Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

DROIT DE GREVE ET SERVICE PUBLIC


de : Collectif Bellaciao
vendredi 6 février 2004 - 00h40 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

(Contribution de Patrick MIGNARD)

Lors de chaque mouvement de grève, dans les services publics, revient sur le tapis la question du « service minimum ». Appelé de ses v ?ux par la droite, gênant aux entournures la gauche, hérissant au delà du supportable les organisations syndicales, souhaité par une partie des usagers qui trépignent sur les quais de gare, les pouvoirs publics ne savent pas trop comment traiter le problème.

Coincée entre le droit de grève, qui est constitutionnel, et la continuité du service public, qui l’est aussi, la garantie de l’un risque de limiter l’exercice de l’autre. On ne voit pas très bien comment on pourrait assurer la continuité du service public sans limiter le droit de grève, puisque la grève c’est justement un « arrêt collectif du travail ayant pour but de faire pression sur l’employeur en bloquant la production ». Il y a donc là, et le gouvernement actuel l’a bien vu, un point de levier pour remettre en question le droit de grève, sinon totalement et dans son principe, du moins dans certains cas ? ce qui peut évidemment constituer un début.

Cette situation existe depuis 1945, date à laquelle ont été créés les grands services publics mais, la situation a pris une réelle ampleur du fait, d’une part du développement colossal des transports publics, lié à l’éloignement toujours plus grand du lieu de travail par rapport au domicile mais aussi, du fait de la dégradation importante des entreprises de services publics lié à la marchandisation et rentabilisation de celles-ci. Une grève dans les chemins de fer ou le métro est devenu un phénomène social tellement elle est perturbante.

L’attitude du gouvernement dans cette situation de conflit est parfaitement logique. Il se doit de « gérer » le mécontentement des usagers (qui est une réalité que l’on aurait tort de négliger ? je vais y revenir) qui sont les principaux gênés et ce d’autant plus qu’il est le premier concerné puisque garant de la gestion de ces entreprises il a des comptes à rendre sur les raisons du conflit, d’autant plus également que ce sont des électeurs-trices. Mais, et là est l’astuce, en mettant en avant le « mécontentement des usagers » il arrive à dévier le problème et à ne braquer les projecteurs que sur les conséquences et jamais sur les causes faisant ainsi assaut d’une démagogie d’une incontestable efficacité. Il en rajoute même (et pourquoi se gêner ?) en montrant du doigt ces « salariés-privilégiés-qui-ont-un-emploi-et-la-sécurité-de-cet-emploi ». Il peut ainsi dévier le coup porté par les grévistes et en faire une arme offensive contre eux.

C’est dans ce contexte que se pose, qu’il pose, la question, non pas de la « limitation du droit de grève » (vision négative), mais ce qui est, nous l’avons vu, de fait la même chose, la « garantie d’un service minimum » (vision positive). Aucun gouvernement n’avait osé s’attaquer de front à ce problème. La Droite par crainte d’une généralisation et d’un durcissement du conflit. La Gauche, pour préserver son fond de commerce électoral et pour ne pas être soupçonnée de faire une politique de Droite que la Droite n’a d’ailleurs jamais fait ? jusqu’à présent.

Aujourd’hui le gouvernement C.R.S sait qu’il peut gagner sur des questions importantes et sensibles ? l’exemple des « Retraites » a montré que la mobilisation sociale, dans sa forme actuelle, ne faisait pas le poids face à sa politique ? et ce d’autant plus que le front syndical est brisé, la Gauche est devenue sénile, quand elle n’est pas « collabo », et que sur cette question (le « service minimum ») il aura de son côté une partie de l’opinion publique. C’est donc, pour lui, le moment ou jamais.

Les syndicats sont paraît-il décidés à aller au conflit dur sur cette question ? faudra juger sur pièce !.. Ils sont il est vrai les premiers concernés, la grève, depuis la fin du 19e siècle est leur principale modalité d’action., c’est même leur « fond de commerce militant » ? s’ils ne peuvent plus in fine, dans un conflit, menacer de la grève, on leur coupe les ailes ou on leur lime les dents.

Mais tout compte fait est ce si vrai que ça ? Méfions nous des évidences.

La grève c’est l’« arrêt collectif du travail pour faire pression sur l’employeur ». Il est vrai qu’au 19e siècle, dans un système marchand qui se structure, cette action est d’une efficacité qui peut-être, et qui est souvent, redoutable, surtout si elle est générale et à fortiori insurrectionnelle ? et ce n’est pas un hasard si le mouvement ouvrier à absolument tenu à en faire un droit ? c’était, et c’est demeuré durant des décennies, une garantie pour les salariés. Durant le 20e siècle c’est resté une arme efficace, surtout dans un système fondé sur des Etats-nation, c’est-à-dire ayant une relative indépendance économique.

On peut légitimement se poser la question de savoir si, la mondialisation marchande, telle que nous la connaissons aujourd’hui, n’a pas modifié la donne, autrement dit si de manière générale, les luttes traditionnelles des salariés et la grève en particulier, sont adaptées aux nouveaux développements du système. La réduction massive de la masse des salariés dans la production, l’élimination dans les pays développés des secteurs à forte proportion de main d’ ?uvre et la tendance générale à la délocalisation, relativisent grandement l’efficacité du recours à la grève.

Dans les services publics, le recours à la grève perturbe plus la masse des usagers que l’Etat patron qui nous l’avons vu peut tactiquement utiliser la grève comme moyen de pression sur les salariés, via les usagers. D’autre part, les marges de man ?uvres de plus en plus étroites du patronat et de l’Etat du fait de la concurrence mondiale les incitent à ne pas céder à ce genre de pression et à laisser pourrir la situation ? ce qui est à peu prés le cas de tous les conflits actuels. Enfin, la « précarisation de l’emploi » et sa probable institutionnalisation dans les nouveaux contrats de travail conconctés par le gouvernement et le MEDEF sont rendre le recours à la grève de plus en plus difficile.

Ceci veut dire qu’il faille, tout en défendant bien sûr le principe du droit de grève qui est et demeure un acquis, « inventer » de nouvelles formes de luttes, adaptées aux nouvelles conditions de fonctionnement du système marchand.

Les bureaucraties des organisations syndicales traditionnelles sont bien évidemment incapables de « repenser » les formes de la lutte salariale. Totalement conservatrices et archaïques dans leurs objectifs et plus ou moins compromises dans la gestion du système, elles incitent et laissent se reproduire des formes de luttes qu’elles savent inefficaces, déconsidérant par là même le mouvement syndical en perte de vitesse dans tous les secteurs.

Quelles nouvelles formes pourraient prendre les luttes ?

Elles devraient répondre à deux objectifs : d’une part se référer aux mécanismes actuels du fonctionnement du système, d’autre part intégrer une dimension de changement social, enfin s’élaborer à l’échelle internationale.

1-Les mécanismes actuels du système : On assiste à une « marchandisation » généralisée, en particulier concernant les services publics, c’est donc à ce niveau qu’il faut agir. L’important n’est pas d’arrêter la production ? ce qui ne changera rien, mais de rendre obsolète le statut de la marchandise en produisant non plus « pour vendre » mais « pour son usage ». En d’autre terme mettre à disposition gratuitement la production : dans les chemins de fer en faisans voyager gratuitement, avec l’électricité en, par exemple, tarifant au tarif de nuit durant toute la journée, ? la lutte sera populaire et posera le vrai problème de fond.

2- Une dimension de changement social : de telles formes de luttes augurent du changement social en ce sens qu’elles remettent en question le « statut » marchandise de la production autrement que dans des discours de principe. S’il s’agit de lutter contre la marchandise c’est comme cela qu’il faut s’y prendre, pas en la reproduisant mécaniquement suivant le modèle que l’on conteste.

3- Coordonner ce genre de lutte internationalement pour des raisons évidentes liées à la mondialisation du système, au moins dans un premier temps à l’échelle européenne.

Ces luttes, ces nouvelles formes de luttes, ne peuvent se mener qu’avec, solidairement, les usagers, ce qui leur donne une dimension citoyenne nouvelle. Le rapport de force est d’une autre nature et porteur de nouvelles perspectives ? y compris sur le plan politique. C’est bien sûr à chaque secteur, à chaque branche de réfléchir aux nouvelles modalités de luttes.

La mise en place de telles modalités de lutte ne se fera pas sans mal, du côté « syndical officiel » qui dans sa myopie criera à l’aventurisme, mais aussi de l’Etat et du patronat qui verra tout de suite le danger. Mais, de même que les salariés ont du, au 19e siècle, lutter dur pour faire reconnaître le droit de grève, la lutte sera dure pour imposer ces nouvelles formes de luttes sociales ? mais comme nous venons de le dire, ce ne sera pas l’affaire des seuls salariés, mais une véritable action citoyenne.

Ce n’est qu’à cette seule condition que nous pourrons dépasser les divisions stériles et l’impuissance permanente du mouvement social. Alors oui, un autre monde sera possible.

Patrick MIGNARD

05.02.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> DROIT DE GREVE ET SERVICE PUBLIC
28 septembre 2004 - 20h42

J’ai lu avec intérêt votre cycle d’articles .

Je pense que nous ne devons pas oublier que nous sommes des consommateurs de biens marchands, de biens communs dévoyés de leur but, et que nos modestes avoirs cumulés constituent par leur masse un pouvoir .

Je pense aussi qu’internet est un lieu qui bien utilisé peut permettre une rapide information et une grande réactivité de groupes mobilisés sur un sujet . Je ne suis pas certaine que les "syndicats" n’aient pas leur rôle à jouer dans cette partie.

Je tatonne très modestement de mon coté avec un site perso qui se tient à jour dans le domaine prud’homal car je suis conseillère avec l’aide d’un syndicat qui a bien voulu autoriser l’utilisation partielle de ses analyses. (www.prudhommes-isere.com , le seul .com qui ne vend rien mais qui essaye de rappeler aux salariés qu’ils ont aussi des droits collectivement et qu’il faut aussi passer de la défense des droits individuels aux droits collectifs, par les délégués du personnel notamment : petit à petit les équipes de terrain de toutes obédiences viennent à la "pêche" de ces informations, se battent je l’espère mieux aussi au quotidien , et si le patronat regarde ce site et plus encore s’il suit certains préceptes, ce n’est pas un mal.)

Notre droit du travail aussi est un "bien commun" et ce n’est pas normal qu’on ne puisse s’informer sans bourse délier : j’espère que s’agrègeront un jour quelques volontaires pour améliorer ce travail.



> DROIT DE GREVE ET SERVICE PUBLIC
29 septembre 2004 - 10h07 - Posté par

Jesuis bien d’accord... Je suis allé faire un tour sur votre site... c’est de l’excellent boulot !...

P.M





Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
1 commentaire
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
1 commentaire
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
3 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
2 commentaires
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
2 commentaires
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite