Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Une situation nouvelle à gauche
de : Pierre Laurent
mardi 21 novembre 2006 - 03h11 - Signaler aux modérateurs
16 commentaires
JPEG - 56 ko

de Pierre Laurent

En éliminant ses deux concurrents dès le premier tour avec un score sans appel de 60 %, Ségolène Royal a tenu son pari : devenir l’unique et incontestée candidate du PS à la présidentielle. Dominique Strauss-Khan et Laurent Fabius en ont pris acte sans attendre. La présidente de Poitou-Charentes aura incontestablement réussi à capitaliser jusqu’au bout sur son nom deux exigences très fortes des militants socialistes, les anciens comme les nouveaux.

En premier lieu, celle de battre la droite et, pour les socialistes, de prendre leur revanche sur l’humiliant résultat du 21 avril 2002. Personne au PS ne veut revivre cela. Tout au long de la campagne interne, Ségolène Royal sera manifestement restée à leurs yeux “celle qui peut battre Sarkozy”, et cela, quel que soit l’opinion que les uns et ou les autres se faisaient de la manière dont elle a imposé sa candidature. De ce point de vue, le vote interne confirme le potentiel du ressort du vote utile dans l’électorat de gauche.

Le PS sera évidemment encouragé à en jouer, plutôt que d’affronter le débat sur les choix cruciaux dont dépend la réussite d’une politique alternative à gauche.

En second lieu, celle d’incarner le renouveau contre les éléphants du parti, autrement dit ceux qui ont conduit à la défaite de 2002 et au désaveu de 2005 lors du référendum sur la constitution européenne. On sait le caractère largement artificiel de cette image, eu égard aux états de service de Ségolène Royal au plus haut niveau de l’État et du PS, ces vingt dernières années, et à la mobilisation de l’appareil du PS autour de sa candidature. Mais tout cela a été habilement effacé, tandis que dans son rôle de faux arbitre, François Hollande faisait un parcours sans faute.

Ségolène Royal a donc gagné la bataille chez les militants du PS. Elle n’a pas gagné la bataille chez les électeurs.

Le référendum européen nous enseigne que les deux ne se confondent pas. Si le choix entériné par les socialistes va au-devant de leur désir d’efficacité pour battre la droite, il soulève en même temps l’inquiétude sur la nature du projet qui sera porté par la candidature Royal.

La fâcheuse tendance observée ces derniers mois à privilégier les thèmes sécuritaires, en prétextant de plus qu’il s’agissait d’être au diapason des demandes populaires, va-t-elle s’accélérer après la désignation ? Tout le laisse craindre, d’autant que ce ne sont pas les 21 % de Dominique Strauss-Khan, arrivé en seconde position, qui permettront de redresser la barre à gauche, vers les grandes urgences sociales.

Quant à la satisfaction affichée par les dirigeants du PS d’avoir ouvert la voie à des primaires à l’américaine, elle ne peut là aussi qu’alarmer tous ceux qui s’inquiètent déjà d’une présidentialisation accrue du régime et de notre vie politique. Les conséquences sur le PS lui-même sont encore probablement sous-estimées.

« Une réalité nouvelle vient ainsi de se créer à gauche », a indiqué dès hier le Parti communiste. À n’en pas douter, depuis hier matin, de nombreux électeurs venus de toute la gauche, et notamment socialiste, se disent que la situation ne peut en rester là. Et que, puisque tel est le choix du PS, la gauche a besoin d’une autre candidature, capable tout à la fois de mobiliser pour battre la droite et l’extrême droite et de relever le défi d’un projet et d’une majorité de changement à gauche, sans laquelle des millions de femmes et d’hommes des milieux populaires n’auraient que le choix entre un vote Royal, à rebours de leurs espérances, et le découragement.

Le meeting des collectifs unitaires, hier soir à Montpellier, devait déjà résonner de cette urgence. Le Parti communiste a convoqué, pour sa part, un conseil national extraordinaire lundi pour prendre les initiatives nécessaires. Il est plus que jamais temps d’ouvrir une autre voie à gauche.

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 10h10

Le réflexe du vote utile à gauche fonctionnera très probablement. Reste à savoir comment il s’incarnera.

Si la gauche du PS arrive dispersée, il est fort probable que chacune de ses composantes ne récolte que des miettes et que le PS rafle la mise au premier tour, car après tout, pourquoi avoir des états d’âme à voter pour Ségolène Royal si les personnages politiques de gauche ne sont pas capables de transformer concrètement les attentes des citoyens de gauche qui poussent au sein des collectifs.

En revanche, si la gauche du PS arrive à présenter une candidature unique crédible, alors là, il se pourrait bien que cette dernière crée la surprise au premier tour. Mais ce scénario est loin d’être gagné d’avance, car pour l’instant la position de la LCR est inquiétante (ne parlons pas de LO qui va se marginaliser complètement et fera 0,5% au mieux).

A ce propos, je me pose une question. Le programme de la gauche alternative prévoit un changement de constitution et le passage à un régime parlementaire proportionnel. Donc le rôle du président de la République devrait être considérablement diminué. Pourquoi dans ces conditions la question du choix du candidat est-elle si difficile à résoudre ? Y a t’il anguille sous roche ou quoi ?

Une autre question qui se pose : au cas où le candidat de la gauche alternative l’emporte, comment gagner les législatives qui suivront face à un appareil du PS si bien structuré au niveau local ? Faudra-t’il négocier ou risquer de se perdre dans des triangulaires au deuxième tour ? A cet égard, la position du PC est particulièrement délicate (pas besoin de faire un dessin).

En deux mots, il y a un boulevard potentiel pour la gauche alternative, mais c’est loin d’être gagné. Mais après tout, nous ne sommes pas à l’abri d’une bonne surprise...

RC de Toulouse.



> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 11h05 - Posté par

Il ne faudrait pas que l’extreme gauche fasse le jeu de l’extreme droite ... parce qu’un 2eme tour Sarkozy- Le Pen reste malheureusement tres envisageable .

Ne vous trompez pas d’ennemis .

Louis


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 12h03 - Posté par

Je ne pense pas qu’un deuxième tour Le Pen - Sarkozy soit envisageable car comme le dit cet article, le réflexe de vote utile à gauche fonctionnera relativement bien.

Si la gauche alternative échoue, c’est la PS qui emportera le morceau.

RC de Toulouse.


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 15h15 - Posté par

Pour ne pas renouveler le 21 avril, il suffit que la gauche antilibérale fasse plus que Le Pen.
Pourquoi serait-ce impossible ?
Avouez que ce serait rigolo de "surprendre" -comme on l’a déjà fait avec le NON- tout le petit monde sondagio-politico-médiatique.

LE VOTE UTILE, C’EST NOUS !
MC


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 16h41 - Posté par

C’est le rêve de beaucoup de gens, j’aimerai vraiment y croire.


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 19h46 - Posté par

loulou,il ne s’agit pas de l’extrème gauche qui va se prendre une claque,mais de la GAUCHE !!! unitaire autour de la charte antilibérale.

jc de bourgogne


> Une situation nouvelle à gauche
22 novembre 2006 - 02h19 - Posté par

Une autre question qui se pose : au cas où le candidat de la gauche alternative l’emporte, comment gagner les législatives qui suivront face à un appareil du PS si bien structuré au niveau local ? Faudra-t’il négocier ou risquer de se perdre dans des triangulaires au deuxième tour ? A cet égard, la position du PC est particulièrement délicate (pas besoin de faire un dessin).

En deux mots, il y a un boulevard potentiel pour la gauche alternative, mais c’est loin d’être gagné. Mais après tout, nous ne sommes pas à l’abri d’une bonne surprise...

RC de Toulouse.

tout se passera a ce moment la et il y aura une bonne surprise.(les legislatives)
Serons nous tous fort d’une victoire ou en train de nous etriquer ?????

Je deteste la LCR le PS le PCF les GOGO mais que j’aime les antiliberaux du collectif de tous bords.

vive la gauche alternative, vive le mvt

PS le message est passé ????? ou faut que fasse un dessin


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 13h16

Par Bruno Lamothe

Je l’ai dit à plusieurs reprises, je trouve que la campagne pour les élections présidentielles de 2007 est bien mal partie. Tout est question d’image, de méthode. Il n’est pas dans mon propos, question de nier notre passage au siècle de la « démocratie médiatique », mais, contrairement à 2002, cette élection manque singulièrement d’une chose qui me paraît essentielle : un débat de fond. Certes, en 2002, ledit débat de fond était biaisé et caricatural : il y avait d’un coté les partisans de la droite classique, de l’Etat gendarme, représenté par Chirac, et, de l’autre, une gauche au bilan économique et social relativement bon, mais ayant échoué sur un point : la gestion des dossiers de sécurité intérieure. Mais les enjeux n’étaient pas, permettez-moi de le dire, aussi importants qu’aujourd’hui. Hier, il s’agissait de dire si on jouait à « qui est le plus au centre gauche ». Aujourd’hui, la question n’est plus seulement de savoir qui sera un peu plus libéral que l’autre, entre Nicolas Sarkozy et Marie-Ségolène Royal. La droite a changé. La nouvelle droite, celle de Sarkozy, qui s’est construit en opposition à Chirac, veut tout simplement mettre à bas l’idéal de République sociale.

Face à l’enjeu, je l’ai souvent dit et répété durant cette campagne interne : on n’a pas le droit de se louper. L’affaire est grave. Notre système républicain, rien que ça, est en danger.

C’était d’ailleurs l’argument de Royal, qui, sur la foi des sondages en sa faveur disait, toute de blanc vêtue, telle une Jeanne d’Arc ou un e vestale , je suis la seule capable de battre Sarkozy. Les militantes et les militants socialistes, dans cette parodie de démocratie interne (j’en reparlerais, patience…) lui ont apporté leur confiance, et le parti, sur un plateau.

Certes, il faut gagner, il faut battre Sarkozy, mais il est totalement saugrenu et ridicule de prétendre gagner, battre Sarkozy, sans savoir, d’abord, comment gagner, et, ensuite, pour faire quoi du pouvoir. Il ne s’agit pas seulement (je vais paraphraser De Gaulle, attention), de sauter comme des cabris en disant « battons Sarkozy », « battons Sarkozy », mais de dire pourquoi ! On ne peut pas dire aux françaises et aux français qu’il faut battre Sarkozy, tout en maintenant un flou artistique et coupable sur les différences de fond qui nous opposent.

Il faut à tout pris arrêter de faire perdurer le brouillage des clivages qui a conduit, je le répète, à l’échec du 21 avril 2002, et, peut-être, à celui du référendum du 29 mai 2005. C’est parce que Chirac et Jospin se battaient sur le même terrain, celui du centre-gauche, que Jospin a dit « mon projet n’est pas socialiste », qu’on a durablement brouillé les clivages, qu’on s’est coupés durablement de l’électorat populaire, qui est allé voir du coté de l’extrême gauche, et des classes moyennes qui ont vu en Bayrou l’électrochoc. En 2005, le PS a été schizophrène, excusez-moi de le dire, en tenant un discours incantatoire et apologique en disant « le traité est le seul rempart pour préserver nos acquis, sans lui, plus rien ne marchera (cf. l’épisode des cantines scolaires) », tout en faisant campagne avec Sarkozy, Chirac, Madelin et autres chantres du libéralisme. Je ne me prononcerais pas sur le fond, mais sur la forme, en brouillant un peu plus le clivage, le message était rendu inaudible !

Et pourtant, en 2004, lors des régionales, les électeurs ont montré qu’ils pouvaient nous suivre lorsque le clivage est clair. Il y a eu un raz de marée socialiste : seules l’Alsace et la Corse sont restées à droite. Les conditions de la victoire sont donc claires :

 ne pas changer la ligne

 rassembler à gauche. Le centre est occupé par Bayrou, qui incarne avec force le refus du compromis, le refus de choisir entre socialisme et ultra-libéralisme. Le premier tour ne sera pas plus facile qu’en 2002, qu’on se détrompe tout de suite ! Tous les courants de gauche et de droite seront représentés et fortement identifiables et mobilisateurs : Sarkozy, à la droite de la droite, Le Pen, un gaulliste (Dupont-Aignan, MAM ou de Villepin), une catho-sociale en la personne de Boutin, les écologistes avec Voynet et peut-être Hulot, le centre, on l’a dit, avec Bayrou, et la gauche anti-libérale avec une nuée de prétendants.

Il faudra donc faire le plein des socialistes, et, au deuxième tour, persuader et convaincre les électeurs de l’autre gauche. Tous. Même, et surtout, les anti libéraux. Pour être majoritaire, dans ces conditions, il ne faut pas qu’il manque une seule voix. Même si le parti communiste semble diminué, il nous faut nous rassembler. Donner l’assurance que nous incarnons une alternative véritable à la politique menée depuis 2002, et au programme de l’UMP. Il nous faut prendre la mesure non pas du malaise, mais « des » malaises, qui rongent notre société. Des millions de personnes vivent avec moins de 750 euros/mois, et le salaire moyen des français est de 1300 euros/mois. Voilà le réalité, une réalité que Laurent Fabius, mais aussi Dominique Strauss-Kahn, prenaient en compte : avec un pouvoir d’achat qui baisse ou stagne, le mal logement, comment nos concitoyens peuvent-ils être satisfaits ? Nous avons, avec Madame Royal, je le dis parce que je le pense, un problème de crédibilité. Il sera impossible de le surmonter si elle ne s’engage pas, enfin, fortement à porter le projet socialiste. Francois Hollande l’a encore affirmé hier soir. Mais les royalistes me semblent sourds au grave avertissement que nous apportons `a notre candidate.

Je dis notre candidate, parce que je veux encore y croire. Mais la pimprenelle du Poitou est dans un discours destiné à occuper l’espace médiatique, mais en totale contradiction, sur de nombreux points, avec le programme socialiste ! La remise en cause de la carte scolaire, les camps de déportation pour mineurs, les vigiles dans les classes, le statut des profs, etc. C’est dans le projet ? C’est socialiste ?

Ségolène Royal veut contourner le parti qui vient de la désigner comme étant sa candidate. Elle est dans la droite ligne du gaullisme. Elle a lancé un blog en disant : je n’ai pas d’idées, je ne sais pas grand chose sur à peu près tout, mais « vos idées seront les miennes ». C’est une opération poujadiste, populiste, et, pour le coup, on est en plein dans le brouillage…

http://laurentfabius2007.over-blog.com



> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 15h06 - Posté par

Non , non et non les "Socialistes" ne sont plus de gauche et je ne voterai en aucune façon pour eux ni au premier ni au deuxième tour.Ils nous on assez baisés avec la gauche plurielle,c’est terminé.
François.


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 16h33 - Posté par

François,

Plutôt que de dire "Non, non et non", il faut dire "Oui, oui et oui..." à une candidature unique de la gauche alternative. Pour cela, il faut essayer de peser dans les collectifs ou les forums pour que les logiques d’appareil et les ambitions individuelles se dissipent au profit de l’intérêt général.

Il serait dommage, alors que des millions ...et des millions... (c’est juste pour rire) d’électeurs potentiels n’attendent que cela, que le travail des collectifs finisse en eau de boudin.

Il faut y croire, et se mobiliser.

RC de Toulouse.


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 18h33 - Posté par

"Non , non et non les "Socialistes" ne sont plus de gauche "

Parfait. Mais, après avoir coupé cette composante de la gauche, que reste-t’il ? La vraie gauche, dont la moitié (LCR, Arlette) refuse de gouverner avec le PS, ce qui équivaut à refuser de gouverner purement et simplement. Il faudrait donc que le PC et les mouvements anti libéraux, puissent former seuls une majorité, ce qui est totalement irréaliste actuellement. Tout compte fait, ce non, non et non signifie : "Résignons nous à la reconduction de la majorité UMP UDF et à l’élection de Sarkozy." Belle stratégie. Du point de vue des communistes ou trotskistes, ça fait longtemps que "les "Socialistes" ne sont plus de gauche ". Mais, le choix est simple, négocier un accord, au moins électoral avec eux, ou laisser la droite au pouvoir. Et, depuis 2002, quelle droite !


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 20h21 - Posté par

une question pour Claude de Toulouse :
Comment dois je faire pour entrer en contact avec le groupe de Toulouse ? Parce que dans le TArn il n’y a aucun comité à ma connaissance. Merci
je te laisse mon mail : boutoumites@hotmail.fr


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 18h47 - Posté par

Eh bien moi j’avais l’impression d’etre de gauche. Oui, de mon engagement dès 15 ans jusqu’a aujourd’hui, je me suis toujours senti socialiste. Et de gauche. Je te remercie de m’indiquer que je ne le suis pas, que je ne suis pas digne de recevoir la bonne parole. Dans mon texte, que tu n’as sans doute pas lu, je disais que je voulais un rassemblement. Royal n’en veut pas. Tu n’en veux pas, pensant etre le seul de gauche. C’est triste, vraiment triste. Je sais maintenant que j’irais voter blanc, et que c’est, je crois, l’appel que je vais lancer. Dommage qu’il ne puisse pas y avoir quelques principes communs, mais... c’est vrai... je ne suis pas de gauche !

Bruno Lamothe

http://laurentfabius2007.over-blog.com


> Une situation nouvelle à gauche
21 novembre 2006 - 23h37 - Posté par

Il serait temps d’arrêter les réponses à l’emporte pièce.
Royal n’a pas de programme ? Bien sûr que si ! Celui élaboré par les Rocard et autres Bockel, soit l’aile droite du PS, qui ne s’est pas gênée pour dire que si l’aile gauche (du PS) l’emportait - et ce dès le dernier congrès - ils quitteraient leur parti.
Il y a une bonne quinzaine d’années déjà, on pouvait à peine mettre une feuille de cigarette entre les programmes de Barre et de Rocard (c’était si je me souviens bien, pour des élections européennes). Aujourd’hui, il faudra me montrer la moindre différence idéologique entre S. Royal et F. Bayrou.

Battre la droite ? Ca fait 20 ans qu’on nous la sert, cette soupe là ! Alors, oui, y’en a marre. Le fond de ma pensée, c’est qu’on ne pourra prétendre commencer à changer les choses dans ce pays que sur les cendres du PS tel qu’il est devenu, c’est à dire, une fois la métamorphose en cours achevée, un parti "blairiste".
Pour ce qui me concerne, l’actuelle direction du PS peut, politiquement s’entend, crever la gueule ouverte. Et qu’on ne vienne pas me parler du méchant Sarko : Hollande et consorts seraient catastrophés s’il n’était pas candidat.
Les militants socialistes ? Qu’ils prennent leurs responsabilités ! Tu veux voter blanc ? Et bien, mon gars, tu fais ce que tu veux, hein.


> Une situation nouvelle à gauche
22 novembre 2006 - 12h39 - Posté par

Tu es de gauche, Bruno Lamothe ! Comme 86.***.36.***et pratiquement tous ceux qui s’expriment sur ce site. Ce qui cloche, c’est que nous suivons une direction au lieu de la prendre. Une direction que nous fabriquons, au lieu de la découvrir comme nous le faisons tous les jours, dans notre travail quotidien.

Un labeur journalier qui nous est commun et entretient, modifie tout ce qui nous entoure, le révolutionne à chaque jour, pour que tous nous en profitions. Et que certains exploitent pour leur seul compte, celui des privilèges.

Et nous, peuple de gauche ? Nous luttons et nous opposons les un aux autre, pour une direction, un parti qui est le nôtre. Pas celui qui nous est commun !

Stelios


> Une situation nouvelle à gauche
23 novembre 2006 - 14h31 - Posté par

RC de Toulouse,

Mon cher cammarade je dis non à la candidature socialiste mais OUI à une candidature anti-libérale réellement de gauche et unique,ça va de soi.De plus je suis d’accord avec la stratégie que tu proposes,nous sommes en accord total,en avant !!!
Fraternellement . François.





À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite