Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
de : François Houtart
dimanche 5 novembre 2006 - 12h54 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 69.2 ko
François Houtart au stand de Bellaciao/Rifondazione Comunista

François Houtart soutient Bellaciao... Merci François. Soutenez Bellaciao en signant ici un don ici

A la veille des élections, on peut se demander s’il existe réellement une gauche au Nicaragua. Cependant, cette interrogation dépasse les frontières de ce pays d’Amérique centrale et pose le problème de l’ensemble des pays latino-américains.

de François Houtart

Dans la campagne électorale nicaraguayenne, quatre partis se présentent de façon prédominante : deux partis libéraux et deux partis qui se réfèrent au sandinisme. Les deux partis libéraux sont clairement de droite. Il s’agit d’une part du parti libéral qui a pour candidat Montealegre et l’autre, le Parti Libéral Constitutionnaliste (PLC, Partido Liberal Constitucionalista), dont le candidat est Monsieur Rizo. Le premier parti est lié à l’actuel président de la République, Enrique Bolaños, propriétaire terrien et chef d’entreprise d’origine conservatrice et l’autre se situe dans la lignée de Monsieur Alemán, de sinistre réputation. La division entre ces deux partis est plus personnelle qu’idéologique. Le parti de Montealegre a une base traditionnelle de type clientéliste beaucoup plus grande que l’autre parti libéral.

Malgré les efforts des Etats-Unis pour arriver à l’unité des deux partis libéraux, ce qui pourrait amener à la victoire électorale de la tendance politiquement proche d’eux et économiquement en accord avec la logique néolibérale, les deux partis n’ont pas pu se s’unir jusqu’à maintenant. Face à la division de l’opposition sandiniste, une telle unité pourrait garantir la consolidation du processus actuel.

Les courants sandinistes sont représentés par le Front sandiniste de Libération Nationale (FSLN, Frente Sandinista de Liberación Nacional) et par l’alliance Mouvement Rénovateur Sandiniste (MRS, Alianza Movimiento Renovador Sandinista). Ce dernier est gratifié dans les sondages de plus ou moins 15 % des voix. Le MRS se présente comme une force de gauche, inspirée par la grande tradition de la lutte de Sandino. En fait, les déclarations de ses dirigeants et les documents du parti ne permettent pas d’être très sûr du caractère de gauche de ce parti. Le candidat à la présidence est un ancien fonctionnaire de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et tant la politique intérieure que les positions face à la conjoncture latino-américaine d’aujourd’hui n’offrent beaucoup de garanties dans ce sens.

Ses principales critiques envers le Front sandiniste sont l’autoritarisme qui prévaut à l’intérieur du parti (le danielisme, en référence au leader du FSLN, Daniel Ortega) ; le manque d’éthique de plusieurs dirigeants, l’alliance douteuse établie avec le parti de l’ex-président Alemán (le Pacte) et sa réconciliation à sens unique avec une hiérarchie ecclésiastique qui ne reconnaît aucune erreur. Il ne fait aucun doute que ces critiques sont en grande partie pertinentes. Cependant, elles auraient plus de crédibilité si le MRS présentait une réelle perspective de gauche, comme le Parti du Socialisme et de la Liberté (PSOL) au Brésil. On ne peut accuser le mouvement d’être un laquais des Etats-Unis, comme celal a été dit. Cependant, il ne fait pas de doute que le fait de diviser l’opposition ne peut que favoriser le projet impérial sur la région. C’est ce qui s’est manifesté avec la visite en septembre du sénateur Burton (célèbre pour la loi Helms-Burton qui renforce l’embargo contre Cuba), durant laquelle il exprima clairement le désir de ne rencontrer que le Parti libéral de Montealegre et le MRS.

Analyser la situation en termes de gauche ne permet pas d’abandonner une analyse de classe. De fait, le MRS est avant tout une initiative de classe moyenne et moyenne haute, avec des personnalités de haut niveau intellectuel et moral, où la dimension éthique immédiate prédomine sur le politique.

Pour sa part, le Front sandiniste a été lésé par plusieurs facteurs. Le premier a été le manque d’éthique de plusieurs de ses actuels et anciens dirigeants. La deuxième raison a été la logique des alliances politiques constituantes de la démocratie parlementaire, afin de garantir des quotes-parts de pouvoir, qui ont amené à des contradictions insupportables politiquement et éthiquement. Cependant, le Front sandiniste a un soutien populaire réel. Il a aussi un programme de gouvernement plus clairement de gauche qui inclut un rapprochement avec l’axe progressiste latino-américain. Dans la situation actuelle de l’Amérique centrale, un tel aspect politique est fondamental face à la domination néolibérale promue par les intérêts nord-américains alliés aux classes compradoras [1] en Amérique centrale.

A titre de conclusion nous pouvons proposer quelques considérations. De fait, il n’existe pas de partis vraiment de gauche au Nicaragua, mais celui qui s’approche le plus de cette perspective est le Front sandiniste. Laisser la voie ouverte au triomphe du libéralisme politique dans le pays et de la ligne néolibérale des Etats-Unis dans la région, serait suicidaire pour ceux qui veulent construire une société sur d’autres bases, c’est à dire une alternative de gauche.

La problématique nicaraguayenne pose, de plus, un problème de fond : quelle est la logique de la démocratie parlementaire, qui dans son fonctionnement tue les objectifs (transformer la société) pour privilégier les moyens (accéder au pouvoir), ce dernier devenant un objectif ? C’est la logique électorale qui s’impose, les partis (même ceux qui se disent de gauche) agissent en fonction des élections, oubliant tant la réflexion de fond sur ce qu’est un projet de gauche, que la formation de ses cadres.

Les élections nicaraguayennes permettent aussi de réfléchir à l’importance centrale de l’éthique en politique, qui peut se situer à trois niveaux.

En premier lieu, l’éthique de la vie, c’est à dire, comme le dit Enrique Dussel, la reproduction et le développement de la vie humaine. Le système actuel est un facteur de mort. Au Nicaragua, ses effets sont dramatiques. Face à un développement spectaculaire de 15 à 20 % de la population, se sont créées une vulnérabilité forte de la classe moyenne et une extension de la misère et de la pauvreté dans la paysannerie et dans les populations urbaines du secteur informel. C’est l’ensemble du système néolibéral qui construit ce modèle, non seulement son système économique mais aussi politique et culturel. La lutte contre le néolibéralisme est l’impératif moral le plus important. Il s’agit du niveau éthique qui doit orienter tous les autres et qui constitue la base de toute gauche quelle qu’elle soit.

L’éthique interne aux systèmes politiques (partis), est un second niveau qui a aussi son importance. L’opinion populaire est sévère sur ce point. Le manque d’éthique politique a eu un prix, tant au Brésil qu’au Nicaragua pour le Front sandiniste. Il s’agit autant de l’organisation démocratique interne que du rejet de toutes les pratiques de corruption ou d’alliances qui contredisent les principes.

Le troisième niveau est l’éthique personnelle des acteurs politiques. Nous avons vu dans de nombreux cas, et particulièrement au Nicaragua, que cette éthique-là compte aussi et que le prix politique de son absence peut être élevé.

Pas de doute que pour une position de gauche, les trois niveaux de l’éthique comptent. Cependant, c’est le premier niveau qui doit être la base fondamentale de tout jugement politique. Les deux autres doivent être revendiqués de façon permanente, mais en subordination au premier niveau. Ceci a des conséquences pour les élections au Nicaragua, où l’accent mis par le MRS sur les deux derniers niveaux de l’éthique pourrait en finir avec le premier, c’est à dire une victoire de la droite.

Cet article de François Houtart, publié d’abord en espagnol, a suscité des réactions :

 Mónica Baltodano, de l’Alliance Mouvement rénovateur sandiniste : ¿Nicaragua sin izquierda ?, Rebelion.

 Sergio Ramirez, fondateur du Mouvement rénovateur sandiniste, ancien vice-président du Nicaragua : Élections au Nicaragua 2006 : péchés véniels, La Insignia / Tlaxcala. NOTES :

[1] [NDLR] Elite locale d’un pays en voie de développement qui s’enrichit des liens tissés avec les métropoles.

http://risal.collectifs.net/article...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
5 novembre 2006 - 13h53

ÉTRANGE QUESTION ?

Ma réponse est oui : le Front Sandiniste de Libération Nationale avec Daniel Ortega.
L’héritage sandiniste est incontestable !
Et j’espère très intensément la victoire du candidat sandiniste aux prochaines élections, pour parfaire encore les transformations à l’oeuvre en Amérique latine.

NOSE DE CHAMPAGNE



> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
5 novembre 2006 - 20h49 - Posté par

Cela fait plusieurs années que D.Ortega et le FSLN n’ont plus grand chose à voir avec le Sandinisme.

Je conseille la lecture d’un article édifiant d’Ernesto Cardenal, prètre, poète et ancien ministre de la culture des années 80 qui a rejoint le Mouvement Rénovateur Sandiniste, créé par des anciens du FSLN face aux dérives et l’autocratisme de D. Ortega. On le trouve en francais sur le site Bellaciao :

http://www.bellaciao.org/fr/article...

Au Nicaragua "Sandino vit, la lutte continue" mais pas avec D. Ortega et ses amis, liquidateurs de la pensée de Sandino.

Jacques
brigadiste au Nicaragua en 1984 et qui s’y rend régulierement.


> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
6 novembre 2006 - 22h31

Daniel Ortega élu dés le premier tour !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!






Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On a voulu, à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite