Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La mondialisation vue par Marx en 1848


de : Jean-Paul LEGRAND
samedi 6 janvier 2007 - 14h10 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
GIF - 4.9 ko

Aujourd’hui, tout le monde parle de la mondialisation. Or dès 1848, Karl Marx en dressait un saisissant tableau à l’époque où le capitalisme commençait à s’internationaliser. J’ai choisi de vous présenter quelques extraits du "Manifeste" qui montrent la lucidité de l’analyse du grand théoricien.

"La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale.

La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toutes les activités qui passaient jusque-là pour vénérables et qu’on considérait avec un saint respect. Le médecin, le juriste, le prêtre, le poète, le savant, elle en a fait des salariés à ses gages.(...)

Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s’implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.

Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. (...). Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour. Elles sont supplantées par de nouvelles industries, dont l’adoption devient une question de vie ou de mort pour toutes les nations civilisées, industries qui n’emploient plus des matières premières indigènes, mais des matières premières venues des régions les plus lointaines, et dont les produits se consomment non seulement dans le pays même, mais dans toutes les parties du globe. A la place des anciens besoins, satisfaits par les produits nationaux, naissent des besoins nouveaux, réclamant pour leur satisfaction les produits des contrées et des climats les plus lointains. A la place de l’ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles- mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance universelle des nations. (...) La bourgeoisie supprime de plus en plus l’émiettement des moyens de production, de la propriété et de la population. Elle a aggloméré la population, centralisé les moyens de production et concentré la propriété dans un petit nombre de mains. (...) La bourgeoisie, au cours de sa domination de classe à peine séculaire, a créé des forces productives plus nombreuses et plus colossales que l’avaient fait toutes les générations passées prises ensemble. La domestication des forces de la nature, les machines, l’application de la chimie à l’industrie et à l’agriculture, la navigation à vapeur, les chemins de fer, les télégraphes électriques, le défrichement de continents entiers, la régularisation des fleuves, des populations entières jaillies du sol - quel siècle antérieur aurait soupçonné que de pareilles forces productives dorment au sein du travail social ?"



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La mondialisation vue par Marx en 1848
6 janvier 2007 - 17h43

Et ENGELS de déclarer en écho dans son livre "le rôle de la violence dans l’Histoire", "...la seule forme sous laquelle peut alors exister la lutte pour la vie est celle-ci : la classe des producteurs arrache à la classe dominante la respopnsabilité qu’elle n’est plus capable d’assumer, c’est-à-dire le contrôle de la production et de la répartition. Voilà justement ce qu’est la Révolution socialiste."
Il faudra bien que les mouvements anti-libéraux décident de la réappropriation économique des "centres névragilques de l’Autorité Impériale", dans un vaste mouvement anti-autoritaire de Libération Sociale, ou le "contrôle citoyen", la "démocratie participative", apporteront enfin l’exercice volontaire de la souveraineté par le peuple. Tout l’enjeu de la propagande présidentielle est là, dans nôtre candidature consensuelle, unitaire, et reflétant les aspirations du plus grand nombre, que l’on doit absolument concrétiser au prochain RDV.
Altermondialiste et FTP



La mondialisation vue par Marx en 1848
6 janvier 2007 - 17h53

DANS LES EAUX GLACEES DU CALCUL EGOISTE. APRES CE DECEMBRE QUI NOUS A OH COMBIEN REFROIDI, POURRA-T-ON JAMAIS SE RECONFORTER ET VITE ..... THAT IS THE QUESTION



La mondialisation vue par Marx en 1848
6 janvier 2007 - 21h01

Merci de renouer le fil rouge :

La pensée de Marx, je préfère cette expression à celle de marxisme, est d’une richesse incomparable. Elle n’à jamais été figée, toujours en mouvement, se dépassant et s’approfondissantt, sans angoisse narcissique.
Il est probablement un des grands penseurs de l’humanité. Dans la lignée des Socrate, Platon, Aristote, Spinoza, Kant, Hegel, et j’en rajouterai un autre Lacan.
Lacan disait de lui même qu’il n’était qu’un petit analyste.
Marx n’aurait jamais dit autre chose de lui même
Engels a dit à sa mort. Un grand penseur est mort.
Il n’a pas dit sa pensée nous éclairera pour la nuit des temps.
C’était tout simplement quelqu’un qui pensait sans cesse. Non pas pour le plaisir, mais par necessité : frayer un passage, maintenir un horizon.
De Feuerbach, Dans l’idéologie allemande, il regrettait avec une grande tristesse que celui çi se soit retrouvé coincé dans une petite ville bourgeoise, sans possibilité d’échanges avec les autres, sans horizons.

Aragon disait la femme est l’avenir de l’homme.
Engels pensait que la libération de la femme serait un des signes essentiels de la sortie de l’exploitation de l’homme par l’homme.
Lacan disait que le désir de l’homme c’était le désir de l’autre.

Je viens de passer sur le site de l’hérault, ils parlent tranquillement, avec chaleur.
Il réfléchissent, ils progressent.

Il faut absolument que cette dynamique reprenne.

Ils ne se méfient pas assez à mon avis des nouveau lamartines et autres du dix neuvième siècle qui s’étaient "autonominés" "AUTOPROCLAMES" dans un collectif national de l’époque et avait boussillé ainsi la révolution de 48 ou de trente , je ne sais plus.
Et combien l’horizon "parisen" est un petit horizon sans aucune pratique sociale autre que le discours et l’administratif. Horizon bien plus étriqué que la petite ville bourgeoise dans laquelle vivait Feuerbach.

Je n’aime pas les pseudonymes, mais je comprends qu’on s’en serve i. J’ai un nom pour mes amis et je n’ai donc pas besoin de me faire un nom. Ceci comme des millions et des millions de gens qui ne sentent pas anonymes pour autant.

Je vous envoient en vrac, ces idées qui sont ce qu’elle sont à cet instant ; et je remercie ce quelqu’un qui a eu l’idée de mettre ce petit morceaux de Marx.

De Marseille, une ville pleine de vie sociale.



La mondialisation vue par Marx en 1848
6 janvier 2007 - 21h26

Merci de renouer le fil rouge.

La pensée de Marx, je préfère cette expression à celle de marxisme, est d’une richesse incomparable. Elle n’à jamais été figée, toujours en mouvement, se dépassant et s’approfondissantt, sans angoisse narcissique. Il est probablement un des grands penseurs de l’humanité. Dans la lignée des Socrate, Platon, Aristote, Spinoza, Kant, Hegel, et j’en rajouterai un autre Lacan. Lacan disait de lui même qu’il n’était qu’un petit analyste. Marx n’aurait jamais dit autre chose de lui même Engels a dit à sa mort. Un grand penseur est mort. Il n’a pas dit sa pensée nous éclairera pour la nuit des temps. C’était tout simplement quelqu’un qui pensait sans cesse. Non pas pour le plaisir, mais par necessité : frayer un passage, maintenir un horizon. De Feuerbach, Dans l’idéologie allemande, il regrettait avec une grande tristesse que celui çi se soit retrouvé coincé dans une petite ville bourgeoise, sans possibilité d’échanges avec les autres, sans horizons.

Aragon disait la femme est l’avenir de l’homme. Engels pensait que la libération de la femme serait un des signes essentiels de la sortie de l’exploitation de l’homme par l’homme. Lacan disait que le désir de l’homme c’était le désir de l’autre.

Je viens de passer sur le site de l’hérault, ils parlent tranquillement, avec chaleur. Il réfléchissent, ils progressent.

Ca serait que cette dynamique reprenne.

Ils ne se méfient pas assez à mon avis des nouveau lamartines et autres du dix neuvième siècle qui s’étaient \\\"autonominés\\\" \\\"AUTOPROCLAMES\\\" dans un collectif national de l’époque et avait boussillé ainsi la révolution de 48 ou de trente , je ne sais plus. Et combien l’horizon \\\"parisen\\\" est un petit horizon sans aucune pratique sociale autre que le discours et l’administratif. Horizon bien plus étriqué que la petite ville bourgeoise dans laquelle vivait Feuerbach.

Je n’aime pas les pseudonymes, mais je comprends qu’on s’en serve i. J’ai un nom pour mes amis et je n’ai donc pas besoin de me faire un nom. Ceci comme des millions et des millions de gens qui ne sentent pas anonymes pour autant.

Je vous envoient en vrac, ces idées qui sont ce qu’elle sont à cet instant ; et je remercie ce quelqu’un qui a eu l’idée de mettre ce petit morceaux de Marx.

De Marseille, une ville pleine de vie sociale.



La mondialisation vue par Marx en 1848
6 janvier 2007 - 21h36

Merci de renouer le fil rouge.

La pensée de Marx, je préfère cette expression à celle de marxisme, est d’une richesse incomparable. Elle n’à jamais été figée, toujours en mouvement, se dépassant et s’approfondissantt, sans angoisse narcissique. Il est probablement un des grands penseurs de l’humanité. Dans la lignée des Socrate, Platon, Aristote, Spinoza, Kant, Hegel, et j’en rajouterai un autre Lacan. Lacan disait de lui même qu’il n’était qu’un petit analyste. Marx n’aurait jamais dit autre chose de lui même Engels a dit à sa mort. Un grand penseur est mort. Il n’a pas dit sa pensée nous éclairera pour la nuit des temps. C’était tout simplement quelqu’un qui pensait sans cesse. Non pas pour le plaisir, mais par necessité : frayer un passage, maintenir un horizon. De Feuerbach, Dans l’idéologie allemande, il regrettait avec une grande tristesse que celui çi se soit retrouvé coincé dans une petite ville bourgeoise, sans possibilité d’échanges avec les autres, sans horizons.

Aragon disait la femme est l’avenir de l’homme. Engels pensait que la libération de la femme serait un des signes essentiels de la sortie de l’exploitation de l’homme par l’homme. Lacan disait que le désir de l’homme c’était le désir de l’autre.

Je viens de passer sur le site de l’hérault, ils parlent tranquillement, avec chaleur. Il réfléchissent, ils progressent.

Il faut absolument que cette dynamique reprenne.

Ils ne se méfient pas assez à mon avis des nouveau lamartines et autres du dix neuvième siècle qui s’étaient \\\"autonominés\\\" \\\"AUTOPROCLAMES\\\" dans un collectif national de l’époque et avait boussillé ainsi la révolution de 48 ou de trente , je ne sais plus. Et combien l’horizon \\\"parisen\\\" est un petit horizon sans aucune pratique sociale autre que le discours et l’administratif. Horizon bien plus étriqué que la petite ville bourgeoise dans laquelle vivait Feuerbach.

Je n’aime pas les pseudonymes, mais je comprends qu’on s’en serve i. J’ai un nom pour mes amis et je n’ai donc pas besoin de me faire un nom. Ceci comme des millions et des millions de gens qui ne sentent pas anonymes pour autant.

Je vous envoient en vrac, ces idées qui sont ce qu’elle sont à cet instant ; et je remercie ce quelqu’un qui a eu l’idée de mettre ce petit morceaux de Marx.

De Marseille, une ville pleine de vie sociale.



La mondialisation vue par Marx en 1848
23 mars 2007 - 04h55

Bonjour, j’ai lu votre article et je le trouve interressant car il correspond au sujet d’un travail d’école que je suis en train de faire.

Pourriez-vous me donner les références exacte des citations que vous avez écrite. J’aimerais approfondir davantage les notion nommées et cela m’aiderais pour mon travail. Je vous recite vos citations qui me seront utiles soit :

Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s’implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations.

Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. (...). Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour. Elles sont supplantées par de nouvelles industries, dont l’adoption devient une question de vie ou de mort pour toutes les nations civilisées, industries qui n’emploient plus des matières premières indigènes, mais des matières premières venues des régions les plus lointaines, et dont les produits se consomment non seulement dans le pays même, mais dans toutes les parties du globe. A la place des anciens besoins, satisfaits par les produits nationaux, naissent des besoins nouveaux, réclamant pour leur satisfaction les produits des contrées et des climats les plus lointains. A la place de l’ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles- mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance universelle des nations. (...) La bourgeoisie supprime de plus en plus l’émiettement des moyens de production, de la propriété et de la population. Elle a aggloméré la population, centralisé les moyens de production et concentré la propriété dans un petit nombre de mains. (...)

Pouvez-vous ajouter des guillemets aux endroits appropriés et indiquer la page de la citation.
Un gros merci de votre aide

Mélanie
Pour un petit travail de philo






Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite