Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pénurie organisée : L’oligarchie vénézuelienne tente de provoquer une crise alimentaire
de : par Salim LAMRANI
mardi 13 mars 2007 - 23h24 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 45.2 ko

de Salim Lamrani*

Soutenus par Washington, les grands propriétaires du Venezuela ont entrepris de déstabiliser la République bolivarienne en provoquant une crise alimentaire. Un cartel agroalimentaire organise la pénurie. Les prix au détail ont augmenté jusqu’à 245 %, selon les produits. Le président Hugo Chávez envisage de nationaliser cette filière.

L’oligarchie vénézuelienne, opposée aux réformes économiques et sociales du président Chávez, tente de nouveau de déstabiliser la nation en spéculant sur les prix des produits de première nécessité. Après le coup d’État d’avril 2002 et le sabotage pétrolier de décembre 2002, l’élite souhaite provoquer une crise alimentaire et déclencher des troubles dans le pays.

Les hypermarchés vénézueliens ont augmenté de manière démesurée le prix des produits de base tels que la viande, le sucre et les céréales, les rendant inaccessibles à la population et créant ainsi de sérieuses difficultés alimentaires.

Selon la Banque centrale du Venezuela (BCV), près d’un quart du panier de la ménagère est affecté par l’inflation artificielle qui touche en premier lieu les couches les plus modestes. Ainsi, les prix se sont accrus en moyenne de 66% et, dans certains cas, ont plus que doublés. Par exemple, le prix du poulet a subi une inflation de 110% et celui du fromage de 245% [1]. « La hausse qui a été observée sur le prix de la viande depuis janvier et dans la première semaine de février est due à l’intérêt de quelques distributeurs à maximiser les profits, étant donné que les Vénézueliens ont actuellement un plus grand pouvoir d’achat », a expliqué María Cristina Iglesias, ministre du Pouvoir populaire pour les industries légères et le commerce [2].

Le gouvernement a immédiatement pris des mesures en signalant que les prix devaient respecter la régulation en vigueur depuis 2005. « Celui qui ne respectera pas les prix fixés et régulés du panier de la ménagère devra en payer les conséquences [car] nous ne reculerons pas d’un millimètre » dans la lutte contre la spéculation, a averti le vice-président du pays, Jorge Rodríguez. Un Comité d’inspection sociale pour l’approvisionnement, géré par les communautés, a été créé à cet effet afin de « construire une patrie sans spéculateurs, sans accapareurs et […] sans grèves patronales [3] ».

Plusieurs supermarchés, manipulant les stocks et pratiquant des prix supérieurs à ceux fixés par la loi, ont reçu la visite des inspecteurs et ont été sanctionnés par les autorités. Leurs produits ont été saisis et vendus à leur juste valeur dans les magasins populaires Mercal. « Les spéculateurs sont des délinquants, des criminels et des ennemis du peuple et doivent sentir l’action ferme de la loi », a déclaré William Lara, ministre du Pouvoir populaire pour la communication et l’information. Il a rejeté l’argument de pénurie évoqué par les grandes surfaces et les a accusé d’accaparer les produits [4].

En effet, plusieurs grands magasins ont décidé de suspendre la vente de viande provoquant une crise alimentaire. Le président Chávez a aussitôt réagi et a envoyé un message aux propriétaires des supermarchés les instant à mettre un terme aux spéculations et à garantir la sécurité alimentaire des citoyens. Il a averti qu’il procèderait à la nationalisation des hypermarchés, des abattoirs et des chambres froides qui continueront à vendre des produits de première nécessité au-dessus des prix légaux [5]. « J’ai envoyé des messages aux producteurs, aux intermédiaires des abattoirs, des chambres froides et des magasins d’alimentation. Mais s’ils continuent à violer les intérêts du peuple, la Constitution, les lois, je vais leur retirer leurs chambres froides, les magasins d’alimentation et les abattoirs et je vais les nationaliser », a annoncé le président vénézuelien. Il a invité la population à effectuer les dénonciations nécessaires et tout établissement qui vendra au-dessus des prix fixés sera nationalisé et sa gestion confiée aux conseils communaux. « Nous ferons tout pour atteindre la justice et l’égalité alimentaire », a-t-il conclu [6]

Une loi a été adoptée contre la spéculation et le boycott. La Loi pour la défense populaire établit un strict contrôle des prix et stipule que « les fournisseurs et les établissements qui violeront cette mesure, ou auront recours à des délits de spéculation, accaparement, usure, refuseront de vendre, restreindront la circulation ou la distribution des produits sous un régime de régulation des prix, ainsi que ceux qui réaliseront des pratiques évasives de toute nature ou des autres délits connexes, pour évader les prix maximum de vente au public des produits alimentaires, seront sanctionnés conformément à la Loi [7] ».

L’article 4 souligne également que « tous les biens nécessaires pour développer les activités de production, fabrication, importation, provision, transport, distribution et commercialisation d’aliments ou de produits soumis au contrôle des prix » sont d’utilité publique, permettant ainsi au gouvernement de prendre légalement le contrôle des établissements abandonnés ou fermés, ou pratiquant la spéculation [8].

Le gouvernement bolivarien a malgré tout tenu à faire preuve de sa bonne volonté et a effectué un geste en faveur des producteurs et commerçants. Il a décidé de supprimer la TVA de 14% sur certains produits alimentaires tels que les viandes, le maïs, la mayonnaise, le fromage blanc et l’avoine, ainsi que sur le transport terrestre d’aliments de première nécessité à partir du 1er mars 2007. Cette exonération d’impôt concerne toute la chaîne alimentaire, du producteur jusqu’au commerçant [9].

Cette nouvelle tentative de déstabilisation orchestrée par l’oligarchie vénézuelienne est illustrative à plusieurs égards. Tout d’abord, elle montre que l’élite du pays n’arrive toujours pas à accepter la perte de son pouvoir politique et l’implication de plus en plus grande des citoyens dans la construction d’une démocratie participative et d’une société nouvelle qui se veut inclusive. Elle se trouve également dans l’incapacité d’admettre que le système politique, économique et social du Venezuela est train de changer de manière radicale et que ce processus, entamé en 1999, est désormais irréversible. Enfin, les Vénézueliens doivent rester vigilants car l’opposition, antidémocratique et activement soutenue par Washington, a démontré par le passé qu’elle était prête à tout arriver à ses fins.

Salim Lamrani
Profesor de espanol y joven investigador en la Universidad Denis-Diderot de Paris

[1] Casto Ocando, « Se desata escasez de alimentos en Venezuela », El Nuevo Herald, 9 février 2007.

[2] Agencia Bolivariana de Noticias « Gobierno no permitirá venta de carne a precios superiores a lo regulado », 10 février 2007.

[3] Agencia Bolivariana de Noticias « No vamos a retroceder en la lucha contra la especulación », 11 février 2007.

[4] Casto Ocando, op. Cit.

[5] Aline Leclerc, « Hugo Chávez menace de nationaliser des supermarchés », Le Monde, 15 février 2007

[6] Suhelis Tejero Puntes, « Amenazan con estatizar los comercios », El Universal, 15 février 2007 ; Agencia Bolivariana de Noticias « Serán nacionalizados supermercados y frigoríficos que violen precios regulados », 14 février 2007 ; Casto Ocando, « Chávez amenaza con intervenir comercios de alimentos », El Nuevo Herald, 15 février 2007.

[7] Ibid

[8] Agencia Bolivariana de Noticias « Aprobada en Consejo de Ministros Ley Especial de Defensa Popular », 17 février 2007

[9] Associated Press, « Exoneración de IVA comenzará en marzo en Venezuela », 12 février 2007 ; Agencia Bolivariana de Noticias « Gobierno elimina el IVA a las carnes de bovino y de cerdo », 11 février 2007.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
PENURIE ORGANISEE
14 mars 2007 - 00h43

Si c’est vrai, que Chavez nationalise, c’est encore la meilleure réponse aux gens foireux qui ne veulent pas respecter le verdict populaire !



PENURIE ORGANISEE
14 mars 2007 - 21h34 - Posté par

tout à fait d’accord avec le commentaire précédent !

Merci à l’auteur pour cet article !

Il faut lutter !


PENURIE ORGANISEE
15 mars 2007 - 09h07 - Posté par

Arme alimentaire contre revolution bolivarienne

L’oligarchie vénézuelienne, opposée aux réformes économiques et sociales du président Chávez, tente de nouveau de déstabiliser la nation en spéculant sur les prix des produits de première nécessité. Après le coup d’État d’avril 2002 et le sabotage pétrolier de décembre 2002, l’élite souhaite provoquer une crise alimentaire et déclencher des troubles dans le pays.

Les hypermarchés vénézueliens ont augmenté de manière démesurée le prix des produits de base tels que la viande, le sucre et les céréales, les rendant inaccessibles à la population et créant ainsi de sérieuses difficultés alimentaires. Selon la Banque centrale du Venezuela (BCV), près d’un quart du panier de la ménagère est affecté par l’inflation artificielle qui touche en premier lieu les couches les plus modestes. Ainsi, les prix se sont accrus en moyenne de 66% et, dans certains cas, ont plus que doublés. Par exemple, le prix du poulet a subi une inflation de 110% et celui du fromage de 245% [1].

« La hausse qui a été observée sur le prix de la viande depuis janvier et dans la première semaine de février est due à l’intérêt de quelques distributeurs à maximiser les profits, étant donné que les Vénézueliens ont actuellement un plus grand pouvoir d’achat », a expliqué María Cristina Iglesias, ministre du Pouvoir populaire pour les industries légères et le commerce [2].

Le gouvernement a immédiatement pris des mesures en signalant que les prix devaient respecter la régulation en vigueur depuis 2005. « Celui qui ne respectera pas les prix fixés et régulés du panier de la ménagère devra en payer les conséquences [car] nous ne reculerons pas d’un millimètre » dans la lutte contre la spéculation, a averti le vice-président du pays, Jorge Rodríguez. Un Comité d’inspection sociale pour l’approvisionnement, géré par les communautés, a été créé à cet effet afin de « construire une patrie sans spéculateurs, sans accapareurs et […] sans grèves patronales [3] ».

La suite sur http://www.salutpublic.fr/spip.php?...





Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
3 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite