Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

De la multiplication et non de la division
de : Catherine Wendell
lundi 8 janvier 2007 - 15h28 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Catherine Wendell

2007 : il serait plus que temps de de débattre de ces idées-là et sans langue de bois ou a priori corporatistes ou purement idéologiques...

D21 - L’immigration, atout pour notre pays... ? et quelques réflexions générales sur l’ostracisme ou le serpent de mer de la diversité...
2 - Le boost de la natalité, une bonne chose ? les vieux, les jeunes, la solidarité inter-générationnelle, la France et le Monde
3 - En finir une bonne fois avec les 35 heures dans une société "égalitaire" qui protége les riches et appauvri les plus fragiles ? Et quid du "coup d’état" des marchés financiers ?

(ne soyez pas "perplexifiés" par la longueur de la note qui suit et surtout prenez votre temps !)

Ce que je crois :

D1 1 - L’immigration est une chance pour notre pays : D’où quelle provienne, elle apporte richesses par la multiplication des besoins qu’elle engendre et donc de l’offre proposée, des emplois créés (arrêtons de répandre l’idée que ces gens-là se les roulent toute la journée) et de la diversité de cultures et d’imagination qu’elle engendre.
Un afflux de population bien maîtrisé et intégré est la condition de notre croissance aujourd’hui et de notre survie demain.

. De la fécondité des immigrés :
non, les immigrés "ne se reproduisent pas comme des lapins". En effet, dès la seconde génération, le taux de fécondité des immigrés rejoint celui de ce qu’on appelle le "substrat" (population de souche déjà bien installée), à 1.8 enfants par femme à ce jour.
Michèle Tribalat a démontré qu’en matière de natalité, l’immigration est un "fusil à un coup".

. Là où le bât blesse ou "le verrou culturel" :
les immigrés qui viennent en France sont ici pour y rester et le regroupement familial est une bonne chose pour leur permettre de se fixer.
Le problème qui se pose n’est pas l’acceptation de ces immigrés en tant que tels, mais le verrou culturel concernant l’état des relations entre hommes et femmes.
Dans une république laïque, individualisée et se voulant "égalitaire", nous avons du mal à accepter les immigrés appartenant à des confessions issues de sociétés archaïques hiérarchisant les relations entre les sexes et n’ayant pas entamé ou à peine leur transition démographique.
(source Paul Yonnet, sociologue, auteur du "Recul de la mort" - Gallimard).

Or, de deux choses l’une, soit les femmes et les jeunes filles issues de l’immigration montrent la voie égalitaire à leurs mecs, soit les influences archaïques de la culture et/ou de la religion sont plus fortes qu’elles. Signifiant qu’à terme, elles en viendraient à influencer également notre société !
Alors, faut-il les aider (accueillir, former, intégrer) ou au contraire les enfoncer (les oublier ?) sans en calculer les conséquences pour notre propre peau ?

Par conséquent :

. Stop à l’ostracisme et à la discrimination qui coupent tout élan à notre économie et à notre croissance... et autant pour nous et notre république "égalitaire" :

>> Le World Economic Forum classe la France en 70ème position dans le classement mondial de l’égalité homme-femme 2006 après la Moldavie, le Kazaksthan de l’ami Borat et le Pérou !
(source WEF).
Or, l’égalité homme-femme, contrairement aux idées généralement "reçues" par certains, est un moteur puissant pour l’économie.

>> L’ostracisme ne fait pas dans la nuance et ce qui s’applique au sexe vaut aussi bien pour l’origine : nul étonnement, alors que les entreprises françaises n’ont jamais autant parlé de "diversité", que l’on observe que le champ des discriminations n’a cessé d’augmenter et nous fait perdre sur tous les tableaux. En créativité, émulation, innovation.

Pire encore, il semble bien que détenir un diplôme de niveau élevé quand on a un patronyme maghrébin ne facilite en rien la tâche pour trouver du travail et ralentit même l’accès à l’emploi.
(source Baromètre Adia).

Allez, ouste, les seniors, les femmes, les hommes ou femmes de couleur, bon courage pour trouver un travail correspondant à vos compétences réelles...
Et de fait, adieu à nos belles espérances de croissance et de progrès social !

L’Eurostar et le Thalys ont encore de beaux jours devant eux...

Quoique.... ne me faites pas dire que c’est mille fois mieux ailleurs. En matière d’optimisation du capital humain, les entreprises, où qu’elles soient, et malgré la présence en leur sein d’experts et consultants de tous poils, ne savent pas comment accueillir ou retenir leurs meilleurs éléments. Voici un retour d’expérience US chez Eric Jackson.

2 - A contrario, arrêtons de prôner une forte natalité comme solution à tous nos problèmes économiques : ralentissement de la croissance, question des retraites, réglement de la dette.

G2 . Du vieillissement :
s’il est naturel pour une société développée telle que la nôtre qu’elle "vieillisse", il n’en est pas pour autant question de "tuer tous les vieux" !
Le vieillissement de la population, perçu comme une charge économique pour les générations suivantes provient du fait que nous raisonnons à l’envers :

>> L’un des problèmes est qu’on met des gens dans la force de l’âge, à la retraite, alors qu’ils ont acquis une expérience formidable, ultra-rentable, et qu’ils ne peuvent plus transmettre ce "capital".
Ne plus encadrer l’âge de la retraite et permettre aux volontaires de rester en poste délesterait notablement le poids des retraites (et des coûts de pathologies directement liées à une condition sociale mal acceptée) et permettrait aux anciens de former des jeunes et de les rendre opérationnels et donc productifs beaucoup plus rapidement qu’aujourd’hui.

>> L’autre problème est que la courbe des revenus s’est inversée dans les années 1970 et que de toute évidence, personne n’en a tenu compte : avant cette date, les pauvres étaient les personnes âgées qui n’avaient pas eu le temps de cotiser suffisamment pour profiter à plein du système des retraites d’après guerre. Aujourd’hui, les pauvres sont les jeunes, qui accèdent difficilement à un emploi stable, non déclassé, et au logement, alors que les seniors s’installent dans une retraite confortable.
Le sociologue Louis Chauvel a analysé le processus : "un choix sociétal, délibéré ou non, a été fait de conserver les acquis de la génération qui a cueilli les fruits de la croissance au détriment des intérêts de la suivante."

Aux anciens, aujourd’hui, de venir en aide aux enfants et aux petits-enfants grâce au capital économique accumulé par la famille. Ces derniers maintenus, de fait, sous une tutelle frustrante et perdant toute confiance en eux-mêmes, sans compter le moral. Générations foutues ou mauvaise passe ?

Clementpitton. Des jeunes :
j’adhère au puissant ras le bol des jeunes, étudiants ou actifs, à l’égard de la classe politique, quel que soit son bord, qui ne veut rien comprendre et remet à plus tard ou à jamais les vraies questions qui détermineront l’avenir.
Consulter à ce propos Impulsion Concorde, présidée par Clément Pitton / agrandir la vignette ci-contre >>>
ainsi que le post, sur ce blog, concernant les "Ogres".
Un pays qui se coupe de sa jeunesse est un pays sans avenir et quoi qu’on en dise.
(source Françoise Fressoz, éditorialiste aux Echos)

. De la natalité :
face à certains "populationistes fous" qui souhaiteraient voir une France à 100 millions d’habitants, très rapidement, afin de relancer notre croissance et payer notre dette, le bon sens et de nombreux économistes, amis de la logique et de la planète, se demandent s’il faut se réjouir de ce type de news "annonçant que la France est l’un des pays occidentaux qui a encore un taux de natalité important".

Car si puissance économique devait systématiquement rimer avec puissance démographique, l’Inde et la Chine seraient de super-puissances depuis des siècles. Sans compter certains pays africains.

Il faut se mettre dans la tête que la Terre est "finie" versus "infinie" ou "illimitée" dans ses capacités et ses ressources.

Aujourd’hui, on estime qu’il y aura 70 millions d’habitants en France en 2050, avec une moyenne de 100 000 immigrés par an. Cela semble raisonnablement raisonnable, à la condition que bien gérée, la France puisse accueillir, intégrer, fournir éducation, travail, ressources et soins à l’ensemble de ses résidents.

Mot-clé : équilibre, entre les âges, les communautés, les cultures.
Second mot-clé : mobilité, avec l’expatriation de français pouvant créer une diaspora mondiale influante. On compte aujourd’hui 3 millions de français à l’étranger, un chiffre en nette hausse depuis 10 ans. Certains déplorent cette "fuite des cerveaux". D’autres l’envisagent de façon positive car elle contribue, à contrario, à créer des réseaux dont l’importance économique et de représentation ne s’est jamais démentie.
Dans la compétition internationale, un réseau mondial formé par des français installés à l’étranger est un atout au plan économique.

Bon, très bien tout ça, me direz-vous, mais revenons-en au financement de la dette, des retraites, de la croissance ?

>> à court terme :

- Rendre la dépense publique efficace
 : investir dans l’avenir et le retour sur investissement très élevé (éducation, formation de qualité à tout âge, infrastructures) et éviter tout gaspillage ou projets pharaoniques improductifs
- Se défier de la bureaucratie excessive qui pénalise l’investissement et tue l’esprit d’entreprise
- Etablir, sans délai, un contrat intergénérationnel de solidarité pour assurer l’équité entre les générations : fixer le rapport entre ce que les retraités vont toucher et ce que pourront payer les jeunes actifs et répartir les risques entre les générations (source Gosta Esping-Andersen)
- Faciliter de toutes façons possible la transmission des patrimoines aux jeunes générations pour franchir la mauvaise passe

>> et à moyen et long terme, il convient de :

- Penser le monde en terme global et non en terme de nations, ces dernières à l’identité homogène et vivant en vase clos. Cette vision ancienne n’a pas manqué d’engendrer le nationalisme, que les fascismes du XXème siècle ont tenté d’imposer. Chaud devant ! Le danger est toujours présent avec de nouveaux extrêmistes qui tentent de s’opposer à une vision plus ouverte du monde.

- Garder constamment à l’esprit que la planète telle qu’elle est "gérée" aujourd’hui ne parvient pas à nourrir et désalter ses enfants "des pays du Sud", et n’est pas prête d’y parvenir, au rythme actuel de surexploitations des ressources naturelles et énergétiques.

Academiedenantes

 Se rappeler que la nature a horreur du vide et les murs ne peuvent rien contre le sens de l’histoire :
les pays, qui se dépeuplent actuellement, par une chûte de leur natalité ou/et une émigration excessive seront demain de formidables terres d’accueil pour tous les réfugiés politiques et environnementaux que la suite des évènements ne va pas manquer de jeter, par millions, sur les routes de l’exode.
Et pas uniquement les pauvres paysans Bengalis ou Sub-sahariens, mais également leurs classes moyennes et leurs élites.
Sans compter les Hollandais et les résidents de San Francisco ou de Floride, si l’on en croit la démonstration de Al Gore : "Une vérité qui dérange" / visionner ou télécharger tout le film en ligne ici, suite à la montée du niveau des eaux.

On peut imaginer, par exemple, que des millions de Chinois iront repeupler et se fixer sur le territoire russe et ses terres agricoles très fertiles et de plus en plus laissées à l’abandon.

Donc, si nous, disons les "Pays du Nord", tentons de booster à tous crins notre natalité, il n’y aura plus de place pour accueillir ces autres, qui viendront vivre, travailler, se mélanger et à terme faire de cette planète un monde de terriens.

3 - Enfin, haro sur les idéalistes (et je suis tendre) qui ont mis en place le système des 35 h....
Une idée si nazebroque qu’un gamin de 17 ans qui devrait plancher sur un tel sujet au bac en verrait tout de suite les freins et les inconvénients :

Car le travail ne se divise pas, il se multiplie !

G1 Plus on travaille, plus on crée des richesses et donc de la demande et donc de la main-d’oeuvre pour répondre à cette demande, d’une part, et des moyens pour la payer.
Plus on travaille, plus on gagne les moyens de vivre dignement et de pousser la croissance d’une région, d’un pays, d’un continent.
Plus on travaille, plus on gagne sa vie et plus on espère la gagner mieux.

Mot-clé : espérance.

Les 35 h, c’est sans doute très bien pour certains salariés ultra protégés de la fonction publique et des grandes entreprises. Et devinez qui d’autres ? les haut revenus qui ont tout gagné dans ce système dit "social".
Quant aux autres, et bien ils se débrouillent...

> Qui travaille 35 h dans les PME ? Dans les professions libérales ? Chez les free lances ?
C’est 39 h ou 40 h ou bien plus, mais avec de sacrées modérations salariales pour les employés de ces structures depuis 2000, passage aux 35 h oblige !
> Et puis, quid des intérimaires rémunérés à l’heure ? Les malheureux préfèreraient être payés 39 h par semaine, plutôt que 35 h (4 h en moins par semaine x 4 = 16 heures en moins sur la fiche de paie mensuelle, déjà pas flamme !).
Inutile pour eux de réclamer à faire des heures supp’, elles ne leur seront pas payées.
> Et le temps partiel forcé, proprement scandaleux en matière sociale ?

Préoccupés comme rarement par l’évolution de leur salaire, très pessimistes sur les possibilités d’embauche et majoritairement critiques sur les effets des 35 heures, les salariés attendent du prochain président de la république, quel qu’il soit, une vraie rupture (attention, ne vous méprenez pas : je ne parle pas ici de "rupture tranquille", Ok ?).

Les jeunes, les salariés les plus modestes, demandeurs de plus de travail, les ouvriers (un ouvrier sur deux dit avoir perdu à la RTT), sont inquiets et en colère.
Les ouvriers justement : saviez-vous qu’en France un ouvrier ou un travailleur manuel vit en moyenne 6 à 7 années de moins qu’un cadre ?
(source : Ipsos pour l’Observatoire des acteurs du travail Manpower-LCI)

Pouvoir d’achat en chûte, incapacité d’épargner, endettement massif : un français sur deux a peur de se retrouver, un jour, à la rue.

"Cette exception française de la réduction du temps de travail" que personne ailleurs n’a songé à adopter une seule seconde coupe les ailes et la motivation des salariés. Terreau fertile pour conflits, grogne sociale et stress profond.

Et Monsieur Delors de déclarer récemment "les français ont encore envie de travailler et de se réaliser au travail". Thank you Mister Delors !
Pour lui, l’inquiétude chez les salariés réside surtout dans "la peur de la mondialisation". Et oui, encore quelqu’un qui a tout compris à la culture du marronnier.

... comme si nous pouvions exister en autarcie dans notre pays

Alors que la mondialisation pouvait et peut encore être une formidable opportunité en ouvrant de nouveaux horizons et de nouveaux marchés, en échangeant de nouveaux projets dans les domaines de la recherche et de l’innovation, à saisir dès à présent, Monsieur Delors, vous-même et vos amis politiques de tous bords, par laxisme, indifférence ou lâcheté collective, vous êtes surtout laissés dépasser par des forces plus puissantes et avisées que vous et non démocratiques : les marchés financiers. Un coup d’état à l’échelle mondiale.

Des petits exemples ? D’un côté, nos ministres montant au créneaux plusieurs fois en 2006 pour "défendre" Arcelor contre Mittal, ou GDF contre l’italien Enel, faisant preuve d’un activisme effréné et coûteux ! Alors qu’ils se réjouissent, à raison, des emplettes réalisées par nos entreprises à l’étranger.

Et de l’autre, curieusement, une opération, pourtant essentielle à la vie économique du pays, est passée totalement ignorée de nos dirigeants : le rachat d’Euronext (la bourse paneuropéenne) par le NYSE américain.
La "grammaire des affaires" de nos politiques est visiblement à géométrie variable.

Pour en revenir à la planète financière (marchés, fonds dans le coté et le non coté), il y a eu conjonction de divers éléments qui ont permis à ces divers acteurs de prendre le gouvernail, en s’engouffrant dans les vides juridiques laissées béants par le processus de globalisation et en profitant d’une conjoncture favorable en termes de taux d’intérêts.

Conçus à la base pour fournir aux entreprises les capitaux nécessaires à la mise en oeuvre de leur développement, les marchés financiers en paraissent aujourd’hui totalement déconnectés.

Les fonds d’investissement par ailleurs, de KKR à Carlyle, en passant par Blackstone ou TPG, font leur grand Monopoly (leur pouvoir d’achat est actuellement évalué à 200 milliards de dollars) et remettent en question, par l’exigeance de retour sur investissement à très court terme, les conditions même de l’existence des entreprises, du travail, bref, de l’état du monde et de la vie des hommes... tels les châluts raclant le fond des mers.

Lesechos27122006 Actuellement florissants, fondés sur un afflux spectaculaire de liquidités à bas prix ou à crédit, les marchés ne sont-ils pas eux-même à la veille d’un nouvel éclatement dévastateur  ? agrandir la vignette ci-contre >>

Et qu’en sera-t’il de nous alors ? J’ai envie de vous répondre "Bof... quand la finance va bien, ça ne nous rapporte rien de très bon. Mais si une grosse bulle explose, et bien on nous dira encore que tout va mal pour cette raison...."

En conclusion...

Souhaitons-nous continuer à dériver en attendant un miracle OU décidons-nous d’utiliser les forces antagonistes en notre faveur plutôt que de tenter de leur résister à petits coups de bec ? > Le concept principal du ju-jitsu est le jū, littéralement la « souplesse », c’est-à-dire éviter l’attaque et la contrôler, sans opposition de force. Par cette technique, Ju yoku go o sei suru : le doux vainc le dur.

Je m’en voudrais de conclure ce billet sur des propos aussi icônoclastes. J’insiste sur le fait que je ne prétends nullement détenir vérité ou solutions valides. Ce débat est ouvert !

Mais avant, quelques conseils de lectures >>
Gapminder / Tendances 2005 du développement humain (merci Henri !)
ONU : les objectifs du millénaire pour le développement

Illustrations : Magazine Déc 2006 - Janv 2007
Carte des flux migratoires 97-2000 Académie de Nantes

Vignettes de presse : Les Echos décembre 2006 / l’article de Larry Summers du 271206 a été publié en collaboration avec le "Financial Times"
 



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
De la multiplication et non de la division
8 janvier 2007 - 19h29

Malgré, ce qui est normal et souhaitable, quelques divergences sur divers points particuliers d’analyse et de voie de résolutions envisageables, il est rafraichissant d’aborder les problèmes sous ces angles iconoclastes.
Ceci dit les conclusions en particulier sur le temps de travail si elles posent une analyse enfin réaliste en particulier quand à l’identification des profiteurs de cette loi qui est bien réelle pourrait aussi ouvrir d’autres orientations. en effet la question du temps de travail apparaît ici trop connotée en termes de productions alors que les ntion de partage et d’activités non productives sont négligées de ces pistes. Toutefois une donnée s’impose de plus en plus dans le milieu du travail c’est qu’il y bien 2 "castes" avec d’un côté la somme des travailleurs protégés et dont les protections augmentent et qui ont bien été identifiés dans cet article et de l’autre les ouvriers, les salariés et employeurs artisanaux ou des petites sociétés qui passent plus de temps à consolider leurs ressources qu’à explorer le champ des possibles à côté de leur emploi.
c’est donc sur l’amélieration de ces rapports pour les professionnels à stabilité aléatoire ou revenus faibles et exposés qu’il faudrait aussi travailler. En particulier en redéfinissant la responsabilité, y compris par une fiscalité différenciée, encore que je n’y connaisse pas grand chose, qu’il faudrait pousser aussi les feux du progrès social

Luc, Toulouse



De la multiplication et non de la division
9 janvier 2007 - 11h15 - Posté par

Bonjour Luc,

Dans tous débats il est raffraichissant de ne pas être d’accord, voire même d’avis opposés, mais de le faire de façon civilisée :). Je vous remercie pour votre réflexion.

Certains ici me traite de centriste, puis de ségoliste, puis de sarkosiste.

Mais, bien entendu, hors cette bordée de qualificatifs qui me permettrait de me faire engager dans un cirque au titre de la "femme serpent", ils ne proposent rien et campent, comme de bien entendu sur leurs positions.

Comment leur en vouloir, c’est tellement facile de critiquer ou de mépriser quand on n’a rien d’autre à dire et surtout quand on fait très attention à ne pas se confronter aux réalités !

Je les invite à venir sur mon blog pour continer le débat, mais avec des arguments si possible, totalement opposés et contradictoires, mais DES ARGUMENTS, et les en remercie d’avance !

En outre, rien sur l’immigration, rien sur les discriminations faites aux seniors, aux femmes, aux gens de couleurs, c’est curieux ça.

Rien sur les marchés financiers qui nous tiennent à la gorge...

Rien sur les futures migrations à laquelle notre monde s’expose à grande vitesse, en raison de la nouvelle donne climatique.

Tout tourne autour des 35 h. Décidément, ces 35 h c’est vraiment une plaie !!! ;))

Bien cordialement

Catherine Wendell


De la multiplication et non de la division
8 janvier 2007 - 21h17

Je n’aime pas cet article, surtout le passage sur les 35 heures.

Effectivement les ouvriers et employés ne sont pas satisfaits de la loi sur les 35 h. Il est vrai que par contre les cadres sont davantage satisfaits.
Mais est ce le processus de réduction du temps de travail qui est en cause ou le gel salarial ainsi que les trop faibles embauches qui l’ont accompagné ?
Car enfin, à la lecture de cet article on a l’impression de retrouver le discours sarkoziste : "travailler plus pour gagner plus". Quid des monstrueux profits réalisés par les entreprises ? Quid de la part toujours plus faible des salaires dans le PIB ?

La conclusion de ce passage est franchment réactionnaire : la RTT couperait les ailes de nos braves travailleurs encouragés dans la fainéantise... Et on y déplore les conflits (pourtant la lutte sociale est émancipatrice) et la grogne sociale (comme des cochons les travaillerus grognent avec leur groin ...)

Et d’après l’auteure ce qui sort des canons du libéralisme est condamné, comme la RTT puisque cela n’a pas été fait ailleurs ....

D’autres passages m’ont fait bondir comme celui où l’auteure stigmatise la défense de GDF publique :
Pour ne pas passer pour franchouillard il faudrait accepter que des affairistes italiens s’accaparent la richesse nationale que représente GDF ? Ou bien il faudrait applaudir à deux mains quand l’industrie lourde française passe sous le controle d’affairistes indiens cette fois ? Car ne nous y trompons pas, il est encore plus difficile pour les travailleurs de faire valoir leurs droits quand les prises de décisions les concernant se font à des milliers de kilomètres.

Je ne vois pas en quoi la mondialisation peut représenter une formidable opportunité. Les coopérations rellement profitables pour toutes les parties peuvent et doivent se réaliser hors du cadre du sacro saint marché libre et non faussé !

Jips



De la multiplication et non de la division
9 janvier 2007 - 11h03 - Posté par

Bonjour Jips

Visiblement vous n’avez pas bien lu ou compris mon billet.

Concernant les 35 h, je les accuse justement d’avoir bon dos pour geler les salaires...

Concernant monter au créneau pour défendre GDF contre les italiens, je vous renvoie au parcours boursier éclatant actuel d’EDF privatisé et à mon connaissance, toujours français, mais puissamment installé à l’étranger.

Ce qui n’empêche pas nos factures d’électricité de faire un parcours éclatant à la hausse également.

Quand à comparer les travailleurs à des cochons, vous êtes l’auteur de cette comparaison et certainement pas moi.
Etant travailleuse moi-même et souvent confrontée à la grogne justifiée, je suis donc une truie ?

Attitude réac ? bien sûr, je suis réac ;))) comme tous ceux et celles qui tentent de sortir des vieux discours bien établis dans notre pays où l’on attend toujours que tout nous tombe du ciel.
Mon bord, ni S, ni S, je vous rassure.

C’est vous qui tenez des discours totalement réactionnaires et qui participez de cette catégorie effrayante de gens qui ont pour but de dresser les français les uns contre les autres.

Tant que vous serez incapables de sortir de vos schémas, vous et nous de fait, continuerons à nous enfoncer dans la grave récession qui touche notre pays. Car en récession, nous sommes.

Très cordialement

Catherine Wendell


Trop facile...
8 janvier 2007 - 23h53

D’accord avec la réaction ci-dessus. Ce texte est l’opposé d’une réflexion alternative et critique de la pensée unique véhiculée par TF1 et Cie.
Le passage à propos des 35h en est effectivement le meilleur exemple. Pouvez me dire pendant combien d’années après leur application on continura d’accuser les 35h du gel des salaires ? 10 ans, 20 ans, 50 ans ? Que devrait-on dire avec les passages aux 40h et 39h précédents ? Aussi pourquoi vouloir toujours niveler par le bas quand il y a des injustices ?
Il y a 6 jours a paru un article sur ce même site : "CAC 40 boosté, salaires minés : Champagne pour les profits !". Je vous invite à le lire pour vos réfexions futures.
Un mot concernant EDF : En tant que co-propriétaire d’EDF (Hé oui, l’état c’est moi, c’est Jips ci-dessus, c’est vous, c’est nous), je n’ai jamais rien demandé.
Je n’ai pas demandé à ce que l’entreprise change de statut pour être armée pour la guerre économique mondiale. Restons en paix quand on a cette chance, et participons à cette mondialisation quand celle-ci est tournée vers la paix.
Qui peut vouloir ces changements ? Toujours aux mêmes et je n’en fais pas partie comme beaucoup de mes co-citoyens : Cf article cité précédement. C’est marrant comment on en revient toujours au même problème...
Sébastien.



Trop facile...
9 janvier 2007 - 11h06 - Posté par

Justement je l’ai lu cet article sur ce site et y fait référence sur le mm billet posté sur mon site.

Si on pouvait sortir deux secondes des 35 h qui vous occupent tant (car cela touche à vos RTT visiblement) et évoquer justement la fin de mon billet sur le coup d’état non démocratique des marchés financiers ?

Car là réside le noyau de nos problématiques et salariales, et sociétales, en France et dans de nombreux autres pays.

TF1 ? connais pas, désolée de vous décevoir !

Bien cordialement

Catherine Wendell





Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite