Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
de : Victor Hache
mardi 26 décembre 2006 - 16h52 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Keny Arkana a littéralement dynamité le Nouveau Casino archi complet ce ce mercredi 20 décembre 2006.

"Je ne suis pas pour la révolte, mais pour la révolution"

Entretien réalisé par Victor Hache

Hip-hop . Nouvelle étoile du rap, la Marseillaise Keny Arkana sort Entre ciment et belle étoile. Un album à l’engagement militant inspiré par l’altermondialisme.

C’est la nouvelle bombe de la planète rap. Portée par le titre la Rage, Keny Arkana sort, ces jours-ci, l’album Entre ciment et belle étoile. Un brûlot issu de l’école du « rap conscient », aux antipodes du rap business et de ses clichés « chaînes-en-or-belles-voitures-bimbos ». On assiste ainsi à un renouveau du rap underground militant, engagé. À l’image de l’univers contestataire de la rapeuse Keny Arkana et de ses lyrics revendicatifs qui dénoncent la « violence du système ». Originaire de Marseille, elle a écrit ses premiers textes hip-hop à l’âge de treize ans, des mots aussitôt scandés sur scène, où elle a puisé l’adrénaline nécessaire qui la pousse, depuis, à s’inventer une nouvelle vie. Aujourd’hui, elle publie un premier album qui témoigne autant de son parcours d’adolescente toujours en fugue ayant grandi de foyer en foyer que de son désir de bousculer l’ordre des choses, sur fond d’altermondialisme. Rencontre avec une chanteuse pleine de fougue qui en appelle à « une prise de conscience collective ».

Que signifie Entre ciment et belle étoile ?

Keny Arkana. J’ai voulu ce titre parce que j’ai passé une grande partie de ma jeunesse dans la rue. J’ai grandi en foyer où j’ai été placée à l’âge de quatorze ans. J’étais toujours en fugue. C’est là que je me suis promis de réussir dans le rap. Entre ciment et belle étoile exprime l’idée de dualité entre foi et rage, entre colère et amour. Il n’y a pas de juste milieu. Il y a ce côté dur, terre à terre, et ce côté plus idéaliste, spirituel, impalpable. C’est un peu : « On est prisonniers du ciment mais on essaie de tendre vers nos idéaux. »

Dans la Rage, vous dites : « C’est tout ce qui nous reste »...

Keny Arkana. Dans mon esprit, la rage n’est pas quelque chose de négatif. Cela n’a rien à voir avec la haine qui a quelque chose d’autodestructeur, d’inerte, où chacun se - recroqueville. La rage, c’est rendre la colère positive. C’est un moteur. C’est être déterminé à aller de l’avant. La haine, c’est l’inertie, la rage, c’est la vie. Il ne nous reste pas grand-chose, à part cette envie de s’en sortir, cette envie que ça change. C’est ce qui nous maintient en vie. Quand je dis « on », je parle autant de moi, de mes frères, des gens des quartiers que de ceux qui vivent dans le tiers-monde. Pour une grande partie de la population mondiale, la rage, c’est tout ce qui nous reste.

Vous chantez : « Qu’est-ce qu’on attend pour se mettre debout. » Un appel ?

Keny Arkana. Je ne suis pas pour la révolte, mais pour la révolution. C’est ce qui combat l’inertie dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, les puissants sont contents de voir le peuple aussi inerte et robotisé. Je suis pour une prise de conscience. Relevons la tête malgré les difficultés du - quotidien. Essayons deux - secondes de regarder le voisin, l’état du monde, ce qui se passe. On va tellement dans un mur... Il faut changer de direction et « se recitoyenniser » dans le vrai sens du mot. Je pense à une citoyenneté mondiale, le pouvoir national n’existe plus à mes yeux.

Vous faites partie d’un collectif altermondialiste qui s’appelle la Rage du peuple...

Keny Arkana. Altermondialiste, ce n’est pas antimondialiste. J’aimerais qu’on utilise uniquement le mot « alter » dans le sens où nous sommes pour des alternatives. On est pour une autre organisation mondiale, pour des échanges mondiaux plus équitables. On n’est pas « contre » mais « pour » quelque chose d’autre. On n’est pas là pour des petites réformes, mais pour essayer de trouver des idées alternatives afin d’organiser autrement les choses. Ça commence par l’autogestion. Si demain on arrive à créer plusieurs poches de résistance et à les multiplier, les choses bougeront. La solution commence par nous.

Vous avez d’ailleurs participé au - Forum social mondial de - Bamako.

Keny Arkana. J’y suis allée en tant que citoyenne. J’ai été également à Porto Allegre pour apprendre, rencontrer des gens, voir quels sont les problèmes, les alternatives imaginées ailleurs. Je suis bien consciente qu’on ne change pas les choses uniquement en parlant dans les forums. Il faut les pratiquer dans son quotidien en essayant de relayer les informations qui peuvent naître de ces discussions, de ces échanges.

Comment en êtes-vous - arrivée à cette prise de conscience ?

Keny Arkana. À l’époque, mon côté antisystème se résumait à quelques éducateurs, à ma juge et aux flics qui me tapaient dessus. Je me suis vite rendu compte que j’étais dans un système auquel tous ces gens obéissaient. Ça m’a poussée à m’instruire - parce que j’ai arrêté l’école très tôt, à l’âge de douze ans - à lire, à regarder des documentaires, à rencontrer des gens, à assister à des conférences. Étant d’origine argentine, j’ai voulu savoir ce qui s’est passé dans ce pays qui a connu une grave crise économique il y a peu : les banques ont fui avec l’argent du peuple, des entreprises occidentales ont quitté le pays du jour au lendemain, des privatisations sauvages sous l’ère Menem ont eu lieu sous le diktat du FMI... J’ai alors réalisé combien, dès qu’on touche aux limites du système, on subit sa violence. On a tous le même ennemi.

Que représente à vos yeux le sous-commandant Marcos dont on dit qu’il est une sorte de modèle pour vous ?

Keny Arkana. Je n’aime pas le mot modèle qui renvoie au côté fan, idolâtrie. J’éprouve énormément de respect pour lui. J’ai eu la chance de le rencontrer. Avec Ryan, le MC qui m’accompagne sur scène, je suis partie au Chiapas dans une communauté zapatiste. Je suis croyante bien que je n’aie pas de religion, je m’intéresse à la politique même si je ne me reconnais dans aucun parti, et bizarrement dans le zapatisme, je me suis retrouvée. Le côté alternatif et humaniste du mouvement zapatiste - tout autant attaché à la défense de la nature, de l’être humain et de sa dignité, que de sa liberté - est universel. Je voulais voir de mes propres yeux ce que ça donnait. Je n’ai pas été déçue.

Comment ressentez-vous le débat politique en France ?

Keny Arkana. Démago, libéral, répressif, entre l’une qui veut mettre des militaires partout, l’autre qui est contre la séparation des pouvoirs... Il y a un climat de peur, sécuritaire. J’ai toujours voté. Mais, pour moi, c’est de la fausse démocratie, dans le sens où celle-ci n’est pas suffisamment représentative. La solution est mondiale. Ce ne sont plus les nations qui font les lois, mais l’OMC qui dicte ses lois aux nations. C’est pourquoi je crois en nous, dans nos localités. Commençons à prendre conscience, à nous autogérer, créons des réseaux. Comme on dit au sein de la Rage du peuple : « Agissons local, pensons global. »

La révolte des quartiers ...

Keny Arkana. C’est légitime et très maladroit à la fois. Le savoir est une arme. Sans lui, ce seront toujours des - révoltes où l’on s’autodétruit. Si la rage n’est pas canalisée, ça donne n’importe quoi. Ça aurait pu se transformer en vraie révolution si on avait su contre qui et quoi on se révoltait. Forts de cette énergie, il aurait fallu être plus constructif, imaginer des solutions alternatives. Je vois devant nous une page blanche qui ne - demande qu’à être écrite. - Inventons un autre système plus humaniste ! Personne ne changera le cours des choses à notre place. Prenons conscience que l’on fait partie de la solution, qu’on a besoin des idées de tout le monde. On peut le faire en combattant notre propre inertie, l’individualisme engendré par la - société de consommation. La révolution - au vrai sens du mot, pas dans celui où l’on prend les armes et on nique tout - commence par nous-mêmes. Si on arrive à prendre conscience collectivement que le bonheur n’est pas dans le bien matériel, qui n’est qu’illusion, mais dans la valeur humaine, alors on pourra faire de grandes choses.

Abum Entre ciment

et belle étoile, Because Music.

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
26 décembre 2006 - 20h29

yes la famille, ca fait plaisir des retours tel que ceux là...
Continuons le combat ! Enrageons nous... !!!



Enfant du monde
12 janvier 2007 - 21h47 - Posté par

T’inquette pas Keny le moment venu, bcp seront pret à relayer le message sur qui sont vraiment ces gens... Les illuminatis

tkt...


La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
26 avril 2007 - 15h29

Bonjour, tout d’abord je tiens a exprimer mon puissant respects pour ton combat et tes idées humanistes.
Et que dire de ton rap, les paroles sont d’une justesse hallucinante bref je vais aller plus loin pask sinon on va me traiter de lèche-cul lol.
Mais avoir choisie le prénom Kenny qui est américain ??? doit il y avoir une raison.

Sus aux illuminatis






Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
3 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
16 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite