Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Si j’étais journaliste


de : Maxime Vivas
samedi 30 décembre 2006 - 15h46 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires
JPEG - 12.8 ko

de Maxime Vivas

Si j’étais journaliste, j’irais chercher l’information cachée.

Je foncerais vers un bagne international opaque : Guantanamo. Car mon sang corporatiste n’aurait fait qu’un tour en apprenant qu’un journaliste y est incarcéré.

J’aurais l’idée de lancer une grande campagne médiatique comme pour Christian Brunot, Georges Malbrunot et Florence Aubenas.

Pour ce faire, je me ferais aider par les syndicats de journalistes, je mettrais dans le coup toutes les associations qui défendent les droits de l’Homme. Emporté par mon élan, j’en appellerais même à Reporters sans frontières.

Avec tout ce battage, nous serions des dizaines, bardés de caméras, appareils photos dotés de puissants téléobjectifs, téléphones cellulaires, micro portables, gilets multi-poches, à atterrir à Santiago de Cuba.

Notre cohorte de voitures de location irait se garer sur le parking donnant sur la petite route interdite qui se termine par la grille du goulag. Les militaires états-uniens nous interdiraient d’entrer.

En l’absence d’hôtels, nous camperions. La température est douce sous les tropiques.

Nous créerions un gigantesque « camp de toile de la liberté ». Très vite, nous dresserions un grand chapiteau abritant une salle de presse reliée au monde entier.

Nous déploierions une immense banderole, assez consensuelle, du genre : « Laissez les journalistes faire leur travail » ou : « Le monde veut savoir » ou « Libre accès à l’information » ou « Respectez la presse ».

Oui, je ferais ça, si j’étais journaliste.

Nous créerions du même coup un événement médiatique mondial.

Nous redonnerions du lustre à la profession en montrant que les journalistes sont courageux, objectifs, et capables de travailler dans un confort spartiate.

Les gardiens en uniforme nous regarderaient à travers les barbelés, mais ils ne pourraient pas nous chasser car, entre nous, s’interposerait, outre cette frontière aux piquants d’acier, des centaines de millions de témoins à travers le monde.

Ils ne pourraient même pas nous pulvériser accidentellement en prétextant nous avoir pris pour des terroristes.

Nous serions invulnérables. Et pourtant, aucun de nous ne serait « embedded ».

D’autres journalistes, des envoyés spéciaux du monde entier, accourraient (ils logeraient dans les hôtels des villes les plus proches ou chez l’habitant dans des « habitacións particulares).

Des îliens curieux viendraient nous rejoindre. S’y mêleraient quelques jineteras, qui téléphoneraient à leurs copines de La Havane pour qu’elles rappliquent. Elles se réjouiraient sans complexe d’empocher nos pesos convertibles tout en participant à une action humanitaire. On éviterait de les photographier pour ne pas donner l’impression que, comme les amateurs de mondial du foot ou autres mâles ordinaires, nous succombons aux charmes tarifés.

Malignes, les autorités de l’île s’abstiendraient d’organiser des manifestations de soutien qui galvauderaient le mouvement purement journalistique. Pas de récupération.

Dans une conférence, notre porte-parole dirait d’ailleurs que dénoncer Guantanamo, ce n’est pas approuver tout le reste. Resté à Paris, le secrétaire général de RSF, Robert Ménard, se demanderait alors s’il ne pourrait pas venir faire un tour. Il n’obtiendrait pas de visa et publierait un communiqué contre le gouvernement cubain « prédateur de la presse ».

Des amoureux de la liberté et les anti-yankees du monde entier convergeraient vers le « goulag tropical » états-unien. Ils dresseraient leurs tentes aux alentours.

A Paris, Libé et le Monde publieraient des éditoriaux contre Guantanamo, rééquilibrés par des considérations critiques à l’égard du « lider maximo », du « régime castriste », du « vieux dictateur », de « l’île à l’économie dévastée ».

Du coup Robert Ménard envisagerait d’envoyer à Cuba tous ses correspondants en poste en Amérique latine, avec mission de se partager entre Guantanamo et les centres de détention cubains. Un communiqué sur Guantanamo, et un par « prison castriste » : l’objectivité tartinée au pâté d’alouette.

Nous serions désormais plus de mille : journalistes organisateurs de l’événement, reporters venus le couvrir, badauds, militants, jineteras (très politisées), etc.

Nous camperions là depuis dix jours maintenant et, autour de nous, la foule nous délivrerait des signes de sympathie. Nous serions aimés, sensation dont nous étions sevrés depuis quelques lustres.

Si j’étais journaliste, je vivrais là des jours heureux.

Des jeunes filles (que nous prendrions parfois pour des professionnelles, et cela les ferait rire de toutes leurs dents si blanches), nous apporteraient des jus de mangue et des bananes séchées. Certaines s’offusqueraient cependant quand nous sortirions notre argent. Nous recevrions ainsi une petite leçon de fierté.

Des hommes nous offriraient du rhum et de gros cigares. Quelques-uns d’entre eux, des jineteros, repartiraient écoeurés par la rareté des journalistes femmes, par notre avarice ou la trop grande orthodoxie de nos moeurs.

Nous enverrions chaque jour une petite délégation discuter avec les geôliers, à l’entrée du bagne. Elle reviendrait en nous faisant part des raisons du refus de nous laisser entrer : « Secret défense ».

Dans nos pays d’origine, les tirages de nos journaux repartiraient à la hausse.

CNN et son concurrent latino-américain, Telesur, nous intervieweraient à qui mieux mieux.

Nous serions ravis de cette vie champêtre et répondrions mollement aux sollicitations de nos rédactions qui, de très loin, nous inciteraient à mêler dans nos articles quelques détails sordides sur la vie dans la province de Guantanamo. Fraîchement respectés par le lectorat, nous n’allions pas recommencer nos conneries alors que nous baignions dans le rhum, les cigares, les sourires et plus si affinités.

Les autorités cubaines auraient fait venir des toilettes mobiles et des camions d’eau. Les autochtones seraient de plus en plus nombreux dans le village de toile, surtout le soir après le boulot. Guitares, chants et danses jusqu’à plus d’heures. Crevant, mais exaltant.

Si j’étais journaliste, je rajeunirais de vingt ans.

Les chaînes hôtelières de Varadero, flairant la bonne pub possible, nous feraient parvenir de vivres et nous offriraient un séjour de deux jours gratuits ainsi que l’acheminement en bus climatisés.

Nous nous serions procurés des porte-voix et nous haranguerions les responsables du centre de détention. Un journaliste d’Al-Jazira voudrait même s’adresser ainsi aux détenus, mais nous jugerions prudent de l’en dissuader.

Si j’étais journaliste, je serai là-bas, je vivrais ça, fier de mon travail. Je saurais qu’un jour, je le raconterais à mes enfants.

Au bout de deux semaines, l’affaire occuperait tout le début des journaux télévisés de 20 heures avec un audimat d’enfer.

L’Administration US demanderait alors aux autorités cubaines de mettre fin à cette gabegie. En réponse, celles-ci feraient l’historique de l’irrégularité de « Radio Marti » qui, depuis des avions US tournant à la limite de l’espace aérien cubain, viole les lois internationales sur les fréquences en inondant l’île d’émission hostiles et guerrières. Elles citeraient sans en omettre un seul, avec nom, prénom, âge, et média employeur, tous les journalistes tués par l’Armée US, de l’ex Yougoslavie jusqu’à l’Irak, en passant par l’Afghanistan et sans oublier les dizaines qui furent liquidés sous des dictatures latino-américaines soutenues ou mises en place par « los Yankis. Elles demanderaient la restitution de la base « à la nation ».

A Paris, Libé titrerait ainsi un édito : « Coup bas à Cuba. L’île des caraïbes s’offre le luxe d’administrer une leçon de liberté de la presse aux USA ». Dans le corps de l’article, il serait question de « cynisme castriste ».

Sous le grand chapiteau, nous serions réunis en assemblée générale pour voter à main levée une lettre de protestation à l’intention de l’Administration américaine. Pris simultanément d’un besoin pressant, tous les correspondants de RSF sortiraient et ne pourraient prendre part au scrutin. Mais ils seraient ajoutés à la liste des votants par un confrère farceur qui ne peut « pas les piffrer » (sic).

Aux USA, le Center for a free Cuba (CFC) et The National Endowment for Democracy (NED) décideraient de suspendre leurs subventions à RSF.

Si j’étais journaliste, je me réjouirais qu’une ONG censée nous défendre ne soit plus financée par des officines écrans de la CIA. Je l’écrirais en buvant du rhum. Mon papier serait refusé. Je le lirais sur Telesur. Je serais viré. Mes collègues écoeurés signeraient une pétition en ma faveur et dénonceraient la censure. Ils seraient tous virés. Nous protesterions par une pétition. Nos gouvernements rappelleraient leur attachement à la liberté de la presse (qu’il ne faut pas galvauder) et nous conseilleraient de faire preuve de retenue.

Les autorités du bagne nous feraient savoir qu’elles ont toléré cette chienlit parce que nous étions soutenus par nos employeurs et nos Capitales. Maintenant que nous ne l’étions plus, « un tir ami » était possible. Alors, nous nous tournerions tous vers l’Incomparable Bouclier (RSF) mais, mystérieusement informés la veille, ses correspondants seraient déjà à l’aéroport.

Nous plierions nos tentes, embrasserions les jeunes filles, tapoterions les rotondités postérieures des jineteras, ferions provision de rhum et de cigares, distribuerions des stylos aux enfants et nous embarquerions vers les bus climatisés en partance pour Varadero.

Les journalistes ne peuvent pas résister à l’armée, faire fi des menaces, offrir leur poitrail à la mitraille, lutter pour (et avec) le peuple : c’est le rôle des révolutionnaires.

Si j’étais journaliste, je me contenterais donc de dire la vérité et de ne pas baver sur ceux qui tiennent tête aux canons depuis près d’un demi-siècle.

C’est peu et c’est beaucoup : ça suffirait pour que les lecteurs nous aiment enfin.

Maxime Vivas 20 décembre 2006

http://vdedaj.club.fr/spip/article....



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
YOU HAD A DREAM...
30 décembre 2006 - 17h21

YOU HAD A DREAM, DEAR MAXIM !

Eh ben c’est un beau rêve !
Est-il si impossible à réaliser, ou est-ce que tout est "plié" ?
Victor HUGO avait déjà dit de qu’il pensait "des journalistes en robes courtes" (et je le sortirai bien un de ces jours ici) ...
En attendant, merci Maxime de nous avoir fait rêver... à ce qui pourrait (éventuellement), si les choses changeaient, se réaliser (par exemple, au hasard) en 2007 !
Bien fraternellement,

NOSE DE CHAMPAGNE



...par ce biai je n’y crois guère...
30 décembre 2006 - 17h48 - Posté par

Et bien malheureusement ce jour n’est encore prêt d’arriver...

Trop de dépendance...

... du journaliste au chef de rubrique...

...du chef de rubrique au réd en chef...

... du réd en chef au proprio...

... du proprio aux actionnaires...

...aux copains politiciens...

...et aux bailleurs de publicité...

Heureusement, il y a internet et des journalistes qui travaillent dans l’ombre.

Ils publient sur ce canal.

Mais ils ne gagnent pas leur vie avec cela...

Ils doivent avoir un autre gagne-pain ...

...alors ceux-là aussi risquent de disparaître à mesure des nécessités économiques...

...espérons que d’autres apparaissent encore et toujours...

Louise


Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 17h47

Y a rien à faire, je reste un fan de Maxime Vivas et Viktor Dedaj !

JMH



Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 19h52

we et surtout ça soulève une question assez fondamentale
(car je me dis la meme chose en fait)
l’information vitale provient le plus souvent des témoignages, interviews et reportages. Partant de là la plupart de cette activité est non rémunérée.
La société c’est une administration coopérative gérée par des politiciens qui crée des biens publics. Bon ok.
alors pourquoi ne pas intégrer le travail d’information, comme ça les journalistes verraient leur travail payé par l’état.
d’où le principe d’intérêt public.
Et meilleurs autres voeux 2007
 8119



Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 20h20

BRAVO !!!!

Mais justement TU es journaliste... Et les autres "les voix de leurs maîtres".

Et, (Heureusement), tu n’es pas Robert MENARD...

Et merci pour le rêve ! Par les temps qui courrent ça fait du bien.



Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 22h13 - Posté par

je pense que lorsque quelqu’un detient une information dont il pense qu’elle concerne tout le monde
il se doit par tous les moyens en sa possession de la transmettre et la diffuser au plus grand nombre la presse est la pour za partout et toujours dans le principe . les ptt aussi e la poesie l’art la pensee osi et de suroit et pi oi’e m’en’vent’ et contre vent’ mai je ne m’en foot pa du tout j’i tiend’

blh


Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 22h28 - Posté par

Tu rêves Maxime Vivas !

"Journaliste" que j’ai connu ,un jour comme étant un titre de gloire, est devenu sous nos latitudes une insulte - et pas pour rien !

Une amie que l’on a prise un jour pour une journaliste a réagi comme si on l’avait diffamée- et pas pour rien !

Alors les journalistes que tu appelles de tes voeux n’iront pas aux grilles de Guantanamo car ils ont cessé d’exister.Des spectres .

Il y a un an c’est une association catholique U.S que j’ai vu réaliser ton voeux : ses membres sont partis prier plusieurs jours aupres des grilles de Guantanamo - j’ai appris ça au détour d’un blog - bien sur ! aucun journaliste n’a relayé l’information.


Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 23h21 - Posté par

ok mai pour koa ! _ ?


Si j’étais journaliste
30 décembre 2006 - 23h21
modéré a priori

Si j’étais journaliste
31 décembre 2006 - 09h22

si j’étais journaliste ...

je ferais comme Denis Robert

j’en prendrais plein la gueule sans que les autres bougent



Si j’étais journaliste
31 décembre 2006 - 15h16 - Posté par

ERREUR :

LE MONDE BOUGE

ET COMMENT !

Même si le monde dont il est question n’est pas celui qui est payé pour...

Michèle


Si j’étais journaliste
31 décembre 2006 - 09h37

il y a des dizaines de bases US a travers le monde qui sont aujourd’hui des petits Guantanamo c’est pas pour ça qu’elles sont assiegées par les journalistes,c’est trop facile de leur demander a eux de faire ce que les peuples ont a faire.






COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
5 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite