Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’homme qui ne s’aimait pas
de : Nathanael Uhl
lundi 6 novembre 2006 - 02h53 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 14.1 ko

de Nathanael Uhl

C’est l’histoire d’un homme qui ne s’aimait pas. Toute allusion au titre d’un livre consacré par Eric Zeimour à Jacques Chirac est volontaire.

C’est l’histoire donc d’un enfant du peuple qui n’a de cesse que de se rapprocher de l’élite, ce lieu mythique dont on lui a fait comprendre, tant de fois, que l’entrée ne lui était pas autorisée. C’est l’histoire d’un homme qui a appris à parler avec des chamallows dans la bouche à tel point que ceux qui ne le connaissent pas ajoutent une particule à son très roturier nom de famille. C’est l’histoire d’un homme qui, pour se rapprocher de la lumière, va se marrier avec une femme qui, elle, est vraiment issue des milieux les plus aisés.

C’est l’histoire d’un avocat, hableur et parlant beau, qui végète dans la section socialiste du 19e arrondissement et se désespère d’être un jour député. Quand il croise, miracle des miracles, un homme politique, un vrai, de ceux qui siègent dans les ministères. Ce dernier s’appelle Claude Bartolone. Emu par les capacités largement inexploitées de notre Rastignac des temps modernes, il va lui demander s’il a de la famille en province. Notre jeune impétrant en a ! En Saône-et-Loire. Claude B. se souvient que la circonscription de son ami Joxe est à pourvoir. Il consulte son ami Laurent F. et, le jeudi, appelle l’homme qui ne s’aimait pas pour lui proposer la place. Le samedi, l’affaire est faite. Par la grâce des fabiusiens, l’homme qui ne s’aimait pas est parachuté, version doré sur tranche. En 1997, il est élu. Ses amis le protègent.

Le gouvernement Jospin est une période moyenne pour le Rastignac de la Saône-et-Loire. Il s’ennuie un peu. Puis, se découvre deux passions : il va tenter - en chevalier qui lave plus blanc que blanc - de traduire Jacques Chirac en justice et va faire campagne pour une 6e République. On s’occupe comme on peut. Et puis, cela fait toujours bien sur le CV. Pendant ce temps-là, son ami Vincent Peillon est porte-parole du Parti socialiste, premier secrétaire de la fédération de la Somme. L’un s’agite, l’autre construit. L’homme qui ne s’aimait pas ne sait pas construire. En cela, il ressemble beaucoup à celui qui porte aussi ce nom.

La catastrophe arrive : 21 avril 2002. Le hobereau de la Saône-et-Loire se dit qu’il faut répondre. Il s’allie avec Vincent Peillon et fonde la NPS. L’idée est bonne, l’attelage aussi. La faconde du secrétaire de la conférence du barreau et le sens tactique de l’élu de la Somme, c’est du costaud. Bon, d’accord, le trublion Julien Dray quitte le nouvel esquif très vite pour aller rejoindre Hollande. Du coup, son ami Mennucci part aussi, vers Nouveau Monde. Qu’importe, l’homme qui ne s’aimait pas théorise la rénovation. Tout le monde le comprend : à l’heure de la parité, ça devient de plus en plus dur de faire carrière, il faut donc rénover, virer les vieux et prendre leur place. Ca marche. Les gens accourrent.

Les choses continuent ainsi jusqu’au congrès du Mans. Là, patatrac, son meilleur copain le laisse tomber et file à son tour chez Hollande. L’homme qui ne s’aimait pas en reste sur le flanc. Après un très bel argumentaire déclamé à chaud, il s’enferme dans son chez lui, dans le 2e arrondissement de Paris. Il reste là une semaine, en pyjama, à tourner et retourner sur lui même. Comment Vincent a-t-il pu lui faire ça à lui ?

En plus, le voilà minoritaire, avec ces militants, qui veulent former un nouveau courant. Bon, il faut bien exister. Ce sera "Rénover maintenant" mais on ne l’y prendra plus : il vérouille sa nouvelle créature. Hop, le nom RM est déposé comme propriété intellectuelle de l’homme qui ne s’aimait pas. Il va façonner une direction à sa main. Non, mais !!! Faut prévoir, y a les présidentielles qui arrivent.

Du coup, février 2006, il renoue avec ses vieux amis : Bartolone et Fabius. Ils se voient toutes les semaines, travaillent ensemble, préparent des textes en commun et des stratégies. Mais voilà, à l’autre bout du parti, un phénomène est entrain de naître : la dame aux caméras monte résistiblement dans les sondages.

L’homme qui ne s’aimait pas n’est pas du genre à fuir ses responsabilités : "je suis le seul qui puisse la dézinguer". Il donne une interview verte à Libération, disant tout le mal qu’il pense de la madonne des sondeurs. "En 2007, la gauche devra vraiment être de gauche et novatrice. Prendre le risque de ressembler à la droite serait la même erreur qu’en 2002", dit sans fard l’homme qui ne s’aimait pas. Las, la résistible ascension de la madonne du Nouvel Obs se poursuit.

Le petit lord de la Saône-et-Loire en conçoit quelqu’amertume. Il se dit que si lui n’a pas pu enrayer la machine, alors elle va gagner. Dans le secret, seuls les fans de la candidate de l’appareil au sein de RM sont au courant, il va nouer des rencontres régulières avec elle et son équipe. Tout en continuant de maintenir des liens très étroits avec ses amis Fabiusiens. On n’est jamais trop prudent. Ne parlez pas de duplicité, il s’agit juste de préserver ses intérêts. Pour le coup, en juin, l’homme qui ne s’aimait pas déclare au Nouvel Obs : "Il nous faut trois, cent, mille Laurent Fabius pour rénover le PS". Une saillie qui fait suite à une confidence de bureau, évoquant la madonne des sondeurs : "Travail, famille, patrie, ce n’est pas ma tasse de thé".

Bon an mal an, le double jeu se poursuit jusqu’en juillet. Là, la situation n’est plus tenable. Alors, il fait son coming out. Et, comme Vincent, Benoît et Henri l’ont fait au Mans, sans consulter qui que ce soit, il décide de se rallier à la dame aux caméras. "C’est une page blanche que je vais remplir", explique-t-il à ses proches. Oubliant que Julien Dray a déjà copieusement rempli la dite page, notamment avec l’encadrement militaire des primo-délinquants. Le hobereau bourguignon poursuit son rêve de gloire : "Je serais à la présidente de Poitou-Charentes, ce que Chevènement a été à Jospin". C’est assez drôle quand on sait comment l’histoire Chevènement-Jospin a fini. L’homme qui ne s’aimait pas serait-il extra-lucide ? Cela dit, en plus, il est loin d’avoir la puissance intellectuelle du fondateur du Ceres...

Le temps passe. A Frangy, chez lui, il comprend et mange son chapeau. "Merci de ne pas avoir prononcé le mot (de 6e République)", lui dit en public la dame aux caméras. L’humiliation est dure. Le piège se referme. En l’acceptant, l’homme qui ne s’aimait pas va devenir porte-parole de la favorite des apparatchicks.

Mais porter la parole d’un autre n’est pas un exercice qui convient au dépité de la Saône-et-Loire. Il perd de sa faconde. Son verbe se fait terne. L’apôtre de la rénovation devient le Saint-Paul de l’Ordre juste.

D’une carrière jusqu’alors sans tâche, il verse dans un carriérisme de zélateur où chacune de ses positions fait tâche. Au cimetière des idées neuves, une nouvelle stèle a vu le jour : "Ci git la rénovation, morte par manque de savoir vivre".

L’homme qui ne s’aimait pas cherchait la lumière, il a trouvé le côté obscur de la farce.

http://renoverdanslafidelite.over-b...


Débat le 6 novembre à Paris

Les comités de soutien à Laurent Fabius du Nord et de l’Est parisien vous invitent à un débat

Le 6 novembre 2006 à 19h

Gymnase de la Bidassoa 25 rue de la Bidassoa 75020 Paris (métro Gambetta, sortie place Martin-Nadaud)

sous la présidence de Michel Charzat, député maire du 20e arrondissement

Avec Jacques Généreux (membre de la direction nationale de NPS),

Bariza Khiari (sénatrice socialiste)

Nathanaël Uhl (Rénover Maintenant)

Et Jean-Luc Mélenchon

"Comment gagner à gauche ?"



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> L’homme qui ne s’aimait pas
7 novembre 2006 - 20h14

Pas mal, c’est le plus vachard article marrant que j’ai pu lire sur le narcisse concerné.



> L’homme qui ne s’aimait pas
7 novembre 2006 - 21h06

Juste je ne comprends pas pourquoi vous commencez par une pub du livre de l’autre enf... de Zeimour, le sarkoziste. Reprendre le titre, déjà repris et qui n’a rien de glorieux, aurait suffit.
Il y a déjà une scission à Rénover maintenant ?
Sam.






LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite