Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
de : Le Parisien
lundi 26 mars 2007 - 17h52 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 68.1 ko

1. Une campagne a minima

L’échec de la présidentielle de 2002 et ses conséquences financières pour le PCF ont servi de leçon. Robert Hue n’a pas atteint les 5 % et ses frais de campagne n’ont pas été remboursés (5 M€). « Cette fois, nous avons défini une hypothèse basse dès le départ et provisionné des sommes, confirme Jean-Louis Frostin, comptable de formation devenu grand argentier du parti depuis deux ans .

2002 a plombé notre trésorerie, même si la gestion était déjà handicapée par l’endettement. » Le budget pour la présidentielle 2007 alloué à Marie-George Buffet est de 5,5 millions d’euros, quand l’UMP et le PS tablent sur quatre fois plus. En clair, le PCF a déjà anticipé le non-remboursement des frais si jamais sa candidate n’atteignait pas les 5 % au soir du premier tour. Depuis 2003, les sommes sont provisionnées sur les comptes du conseil national. Les fédérations ont aussi mis de l’argent de côté et une souscription publique a été lancée. 800 000 € tombent d’office dans les caisses grâce à l’obtention des 500 signatures.

S’ajoutent les méthodes artisanales. Mardi soir à Montreuil (Seine-Saint-Denis), à la sortie d’une réunion avec les syndicats, une militante tendait une corbeille où chacun pouvait lancer une pièce ou un billet « pour la campagne de Marie-George ». Sur le terrain, pas de dépenses inutiles. 89 % du budget sont réservés à la propagande : réunions publiques, tracts et affiches. Dans cette période d’économies, Francis Parny, coprésident du conseil de campagne, précise : « Nous n’avons pas les moyens de financer une grande campagne publicitaire. » Les journaux de quatre pages ne sont tirés que deux fois par mois. Place du Colonel-Fabien, on a succombé au Web : 132 000 € sont consacrés à Internet et ont permis de recruter deux temps partiels. Au PCF, le coût d’un meeting varie de 45 000 à 70 000 €, soit moitié moins que les shows de Nicolas Sarkozy. Cela dit, le 1er avril, à trois semaines de l’échéance, Marie-George Buffet s’offre le Palais omnisports de Bercy.

2. Mise en place d’un plan de rigueur

Interdits, les 06 et les 0.800 ! Place du Colonel-Fabien, on ne téléphone plus vers les portables depuis les postes fixes. Cette mesure incarne le plan de rigueur du PCF depuis que les finances sont dans le rouge. Les contrats avec les opérateurs de téléphonie ont été renégociés (de 90 000 € annuels à 40 000 €). L’échec de 2002 a accéléré les compressions de postes, rebaptisés « plan de sauvegarde de l’emploi ». Le parti a réduit officiellement le nombre de permanents de 85 à 52 postes. C’est la deuxième vague de licenciements en deux ans. « Ce dernier plan social a concerné 43 salariés », corrige Dominique Andolfatto, chercheur au CNRS, auteur de « PCF : de la mutation à la liquidation » (Editions du Rocher).

La réorganisation du parti passe également par des décisions qui heurtent les principes des militants communistes. Pour rester en vie, le journal « l’Humanité », créé par Jean Jaurès en 1904, en a appelé au grand capital. En 2005, TF 1 et Lagardère ont versé chacun 1 million d’euros au quotidien, qui ne tire plus aujourd’hui qu’à 53 000 exemplaires. 20 % des parts de « l’Huma » sont détenues par la Société Humanité Investissements Pluralisme, où l’on retrouve Hachette, TF 1 et la Caisse d’épargne.

Pour la première fois, le budget 2006 du PCF sera bénéficiaire de 200 000 à 500 000 €. « Mais cette somme sera directement réinvestie dans les campagnes à venir, prévient Jean-Louis Frostin, le trésorier du parti. Cette réorganisation financière a été impulsée par mon prédécesseur, Roland Jacquet. Il y avait le feu. Nous avons dû prendre des mesures de gestion et réfléchir à rationaliser les coûts du siège. »

3. La vente des bijoux de famille

Au 64, boulevard Auguste-Blanqui à Paris (XIIIe), deux immeubles flambant neufs, « du studio au cinq-pièces duplex », proposés par le constructeur Kaufman & Broad, vont remplacer l’espace Marx. « C’était le lieu mythique de l’intelligentsia communiste, se souvient Marc Lazar, professeur à Sciences-po et auteur de l’ouvrage de référence le Communisme, une passion française. Ce bâtiment abritait une bibliothèque, l’Institut de recherches marxistes et de précieux documents d’archives. » La vente de ce lieu historique illustre le déclin du PCF. Pour combler ses trous financiers, le parti est obligé de vendre un patrimoine constitué au sortir de la guerre et contraint de rassembler ses activités place du Colonel-Fabien. « Blanqui » a permis de rembourser deux prêts de 1 million d’euros au total.

« Les besoins en liquidités ont conduit le PCF à céder une bonne partie de son patrimoine immobilier. Quelque dix-huit immeubles ont été vendus ou mis en vente, notamment la propriété de Bazainville, dans les Yvelines, et l’école centrale du parti, à Draveil (Essonne) », détaille Dominique Andolfatto. « Cette dernière opération a rapporté 21 millions d’euros et a permis le désendettement du parti à hauteur de 80 % », confie un membre du conseil national. En province, on profite également de la flambée de l’immobilier. A Rennes, l’ancien secrétaire de la fédération d’Ille-et-Vilaine justifie la démarche : « Nous avons vendu un hôtel particulier du XVIIIe, situé en centre-ville mais trop lourd à entretenir. Nous avons installé notre siège en proche périphérie et réalisé une plus-value de 300 000 €. »

Pour gérer l’ensemble de son patrimoine, le PCF a créé la Société civile immobilière Châteaudun. Contrairement à la rumeur, le siège du PCF à Paris, place du Colonel-Fabien, oeuvre d’Oscar Niemeyer et de Picasso, n’a jamais été hypothéqué. En revanche, le bâtiment est classé monument historique depuis novembre 2006. Cela permet d’envisager des travaux de rénovation subventionnés à 50 % par l’Etat.

4. Des perspectives dans le rouge

C’est une révolution culturelle. Depuis le mois d’octobre jusqu’à février dernier, douze stages ont été organisés pour former 600 militants à la gestion financière au PCF. L’argent n’est plus tabou. La comptabilité est aujourd’hui l’activité dominante de plus d’un millier de militants. « J’ai fait un gros effort de communication sur la politique et l’argent, reconnaît Frostin. On n’imagine pas la politique sans idées, mais sans argent non plus. Imaginez une entreprise qui produit des tables. Si les tables restent sur place, elles ne servent à rien, il faut les transporter. Demander de l’argent aux gens, c’est aussi faire de la politique. »

De mauvais résultats à la prochaine présidentielle ne mettraient pas en péril les comptes du PCF. Mais la bataille des législatives, en juin, et des municipales, l’année prochaine, s’annonce en revanche capitale. Le fonctionnement historique et particulier du PCF dépend en grande partie des revenus que ses élus lui reversent. Ainsi, 36 % du budget du conseil national proviennent-il des indemnités des parlementaires : députés, sénateurs et eurodéputés. « Ils reversent leurs indemnités parlementaires et nous leur donnons de quoi vivre », détaille Michel Laurent, codirecteur de campagne. L’aide d’Etat, environ un tiers du budget (32 %), est composée pour moitié du nombre de voix obtenues aux législatives et pour l’autre moitié du nombre de députés qui siègent à l’Assemblée nationale. Après 2002 et la perte de quinze sièges, le parti a connu une baisse de 42 % de l’aide de l’Etat, soit 3,7 millions d’euros.

« Une des grosses évolutions est que la part des cotisations se réduit très sensiblement, constate Dominique Andolfatto. Aujourd’hui, il y a environ 100 000 militants. En 1981, ils étaient sept fois plus nombreux. » Le recrutement des militants (qui versent chacun 1 % de leur salaire au parti) redevient une préoccupation majeure. Pour renforcer ses comptes et son influence idéologique, le parti a donc réinvesti les entreprises depuis le non au référendum en 2005. Les cellules politiques ont été réactivées à la SNCF, à la RATP ou à la Poste. Syndicaliste CGT à PSA Aulnay, en grève depuis trois semaines, Christian Bonnin compte 39 nouveaux adhérents depuis la création de la cellule... donc autant de cotisations : « Nous avons lâché du terrain et nous essayons maintenant de le reconquérir. »

http://www.leparisien.com/home/info...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 18h22

tout cela nous le savons... une seule chose m’inquiète : pendant que les médias utilisent le "temps" de MGB à parler des finances du parti, ils ne parlent pas de son programme ! Je trouve ça proprement scandaleux, mais cela ne m’étonne pas du Parisien.
Autre question : à quand un papier sur le fric des autres "petits" candidats ? je pense notamment à Bové, puisqu’il est le petit nouveau et fier de n’avoir aucun parti derrière lui... C’est pas le fromage de chèvre qui paie les meeting ??? Bulou



PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 19h06 - Posté par

Je dois dire que je ne peut pas te répondre pour les bovétistes, puisque je suis a la lcr ! Mais pour la lcr, nous avons du mener une politique d’économie drastique ces derniers temps, nous avons lancé souscriptions aprés souscriptions (heureusement elles ont toutes marchées) De fait nous avons de gros probléme de salles (nous sommes obligé de prendre des salles plus petites que l’étiage de notre candidat, ce qui fait qu’on est en général sérré comme des sardines) et nous fonctionnons a l’économie pour les affiches (domage, j’aime bien coller) et les tracts... quand a nos permanents, nous en avons trés peu (moins de 10 sur le plan national) Les locaux sont aussi réduit au strict minimum (la plupart du temps, les sections n’ont pas de locaux propres et nous nous réunissons chez les uns et les autres) Bref, nous vivons a l’économie de bout de chandelle Cela dit, le pcf ne me semble pas avoir de moyens somptueux non plus....

Marc LCR 92 Nanterre


PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 21h26 - Posté par

D’accord Marc,meme galére voire !!!Ca a quand même un avantage:une campagne menée sur le terrain,quartier par quartier,par village,discussions au plus prés,c’est bien ça le militantisme,et avec des gens qui ne repondent pas aux sondages et qui préférent le contact !

Jean Claude des Landes


PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 23h25 - Posté par

pour jean claude et marc, heureusement sur bellaciao mais sur un autre theme, j´ai enfin entendu des gens pc lo lcr et later mondial (mais le blog a ete efface ou je ne sais ou il est , je ne m´y connais pas trop avec ordinateur et internet !) ENFIN des gens de base qui pensent qu´ils nous faut faire un nouveau parti ou nous serions tous ensemble avec nos differences, pour l´argent nous avons un seul bureau et un seul parti ( il reste encore a convaincre les derniers 20% a gauche de venir avec nous) CAR SI ON EST COCO OU COCO-REVOLUTIONNAIRE, la difference ? on peut juste freiner le capitalisme et marx et lenine sont morts ! alors j´espere que la france va faire le meme chemin que l´allemagne ; quand on aura 60% alors on pourra faire 3 partis dans 1000 ans ! maintenant sur un projet commun et un parti ( a droite ils rigolent , egal quel pays d´europe) LES GAUCHISTES DOIVENT GARDER LEURS ORIGNALITES ET CE N´EST PAS PARCE QU´ON N´A PAS LA MEME IDEE QU´ON DOIT FAIRE 2 PARTIS ( JE NE SAIS QUI A DIT CA), on doit faire europe gauche et a gauche du ps il n´y a la place que pour UN PARTI ! SALUT, il y a aussi des anarchistes dans le parti gauche allemande ! (moi ) salut j-f d


PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 19h34

Le tirage de l’Huma dépasse les 70 000. Il augmente régulièrement depuis plusieurs années. Plus de 300 000 lecteurs la lisent chaque jour.

Mais le Parisien, qui n’est pas à une information fausse prêt à propos du PCF, et qui a peur d’être bientôt dépassé sur ce plan par le Monde, préfère se tromper dans les chiffres.

La une de samedi de ce même journal disait "le PC lutte pour sa survie". Que ne feraient-ils pas pour ne pas dire que le PC lutte pour ses idées, ou, pire encore, pour défendre un projet de société qui repose sur la justice sociale et la répartition des richesses, des pouvoirs et des savoirs ?



PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 20h33

MARRE, oui marre de ces journaux poubelle, qui préfère parler de faux problèmes que de parler du programme. arrêtez d’acheter cette merde et achetez l’HUMANITÉ.



PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
26 mars 2007 - 23h52

Cet article témoigne de la peur qui s’empare de la bourgeoisie.Le spectre du communisme continue à les effrayer et c’est tant mieux !



PCF : comment les dirigeants surmontent sa crise financière !
27 mars 2007 - 19h44

Ce journal est tout de meme obligé de reconnaitre comment depuis 2002, les communistes ont effectué un formidable travail de remobilisation et d’organisation avec la création de nouvelles sections, l’arrivée de nouveaux adhérents.

Ces efforts ont déjà payés sur le plan politique puisque le PCF a réussi avec d’autres la campagne référendaire pour le NON au TCE en 2005.

Et qui sait en 2007 si nous n’aurons pas une autre bonne surprise pour tout le Peuple de Gauche ...

Il est grand temps d’un sursaut à gauche !

=> Le temps du sursaut à Gauche



PCF : comment les dirigeants comptent surmonter sa crise financière
27 mars 2007 - 20h58

Il y a, au moins, une partie intéressante et neutre, sympatique, d’objectivité et de faits dans cet article.

C’est une oeuvre de constats méritoires à l’égard du PCF, et le témoignage d’efforts encourageants, de "sacrifices" intelligents (comme le bd Blanqui remplacé par la place Fabien...), efforts financiers et politiques méritants et pleins d’espoir...

L’oeuvre continue avec des moyens adaptés aux contraintes : c’est bien et rassurant, preuve que ça ne va pas dans le mur.

Pierre de Bellevue.






Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Puisqu'on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir sur tout, il faut savoir peu de tout. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite