Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

N’oublions pas la Palestine.
de : Lulia
mardi 27 mars 2007 - 22h04 - Signaler aux modérateurs

Ce ne sont pas seulement les Palestiniens qui doivent pousser un soupir de soulagement après la prestation de serment du gouvernement palestinien d’union nationale. Nous, Israéliens, avons une bonne raison de faire de même.

Cet événement est une vraie bénédiction, non seulement pour eux, mais aussi pour nous - si toutefois nous nous intéressons à une paix qui mette fin au conflit historique.

POUR LES Palestiniens, le résultat immédiat est l’élimination de la menace de guerre civile.

C’était un cauchemar. C’était également absurde. Des combattants palestiniens se tiraient dessus dans les rues de Gaza, à la grande joie des autorités d’occupation. Comme dans l’arène de la Rome antique, des gladiateurs s’entretuaient pour l’amusement des spectateurs. Des gens qui avaient passé des années ensemble dans les prisons israéliennes se comportaient soudain comme des ennemis mortels.

Ce n’était pas encore une guerre civile. Mais les incidents meurtriers auraient pu y conduire. De nombreux Palestiniens craignaient que, si les affrontements n’étaient pas immédiatement stoppés, une véritable guerre fratricide éclate. Le grand espoir du gouvernement israélien était bien sûr aussi que le Hamas et le Fatah se détruisent l’un l’autre sans qu’Israël ait à lever le petit doigt. Les services de renseignement israéliens l’avaient même prédit.

Je n’avais pas d’inquiétude à ce sujet. De mon point de vue, une guerre civile palestinienne n’était pas en jeu.

Tout d’abord, parce que les conditions fondamentales d’une guerre civile n’existaient pas. Les Palestiniens sont unis dans leur composition ethnique, culturelle et historique. La Palestine ne ressemble pas à l’Irak, avec ses trois peuples distincts ethniquement (arabes et kurdes), sur le plan religieux (chiites et sunnites) et géographiquement (nord, centre et sud). Elle ne ressemble pas à l’Irlande, où les protestants, descendants des colons, combattirent les descendants catholiques de la population indigène. Elle ne ressemble pas aux pays africains, dont les frontières ont été fixées par les maîtres coloniaux sans aucune considération des frontières tribales. Elle n’a pas connu de soulèvement révolutionnaire comme ceux qu’ont amenés les guerres civiles en Angleterre, en France et en Russie, ou de problème qui divise la population comme l’esclavage aux Etats-Unis.

Les incidents meurtriers qui éclatèrent dans la bande de Gaza étaient des luttes entre milices de partis, aggravées par des querelles entre hamulas (familles étendues). L’histoire a connu de telles querelles dans presque tous les mouvements de libération. Par exemple : après la Première guerre mondiale, quand les Britanniques furent obligés d’accorder l’autonomie à l’Irlande, une lutte sanglante entre combattants de la liberté éclata aussitôt. Des catholiques irlandais tuèrent des catholiques irlandais.

A l’époque de la lutte de la communauté juive en Palestine contre le régime colonial britannique (« le mandat »), une guerre civile n’a été évitée que grâce à une personne : Menahem Begin, le commandant de l’Irgoun. Il était déterminé à empêcher à tout prix une guerre fratricide. David Ben Gourion voulait éliminer l’Irgoun, qui refusait son leadership et sapait sa politique. Dans ce qu’on a appelé la « saison », il donna l’ordre à la Haganah, son organisation loyale, de kidnapper des membres de l’Irgoun pour les livrer à la police britannique, qui les torturait et les emprisonnait à l’étranger. Mais Begin interdit à ses hommes d’utiliser leurs armes pour se défendre contre des Juifs.

Une telle lutte entre Palestiniens ne se transformera pas en guerre civile, parce que l’ensemble des Palestiniens s’y opposent vigoureusement. Tout le monde se souvient que, pendant la rebellion arabe de 1936, le leader palestinien de l’époque, le grand mufti Hadj Amin Al-Husseini, massacra ses rivaux palestiniens. Pendant les trois années de la rébellion (appelées « événements » dans la terminologie sioniste) les Palestiniens s’entretuèrent plus qu’ils ne tuèrent de leurs opposants britanniques et juifs.

Résultat : quand les Palestiniens furent confrontés à leur épreuve existentielle suprême, dans la guerre de 1948, ils furent divisés et déchirés, faute de direction unifiée, et se trouvèrent dépendants de gouvernements arabes querelleurs, qui intriguaient les uns contre les autres. Ils furent incapables de résister à la communauté juive organisée, beaucoup plus petite, mais qui a rapidement mis sur pied une armée unifiée et efficace. Le résultat fut la nakba, la terrible tragédie historique du peuple palestinien. Ce qui s’est passé en 1936 marque encore la vie de chaque Palestinien jusqu’à ce jour.

Il est difficile de lancer une guerre civile si la population y est opposée. Même les provocations de l’extérieur - et je présume qu’elles n’ont pas manqué - ne peuvent la déclencher.

Je n’ai par conséquent jamais douté un seul instant qu’en fin de compte un gouvernement d’union verrait le jour, et je suis content que cela arrive aujourd’hui.

POURQUOI est-ce bien pour Israël ? Je vais dire quelque chose qui va choquer de nombreux Israéliens et leurs amis dans le monde.

Si le Hamas n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Si un gouvernement palestinien avait été formé sans le Hamas, nous aurions dû le boycotter jusqu’à ce que le Hamas en fasse partie.

Et si des négociations aboutissent à un accord historique avec la direction palestinienne, nous devrions y mettre comme condition que le Hamas le signe également.

Folie ? Bien sûr. Mais c’est la leçon que l’histoire nous lègue de l’expérience d’autres guerres de libération.

La population palestinienne dans les territoires occupés est divisée presque à égalité entre le Fatah et le Hamas. Signer un accord avec la moitié d’un peuple et continuer la guerre avec l’autre moitié n’a aucun sens. Après tout, nous devrons faire de sérieuses concessions pour la paix, comme le retrait dans des frontières beaucoup plus étroites et la restitution de Jérusalem-Est à ses propriétaires. Le ferons-nous en échange d’un accord que la moitié du peuple palestinien n’acceptera pas et dans lequel elle ne sera pas engagée ? Pour moi cela ressemble au summum de la folie.

J’irai plus loin : le Hamas et le Fatah ensemble ne représentent que la partie du peuple palestinien qui vit en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est. Mais des millions de réfugiés palestiniens (personne ne sait vraiment combien) vivent en dehors du territoire de Palestine et Israël.

Si nous aspirons effectivement à la fin réelle du conflit historique, nous devons parvenir à une solution qui les inclut également. Donc je m’interroge fortement sur la sagesse de Tsipi Livni et de ses collègues, qui demandent que les Saoudiens retirent de leur plan de paix toute mention du problème des réfugiés. C’est tout simplement stupide.

Le bon sens conseillerait exactement le contraire : demander que l’initiative de paix saoudienne, qui est devenue un plan de paix panarabe officiel, inclue la question des réfugiés, afin que le règlement final constitue également une solution du problème des réfugiés.

Ce ne sera pas facile, bien sûr. Le problème des réfugiés a des racines psychologiques qui touchent le cœur même du conflit palestino-sioniste et il concerne le sort de millions d’êtres humains. Mais quand le plan de paix arabe dit qu’il doit y avoir une solution « d’un commun accord » - c’est-à-dire d’un commun accord avec Israël - il le transfère du royaume des idéologies inconciliables au monde réel, le monde des négociations et du compromis. J’ai souvent discuté avec des personnalités arabes et je suis convaincu qu’un accord est possible.

LE NOUVEAU gouvernement palestinien est basé sur l’« accord de La Mecque ». Il semble que celui-ci n’aurait pas été possible sans l’énergique intervention du roi Abdallah d’Arabie Saoudite.

Le contexte international doit être pris en considération. Le président des Etats-Unis fait actuellement des efforts désespérés pour amener son aventure irakienne à une conclusion qui ne restera pas dans l’histoire comme un désastre total. Dans ce but il essaie de constituer un front sunnite qui neutraliserait l’Iran et mettrait fin à la violence sunnite en Irak.

C’est évidemment une idée simpliste. Elle ne tient pas compte de l’énorme complexité des réalités de notre région. Bush a présidé à l’installation en Irak d’un gouvernement dominé par les chiites. Il a essayé d’isoler la Syrie sunnite. Et le Hamas est bien sûr une pieuse organisation sunnite.

Mais le navire-Etat américain commence à virer de bord. En tant que navire géant, il ne peut le faire que très lentement. Sous la pression américaine, le roi saoudien a été d’accord (peut-être à contre-cœur) de prendre lui-même la direction du monde arabe après que l’Egypte eut échoué dans cette tâche. Le roi a persuadé Bush qu’il doit parler avec la Syrie. Maintenant il essaie de le persuader d’accepter le Hamas.

Dans ce tableau, Israël est un obstacle. Il y a quelques jours, Ehoud Olmert s’est envolé pour l’Amérique et a déclaré à la conférence du lobby juif, l’AIPAC, qu’un retrait d’Irak serait un désastre (contrairement, soit dit en passant, à l’opinion de plus de 80% des Juifs américains, qui soutiennent un retrait rapide). Cette semaine, l’ambassadeur américain à Tel-Aviv a laissé entendre qu’à partir de maintenant le gouvernement d’Israël est autorisé à engager des négociations avec la Syrie - et on peut supposer que cette allusion se transformera en ordre sous peu. Pendant ce temps, aucun changement de position du gouvernement israélien n’est perceptible.

MALHEUREUSEMENT, juste à ce moment-ci, avec un gouvernement palestinien nouvellement formé qui a de bonnes chances d’être fort et stable, le gouvernement d’Israël est de plus en plus déstabilisé.

Le soutien à Olmert dans les sondages est proche de zéro. Les points de pourcentage peuvent se compter sur les doigts d’une main. Pratiquement tout le monde parle de sa mort politique dans quelques semaines, peut-être après la publication d’un rapport intérimaire de la commission Vinograd sur la seconde guerre du Liban. Mais même si Olmert réussit à survivre, son gouvernement sera un canard boîteux, incapable de lancer quoi que ce soit de nouveau, et certainement pas une initiative forte vis-à-vis du nouveau gouvernement palestinien.

Mais si Bush nous soutient d’un côté, et le roi saoudien de l’autre, peut-être après tout ferons-nous quelques pas en avant. Comme le disent les gens de cette région : Inch’Allah - si Dieu le veut.

Uri Avnery est journaliste et cofondateur de Gush Shalom , (en français Bloc de la Paix).

Article publié le 18 mars, en hébreu et en anglais sur les site de Gush Shalom

Traduit de l’anglais « Inshallah » : RM/SW

Association France Palestine Solidarité (version française)

Articles Mondialisation.ca par Uri Avnery



Imprimer cet article





La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
1 commentaire
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho... Jean Jaurès
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite