Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
de : Nico, jeune communiste (PCF)
lundi 29 janvier 2007 - 20h30 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Salim Lamrani

Le gouvernement du président vénézuelien Hugo Chávez a décidé de ne pas renouveler la licence du groupe audiovisuel Radio Caracas Televisión (RCTV) qui expirera le 28 mai 2007. Cette décision, tout à fait légale, a suscité une vive polémique au sein de la presse internationale qui s’est faite porte-parole de l’opposition vénézuelienne et a aussitôt dénoncé un cas de « censure [1] ».

RCVT est un groupe privé qui a fait du dénigrement de la politique du gouvernement bolivarien sa principale activité. Hugo Chávez a maintes fois accusé, non sans fondement, les quatre principales chaînes télévisées du pays, Globovisión, Televen, Venevisión et RCTV - qui contrôlent près de 90% du marché et disposent d’un monopole médiatique de facto - de mener une « guerre psychologique » contre son administration. Ces médias ont d’ailleurs ouvertement fait montre d’une hostilité à la limite du fanatisme à l’égard au président vénézuelien dès son arrivée au pouvoir en 1999. Ils n’ont eu de cesse de saper la légitimité du gouvernement et de remettre en cause le soutien populaire dont il bénéficie indéniablement. Les médias privés ont invité de manière constante dans leurs programmes des opposants de l’oligarchie et des militaires insurgés qui prônent la subversion et le renversement de l’ordre constitutionnel [2].

Marcel Granier, président du groupe 1BC qui contrôle une quarantaine de chaînes de radio et de télévision à travers le pays et propriétaire de RCTV, a dénoncé une violation des droits de la chaîne. « Cette position est illégale, viole les droits et porte atteinte à la liberté d’expression et aux droits de l’homme », s’est-il plaint. Pourtant, la loi vénézuelienne stipule que les fréquences d’émission appartiennent à l’Etat, qui dispose du droit de concession, alors que les infrastructures, le matériel et le siège des chaînes sont de propriété privée [3].

Le gouvernement vénézuelien a immédiatement répliqué aux accusations du président de RCTV : « Marcel Granier s’est consacré à bafouer les droits des usagers [...] se croyant au-dessus de l’Etat de droit et c’est la raison pour laquelle il ne remplit pas les conditions pour opérer une télévision de fréquence ouverte ». Selon ses termes, la deuxième chaîne sera désormais le patrimoine de tout le peuple et non pas seulement de petits groupes de « l’oligarchie médiatique [4] ».

Mais ce n’est pas l’opposition affirmée de RCTV qui a conduit les autorités du pays à prendre la décision de ne pas renouveler la concession à la plus ancienne chaîne de la nation. La principale raison est la suivante : RCVT a participé au coup d’Etat contre le président Hugo Chávez le 11 avril 2002. « Le rôle déterminant de RCTV durant [le] coup d’Etat de 2002 doit être rappelé », a souligné William Lara, le ministre de la Communication et de l’Information qui a ajouté que « cette attitude irresponsable n’a pas changé à RCTV [5] ».

La participation de RCVT à la rupture constitutionnelle d’avril 2002 avait été telle que son responsable de production, Andrés Izarra, opposé au putsch, avait aussitôt démissionné pour ne pas se rendre complice du coup de force. Lors d’un témoignage à l’Assemblée nationale, Izarra avait indiqué que le jour du coup d’Etat et les jours suivants il avait reçu l’ordre formel de Granier de « ne transmettre aucune information sur Chávez, ses partisans, ses ministres ou n’importe quelle autre personne qui pourrait être en relation avec lui [6] ».

William Lara a signalé que la décision prise par le gouvernement s’agissait « d’un fait irréversible dont le fondement constitutionnel, légal et réglementaire est tout à fait indiscutable ». Le ministre a tenu à affirmer qu’aucun danger ne pesait sur la liberté de la presse : « La croissance du nombre de stations de radio, de télévision, de journaux, de revues, de pages Internet et leur diversité d’orientation politique, est la garantie la plus sure que les Vénézueliens continueront à bénéficier d’une information plurielle [7] ».

Le président Chávez a souligné que RCTV ne remplissait pas les conditions pour « recevoir de nouveau la concession d’un Etat sérieux, responsable et engagé avec un peuple ». Selon lui, « le bon journalisme et la liberté d’expression » étaient menacés par des médias tels que RCVT. La fréquence de la chaîne pourrait bénéficier à un groupe de médias communautaires ce qui permettra de démocratiser le spectre télévisuel et surtout, selon Chávez, de « donner du pouvoir au peuple, du pouvoir communicationnel à ceux qui n’ont quasiment jamais la parole [8] ».

La population vénézuelienne a accueilli positivement la nouvelle. Elle n’a jamais vraiment pardonné aux médias privés leur tentative de renverser le président qu’elle avait démocratiquement porté au pouvoir et à qui elle a renouvelé sa confiance lors de 12 processus électoraux consécutifs. La majorité avait unanimement condamné le comportement des télévisions privées qui, au lieu d’informer du retour de Chávez le 13 avril 2002, avaient passé en boucle des films et des dessins animés. Selon Bárbara Vecci du Comité des usagers des moyens de communication (Cumeco), la fréquence « doit s’ouvrir à des coopératives de journalistes et de producteurs nationaux indépendants ». Pour elle, ce sont les médias privés « qui bâillonnent la liberté d’expression », exprimant ainsi un sentiment largement partagé par les citoyens du pays [9].

Suite aux fortes pressions émises par Washington, l’Organisation des Etats américains (OEA) s’est rangé du côté du conglomérat médiatique. Elle a fustigé la décision du gouvernement vénézuelien par le biais de son secrétaire général, José Miguel Insulza, intervenant ainsi dans les affaires internes du Venezuela et violant, par la même occasion, l’Article 2 de la Charte de l’OEA. « L’adoption d’une mesure administrative pour fermer une chaîne d’information donne l’impression d’une forme de censure contre la liberté d’expression », a affirmé la déclaration officielle [10].

Le ministère des Affaires étrangères a condamné les propos du secrétaire général Insulza, l’accusant de céder à des demandes et pressions de secteurs nationaux et internationaux opposés au président Chávez. Il a exigé de sa part de montrer plus de respect envers les décisions légitimes du gouvernement et a reproché à Insulza de « falsifier la réalité » sur le cas RCTV  :

« Le secrétaire général critique indûment le fait qu’un pays membre de l’Organisation des Etats américains exerce pleinement ses attributions et refuse de céder au chantage des vrais ennemis de la liberté d’expression, du droit du peuple à être vraiment informé et de la démocratie elle-même, parmi lesquels se trouvent les propriétaires de cette entreprise, qui ont été les promoteurs de vaines tentatives de renverser un gouvernement légitime, incitant à la haine et à la violence et promouvant le sabotage économique.

Il est inquiétant que le secrétaire général de la OEA, au lieu de défendre un gouvernement légitime et démocratique, comme celui du Venezuela, se fasse l’écho d’accusations infondées qui proviennent des médias qui de toute évidence ont dénaturé leur fonction sociale, brisant ainsi l’éthique journalistique et qui ont attenté de manière permanente contre les institutions démocratiques vénézueliennes [11] ».

Le président Chávez a également dénoncé cette ingérence. « Maintenant, il vient nous dire que le gouvernement vénézuelien ne devrait pas exécuter la décision de ne pas renouveler la concession à RCTV », a-t-il remarqué en référence à Insulza. Il a regretté les menaces voilées de l’OEA qui avait affirmé que la décision aurait des « implications politiques ». « Un secrétaire général qui s’abaisse à ce niveau devrait abandonner son poste par dignité [...]. J’espère le croiser à Managua [lors de l’investiture officielle du président du Nicaragua, Daniel Ortega]. Je lui dirai ce que je pense devant les présidents et le monde », a-t-il ajouté en rappelant que le Venezuela était une nation libre et souveraine [12].

Un secteur de la hiérarchie ecclésiastique lié à l’opposition a également critiqué la décision gouvernementale. Chávez a une nouvelle fois répondu à ces critiques : « L’Etat respecte l’Eglise, l’Eglise doit respecter l’Etat. Je ne veux pas revenir aux temps de la confrontation avec les évêques vénézueliens, mais ce n’est pas mon choix, c’est celui des évêques vénézueliens [13] ». Le président vénézuelien en a profité pour souligner les contradictions de l’Eglise : « Comment comprendre cette hiérarchie catholique qui est incapable de critiquer le coup d’Etat d’avril 2002 ? Ils ne l’ont jamais critiqué et n’ont pas non plus critiqué ce qu’ont fait ces chaînes. Ils ne l’ont jamais critiqué. Je n’ai pas vu un seul évêque vénézuelien critiquer le coup d’Etat  [14] ».

Accuser le gouvernement bolivarien de porter atteinte à la liberté de la presse ferait sourire n’importe quel connaisseur de la réalité vénézuelienne et du rôle pernicieux des médias privés du pays. Depuis l’élection de Hugo Chávez au pouvoir, une seule chaîne de télévision a été temporairement fermée pour des raisons politiques. Il s’agit du Canal 8 qui a été clos entre le 11 et le 13 avril 2002 par... la junte fasciste responsable du fameux coup d’Etat de 47 heures, action qui avait été chaleureusement applaudie à l’époque par... RCTV. [15]

Durant la campagne électorale de 2006, Hugo Chávez avait lancé l’idée de soumettre le renouvellement des concessions des chaînes privées à un référendum populaire. Au lieu d’être saluée, cette initiative démocratique semble inquiéter les propriétaires des médias commerciaux, la presse internationale et Washington. Craindraient-ils la volonté populaire ? Dans toute démocratie digne de ce nom, le peuple n’est-il pas souverain ?

La véritable question n’est pas de se demander si l’affaire RCTV constitue ou non un cas de censure car, au vu des faits, une telle accusation est dénuée de tout fondement. L’interrogation qui aurait dû faire la une de tous les médias internationaux est la suivante : Comment est-il possible que Globovisión, Televen, Venevisión et RCTV, qui ont toutes participé activement au coup d’Etat contre le président Chávez soient toujours sous le contrôle des putschistes ? Qu’adviendrait-il de leur sort si les chaînes françaises TF1, Canal + et M6, par exemple, soutenaient ouvertement le renversement du président Jacques Chirac ?



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
29 janvier 2007 - 23h53

En lisant cet article, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que c’est pas l’UMP qui va reprocher aux journalistes des chaines de télévisions en France de tenter de faire vaciller le pouvoir en place...

La conclusion reflète exactement mon avis.
Et on peut aussi parler du CSA, qui est un organe de censure dont personne ne se plaint.

Donc Nico, jeune communiste, on est d’accord.
(mais sinon le nucléaire ça craint)

jyd.



Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 08h40

Dans une lettre ouverte à Chavez, l’ONG "Reporters sans frontières" s’inquiète des dérives du régime en matière de liberté d’expression. "Reporters sans frontières s’inquiète de récentes mesures gouvernementales et judiciaires dirigées contre certains médias privés. Notre organisation craint que ces précédents ne soient préjudiciables à la liberté de la presse et la liberté d’expression dans votre pays".



Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 11h03 - Posté par

RSF est toujours très fort pour dénoncer les régimes qui ne lui plaît pas... par contre les censures en France ou aux USA, ou encore l’interdiction de faire une référence explicite "à toute forme collectivisation de l’économie" pour les partis politiques -et leur presse - en République Tchèque, là RSF se taît...

Deux poids deux mesures dans la "liberté de la presse"...

Ulrich Savary.


Hugo Chávez et RCTV : censure ou décision légitime ?
30 janvier 2007 - 23h21 - Posté par

Sauf que ..... Les droits d exploitation de la fréquence cessent en 2007 ....

Et le role de cette radio ds le puchs DE 2002 est clairement etablie ....

Les venezueliens et Chavez on eté patient ils ont attendu la fin LEGALE d emettre Pour reprendre la fréquence ....

A vous écouter on aurait du en 44 garder radio Paris et jean hérod Paquis ..... !!!

Et un "Dictateur" gagnant 8 élections de suite ..... avec observeteurs internationaux presents et sans aucune contestation c est pas mal je trouve ....

CF Vitry 94





Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
3 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La critique de la religion détrompe l'homme, afin qu'il pense, qu'il agisse, qu'il forge sa réalité en homme détrompé et revenu à la raison, afin qu'il gravite autour de lui-même, c'est-à-dire autour de son véritable soleil. La religion n'est que le soleil illusoire, qui gravite autour de l'homme tant que l'homme ne gravite pas autour de lui-même. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite