Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
de : Victor Hache
mardi 26 décembre 2006 - 16h52 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Keny Arkana a littéralement dynamité le Nouveau Casino archi complet ce ce mercredi 20 décembre 2006.

"Je ne suis pas pour la révolte, mais pour la révolution"

Entretien réalisé par Victor Hache

Hip-hop . Nouvelle étoile du rap, la Marseillaise Keny Arkana sort Entre ciment et belle étoile. Un album à l’engagement militant inspiré par l’altermondialisme.

C’est la nouvelle bombe de la planète rap. Portée par le titre la Rage, Keny Arkana sort, ces jours-ci, l’album Entre ciment et belle étoile. Un brûlot issu de l’école du « rap conscient », aux antipodes du rap business et de ses clichés « chaînes-en-or-belles-voitures-bimbos ». On assiste ainsi à un renouveau du rap underground militant, engagé. À l’image de l’univers contestataire de la rapeuse Keny Arkana et de ses lyrics revendicatifs qui dénoncent la « violence du système ». Originaire de Marseille, elle a écrit ses premiers textes hip-hop à l’âge de treize ans, des mots aussitôt scandés sur scène, où elle a puisé l’adrénaline nécessaire qui la pousse, depuis, à s’inventer une nouvelle vie. Aujourd’hui, elle publie un premier album qui témoigne autant de son parcours d’adolescente toujours en fugue ayant grandi de foyer en foyer que de son désir de bousculer l’ordre des choses, sur fond d’altermondialisme. Rencontre avec une chanteuse pleine de fougue qui en appelle à « une prise de conscience collective ».

Que signifie Entre ciment et belle étoile ?

Keny Arkana. J’ai voulu ce titre parce que j’ai passé une grande partie de ma jeunesse dans la rue. J’ai grandi en foyer où j’ai été placée à l’âge de quatorze ans. J’étais toujours en fugue. C’est là que je me suis promis de réussir dans le rap. Entre ciment et belle étoile exprime l’idée de dualité entre foi et rage, entre colère et amour. Il n’y a pas de juste milieu. Il y a ce côté dur, terre à terre, et ce côté plus idéaliste, spirituel, impalpable. C’est un peu : « On est prisonniers du ciment mais on essaie de tendre vers nos idéaux. »

Dans la Rage, vous dites : « C’est tout ce qui nous reste »...

Keny Arkana. Dans mon esprit, la rage n’est pas quelque chose de négatif. Cela n’a rien à voir avec la haine qui a quelque chose d’autodestructeur, d’inerte, où chacun se - recroqueville. La rage, c’est rendre la colère positive. C’est un moteur. C’est être déterminé à aller de l’avant. La haine, c’est l’inertie, la rage, c’est la vie. Il ne nous reste pas grand-chose, à part cette envie de s’en sortir, cette envie que ça change. C’est ce qui nous maintient en vie. Quand je dis « on », je parle autant de moi, de mes frères, des gens des quartiers que de ceux qui vivent dans le tiers-monde. Pour une grande partie de la population mondiale, la rage, c’est tout ce qui nous reste.

Vous chantez : « Qu’est-ce qu’on attend pour se mettre debout. » Un appel ?

Keny Arkana. Je ne suis pas pour la révolte, mais pour la révolution. C’est ce qui combat l’inertie dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, les puissants sont contents de voir le peuple aussi inerte et robotisé. Je suis pour une prise de conscience. Relevons la tête malgré les difficultés du - quotidien. Essayons deux - secondes de regarder le voisin, l’état du monde, ce qui se passe. On va tellement dans un mur... Il faut changer de direction et « se recitoyenniser » dans le vrai sens du mot. Je pense à une citoyenneté mondiale, le pouvoir national n’existe plus à mes yeux.

Vous faites partie d’un collectif altermondialiste qui s’appelle la Rage du peuple...

Keny Arkana. Altermondialiste, ce n’est pas antimondialiste. J’aimerais qu’on utilise uniquement le mot « alter » dans le sens où nous sommes pour des alternatives. On est pour une autre organisation mondiale, pour des échanges mondiaux plus équitables. On n’est pas « contre » mais « pour » quelque chose d’autre. On n’est pas là pour des petites réformes, mais pour essayer de trouver des idées alternatives afin d’organiser autrement les choses. Ça commence par l’autogestion. Si demain on arrive à créer plusieurs poches de résistance et à les multiplier, les choses bougeront. La solution commence par nous.

Vous avez d’ailleurs participé au - Forum social mondial de - Bamako.

Keny Arkana. J’y suis allée en tant que citoyenne. J’ai été également à Porto Allegre pour apprendre, rencontrer des gens, voir quels sont les problèmes, les alternatives imaginées ailleurs. Je suis bien consciente qu’on ne change pas les choses uniquement en parlant dans les forums. Il faut les pratiquer dans son quotidien en essayant de relayer les informations qui peuvent naître de ces discussions, de ces échanges.

Comment en êtes-vous - arrivée à cette prise de conscience ?

Keny Arkana. À l’époque, mon côté antisystème se résumait à quelques éducateurs, à ma juge et aux flics qui me tapaient dessus. Je me suis vite rendu compte que j’étais dans un système auquel tous ces gens obéissaient. Ça m’a poussée à m’instruire - parce que j’ai arrêté l’école très tôt, à l’âge de douze ans - à lire, à regarder des documentaires, à rencontrer des gens, à assister à des conférences. Étant d’origine argentine, j’ai voulu savoir ce qui s’est passé dans ce pays qui a connu une grave crise économique il y a peu : les banques ont fui avec l’argent du peuple, des entreprises occidentales ont quitté le pays du jour au lendemain, des privatisations sauvages sous l’ère Menem ont eu lieu sous le diktat du FMI... J’ai alors réalisé combien, dès qu’on touche aux limites du système, on subit sa violence. On a tous le même ennemi.

Que représente à vos yeux le sous-commandant Marcos dont on dit qu’il est une sorte de modèle pour vous ?

Keny Arkana. Je n’aime pas le mot modèle qui renvoie au côté fan, idolâtrie. J’éprouve énormément de respect pour lui. J’ai eu la chance de le rencontrer. Avec Ryan, le MC qui m’accompagne sur scène, je suis partie au Chiapas dans une communauté zapatiste. Je suis croyante bien que je n’aie pas de religion, je m’intéresse à la politique même si je ne me reconnais dans aucun parti, et bizarrement dans le zapatisme, je me suis retrouvée. Le côté alternatif et humaniste du mouvement zapatiste - tout autant attaché à la défense de la nature, de l’être humain et de sa dignité, que de sa liberté - est universel. Je voulais voir de mes propres yeux ce que ça donnait. Je n’ai pas été déçue.

Comment ressentez-vous le débat politique en France ?

Keny Arkana. Démago, libéral, répressif, entre l’une qui veut mettre des militaires partout, l’autre qui est contre la séparation des pouvoirs... Il y a un climat de peur, sécuritaire. J’ai toujours voté. Mais, pour moi, c’est de la fausse démocratie, dans le sens où celle-ci n’est pas suffisamment représentative. La solution est mondiale. Ce ne sont plus les nations qui font les lois, mais l’OMC qui dicte ses lois aux nations. C’est pourquoi je crois en nous, dans nos localités. Commençons à prendre conscience, à nous autogérer, créons des réseaux. Comme on dit au sein de la Rage du peuple : « Agissons local, pensons global. »

La révolte des quartiers ...

Keny Arkana. C’est légitime et très maladroit à la fois. Le savoir est une arme. Sans lui, ce seront toujours des - révoltes où l’on s’autodétruit. Si la rage n’est pas canalisée, ça donne n’importe quoi. Ça aurait pu se transformer en vraie révolution si on avait su contre qui et quoi on se révoltait. Forts de cette énergie, il aurait fallu être plus constructif, imaginer des solutions alternatives. Je vois devant nous une page blanche qui ne - demande qu’à être écrite. - Inventons un autre système plus humaniste ! Personne ne changera le cours des choses à notre place. Prenons conscience que l’on fait partie de la solution, qu’on a besoin des idées de tout le monde. On peut le faire en combattant notre propre inertie, l’individualisme engendré par la - société de consommation. La révolution - au vrai sens du mot, pas dans celui où l’on prend les armes et on nique tout - commence par nous-mêmes. Si on arrive à prendre conscience collectivement que le bonheur n’est pas dans le bien matériel, qui n’est qu’illusion, mais dans la valeur humaine, alors on pourra faire de grandes choses.

Abum Entre ciment

et belle étoile, Because Music.

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
26 décembre 2006 - 20h29

yes la famille, ca fait plaisir des retours tel que ceux là...
Continuons le combat ! Enrageons nous... !!!



Enfant du monde
12 janvier 2007 - 21h47 - Posté par

T’inquette pas Keny le moment venu, bcp seront pret à relayer le message sur qui sont vraiment ces gens... Les illuminatis

tkt...


La rage du peuple : Keny Arkana au Nouveau Casino
26 avril 2007 - 15h29

Bonjour, tout d’abord je tiens a exprimer mon puissant respects pour ton combat et tes idées humanistes.
Et que dire de ton rap, les paroles sont d’une justesse hallucinante bref je vais aller plus loin pask sinon on va me traiter de lèche-cul lol.
Mais avoir choisie le prénom Kenny qui est américain ??? doit il y avoir une raison.

Sus aux illuminatis






Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Puisqu'on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir sur tout, il faut savoir peu de tout. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite