Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
de : Nico, jeune communiste (PCF)
lundi 29 janvier 2007 - 20h30 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Salim Lamrani

Le gouvernement du président vénézuelien Hugo Chávez a décidé de ne pas renouveler la licence du groupe audiovisuel Radio Caracas Televisión (RCTV) qui expirera le 28 mai 2007. Cette décision, tout à fait légale, a suscité une vive polémique au sein de la presse internationale qui s’est faite porte-parole de l’opposition vénézuelienne et a aussitôt dénoncé un cas de « censure [1] ».

RCVT est un groupe privé qui a fait du dénigrement de la politique du gouvernement bolivarien sa principale activité. Hugo Chávez a maintes fois accusé, non sans fondement, les quatre principales chaînes télévisées du pays, Globovisión, Televen, Venevisión et RCTV - qui contrôlent près de 90% du marché et disposent d’un monopole médiatique de facto - de mener une « guerre psychologique » contre son administration. Ces médias ont d’ailleurs ouvertement fait montre d’une hostilité à la limite du fanatisme à l’égard au président vénézuelien dès son arrivée au pouvoir en 1999. Ils n’ont eu de cesse de saper la légitimité du gouvernement et de remettre en cause le soutien populaire dont il bénéficie indéniablement. Les médias privés ont invité de manière constante dans leurs programmes des opposants de l’oligarchie et des militaires insurgés qui prônent la subversion et le renversement de l’ordre constitutionnel [2].

Marcel Granier, président du groupe 1BC qui contrôle une quarantaine de chaînes de radio et de télévision à travers le pays et propriétaire de RCTV, a dénoncé une violation des droits de la chaîne. « Cette position est illégale, viole les droits et porte atteinte à la liberté d’expression et aux droits de l’homme », s’est-il plaint. Pourtant, la loi vénézuelienne stipule que les fréquences d’émission appartiennent à l’Etat, qui dispose du droit de concession, alors que les infrastructures, le matériel et le siège des chaînes sont de propriété privée [3].

Le gouvernement vénézuelien a immédiatement répliqué aux accusations du président de RCTV : « Marcel Granier s’est consacré à bafouer les droits des usagers [...] se croyant au-dessus de l’Etat de droit et c’est la raison pour laquelle il ne remplit pas les conditions pour opérer une télévision de fréquence ouverte ». Selon ses termes, la deuxième chaîne sera désormais le patrimoine de tout le peuple et non pas seulement de petits groupes de « l’oligarchie médiatique [4] ».

Mais ce n’est pas l’opposition affirmée de RCTV qui a conduit les autorités du pays à prendre la décision de ne pas renouveler la concession à la plus ancienne chaîne de la nation. La principale raison est la suivante : RCVT a participé au coup d’Etat contre le président Hugo Chávez le 11 avril 2002. « Le rôle déterminant de RCTV durant [le] coup d’Etat de 2002 doit être rappelé », a souligné William Lara, le ministre de la Communication et de l’Information qui a ajouté que « cette attitude irresponsable n’a pas changé à RCTV [5] ».

La participation de RCVT à la rupture constitutionnelle d’avril 2002 avait été telle que son responsable de production, Andrés Izarra, opposé au putsch, avait aussitôt démissionné pour ne pas se rendre complice du coup de force. Lors d’un témoignage à l’Assemblée nationale, Izarra avait indiqué que le jour du coup d’Etat et les jours suivants il avait reçu l’ordre formel de Granier de « ne transmettre aucune information sur Chávez, ses partisans, ses ministres ou n’importe quelle autre personne qui pourrait être en relation avec lui [6] ».

William Lara a signalé que la décision prise par le gouvernement s’agissait « d’un fait irréversible dont le fondement constitutionnel, légal et réglementaire est tout à fait indiscutable ». Le ministre a tenu à affirmer qu’aucun danger ne pesait sur la liberté de la presse : « La croissance du nombre de stations de radio, de télévision, de journaux, de revues, de pages Internet et leur diversité d’orientation politique, est la garantie la plus sure que les Vénézueliens continueront à bénéficier d’une information plurielle [7] ».

Le président Chávez a souligné que RCTV ne remplissait pas les conditions pour « recevoir de nouveau la concession d’un Etat sérieux, responsable et engagé avec un peuple ». Selon lui, « le bon journalisme et la liberté d’expression » étaient menacés par des médias tels que RCVT. La fréquence de la chaîne pourrait bénéficier à un groupe de médias communautaires ce qui permettra de démocratiser le spectre télévisuel et surtout, selon Chávez, de « donner du pouvoir au peuple, du pouvoir communicationnel à ceux qui n’ont quasiment jamais la parole [8] ».

La population vénézuelienne a accueilli positivement la nouvelle. Elle n’a jamais vraiment pardonné aux médias privés leur tentative de renverser le président qu’elle avait démocratiquement porté au pouvoir et à qui elle a renouvelé sa confiance lors de 12 processus électoraux consécutifs. La majorité avait unanimement condamné le comportement des télévisions privées qui, au lieu d’informer du retour de Chávez le 13 avril 2002, avaient passé en boucle des films et des dessins animés. Selon Bárbara Vecci du Comité des usagers des moyens de communication (Cumeco), la fréquence « doit s’ouvrir à des coopératives de journalistes et de producteurs nationaux indépendants ». Pour elle, ce sont les médias privés « qui bâillonnent la liberté d’expression », exprimant ainsi un sentiment largement partagé par les citoyens du pays [9].

Suite aux fortes pressions émises par Washington, l’Organisation des Etats américains (OEA) s’est rangé du côté du conglomérat médiatique. Elle a fustigé la décision du gouvernement vénézuelien par le biais de son secrétaire général, José Miguel Insulza, intervenant ainsi dans les affaires internes du Venezuela et violant, par la même occasion, l’Article 2 de la Charte de l’OEA. « L’adoption d’une mesure administrative pour fermer une chaîne d’information donne l’impression d’une forme de censure contre la liberté d’expression », a affirmé la déclaration officielle [10].

Le ministère des Affaires étrangères a condamné les propos du secrétaire général Insulza, l’accusant de céder à des demandes et pressions de secteurs nationaux et internationaux opposés au président Chávez. Il a exigé de sa part de montrer plus de respect envers les décisions légitimes du gouvernement et a reproché à Insulza de « falsifier la réalité » sur le cas RCTV  :

« Le secrétaire général critique indûment le fait qu’un pays membre de l’Organisation des Etats américains exerce pleinement ses attributions et refuse de céder au chantage des vrais ennemis de la liberté d’expression, du droit du peuple à être vraiment informé et de la démocratie elle-même, parmi lesquels se trouvent les propriétaires de cette entreprise, qui ont été les promoteurs de vaines tentatives de renverser un gouvernement légitime, incitant à la haine et à la violence et promouvant le sabotage économique.

Il est inquiétant que le secrétaire général de la OEA, au lieu de défendre un gouvernement légitime et démocratique, comme celui du Venezuela, se fasse l’écho d’accusations infondées qui proviennent des médias qui de toute évidence ont dénaturé leur fonction sociale, brisant ainsi l’éthique journalistique et qui ont attenté de manière permanente contre les institutions démocratiques vénézueliennes [11] ».

Le président Chávez a également dénoncé cette ingérence. « Maintenant, il vient nous dire que le gouvernement vénézuelien ne devrait pas exécuter la décision de ne pas renouveler la concession à RCTV », a-t-il remarqué en référence à Insulza. Il a regretté les menaces voilées de l’OEA qui avait affirmé que la décision aurait des « implications politiques ». « Un secrétaire général qui s’abaisse à ce niveau devrait abandonner son poste par dignité [...]. J’espère le croiser à Managua [lors de l’investiture officielle du président du Nicaragua, Daniel Ortega]. Je lui dirai ce que je pense devant les présidents et le monde », a-t-il ajouté en rappelant que le Venezuela était une nation libre et souveraine [12].

Un secteur de la hiérarchie ecclésiastique lié à l’opposition a également critiqué la décision gouvernementale. Chávez a une nouvelle fois répondu à ces critiques : « L’Etat respecte l’Eglise, l’Eglise doit respecter l’Etat. Je ne veux pas revenir aux temps de la confrontation avec les évêques vénézueliens, mais ce n’est pas mon choix, c’est celui des évêques vénézueliens [13] ». Le président vénézuelien en a profité pour souligner les contradictions de l’Eglise : « Comment comprendre cette hiérarchie catholique qui est incapable de critiquer le coup d’Etat d’avril 2002 ? Ils ne l’ont jamais critiqué et n’ont pas non plus critiqué ce qu’ont fait ces chaînes. Ils ne l’ont jamais critiqué. Je n’ai pas vu un seul évêque vénézuelien critiquer le coup d’Etat  [14] ».

Accuser le gouvernement bolivarien de porter atteinte à la liberté de la presse ferait sourire n’importe quel connaisseur de la réalité vénézuelienne et du rôle pernicieux des médias privés du pays. Depuis l’élection de Hugo Chávez au pouvoir, une seule chaîne de télévision a été temporairement fermée pour des raisons politiques. Il s’agit du Canal 8 qui a été clos entre le 11 et le 13 avril 2002 par... la junte fasciste responsable du fameux coup d’Etat de 47 heures, action qui avait été chaleureusement applaudie à l’époque par... RCTV. [15]

Durant la campagne électorale de 2006, Hugo Chávez avait lancé l’idée de soumettre le renouvellement des concessions des chaînes privées à un référendum populaire. Au lieu d’être saluée, cette initiative démocratique semble inquiéter les propriétaires des médias commerciaux, la presse internationale et Washington. Craindraient-ils la volonté populaire ? Dans toute démocratie digne de ce nom, le peuple n’est-il pas souverain ?

La véritable question n’est pas de se demander si l’affaire RCTV constitue ou non un cas de censure car, au vu des faits, une telle accusation est dénuée de tout fondement. L’interrogation qui aurait dû faire la une de tous les médias internationaux est la suivante : Comment est-il possible que Globovisión, Televen, Venevisión et RCTV, qui ont toutes participé activement au coup d’Etat contre le président Chávez soient toujours sous le contrôle des putschistes ? Qu’adviendrait-il de leur sort si les chaînes françaises TF1, Canal + et M6, par exemple, soutenaient ouvertement le renversement du président Jacques Chirac ?



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
29 janvier 2007 - 23h53

En lisant cet article, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que c’est pas l’UMP qui va reprocher aux journalistes des chaines de télévisions en France de tenter de faire vaciller le pouvoir en place...

La conclusion reflète exactement mon avis.
Et on peut aussi parler du CSA, qui est un organe de censure dont personne ne se plaint.

Donc Nico, jeune communiste, on est d’accord.
(mais sinon le nucléaire ça craint)

jyd.



Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 08h40

Dans une lettre ouverte à Chavez, l’ONG "Reporters sans frontières" s’inquiète des dérives du régime en matière de liberté d’expression. "Reporters sans frontières s’inquiète de récentes mesures gouvernementales et judiciaires dirigées contre certains médias privés. Notre organisation craint que ces précédents ne soient préjudiciables à la liberté de la presse et la liberté d’expression dans votre pays".



Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 11h03 - Posté par

RSF est toujours très fort pour dénoncer les régimes qui ne lui plaît pas... par contre les censures en France ou aux USA, ou encore l’interdiction de faire une référence explicite "à toute forme collectivisation de l’économie" pour les partis politiques -et leur presse - en République Tchèque, là RSF se taît...

Deux poids deux mesures dans la "liberté de la presse"...

Ulrich Savary.


Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 23h21 - Posté par

Sauf que ..... Les droits d exploitation de la fréquence cessent en 2007 ....

Et le role de cette radio ds le puchs DE 2002 est clairement etablie ....

Les venezueliens et Chavez on eté patient ils ont attendu la fin LEGALE d emettre Pour reprendre la fréquence ....

A vous écouter on aurait du en 44 garder radio Paris et jean hérod Paquis ..... !!!

Et un "Dictateur" gagnant 8 élections de suite ..... avec observeteurs internationaux presents et sans aucune contestation c est pas mal je trouve ....

CF Vitry 94





VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite