Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
de : Elodie TUAILLON
mardi 24 avril 2007 - 16h09 - Signaler aux modérateurs
21 commentaires
JPEG - 5.5 ko

de Elodie TUAILLON

Au lendemain du 22 avril 2007, une fois séchées les larmes et ravalée la rage de nous être faits aussi injustement dépouillés de notre droit de vote, il y a plusieurs choses à dire et à faire, nous le sentons tous et toutes.

D’abord ,et encore une fois, remercier Marie George pour la magnifique campagne qu’elle a faite et qu’elle nous a permis de faire avec elle. J’ai été, personnellement, émue et admirative.

Emue par la foi dans la lutte, la foi dans l’idéal communiste, admirative de l’élégance, de la dignité, avec laquelle elle s’est battue, admirative de la ténacité et de la réelle intelligence politique de la dame ( car oui, celle-là, c’est une GRANDE dame).

C’est incroyable, vraiment, de s’être battue ainsi, alors que les cartes étaient données depuis longtemps, dès l’origine, et qu’elle le savait sans doute…

C’est un bel héritage qu’elle nous laisse là, de courage, de volonté , et d’espoir, et nous essaierons d’en être dignes et de le perpétuer. De le faire vivre et fructifier pour l’avenir.

A ce titre donc, le 22 avril est un jour heureux malgré tout pour nous communistes.

La tâche ne fut pas aisée pourtant car en notre sein nous fûmes divisés, en tout cas pour certains, entre deux pôles tous deux néfastes, quoi que cela ne ce soit pas ressenti dans la majorité de la base.

L’un, qui par une peur peut être légitime de voir se dissoudre le communisme dans une « dynamique-antilibérale-machin » s’est recroquevillé sur des réflexes archaïques voire autistes, dans une logique de la citadelle assiégée.

Cette tendance-ci est elle-même divisée et représente notamment une ligne que l’on ne peut même pas appeler « dure » mais qui est purement et simplement passéiste et rétrograde ; elle veut faire passer une nostalgie pro-soviétique pour une volonté de préserver le « dogme » communiste, ce en quoi elle ne trompe personne.

Pour autant, elle est très susceptible de faire des dégâts immenses avec l’aide d’une poignée de camarades.

L’autre pôle, plus ennuyeux à mon sens, qui, par une peur très personnelle (ou plutôt, personnalisée..), de ne plus « exister » a tiré de toutes ses forces vers un rapprochement ,sinon une fusion, avec un PS devenu social-démocrate, faisant presque campagne pour Royal.

Ces deux pôles sont très éloignés et pourtant ils ont, comme tous les pôles, des caractéristiques communes. Ils sont les pôles de la peur, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Aussi, leur confrontation, au lieu de se résoudre dans le fruit d’un dialogue constructif entre frères, a cristallisé davantage encore les tensions et les antagonismes, l’un prétendant répondre et exister à cause de l’autre, (ce qui d’ailleurs n’est pas faux, mais à quoi on ne peut s’arrêter).

C’est donc un tour de force de notre candidate d’avoir su faire une telle campagne de réunion et d’enthousiasme dans une situation digne de Caïn et Abel…

Et à cause de ce tour de force, il est impératif, à mon sens, que Marie-George BUFFET conserve un rôle important dans la direction du Parti.

Toute notre difficulté, mais aussi toute la beauté et la grandeur de notre devoir est là aujourd’hui et réside dans le nœud de cette contradiction, qui s’est tissée au fil des années et s’est nourrie de défaites.

Comment faire (re)vivre le communisme (qui a repris aujourd’hui un peu de souffle mais est encore convalescent), et le PCF, support de cette Idée, sans sombrer dans l’un ou l’autre excès des deux pôles ?

En d’autres termes, comme me disait un camarade il y a quelques jours, comment passer de la dialectique « perdre avec le Parti ou gagner sans le Parti » à celle de « gagner avec le Parti » ?

Pour moi, la question d’une fusion ou d’un rapprochement avec le PS aujourd’hui (tendance Robert HUE donc) est radicalement exclue. Je ne veux même pas y songer.

Cela étant posé, je ne peux pas non plus me reconnaître complètement dans des crispations identitaires nostalgiques et hostiles à toute « rénovation », car la rénovation de notre Parti est nécessaire et d’ailleurs, nous l’avons entamée.

Il est évident cependant que je préfère pour ma part travailler avec des camarades pour qui le communisme a encore un sens spécifique, une raison d’être, et qui osent parler d’anticapitalisme plutôt que « d’alternative au libéralisme », plutôt qu’avec des gens qui se demandent encore s’ils vont place du Colonel Fabien ou rue de Solférino et pour qui le Parti, après leur avoir tant servi, n’est plus qu’un frein à leur ascension personnelle, fut-elle misérable…

Toute la difficulté va donc être d’avoir un discours juste et de faire la part des choses.

Notre rôle aujourd’hui, à nous communistes, c’est bien de trouver le moyen de propager le vrai socialisme dans la société, non pas par la force ou l’argument d’autorité, mais en faisant comprendre à nos concitoyens que là est le Salut de l’Homme.

Il faut donc susciter l’adhésion sans perdre son âme.

Il ne s’agit pas non plus pour nous de simplement transformer le prolétaire pauvre en prolétaire riche. Non, il s’agit au contraire de redonner au communisme toute sa dimension utopique et de tout faire pour que cette utopie advienne « naturellement ».

Notre devoir, c’est bien aussi, outre de défendre les intérêts des prolétaires, de faire la guerre à l’argent – roi et à la société de consommation, nouvel opium du peuple.

Notre rôle c’est bien de savoir convaincre de l’abîme dans lequel le système capitaliste entraîne l’humanité toute entière.

Il ne s’agit nullement de souhaiter que nous vivions tous et toutes dans la misère, ni de nous transformer tous et toutes en propriétaires nantis, mais peut être que nous sachions créer l’alternative au fait de penser le monde en termes de riches et pauvres, car la libération de l’homme est aussi au prix de lui apprendre à renoncer (au bon sens du terme) à certains désirs.

–En cela, nous avons une vraie voie à ouvrir et certains comptes à régler, car le fondement du communisme a pour l’instant été majoritairement matérialiste…

« A chacun selon ses besoins » – ce qui implique d’abord que nous trouvions en nous la force et l’amour fraternel permettant de délivrer l’Homme de sa pesante condition d’animal de consommation, en faisant la peau aux « faux besoins », y compris idéologiques.

Notre seul but doit être de permettre à nos semblables de retrouver la voie de la liberté et du bonheur sans leur infliger le malheur de la misère.

Evidemment on reproche toujours au communisme d’être « totalitaire par essence », notamment parce qu’être communiste implique prétendre détenir la clef de la félicité humaine et présuppose un comportement de masse.

Ce reproche est à la fois fondé et erroné et il faut également en discuter entre nous pour tordre le cou définitivement aux mauvaises idées.

Ce reproche est fondé par l’expérience si l’on examine une partie de l’Histoire ; il est fondé par la crainte que suscitent les utopies de masse, supposées être irréconciliables avec l’Individu.

Mais il est erroné par ce que justement, ce constat nie la formidable capacité de l’Homme à résoudre les contradictions les plus ardues par l’imagination et l’amour fraternel.

Erroné parce qu’il fait un procès d’intention pour l’avenir et postule que l’on ne peut faire confiance à quelqu’un ou à quelque chose qui a déjà failli (et en cela il y a une vision complètement consumériste des Idées : « ça n’a pas marché ? Je jette, passons à autre chose… »).

C’est oublier aussi que l’histoire humaine est infinie et nous dépasse, et que chaque échec, fut-il lourd et sanglant même, a aussi et avant tout pour mission de semer pour l’avenir de la prochaine réussite.

Quoi que nous fassions de vraiment important à l’échelle humaine, il est probable que ni vous ni moi ni nos enfants ne le voient en actes. Mais peut être leurs petits-enfants…

Combien d’hommes se sont écrasés au pied de la montagne avant de savoir voler ? Combien d’hommes se sont noyés avant de savoir nager ?

Bien-sûr, il ne s’agit nullement de nier les erreurs du communisme (et d’ailleurs, il s’agissait bien plus en fait du dérèglement de certains camarades qui ont dévoyé l’idéal communiste pour d’obscurs motifs, plutôt que d’erreurs du communisme en soi car, comment une Idée peut-elle faillir ?).

Mais il ne s’agit pas non plus d’être dans une posture de pénitent éternel, et de nous excuser sans cesse d’être communistes !

Nous avons fait notre mea culpa pour les crimes perpétrés au nom de l’idéologie que nous défendons.

Nous l’avons peut-être mal fait, en ce sens que nous ne sommes pas allées jusqu’au bout et que nous n’avons pas fait la part des choses.

Mais voilà.

NOUS , nous l’avons fait.

Où est, par exemple, la repentance socialiste pour le colonialisme ou la trahison de la guerre d’Espagne ? Et quel journaliste demande à Mme Royal de rendre des comptes à ces sujets ?

Bref.

Cela signifie aussi que nous devons absolument abstraire le communisme de la logique de résultat, logique consumériste également, dans laquelle il s’est enfermé par précipitation, par peur, encore une fois.

Pas de panique – il y a bien des échéances, et elles ont leur importance mais elles sont en réalité dérisoires si nous avons pris nos précautions financières - et il m’a semblé comprendre que tel était le cas.

Alors « relax » ! De la lutte oui, plus que jamais et bien dure, car il y a le feu à la gauche en France. Mais pas de précipitation cependant.

Nous devons prendre notre temps, le temps de nous redonner des bases bien solides, de restaurer les fondations, le temps de la politique, qui est infiniment long, et qu’il faut savoir jumeler avec le temps électoral, qui lui est très bref.

Les élections. Bien-sûr, il faut les gagner – pas de politique communiste sans pouvoir communiste et pas de pouvoir communiste sans victoires électorales communistes.

Mais nous en perdrons encore ! Et alors ? Si pendant ces moments d’opposition, nous mettons à profit notre temps pour nous renforcer et reconstruire, où est le drame ? La défense de la classe ouvrière ? Evidemment ! Mais que défendrons nous si nous sommes « morts » ?

Or, et c’est là l’étrange beauté de ce 22 avril 2007, nous ne sommes pas morts ! Je le répète comme un leitmotiv, mais c’est en réalité l’assertion d’une évidence : nous sommes encore et toujours la 3ème force politique française !

Qu’il ait échappé à certains camarades élus, qui n’ont pas bougé de leurs fauteuils pendant la campagne, qu’une vraie vague d’espoir et d’affection s’était avancée vers nous pendant ces derniers mois, ne m’étonne pas.

C’est le jugement « du haut de la colline », et pour moi il n’a aucune valeur.

Car nous, les militants, nous l’avons vécu et vu sur le terrain à maintes reprises.

En tant qu’il est un anticapitalisme, le communisme dérangera toujours les puissants et sera évidemment combattu avec un acharnement frôlant parfois l’hystérie !

La difficulté à résoudre aujourd’hui est qu’en devenant puissant, l’anticapitalisme ne broie pas un jour les êtres (même si on en fait pas d’omelette sans casser des œufs…).

Face à cette tâche à laquelle nous devons nous atteler dès aujourd’hui, nous devons être unis et fraternels comme nous l’avons été ces dernières semaines. Nous devons être humbles aussi.

Toutefois, il ne faut pas douter de la justesse et de la nécessité de notre combat.

Que ceux ou celles qui ne veulent pas le mener avec nous s’en aillent. La porte est ouverte à ceux qui veulent nous rejoindre et elle l’est également à ceux qui veulent nous quitter.

Pour l’heure, cette campagne nous a décomplexés, dans notre grande majorité, et nous avons reconquis notre dignité, la dignité qui nous vient de l’accueil chaleureux et attentif que le peuple a réservé aux communistes durant toutes ces journées et ces soirées de combat politique.

Quel qu’ait été notre score, nous avons renoué avec une dynamique de succès. Il ne faut pas lâcher cette dynamique.

Nous avons vu, dans les meetings, dans les réunions , les porte-à-porte, la ferveur que suscitait encore notre Idéal, l’espoir que générait notre combat, porté par la fougue des nouvelles générations avec l’aide de l’expérience des générations plus âgées.

Cela est une force immense d’ailleurs. Nous sommes, je pense, le dernier endroit où existe un tel dialogue entre vieux et jeunes, le dernier endroit aussi où existe une mixité réelle, merveilleuse peinture de l’humanité aux couleurs chatoyantes et mélangées…

Bien-sûr, aujourd’hui, nous allons nous battre contre la droite de Sarkozy, c’est notre mission première dans ce contexte de ne pas aggraver les souffrances de ceux qui n’en peuvent déjà plus.

Et pour ce faire, la majorité du PS , qui ne connaît plus rien à l’anticapitalisme, va avoir bien besoin de nos renforts, qu’ils le veuillent ou pas.

Alors, oui, nous allons continuer à faire entendre nos voix dans cette campagne !

Mais il faut le dire avec détermination : nous devons nous démarquer absolument et radicalement de Ségolène Royal et de son programme, du PS aussi, avec lesquels je me sens aujourd’hui en opposition sur presque tout.

Non, le communisme n’est pas soluble dans la démocratie chrétienne, fut-elle de « gôôôôche » !

Les idées véhiculées par Mme Royal et son équipe sont hérétiques pour toute personne socialiste !

Et je ne cautionne pas ses propositions libérales saupoudrées de misérabilisme.

Ce que nous voulons, Madame Royal, ce n’est pas la charité ! Ce que nous voulons ,c’est vivre libres et dignes.

Aussi, nous devrons , après nous être battus pour faire échouer le projet de l’ultra capitaliste Sarkozy, nous battre de nouveau, non pas contre les socialistes, mais contre le PS et ses dirigeants, qui déraillent complètement et doivent être arrêtés dans leurs dérives, dérives dans laquelle ils entraînent toute la gauche.

Nous devrons faire en sorte, si Mme Royal est élue, qu’elle n’ait aucun répit qui pourrait lui permettre d’oublier que c’est grâce aux voix communistes et à nos combats qu’elle est à l’Elysée.

Et qu’à ce titre, elle a des devoirs. Et avec elle, l’ensemble des dirigeants PS.

Et cela ne signifie pas que nous quémandons des « accords » pour les législatives !

Ces sièges au Parlement, nous allons les prendre par la victoire, et non parce qu’on les aura troqués contre notre docilité.

Et si nous les perdons, ce ne sera pas grave.

Mais nous devons sortir de cette logique de prisonniers consentants et ça, ça doit se faire maintenant.

(Parce qu’il faut aussi que nous rénovions la vie politique et pour ce faire il faut commencer par donner l’exemple nous-mêmes.)

Nous serons donc dans l’opposition face à Royal et au PS après le 6 mai, même si nous avons contribué à la porter au pouvoir, car le PS et nous, vraiment, aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous rejoindre…

Aussi faut-il appeler aujourd’hui chaque électrice et électeur communiste à voter massivement contre Nicolas Sarkozy sans état d’âme, non pour faire gagner Royal, mais pour battre la droite et défendre nos vies.

Il faudra ensuite accentuer la lutte et pour cela, mes camarades, mes ami-e-s, sans désemparer, nous aurons à faire la campagne des législatives.

Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !

Il faut laver l’affront fait à la liberté par le « vote utile ».

A chaque fois que vous le pourrez, à chaque fois, il faudra porter les nôtres en triomphe au Palais Bourbon.

En ce qui me concerne je serai candidate dans le 16ème arrondissement parisien (15ème circonscription) – autant dire que ce sera sans nul doute une candidature « de témoignage », mais je ferai néanmoins campagne de toutes mes forces avec l’aide de tous les camarades qui se joindront à nous.

De grâce, ne recommençons pas les manœuvres qui nous ont conduits là où nous sommes depuis 2002 et qui ont été initiées dès 1995 !

Qu’il soit bien clair pour tout le monde que les communistes vont faire campagne à fond et jusqu’au bout pour le peuple et pour le projet communiste avant tout.

Dans cette bataille, nous devons être incorruptibles, car c’est le meilleur moyen d’être libres.

Et être libres, c’est le meilleur moyen de faire le communisme du 21ème siècle.

Peuple de gauche, le Parti communiste français est aujourd’hui le dernier, le seul parti véritablement Socialiste en France qui puisse gouverner et changer les choses pour notre bien à tous et à toutes.

Quoi que vous votiez le 6 mai prochain, pour beaucoup, la mort dans l’âme, il faudra vous ressaisir dès le 7 mai pour battre la droite durablement, ce qui ne sera possible qu’avec une gauche de courage qui porte haut les couleurs du communisme.

Le 22 avril est déjà derrière nous et le 6 mai n’est qu’une étape !

Camarades, serrons les rangs et luttons !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 16h44

Bravo Elodie....

Nous ne pouvons pas abandonner le combat au milieu de la tempête mais faire front et être dignes...
Nous n’avons absolument pas le choix...

IlRosso....



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h08

Bonjour Elodie et merci pour ce point de vue que je partage, sauf sur un point.

Celui du vote contre Sarko, désolé, mais je vote pour une idée , un projet, un programme.

Et celui des sociaux démocrates, comme nous l’avons expliqué tout au long de la campagne, ne me convient pas du tout. Je refuse de servir une fois encore de marche pied aux sociaux démocrates à la DELORS, DSK, ROCARD et bien d’autres dont l’opportuniste SEGO.
Ecoutez l’appréciation de P. BOURDIEU qui la classait à droite (voir l’entretien sur dailymotion/Bourdieu).

Il nous faut maintenant mouiller notre chemise pour les législatives et sans compromission d’aucune sorte, puis rebatir notre parti , comme réellement anticapitaliste.
Dernier point, je remercie Marie-George de m’avoir redonner le gout de militer et je souhaite que tous nous soyons unis avec elle.

Simba



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h23 - Posté par

Simba, je comprends ton sentiment, mais je crois que ton raisonnement est erroné (faire l’impasse sur le 6 mai et se consacrer aux législatives). Il est évident que si Sarko fait un très bon score le 6 mai, il y aura un effet de souffle, une dynamique en sa faveur qui va rendre les choses bien plus difficiles aux législatives. En fait ça va ensemble : il faut contrer Sarko dès maintenant et préparer les législatives.


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h35 - Posté par

Hello Simba !
Je crois fermement que le combat contre Sarkozy doit être collectif et fait sans hésiter par les communistes jusqu’au 6 mai - en revanche, le vote pour Royal ou le vote blanc est une affaire individuelle, je l’ai assez dit et je le redis : j’estime que chaque communiste est suffisamment doté de la conscience et de l’intelligence nécessaires à faire son choix le 6 mai...
Tu connais mon énorme hésitation sur le sujet (sinon mon dégout profond pour l’idée de voter Royal) - je n’ai pas personnellement tranché ce point. On verra le 6, mais en attendant, i lfaut se battre contre Sarko et ses sbirres. Ca servira à tout le monde de toute manière.
Fraternellement à toi
Osémy


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h47 - Posté par

On votera pour des personnes de Gauche du NON, et pas nécessairement pour ceux qui ont prétendu nous guider, notamment dans les collectifs du NON.


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h48 - Posté par

Moi aussi, cela me coûte de voter encore "socialiste" donc enore UTILE au deuxième tour.

Que vont penser tous ceux des quartiers populaires qui ont voté massivement Royal au 1er tour si par mon abstention , Sarkozy passe ?

Que va apporter Royal à ceux qui souffrent ? A-t-elle seulement la volonté de se battre pour créer un système économique moins dur aux faibles ?

Il faut absolument se démarquer du PS qui durant 30 ans a toujours voulu réduire notre influence
et il est arrivé à un point tel que ses futurs candidats aux législatives ont du souci à se faire avec notre score : plus de réserves chez les cocos !!

Alors, allons chez les centristes !! Et pour quelle politique ??

Aux travailleurs en lutte, je vais demander d’aller voir les candidats pour lesquels ils ont voté le 22 avril.

Limeper


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h20

Nous ne pouvons pas abandonner le combat au milieu de la tempête mais faire front et être dignes... Nous n’avons absolument pas le choix...Et nous allons tout faire pour honnorer, tous les anciens et les futurs adhérents, rien n’est fini, tout recommence.



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 17h21

Si je vivais dans le 16eme, j’aurais fait campagne avec et pour toi, mais « heureusement » j’habite en banlieue. Lol, ca me détend un peu.
Bon courage LA LOUVE



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 18h16

Élodie,

Je sais que tu es une jeune adhérente du PCF, mais il y a des choses qui ne peuvent plus passer. Je me permets de te dire cela avec mes 25 ans de militantisme au PC.

Le PCF est descendu aux enfers, car au cours des décennies et pas seulement à partir des années 90, il s’est constamment renié. il n’y a pas que lui : la CGT également avec Thibault à sa tête (rappelez-vous le TCE).

Quand j’entends parler de "rénovation", excuse-moi mais au PC cela s’est toujours traduit par une social-démocratisation et l’on voit ce que cela a donné... Nous sommes maintenant un cadavre politique : il ne faut pas se leurrer et avoir le courage de regarder lucidement les choses en face.

Le PCF n’est pas le PS : il n’a pas vocation à gérer le servilement le capitalisme. Nous ne somme pas des keynésiens, nous sommes marxistes et j’ajouterai marxistes-léninistes (je dis cela, car c’est la première chose qu’on a allègrement bazardé dans les années 70 lors du funeste 22è Congrès sous prétexte de "modernité").

Le combat du PCF, il est au côté des classes laborieuses, un combat intransigeant et résolu, il est celui de la marche vers le SOCIALISME et non celui d’une "économie sociale" avec les désastreux "critères sociaux de gestion" si chèrs à nos pseudo-marxistes/vrais keynésiens Paul Boccara ou anciennement Philippe Herzog.

Cette soi-disante "rénovation" nous a fait accepter les PIRES RENIEMENTS, NOUS A AFFADI idéologiquement, éloigné du combat de classe, éloigné du combat révolutionnaire (bah oui, y’a plus qu’à attendre les élections, tout tombe "d’en haut").

Et qu’on vienne pas me dire que les solutions ne sont pas là. Les militants les clament depuis longtemps. Sauf que beaucoup de ces militants sont partis ou se fait carrément virés en se faisant traiter de "passéistes"... Je suis TRES TRISTE pour mon parti, mais pas surpris de ce qui nous arrive : ce n’est que la suite logique de ce que nous avons semé.

Combien de camarades militants ou sympathisant nous ont averti qu’on allait à notre perte, que nous n’avions de communiste plus que le NOM. Je ne parle même pas de marxisme : plus aucun de nos dirigeants n’ose prononcer ce mot : c’est Le Pen ou Sarko qui se paient le luxe de le faire à notre place... Quel drame, j’en ai la rage.

J’ai soutenu MGB, car elle a eu le courage d’enfin tourner le dos à l’héritage désastreux de Hue, même si je trouve qu’elle a été timide. MGB (ou son successeur) doivent aller maintenant jusqu’au bout de la démarche, auquel cas le PCF mourra.

Nous n’avons maintenant plus rien à perdre, sauf que nos chaînes.

Alea jacta est.

Pierrot



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 18h59 - Posté par

Je ne vais certainement pas voter pour un parti qui a tout fait pour détruire le PCF y compris ces dernières heures, maintenant ça suffit. En ce qui concerne la conscience politique il faut poser la question aux rénovateurs fossoyeurs, ils ont même oser insulter la mémoire de certains résistants. Je vote blanc


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 19h48 - Posté par

Il y a encore beaucoup à perdre puisque les entreprises de sondage donnent 7 sièges au PC dans une future assemblée !

M.


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 20h14 - Posté par

Il ne sert pas à grand chose aujourd’hui de se battre idéologiquement pour savoir si nous
voulons travailler avec le P.S ou pas...je crois (malheureusement) que la question n’est pas là..
J’habite dans le 93 et le constat est terrible. Dans TOUTES les circonscriptions MGB fait moins de 10% et dans la plupart des villes la droite est proche de 50%....

La question n’est aps de savoir si nous voulons encore du P.S mais si le P.S veut encore de nous...

En tant qu’ancien socialiste, je suis attaché à la ligne PS/PC mais je crois pourtant qu’il nous faut aujourd’hui être dans l’oposition frontale à la sociale démocratie, au moins le temps de regagner une crédibilité.

Je sais que c’est dure à entendre pour beaucoup de militant mais aujourd’hui, dans l’opinion publique, Besancenot est étiqueté révolutionnaire, pas MGB...Je suis enseignant en histoire-géo et je constate que tous les jeunes connaissent O.B, très peu savent qui est MGB ou ce qu’est le PCF...

Encore une fois, on peut le regretter mais c’est un fait...

Une preuve : l’afflux de nouveaux électeurs dans les banlieues a fait ...reculer le PCF...

Je crois que le PCF doit radicaliser son discours après les présidentielles, quitte à perdre, pour un temps, sa représentation parlementaire. au fait à quoi sert-elle réellement ?

Eric Joutrin


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 21h55 - Posté par

"étiquetté", c’est bien là le problème ...Besancenot a été aidé médiatiquement , il est jeune et il parle bien , c’est tout ...après la différence MGB / OB, s’est faite sur du vent , et certainement pas sur le projet !!!

C’est pas la peine de dire n’importe quoi ...

marjo


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
25 avril 2007 - 15h58 - Posté par

j’ai 60 ans et je vote Besancenot.
La différence comme tu dis ne c’est pas faite sur pas grand chose ou par l’appuie des médiat mais par une position claire par rapport à une présence au gouvernement avec le PS. voila la différence.
A ceux qui disent que les gents ont votés Besancenot sans connaitre la LCR. Allez voir les commentaires sur le site de Besancenot, vous verrez que la majorité sont de soutien à la LCR et Besancenot
Amicalement PANCHOA


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
26 avril 2007 - 13h59 - Posté par

MGB a justement toujours été claire sur ce sujet. Il n’y avait guère que Besancenot pour ne pas vouloir l’entendre !

Pas de participation à un gouvernement sur la base actuelle du PS.

Peut-être que Besancenot disait ça en plus "djeunz", mais pas plus clair...

Vincent


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
25 avril 2007 - 10h13 - Posté par

Oui Eric, je suis bien d’accord sauf peut être su ta formulation ,je crois qu’il faut les 2 car ne nous leurrons pas le PS est bien mal en point aussi, sauf que pour l’instant ça se voit moins !,

J’espère vivement que nous allons enfin être une opposition à la sociale démocratie (et je ne suis pas la seule à le souhaiter) que nous n’allons plus réfléchir comme ça - car on voit où ça nous a menés !

J’en profite aussi pour répondre à un autre camarade, qui parle également de l’affadissement de la CGT etc.

Tout a commencé en effet il y a bientôt 35 ans c’était l’époque du "programme commun" du 26 juin 1972.

Sous l’impulsion d’une pensée philosophique dominante dans la société (issue de 68 et qui a finalement accouché du "politiquement correct" mortifère), on a voulu croire que l’on pouvait faire une alliance avec le PS de Mitterrand - je crois qu’à l’époque c’était une erreur idéologique et que par la suite c’es t devenu un mauvais calcul politicard.

Non le PCF ne deviendra pas un énième part i social-démocrate pour "gérer" a minima le capitalisme en attendant qu’on en crève tous, non non et non ! En tout cas, à mon tout petit niveau je ne veux pas et je crois qu’il faut vite fait inverser cette tendance.

Le point d’orgue où vraiment on es t allés trop loin dans les reniements c’est la "gauche plurielle"...

Et puis il faut arrêter avec cette histoire de groupe parlementaire - mince à la fin ! Je comprends que ça puisse en angoisser certains mais il faut rester rationnel.

Si nous avons un groupe parlementaire pieds et poings liés avec les sociaux démocrates, du fait de leur plus ou moins "bonne volonté" (du style qui a conduit à s’abstenir de voter contre lors des privatisations...) ça a quelle utilité mes camarades ?
Et bien pour moi (et pour les prolétaires que nous devons défendre) aucune, à part de nous faire doublement crever.

Que la majorité centriste du PS aille au Diable aujourd’hui et avec lui tous ceux qui, en droitisant la campagne et plus généralement les idéologies de "la gauche" ont juste contribué à augmenter le score de la droite néoconservatrice.

Et ce paquet de nouilles roses continue ses erreurs du départ en proposant maintenant à Bayrou le libéral-charentaises, des sièges de Ministres ??? Purée, mais c’est vraiment le degré zéro de la politique et Mitterrand doit, pour le coup, se retourner dans sa tombe...

Alors évidemment, et pour l’actualité du moment, avec le programme de merde, et la campagne de merde, et la candidate... , de Désirs d’Avenirs (qui est le groupuscule démocrate chrétien qui a pris le contrôle du PS en réalité...) , ça va quand même être superbalèze de s’éviter Sarkozy.

Donc i l faut serrer les rangs et combattre, sinon on est mal.

Je veux dire, pas seulement nous communistes, non !

Nous tous et toutes, français qui pouvons voter et étrangers qui ne pouvons pas voter, nous sommes mal ! Donc pour l’instant je ne mpose pas de question juste que je sais bien que je vote contre Sarkozy et que je ne laisserai pas à Mme Royal le soin de l’oublier si elle est élue...

Pour le reste, moi, je suis pleine d’espoir (oui, peut être parce que je suis jeune et jeune adhérente au PCF... mais peut être aussi parce que c’est dans ma nature d’être optimiste - tant que mon coeur bat, je me bats, voilà).

Evidemment, je comprends les copains qui sont dégoûtés , déçus, et attendent que ça change maintenant, avec éventuellement une folle envie de jeter le bébé avec l’eau du bain...

Mais je crois que c’est une mauvaise idée - à ces camarades, je conseillerai de prendre pour commencer un peu de "vacances" du Parti et de la politique, parfois c’est nécessaire et ça fait du bien - enfin, après les législatives hein ;-)) - et puis si vraiment ça ne passe pas et que la confiance ne peut pas revenir ( un peu comme moi avec le PS) il faut s’en aller.
Voilà.

Très simplement.

Que chacun et chacune prenne ses responsabilités personnelles.

Mais j’espère bien que vous allez rester et que nous allons nous battre ensemble encore longtemps parce que les "jeunes" ont besoin des "vieux" et vice versa (pour faire court) !!!

Bien à tous les camarades et à bientôt

Elodie


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 20h32 - Posté par

C’est pas par des chiffres, froids, qu’il faut répondre aux défits d’aujourd’hui, mais par le coeur.

Comme j’estime que notre pays est en grand danger, Sarkozy voulant faire passer en force son choix de société dont je ne veux absolument pas, et comme il ne faut pas trop s’arrêter sur la personnalité, comme assez dit les mois passés, je voterai pour SR pour 2 raisons :
 c’est la moins pire des deux,
 c’est une femme.

Voter blanc, c’est tuer l’espoir d’une amélioration de nos conditions de vie.

Il me semble qu’une 2 è chance s’offre à nous, pour faire entendre notre différence, c’est à dire lors des législatives !

Maintenant, faire le jeu de Sarkozy, l’installer, j’ai idée qu’il aura une idée sournoise, pour que la gauche soit minimisée aux législatives. Comment ? Mais tout simplement en la diabolisant ; d’ailleurs, lui et ses sbires ont déjà commencé dans les médias dimanche soir ! C’est leur nouvelle tactique.

Alors, je préfère encore voter pour SR, au moins on sera débarassé de ces fourbes (droite), a moins que certains d’entre vous préfèrent la castagne ! Ce qui ne serait pas glorieux !


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
25 avril 2007 - 14h52 - Posté par

on fait de la politique avec sa tête et pas avec son coeur


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
25 avril 2007 - 10h23 - Posté par

quand je lis qu’il y a beaucoup à perdre car il n’y aurait que 7 deputés pcf,je me dis que certains n’ont rien compris !!!
le poids de élus c’est cela qui a social democratisé le pcf !
on s’en fout desdeputes ou des mpinistres pcf si c’est pour faire le jeu de la bourgeoisie comme en 1197 a 2002
On en est a ergotée sur le sort de la bureaucratie du pcf, ?
Et si le congre extraordinaire est une bonne nouvelle,il ne faudrait pas oublier la dérive de la cgt ou tant de camarades ont encore les yeux aveugles par les bonnes paroles de Thiabult qui n’a pas grandchose à envier à robert Hue en tant que social démocrate !

deux outils formidables de luute que nous ont laissé nos anciens sont completement sclerose par la bureaucratie et les interets des permanents:le pcf,la cgt
le pcf renaitra il faut l’esperer sur une base révolutonnaire,mais alors on devra reconquérir la cgt .
car c’est dans les luttes qu’on gagne vraiment et ça la directio actuelle de la cgt en est loin je dirai même qu’elle est carrement contre ;
syndicalisme rassemblé et merde c’est de la greve generale quil faut parler et ça evidemment on pefre la saborder à la cgt ;


Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 20h45

Se lever (se relever) toujours et lutter !

J’en suis !

Philippe



Le 10 juin 2007, aucune voix ne devra manquer à nos candidat-e-s !
24 avril 2007 - 22h02 - Posté par

Pour moi ancien socialiste la personnalité de mgb et également l’ étude des differents partis à gauche du ps ma trés rapidement amené au pc, des personnes comme mr hue ne m’aurait jamais rapproché du pc,
je remercie mgb pour toute sa campagne malgré l’archarnement mediatique(presque tous 98%) à casser le pc du matin au soir (contre le communisme de mgb),
malgré que depuis plus d’un an que j’ecoutai à la radio ou la tele toutes (sans exception les heures parler de mr sarko (images idéales pour les maisons de retraite)

je remercie le pc proche de mgb pour leur honneteté !

ne soyez pas craintif je pense que vous allez ressortir malgré les critiques de vos frères de la lcrl,
(d’ailleurs ils devraient arreter... pour le bien de tout le monde
à bientôt, de toute façon je soutien mgb au pc
eric c 34





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite