a pas d’électricité, et l’approvisionnement en eau (qui dépend de pompes électriques) s’arrête aussi. Même pendant les jours les plus chauds, avec des températures dépassant les 30° à l’ombre, il n’y a pas d’électricité pour les réfrigérateurs,l’air conditionné, l’approvisionnement en eau et d’autres besoins.

En Cisjordanie, un territoire bien plus grand que la Bande de Gaza (qui représente seulement 6% des territoires occupés palestiniens mais comprend 40% de leurs habitants) la situation n’est pas si désespérée. Mais dans la Bande, plus de la moitié de la population vit en dessous du « seuil de pauvreté » palestinien, qui est bien sûr beaucoup plus bas que le seuil de pauvreté israélien. Beaucoup d’habitants de Gaza peuvent seulement rêver d’être considérés comme dans la même situation que les pauvres de la ville israélienne proche de Sdérot.

Qu’est ce que le gouvernement d’Israël et des Etats-Unis essaient de dire aux palestiniens ? Le message est clair : si vous ne vous rendez pas vous allez toucher le fond de la misère et même au-delà. Vous devez renvoyer le gouvernement du Hamas et élire des candidats approuvés par Israël et les Etats-Unis. Et le plus important : vous devez vous satisfaire d’un état palestinien comprenant plusieurs enclaves, chacune entièrement dépendante des bonnes grâces d’Israël.

Pour l’instant, les directeurs de l’expérimentation scientifique réfléchissent à une question avec perplexité : comment vraiment les palestiniens tiennent -ils encore bon, malgré tout ? Selon toutes les règles, ils devraient être brisés depuis longtemps.

Bien sûr, il y a quelques signes encourageants. L’atmosphère générale de frustration et de désespoir crée une tension entre le Hamas et le Fatah. Ici et là des affrontements ont éclaté, des personnes ont été tuées et blessées, mais à chaque fois la détérioration a été stoppée avant que cela ne dégénère en guerre civile. Les milliers de collaborateurs d’Israël aident aussi à attiser les choses. Mais, contrairement à toutes les attentes, la résistance ne s’est pas évaporée. Même le soldat israélien capturé n’a pas été libéré.

L’une des explications est liée à la structure de la société palestinienne. L’Hamulah (famille élargie) y joue un rôle central. Tant qu’une personne de la famille travaille, les autres membres de la famille ne meurt pas de faim, mais si la malnutrition est largement répandue. Toute personne qui a un revenu le partage avec ses frères, ses sœurs, ses parents, ses grands parents, ses cousins et leurs enfants. C’est un système primitif, mais plutôt efficace dans ces circonstances. Il semble que les planificateurs de l’expérimentation n’ont pas tenu compte de ce facteur.

Pour hâter le processus, de nouveau, la puissance entière de l’armée israélienne est maintenant utilisée, depuis cette semaine. Pendant trois mois, l’armée était occupée avec la deuxième guerre du Liban. Cela est devenu clair que l’armée qui pendant ces 39 dernières années a été employée principalement comme force de police coloniale, ne fonctionne pas vraiment bien quand brusquement confrontée à un opposant armé et entraîné qui peut répliquer. Le Hezbollah a utilisé des missiles anti tanks mortels contre les forces armées, et il a plu des roquettes sur le nord d’Israël. L’armée a depuis longtemps oublié comment affronter un tel ennemi. Et la campagne ne s’est pas bien terminée.

Maintenant l’armée retourne à la guerre qu’elle connaît. Les palestiniens dans la Bande de Gaza n’ont pas encore d’armes efficaces contre les tanks, et les roquettes Quassams provoquent des dommages limités. L’armée peut de nouveau utiliser des tanks contre la population sans entrave ; L’armée de l’air, qui au Liban avait peur d’envoyer des hélicoptères pour évacuer les blessés, a maintenant tout loisir de tirer des missiles sur les maisons des « personnes recherchées » leurs familles et leurs voisins. Si ces derniers trois mois « seulement » 100 palestiniens par mois ont été tués, nous sommes actuellement témoin d’une dramatique augmentation de nombre de palestiniens tués et blessés.

Comment une population frappée par la famine, manquant de médicaments et d’équipement pour ses hôpitaux primitifs, et exposée à des attaques par terre, mer et par air, tient bon ? Va-t-elle se briser ? Va -t-elle se mettre à genoux et implorer grâce ? Ou bien va-t-elle trouver la force inhumaine de passer le test ?

En bref : pour faire en sorte qu’une population se rende qu’est ce qu’il faut et en quelle quantité ?

Tous les scientifiques qui prennent part à cette expérimentation - Ehud Olmert, et Condoleezza Rice, Amir Peretz, et Angela Merkel, Dan Halutz et Georges Bush, sans oublié le prix Nobel de la paix Shimon Peres - sont penchés sur les microscopes et attendent une réponse, qui, nul doute, sera une contribution importante aux sciences politiques.

J’espère que le Comité du prix Nobel regarde.

Uri Avnery 14 octobre 2006

Uri Avnery est écrivain israélien, ancien journaliste et ancien membre du parlement israélien, militant pacifiste de Gush Shalom (le Bloc de la Paix) une organisation israélienne qui lutte contre l’occupation et la colonisation.

Source le site de Gush Shalom : www.gush-shalom.org

Traduction MD pour Planete Non Violence



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
17 octobre 2006 - 09h51

Monsieur Barroso, Monsieur Solana, Monsieur Chirac, Madame Merkel, Monsieur Blair, Monsieur Douste Blazy, et tous les dirigeants et les Ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union européenne, vous savez parfaitement qu’assiéger une population civile est ignoble et illégal.

Vous savez parfaitement ce qui se passe.

Par qui êtes vous achetés pour bafouer ainsi de la manière la plus atroce ce qui faisait les valeurs de l’Europe.

Vous savez bien que votre politique de criminels corrompus n’est pas du tout représentative de ce que souhaitent les européens.

Vous laissez sans réponse les mails des citoyens qui protestent. Vous servez les israéliens et les américains qui vous corrompent plutôt que les peuples européens.
Vous vous unissez avec eux pour mettre la planète à feu et à sang.

LES POLITIQUES EUROPEENS CORROMPUS ET ASSASSINS DEHORS.

Orangerouge



> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
17 octobre 2006 - 23h24

Très bon votre article Monsieur Avnery. Il a le mérite de décrire rééllement ce qui se passe à Gaza aujourd’hui.
Mais malheureusement Sharon, Olmert et Peretz n’ont rien inventé. Ils n’ont fait qu’imiter ce que Ben Gourion, Golda Meir, Levi Ashkol et Menahim Beguin ont déjà fait depuis 1948.

J’ai dans les mains, tout en vous écrivant, le livre d’Israël SHAHAK. Un grand homme non connu du grand public mais assez en Israël puisqu’il a été menacé de mort par des fascistes israéliens. Qui n’a pas bénéficié de la protection de l’Etat (comme certains en France)

Israél SHAHAK était professeur à l’Université Hébraïque de Jérusalem et président de la ligue Israélienne des droits de l’Homme. Il a recensé dans son livre :"Le Racisme de l’Etat d’Israël" tous les villages arabes détruits en Palestine avant 1948. Il a fait un travail minutieux, village par village, district par district, habitant par habitant. Tous rayés de la carte pour établir sur leurs ruines les fondements de l’Etat juif avec des noms judaïsés. Vous le savez : la vérité sur la Palestine arabe d’avant 48 est un des secrets les mieux gardés de la vie israélienne. Ce silence a pour but d’authentifier le mythe officiel d’un pays "désertique" (peuple sans Terr.... etc... bla bla...) maintes fois annocé par Ben Gourion et répété par Golda Meir.

Je cite M. SHAHAK page 152 :"Etant donné que les villages arabes furent, presque toujours, détruits complètement avec leurs maisons, leurs clôtures, et même leurs cimetières et leurs tombes, pas une pierre n’étant restée visible, les visiteurs peuvent alors accepter l’idée qu’il n’y avait là qu’un désert. Je pense donc que le premier devoir d’un honnête homme....est d’essayer, autant qu’il le peut, de faire connaître la vérité. A cette intention je présente le rapport qui suit..."
Et les habitants de ces villages ? Expulsion, dépossession, arrestation "préventive", détention administrative ou élimination physique si résistance.

En page 172, I. Shahak rapporte "le sommeil troublé de Golda Meir : Elle avoue (et ce n’est pas la première fois) que son sommeil est troublé parce qu’elle se demande chaque matin combien d’enfants arabes sont nés pendant la dernière nuit. selon elle dans cette hypothèse, les frontières israéliennes doivent être élargies. (Yediot, Ha’aretz, et Ma’ariv 25 octobre 1972)".

Rien de nouveau sous le soleil de la Palestine, Monsieur Avnery.

herbe Rouge



> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 08h05 - Posté par

c’est du pipeau, je n’y crois absolument pas, c’est ecrit par un gauchiste, manque total d’objectivite.


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 10h33 - Posté par

tes arguments, c’est quoi ?

Moi, je ne suis pas un "gauchiste".

Je me contente de comptabiliser les victimes des deux cotés, un point c’est tout. Les chiffres parlent.

Les 650.000 morts en Irak, et Saddam est toujours en vie, ça ne te parle pas, toi ?

Caramico


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 11h04 - Posté par

sais tu ce que signifie ce mot ’objectivité’ ?... Et ’Gauchiste’ ca veut dire quoi pour toi au juste ?
’Croire’ ce n’est pas faire preuve d’objectivité, justement, mais indique que l’on a prit parti.
Comme l’emploi du mot ’gauchiste’.

Ne serais tu pas un reactionnaire fascisant et raciste , qui refute l’evidence si elle contredit tes opinions ?

Moi, ca me rassure de voir que les israeliens ne sont pas tous dupes, et qu’il existe aussi là bas des
gens qui s’interrogent sur la légitimité de ce genocide.


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 22h48 - Posté par

Alors 83 182 vous devriez aller voir sur place.
Vous n’avez pas le courage ?
Alors continuez à lire :
Les étapes du Plan Sioniste
Sam.


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 17h49

C’est marrant mais c’est toujours la même chose dans ce genre de sites, les morts israeliens victime des attentats aveugle perpétrés par des chefs de gouvernements (le HAMAS) personnes n’en parles, serait ce parce que ça ne vaut pas le coup de parler de la mort d’un israelien ? Je crois en la paix mais pas avec le HAMAS ou la Syrie ou l’Iran,



> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 23h02 - Posté par

Et "207 248" avec plus un seul palestinien sur la terre de Palestine.
Israel a utilisé un nouveau prototype d’arme dans la Bande de Gaza.
Sam.


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
18 octobre 2006 - 18h20

votre analyse me parait correct, je ne comprend pas qu’un peuple comme les israeliens soit aussi soumis et accept qu’un autre peuple puisse endurer ce malheur. est ce que de la terre est plus important que la vie ?? Ce dont je suis sur c’est que la paix ne peux venir que des israeliens car c’est eux qui détienne toute les clès. Le reste n’est que nuage pour cacher sa honte d’être comme cela

R.SENDRA



Crozel, gock, et tout le staff.
19 octobre 2006 - 09h58 - Posté par

Bonjour,

cet article bien qu’horrible et boulversant est vraiment très mal réalisé et peu convainquant. Le ton ironique et très engagé de monsieur Avnery anéantit toute la crédibilité dont il a besoin pour rapporter des faits en tant que journaliste.

Cela dit, je serai curieux de savoir en quoi, d’après le commentaire un peu plus haut, monsieur Avnery donne l’impression d’être gauchiste. Lorsqu’on se permet de critiquer et de qualifier un article et ses réactions, on devrai avoir la présence d’esprit d’argumenter un minimum, si on en a les moyens évidemment.

Crozel.


caraloleur
19 octobre 2006 - 10h00 - Posté par

c’est trop la merde là bas c’est parce qu’ils n’ont pas caramail !!!!!

lol


> Gaza comme Laboratoire : la Grande Expérimentation
19 octobre 2006 - 14h46

Je ne sais pas ce qu’on doit saluer le plus , votre bêtise ou votre ignorance.
Quel intérêt aurait Israël à prendre en charge de 2 millions de malheureux, dont aucun pays "frères" ne veut ?
quand Israël étaient sur place et nourrissait directement ou indirectement un tiers de la population : c’était un colonisateur.
Quand Israël se retire est ferme sa frontière pour protéger ses citoyens : c’est un affameur.
Je reconnais que quand on est aveuglé par la haine, c’est difficile de choisir son mensonge.
Si au lieu de baver, vous voulez aider : allez-y !






La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
1 commentaire
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est un endroit magnifique pour lequel il vaut la peine de se battre. Ernest Hemingway
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite