Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …


de : Osémy
lundi 29 janvier 2007 - 15h40 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 15 ko

de Osémy

…existe déjà à l’état de microcosme en France, et j’en viens : bienvenue au Barreau de Paris.

Environ 17.000 avocats sont inscrits aujourd’hui au Barreau de Paris (+ de 45 % du nombre total d’avocats en France).

Entre 900 et 1.000 nouveaux « aspirants avocats » sortent chaque année de l’Ecole de Formation du Barreau, rue de Charenton.

Pour devenir avocat et avoir le droit d’exercer votre profession, outre le fait que vous ayez passé entre 5 et 6 ans d’études en faculté de droit, que vous ayez (souvent péniblement) décroché l’examen, difficile, du CRFPA (du premier coup ou à la dernière tentative), qui vous ouvrira les portes de l’Ecole de Formation du Barreau (obligatoire) où vous aurez des cours et des stages (souvent non rémunérés) pendant une année, sanctionnée par un dernier examen qui ne sera pas que de pure forme, il vous faudra, à déjà 24 ou 25 ans, trouver une première collaboration, libérale ou salariée, qui vous permette de prêter serment et de devenir "avocat stagiaire" pendant deux à trois ans, avant de devenir un avocat de "plein exercice" , inscrit au Tableau de l’Ordre des avocats.

Avant cela, pas de possibilité de poser votre plaque. Vous êtes nécessairement collaborateur d’un autre avocat ou d’un cabinet.

La plupart du temps « collaborateur libéral », bien-sûr (90 % des contrats signés) .

Les patrons étant les mêmes partout, ou presque (je rends grâce à ceux et celles que j’ai pu croiser en 6 ans de métier et qui font acte militant en restant humain), pourquoi se priveraient-ils d’un outil qui leur permet d’exploiter sans scrupule leurs jeunes confrères arrivant sur le marché pour des coûts évidemment ridicules ?

Aucune raison.

Je m’explique.

La collaboration libérale aujourd’hui, à Paris, pour parler de ce que j’ai connu, c’est cela :

 Une « rétrocession d’honoraires » dont le minimum obligatoire n’a été relevé que récemment à 2.975 euros mensuels pour l’exercice de la première année de collaboration (le fameux « tarif UJA ») – ( c’est vous dire qu’avant que ce minimum soit obligatoire et relevé à ce montant exorbitant, c’était vraiment la fête…).

Cela ne doit pas vous sembler exorbitant car, le principe de la collaboration libérale (qui est l’antithèse du salariat), c’est que le collaborateur paie toutes ses charges sociales et professionnelles sur la rétrocession qu’on lui verse, qu’il encaisse et reverse la TVA, est soumis aux BNC… – c’est donc un montant plus « brut que brut » que lui reverse royalement le cabinet pour lequel il travaille, et qu’il faut amputer d’entre 33 et 40 % de charges et provisions diverses avant impôts (le montant exact varie selon les sources) pour obtenir le résultat net.

Ce qui donne, en première année, dans le meilleur des cas, une rétrocession nette de 1.900 euros environ, un peu moins dans le pire des cas, et sans compter la provision que vous devez faire pour payer votre régularisation de charges en troisième année…Rétrocession qui sera normalement obligatoirement augmentée la deuxième année à 3.360 euros HT. Toutefois, de nombreux confrères ne respectent toujours pas ce tarif minimum et combien de confrères aujourd’hui Smicards, y compris après 2 ans d’exercice ?

 La "contrepartie" de cela est qu’en théorie, le jeune avocat doit être formé par ses pairs qui devraient lui accorder, selon le contrat de collaboration-type mis en place par l’Ordre, leurs meilleurs soins. On vous explique en outre que ce système est « idéal » vraiment, car vous avez le privilège, en contrepartie de cette rétrocession, de « développer votre clientèle personnelle » et donc ,de "mettre du beurre dans les épinards" et de construire votre indépendance future…

  Mensonge éhonté et insuffisamment dénoncé ! La loi du marché n’a qu’un bénéficiaire — la poche de celui qui tient le bâton.

La plupart des cabinets parisiens ( je ne dis pas tous mais la plupart), non contents de sous-payer des jeunes ayant fait des études souvent longues et sanctionnées par un ou deux troisième cycle, voire, par un « double cursus » (par exemple ESCP) financé au prix d’un crédit à une banque, profitent de l’absence quasi totale de garanties et de droits effectifs du collaborateur (qui, rappelons le n’est pas salarié), pour exiger de lui ce qui s’apparente à une véritable exploitation, la durée hebdomadaire de travail moyenne étant d’environ 50 heures (quand ce n’est pas plus, notamment pour ceux qui ont choisi de se faire rémunérer plus grassement par les cabinets anglo-saxons…).

Traduction : vous ferez votre clientèle personnelle le week end et le soir après 19.00, si vous n’êtes pas épuisé, si vous n’avez pas d’enfant et si vous trouvez des clients qui acceptent de passer, nécessairement, après les clients du cabinet !

J’ajouterai à tout cela les éléments du parfait tableau de l’exploitation ultralibérale de l’homme par l’homme, puisque jusqu’à l’an dernier, le délai de préavis pour rupture du contrat de collaboration était de 2 mois (il vient ENFIN d’être passé à 3), que passé ce délai de préavis, si vous n’avez pas retrouvé de collaboration, vous n’aurez pas de chômage (vous n’étiez pas salarié) et pas de RMI (vous avez trop gagné l’an passé).

D’autant que , la concurrence est rude sur ce marché (1500 petits nouveaux chaque année !), de plus en plus restreint et serré ( y compris pour les patrons s’ils veulent continuer à s’en mettre plein les poches), et qu’il n’est pas exigé de motif pour mettre fin au contrat de collaboration (les situations litigieuses devant toujours être réglées a posteriori devant le conseil de l’Ordre ou les Prud’hommes si vous choisissez faire requalifier votre contrat de collaboration libérale en salariée).

Une sacrée épée de Damoclès pend donc au-dessus de votre tête, de plus en plus menaçante les années passant, et vous fait ramer quotidiennement pour remplir ces fameux « objectifs » que tous les cabinets pratiquent (et qui sont pourtant en totale contradiction avec le statut libéral…) où vous devez rentrer chaque jour un nombre d’heures « facturables » approchant les 6 ou 7 selon les structures (ce qui revient à 10 ou 12 heures de travail quotidien)…quitte à ce que cette facturation se fasse au détriment des clients, puisque votre survie de collaborateur en dépend…jusqu’à ce que vous arrêtiez de penser et que vous trouviez tout cela normal.

(J’avais compté, à l’époque, que lorsque la SCP où je travaillais facturait une heure de mon travail à un de ses clients, elle avait été payé de ce que je lui coûtais moi à la journée. Donc, que je lui rapportais environ 6 fois ce que je lui coûtais, bien que ce soit rapidement avéré insatisfaisant et toujours critiquable…)

Passé la deuxième année, vous n’aurez droit à aucune augmentation obligatoire (vous n’êtes plus supposé être stagiaire mais « inscrit », si vous avez eu le temps de satisfaire à toutes les obligations du Stage, et donc, en tant que tel, vous n’avez plus ce minimum de protection…).

Croyez-moi, vous sentirez passer les conflits avec votre boss, le divorce de votre patron ou l’acquisition de son nouvel appartement ou de son futur 4x4…tandis que vos charges augmenteront…et que votre rétrocession pourra donc même diminuer.

Vous n’aurez qu’à croiser les doigts et serrer les fesses pour trouver une nouvelle collaboration avant de vous faire liquider comme un malpropre, où vous recommencerez le même cirque hypocrite et précaire pendant un ou deux ans avant de vous retrouver au même stade, toujours, ou presque.

J’ajoute enfin que si vous décidez de quitter le Barreau pour une autre profession avant votre 15ème année d’exercice (!), vous perdrez le bénéfice de toutes les cotisations de retraite que vous avez versées avant , y compris dans le régime complémentaire…

Je pourrais expliquer aussi comment tout cela est encore pire lorsque vous êtes une femme.

Je passe sur le caractère éminemment sexiste de la profession. Une femme est souvent collaboratrice plutôt qu’associée. Et pourtant, elles sont majoritaires dans la profession.

Le congé maternité est de 12 semaines depuis 4 ans, mais il n’est toujours pas obligatoire de prendre 3 ou 4 semaines avant l’accouchement. Combien de fois ai-je vu en salle d’audience de malheureuses consoeurs enceintes jusqu’aux dents, se rendant péniblement à leur troisième audience de la journée (Paris Bobigny et enfin Créteil sinon ce n’est pas du jeu…) ?

En toute logique libérale, vous serez par ailleurs poussée vers la sortie une fois accouchée car vous aurez de plus en plus de mal à facturer 6 à 7 heures par jour, tout en construisant votre « clientèle personnelle », avec un ou deux enfants à la maison et un mari qui ne comprendra pas toujours quel dilemme est le vôtre. Vous devrez choisir entre travail et famille et si vous choisissez la famille, vous serez sous –payée car, ma bonne dame, tout à un prix n’est-ce- pas ?

Une étude sanitaire et sociale parue il y a quelques années et réalisée au sein de la population d’actifs du Barreau du Québec produisait des chiffres ahurissants : record des naissances prématurées, taux d’alcoolisme, de dépressions, de consommation de stupéfiants très élevés, plus élevés que dans n’importe quelle catégorie socioprofessionnelle…(voir aussi : http://www.barreau.qc.ca/fr/organis... - une telle étude a été réalisée en France mais je n’en retrouve plus les coordonnées).

De là y voir les symptômes que le libéralisme inscrit dans le corps de ses victimes, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

J’attire également votre attention sur les répercussions de ce système global sur les services rendus aux justiciables, et donc in fine, à la justice, et vous aurez je pense, un bon tableau des ravages du libéralisme à l’échelle individuelle et donc, à l’échelle sociale…

Notez enfin que dans les instances ordinales chargées de réguler la profession, les collaborateurs sont, depuis toujours, sous-représentés. Bien sûr, il y a eu de timides avancées (notamment grâce à l’action de certains confrères au sein de l’UJA ou du SAF, ou de l’Ordre). Mais elles sont insuffisantes et toujours moins rapides que les troubles et les déséquilibres que créent le libéralisme au sein de cette profession.

Quand on a vécu cela, on ne peut pas souhaiter sérieusement l’avènement du libéralisme partout et pour tous, à moins que quelques années de cigares, de pieds sur la table, de chemises à 300 euros, de sexisme, de sièges de voiture en cuir, de déjeuners arrosés au Mouton Cadet « entre associés », vous aient fait oublier les couleuvres énormes que vous avez du avaler, les vexations, les sacrifices, les renoncements, les privations que vous avez du subir, vous et vos copains de fac, quand vous êtes entrés dans la profession, plein d’espoirs et de confiance…A moins que tout cela vous ai fait oublier, simplement, votre humanité.

J’ai deux espoirs aujourd’hui, qui sont aussi deux combats : qu’un jour quelqu’un s’occupe sérieusement du statut des jeunes dans cette profession, et que ce statut qu’est le leur actuellement ne fasse pas de petits dans d’autres professions, qu’il ne devienne pas la règle pour les travailleurs, parce que c’est véritablement LA PORTE DE L’ENFER…

Laurence PARISOT, vous aurez le droit de parler du libéralisme le jour où vous aurez vécu ce que j’ai vécu, ce que d’autres ami-e-s vivent encore et vivront toujours tant que les choses n’auront pas changé, tous ces jours à travailler la peur au ventre, les yeux rivés aux compteurs, à oublier l’essentiel, trop préoccupé par votre survie, vous, vous qui avez profité du système en nantie pour mieux le liquider !

VOTEZ BUFFET



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
29 janvier 2007 - 16h27

Excellent article qui reflète tout à fait ce qui est vécu dans la plupart des professions exigeant des diplômes, que ce soit en libéral ou salarié. Si tous ceux qui vivent ou ont vécu ce type de situation ultra précaire et ultra exploitée descendaient dans la rue maintenant pour exiger que le monde change, ils arriveraient rapidement à obtenir quelque chose. Ils sont si nombreux !



Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
29 janvier 2007 - 20h11 - Posté par

That is a question !


Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
29 janvier 2007 - 22h50 - Posté par

un grand merci pour cet article de fond.
interessant pour TOUS, vu la juridification croissante de cette societé.....
mais (par exemple), je ne peux pas etre solidaire des "jeunes" avocats demandant la revalorisation (à leur profit) de l’aide juridictionnelle.
car pour vivre/fructifier et rattraper leurs années de galères ces gens là poussent aux procédures même dans les cas où pourraient s’organiser des solutions amiables.
sans oublier les relations carréments incestueuses entre juges, avocats ET Notaires !!!!!
(ces derniers etant connus de TOUS .....)
tout ce monde fait fructifier le système, -et leurs revenus- en plumant les gens simples et honnêtes.
MAKHNO.


Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
30 janvier 2007 - 00h18 - Posté par

Une vie d’enfer, de la magouille et c’est bon. Mais le dindon de la farce c’est toujours le client.
Rien à faire autrement.


Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
30 janvier 2007 - 10h02 - Posté par

Je ne suis pas d’accord avec toi sur le fait qu’il n’y a rien à faire !
La première chose à faire pour briser ce cercle vicieux ,justement, réhabiliter (et aider à se réhabiliter) une profession qui, quoi que l’on puisse en dire ,est une belle profession, et de plus est quand même de temps à autre utile ;-), et pour assainir globalement le fonctionnement de la justice, c’est justement d’établir le salariat des collaborateurs pour casser la spirale infernale des coûts, des prix, des presssions et que ceux /celles qui veulent vraiment faire ce job (et j’en connais b p pour qui c’est encore un saccerdoce - raison pour laquelle d’ailleurs, pour répondre à l’a... qui se répand en commentaires fielleux sur mon blog , style "ça te fait quoi d’être complice de l’horreur stalinienne ?", raison pour laquelle on trouve des avocats qui acceptent de subir ce statut et ces conditions...)
Quant à l’AJ , pas d’accord , il faut qu’elle soit réévaluée justement ! pas pour que les "pourris d’avocats" s’en mettent plein les poches , non , ;-) au contraire pour que le traitement du dossier puissse assurer à l’avocat le minimum de subsistance qui lui permettra de garder une réelle indépendance...
Voilà...
Osémy


Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
30 janvier 2007 - 17h07

Pour devenir avocat et avoir le droit d’exercer votre profession, outre le fait que vous ayez passé entre 5 et 6 ans d’études en faculté de droit, que vous ayez (souvent péniblement) décroché l’examen, difficile, du CRFPA (du premier coup ou à la dernière tentative), qui vous ouvrira les portes de l’Ecole de Formation du Barreau (obligatoire) où vous aurez des cours et des stages (souvent non rémunérés)

Et bien ca justement ce n’est pas du tout libéral, et c’est la cause de tes problèmes. Pourquoi devrais-tu sauter a travers des cerceaux pour avoir le droit d’effectuer ta profession ? Lysander Spooner, un avocat, anarchiste individualiste et référence libérale, s’était élevé aux US contre ses règles du barreau qui discriminaient les plus pauvres.

Le libéralisme a bon dos en France, mais tu dois ton embarras précisément à un manque de libéralisme.



Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
31 janvier 2007 - 08h38

Quel parcours difficile ! mais se plaindre d’avoir passé ses plus belles années à étudier pendant que d’autres sont au boulot me fera toujours sourire. Que cela soit difficile j’en conviens, mais à 25 ans beaucoup on déjà commencé leur vie professionnelle depuis longtemps. En ce qui me concerne je suis arrivé à l’usine comme apprenti je n’avais pas 16 ans et 2 ans après j’étais déjà à l’atelier. C’est autre chose de se taper sur les doigts à coup de marteau, de porter des charges lourdes, de se taper des produits toxiques et autres joyeusetés quand on a 18 ans. Alors avocat c’est peut-être un boulot difficile mais faut pas se tromper de souffrance. Pour finir une petite anecdote récente, mon fils en 3ème vient de finir son stage obligatoire en entreprise, une semaine en centre équestre à faire le palefrennier pendant que ses potes étaient chez des avocats, des banquiers, etc... il a tout de suite compris la différence ! CIAO



Témoignage - La réalité du libéralisme dans les rapports de travail …
31 janvier 2007 - 09h56

Bonjour,

Très bon article de fond sur une profession mal connue, ou très bien connue mais analysée à travers beaucoup de préjugés. Effectivement, avoir fait des études est moins dure que d’être allé à l’usine jeune ; bien entendu un déménageur à une souffrance au travail qui est plus dure. Cependant, quand je vois ce que vivent de plus en plus d’étudiants (pauvreté, non reconnaissance des diplômes, voir prostitution pour pouvoir payer ses études), je trouve que faire la différence devient de moins en moins réaliste. Ce que connait les apprentis avocats s’applique maintenant les autres professions. Il n’y a qu’a voir le site de génération précaire.

Les avocats ont aussi des maladies professionnelles : toutes celles liées au stress (dépression, etc.). Ces maladies sont de plus en plus communes à beaucoup de salariés du tertiaire. Dans l’industrie, des maladies professionnelles existent, souvent minorées pour éviter les supprimes, mais il ne s’agit pas de faire de la concurrence victimaire. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas reconnues comme telle ou alors les primes d’assurances explosent. A Montpellier, je discutais avec une ancienne avocat qui avait dû arrêter après un accident vasculo-cérébral suite au stress de sa profession. Elle a dû tout réaprendre. Elle attend toujours les versements d’AXA bien qu’elle ait fait un procès. Le cas serait identique en cas d’accident de la route. A ça ! si on mettait tout le monde à la sécu, cela serait bénéfique à certains dont on ne se doute pas.

Maintenant, un (ou une) avocat (ou avocate) qui appelle à voter Buffet... J’en perd mon latin, cela doit être la loi du moment (dura lex, sine lege) ! C’est pas banal. A quand l’huma dans les salles d’attente ?

Mathieu (34).

P.S. : pour ceux qui veulent mener la gérilla contre les bilevesées libérales sur la sécu un site : www.alternative-liberale.fr



de l’utilité des avocats ?????…
31 janvier 2007 - 10h22 - Posté par

certes la vie est dure pour les employés de notaires, huissiers et avocats....
mais faudrait replacer la question par rapport au sens et à l’utilité de ces professions PARASITES ?
voir le site du Barreau de Paris indiquant que les avocats doivent apprendre à "defendre leur part de marché et sortir de la seule image de defenseur et du recours en cas de problèmes"....
ce qui veut dire pratiquement qu’ils veulent se rendre indispensables d’ou incitation à Procédures, et que même en payant une consultation ils vous en dises le moins possible et qu’ils defendent d’abord leurs revenus.
Makhno





Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
1 commentaire
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite