Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Marie George Buffet : Dix heures à la rencontre des Parisiens
de : Jacqueline Sellem
mardi 23 janvier 2007 - 13h21 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Campagne . Avant le meeting du Zénith, demain soir, Marie-George Buffet a débattu vendredi dans différents arrondissements de la capitale avec des salariés, des habitants.

Cour Saint-Émilion (12e arrondissement)

8 h 35. Un homme s’extrait de la foule qui court, à la sortie du métro, vers les immeubles de bureaux de Bercy. Il fait demi-tour. Son fils est autiste. Dans quelques mois il aura seize ans, aucune structure ne le prendra plus en charge. Seule solution : arrêter de travailler, lui ou son épouse. Et, à la maison, l’enfant risque de régresser. « La France est à la traîne des pays développés pour la prise en compte du handicap, il n’y a aucune raison », s’insurge Marie-George Buffet.

Rue Maindron (14e arrondissement)

10 h 5. Une femme ouvre la porte. Une pièce sans fenêtre, seulement un vasistas qui donne sur un couloir. 7 mètres carrés impeccablement rangés, propres. Des lits superposés, un évier et des étagères. Sept personnes vivent là : le grand-père, les parents, quatre enfants. Ils payent 300 euros par trimestre.

10 h 30. Le collectif logement du 14e arrondissement a donné rendez-vous à Marie-George Buffet dans un bar alentour. Amanda serre contre elle un petit garçon d’un an à peine. Quand il avait deux mois, elle et son mari se sont retrouvés deux fois à la rue. Vers 2 heures du matin, ils ont été emmenés dans un hôtel. Depuis le mois de mai, c’est là qu’ils vivent. Un hôtel infesté de cafards et de souris : « J’en ai trouvé dans le lit de mon enfant, dans le linge. » Un hôtel où on ne peut cuisiner, seulement faire des biberons, et pour lequel ils payent 1 050 euros quand le mois a trente jours, 1 085 euros quand il en a trente et un. « Mon mari gagne 1 100 euros, on va me couper le RMI parce qu’on nous dit qu’on est au-dessus du plafond. » Amanda égrène son budget. Une fois payé le nécessaire pour le petit, elle ne peut plus acheter que du pain. « Je ne demande qu’un studio pour avoir un peu la tête tranquille et chercher du travail. J’ai de la peine pour mon enfant. »

Des mains se lèvent pour témoigner. L’une est enseignante : divorce, dépression, expulsion. En formation de reconversion elle est hébergée par des amis, sa fille habite chez son père. Une autre travaille et gagne 1 500 euros. Ses deux enfants de neuf et cinq ans dorment chez ses parents, elle dans la cave. D’autres histoires encore qui nouent la gorge. « Il faut dire que ça peut arriver à n’importe qui, dit en aparté une femme d’une cinquantaine d’années. Je suis fille d’universitaire, je sors d’un cancer, je cherche du travail. Je vis à droite, à gauche, séparée de ma fille. »

Les premiers mots de Marie-George Buffet sont pour dire le courage de ces femmes, pour rendre hommage au collectif qui organise la lutte et la solidarité. Devant l’ampleur de cette crise du logement, « aussi grave que dans les années cinquante, le droit opposable est un plus, mais il faut en face de vraies solutions ». La candidate propose l’interdiction des expulsions, les réquisitions face à l’urgence, la mise en chantier immédiate de 600 000 logements sociaux, l’interdiction de toute destruction sans construction préalable, le plafonnement de la charge logement à 20 % du revenu des familles, l’inéligibilité pour les maires qui en dépit de la loi refusent de construire des logements sociaux sur leur commune. Et elle appelle à ne pas suivre « ceux qui veulent opposer les uns aux autres. Tout le monde est prioritaire, il faut que le logement devienne un droit ».

Devant le Printemps (9e arrondissement)

12 h 30. Une syndicaliste : « La vie est de plus en plus dure avec l’extension des horaires, la précarité, la pression qui augmente. Les salaires sont tellement bas qu’on en arrive à vouloir travailler le dimanche. » Une autre : « Que ferez-vous au second tour ? Et Si Ségolène Royal gagne, irez-vous dans un gouvernement avec le PS ? » Marie-George Buffet : « Si la politique ne résout pas les problèmes des gens, elle ne sert à rien. Nous n’irons pas dans une alliance qui ne romprait pas avec le social libéralisme. Nous continuerons à nous battre. Mais au second tour, c’est très clair, toute la gauche doit se rassembler, sans condition, pour arrêter Sarkozy. »

Hôpital Saint-Louis (10e arrondissement)

13 h 45. Toujours le logement. Un médecin explique la difficulté à recruter des infirmières, des techniciens de laboratoires. Un travail prenant, des horaires difficiles. Ajouter le temps de transport parce que les salaires ne correspondent pas aux loyers parisiens. Résultat : 500 postes infirmiers budgétés ne sont pas pourvus à l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris). Devant les médecins et les responsables de l’hôpital, Marie-George Buffet dit sa volonté de « porter dans le débat citoyen une ambition pour l’hôpital public et pour la santé ». Alors que la médecine avance, que la durée de vie augmente, la baisse des coûts a une limite. « L’économie a évolué, elle s’est financiarisée. Mais les modes de financement de la protection sociale n’ont pas changé », souligne-t-elle, en proposant de faire contribuer les revenus financiers.

14 h 20. Dans le local syndical avec des personnels et les représentants de la CGT et de la CFDT. Une femme se présente : cuisinière titulaire. À ses côtés, quatre jeunes portent la veste blanche des cuisiniers. « Eux sont en CDD depuis plus d’un an, dit-elle. On les a fait espérer. Mais on vient de leur dire que leurs contrats s’arrêteront fin février. C’est tombé comme un couperet, ce n’est pas acceptable. Est-ce qu’on va nous renvoyer d’autres CDD qu’il faudra à nouveau former ? »

La journée de Marie-George Buffet ne s’arrêtait pas là : débat avec des militants associatifs rue de la Fontaine-au-Roi, dans le 11e, avec des parents du Réseau Éducation sans frontières devant une école du 18e, avec les habitants de la cité Curial Cambrai dans le 19e. À tous, elle a donné rendez-vous demain soir au Zénith. Elle y présentera son programme avec, insiste-t-elle, les moyens pour le réaliser. « Parce qu’il ne faut pas raconter des balivernes, dire qu’on va faire et refuser de prendre l’argent là où il est. »

Jacqueline Sellem

Sources : Humanité 22 janvier http://unautremonde.gauchepopulaire.fr/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Marie George Buffet : Dix heures à la rencontre des Parisiens
23 janvier 2007 - 15h19

Loin des caméras, ce que fait Marie-Georges au jour le jour est exemplaire. C’est un travail de fond. C’est cela la démocratie participative.

M.BEYER






Bonne nuit les petits
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
2 commentaires
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique (video)
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds. Agissez au lieu de bavarder. Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde ! Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt : Le Ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. Bertolt Brecht
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite