Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

FEIGNANTS POUR QUI ET POURQUOI ? CE QUE LE PROFESSEUR ICHINO NE DIT PAS
de : Enrico Campofreda
jeudi 5 avril 2007 - 23h23 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 18.2 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

Ceux qui s’y connaissent un peu dans la politique italienne et lisent le pamphlet du professeur Pietro Ichino « I nullafacenti » [Les feignants, NdT] (Mondadori, Milan, 2006) peuvent être surpris. La stupeur grandit si on jette ensuite un coup d’œil à la biographie de l’auteur.

Ichino a largement dépassé la cinquantaine, il est professeur de Droit du Travail à l’Université d’Etat de Milan, il a été un dirigeant d’un syndicat AOC. comme la FIOM/CGIL et responsable par la suite des services légaux de la Bourse du Travail de Milan. Son cri de douleur à propos du malaise et de l’inefficacité de l’Administration Publique de chez nous est sacro-saint, mais il se concentre sur les effets du problème sans en effleurer les causes ou, du moins, en négligeant nombre de maux.

Les clientèles et l’Administration Publique

Pendant les soixante dernières années d’Italie – sous De Gasperi d’abord, chrétienne-démocrate et ouverte sur la droite avant et sur la gauche (Nenni) après, unipolaire avant et bipolaire ensuite – la ligne gouvernementale envers l’Administration Publique s’est caractérisée par ce qu’on a appelé le « vote d’échange », grâce auquel les politiques distribuaient des emplois pour les femmes, les enfants, les parents proches et lointains de leurs électeurs.

L’ « emploi stable » dans l’Administration Publique représentait dans la Botte du boom économique une manne du ciel. Il a continué à l’être longtemps, même si au cours des décennies les dévaluations de la lire et la transformation du substrat social ont offert aux fonctionnaires des salaires de moins en moins avantageux. Dans nombre de cas, de toute façon, c’était une sorte de rente viagère parce que l’engagement demandé était mince et tous fermaient un œil sur l’inefficacité du secteur semi-public et des administrations locales, du Président au Directeur général jusqu’à l’huissier prêt à se charger de leurs courses.

L’adhésion a été globale – de droite à gauche – tous les partis, tous, ont participé à l’immense trafic de cet énorme « bureau de placement ». Et avec eux les grandes centrales syndicales, les autonomes et, en bon derniers, les fascistes de la CISNAL, rebaptisés UGL dans les eaux de Fiuggi [la ville thermale siège du congrès qui a renommé, en 1995, le MSI-DN (Mouvement Social Italien - Droite Nationale) néofasciste, AN (Alliance Nationale), postfasciste NdT]. Chaque syndicat a été et continue à être le trieur d’embauches de futurs adhérents.

Dans le ventre mou de l’Administration Publique trouve place un nombre exagéré d’employés qui a fait monter les frais de gestion sans que l’efficacité du service en profite, aussi parce que à nombre de personnels encadrés dans les tâches les plus variées n’était assigné aucun travail ou ce peu qui existait était partagé parmi un nombre élevé de personnels et, par conséquent, tous ne récupéraient que des miettes. Il n’en a pas été ainsi ni toujours ni pour tout le monde. Mais le phénomène a grandi démesurément depuis la moitié des années Soixante-dix, quand l’Italie a réduit l’emploi dans le secteur primaire et secondaire en se ruant tête baissée dans le tertiaire.

Travailleurs contre

Cette analyse élémentaire des comportements de la politique échappe, intentionnellement pensons-nous, au professeur Ichino qui choisit dans sa dénonciation le chemin de la confusion généralisée visant la solution à sens unique de tant de contradictions : en frappant les travailleurs. Nous parlons des travailleurs et non pas des feignants chroniques qui adoptent des comportements de refus par l’absentéisme, une pratique d’ailleurs presque disparue et neutralisée par les contrats en vigueur qui la pénalisent par des pertes sensibles de parts de salaire.

Il serait très utile de citer dans ce texte des cas collectifs en parlant de Ministères et d’administrations publiques où des situations scandaleuses ont été repérées. On y trouve, au contraire, des cas personnels ou des analyses tout à fait inégales , parce que le fait de traiter des situations de mesquines paresses individuelles d’employés ou de dirigeants est une chose et une autre est le fait de mettre le doigt sur la plaie des feignants organisés, voulue et soutenue par le système lui-même.

Cela, en vérité, aussi bien l’auteur que les lettres au « Corriere della Sera », publiées comme commentaires de ses articles en août dernier et reproduites dans le livre, ne le cachent pas. On dit, au contraire, que le fait de licencier les feignants n’est pas, paradoxalement, une solution. Et alors ?

Le Leitmotiv du discours ichinien est justement l’un des chevaux de bataille historiques du patronat : opposer les salariés les uns aux autres. Après avoir introduit dans le marché du travail la séquelle des mortifiants contrats atypiques de la Loi 30 – celle qui propose aux jeunes de travailler pour un salaire réduit, comme sur les marchés du Sud-est asiatique, ou de rester chroniquement précaires bien au-delà du seuil des quarante ans – on encourage une revendication de ces derniers contre les garantis feignants.

Le jeu classique des trois cartes, visant à mélanger les problèmes, à les assaisonner avec des doses de démagogie, à en résoudre certains d’une façon unilatérale. Justifier par exemple le travail au noir, légalisé par la Loi 30 et détourner l’attention de ceux qui ont un contrat de mission, que cette loi pénalise, sans les pousser vers la conquête de contrats dignes et durables mais contre les usurpateurs du « travail garanti et faignant ».

Et l’efficacité ?

Un jeu minable, on est désolé de le dire, que celui du professeur Ichino. Parce que nous pensons qu’il est vraiment possible de purger l’Administration Publique de comportements censurables basés sur des responsabilités subjectives bien repérées et chroniques en visant une véritable efficacité qui balaie les clientèles, même celles de dirigeants et de managers garantis par le parrainage du parti et du syndicat.

On découvrirait éventuellement que ceux qui sont personnellement réfractaires au travail ne sont pas pléthore. Les feignants deviennent nombreux si on entre dans les méandres de Ressources Humaines gonflées par le mécanisme exposé ci-dessus des embauches clientélistes, suite auxquelles on ne donne à l’employé aucune tâche concrète, on lui fait faire tout et rien en vivotant à la journée. Ou on le garde en attente d’affectation pendant des années, en le poussant au non travail entraînant de facto une déqualification.

Une plus grande honnêteté dans l’analyse du problème pourrait également exiger des mesures draconiennes envers les amibes du travail, en repérant avant tout ceux qui ont une véritable fonction parasite dont ils sont les seuls responsables.

Le professeur, au contraire, tire dans le tas. Il fourre dedans la frustration, réelle et compréhensible, du diplômé ultra trentenaire précarisé par des contrats de mission taillés sur mesure pour l’exploiter au mieux par des experts de droit du travail sans scrupules bien connus, c’est probable, d’Ichino. Des contrats payés sept cents euros par mois (mais aussi beaucoup moins) avec une durée, dans les très bons cas, d’une petite année pour recommencer sans aucune protection ni ancienneté. On l’oppose au salarié garanti payé mille deux cents euros par mois, désigné comme responsable de la position économiquement faible de son emploi.

Tout occupé à soutenir des thèses favorables aux entreprises, Ichino ne touche pas aux déséquilibres de l’Administration Publique, que lui-même dénonce. Il résout tout opposant les unes aux autres différentes typologies de salariés, préservant et augmentant l’inefficacité et les grognements. Et, franchement, cela ne profite ni au salarié typique ni à celui qui est précaire et encore moins au citoyen usager.



Imprimer cet article





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsque les arbres seront tous abattus, les animaux tous exterminés, l'homme découvrira qu'il ne se nourrit pas d'argent. Abraham Lincoln
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite