Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

SALVADOR 26 ANS CONTRE
de : Enrico Campofreda
dimanche 29 avril 2007 - 10h36 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 21.1 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

Le garrot est un instrument de mort composé d’un poteau, d’une énorme vis et d’un collier métallique qui provoquent un lent étranglement. Il fut introduit en Espagne au début du 19ème siècle par le roi Ferdinand VII, fit des victimes jusqu’en 1931 où le gouvernement républicain abolit la peine de mort. Francisco Franco, après le coup d’état et la victoire dans la guerre civile qui suivit, rétablit la peine capitale au moyen de ce dispositif inhumain. Salvador Puig Antich, militant du Movimiento Ibèrico de Liberaciòn fut le dernier garrotté. C’était le 2 mars 1974. Avant cette aube tragique, il avait eu droit à six longs mois de détention après son arrestation où il se retrouva transpercé de projectiles et où mourut un policier. Ce décès fut fatal à Puig puisque Franco décida de se servir à nouveau de la main de fer et fit condamner le jeune homme par son Tribunal Militaire. Se rajouta l’attentat mortel à Carrero Blanco dû à l’ETA et ce fut le prétexte pour ne pas accorder la grâce, même quand les autres gouvernements européens, jusqu’au Saint-Siège, se manifestèrent.

Mais qui était Salvador ? Sûrement un jeune à la conscience politique croissante à qui, dans l’air nouveau de ce qui se passait dans le monde avec la révolte des jeunes, le réveil des revendications ouvrières, la dictature franquiste apparaissait comme une contradiction lourde comme une montagne. Dans les pays latins, à quelques kilomètres de là, la vie coulait tandis qu’en Espagne le généralissime l’avait congelée. Et persécutait ceux qui osaient se rebeller. On ne fait pas une révolte seulement en écoutant Iron Butterfly ou King Crimson mais il est certain que les jeunes Ibériques n’en pouvaient plus de se rencontrer et de danser dans des caves, d’être piétinés, contrôlés, privés de liberté qui est le moteur de la vie. Et ils hurlaient leur colère contre une dictature anachronique. Pour Puig et d’autres étudiants commence une intense activité politique qui débouche aussi sur des actions armées d’autofinancement pour soutenir les luttes autonomistes et anticapitalistes des ouvriers catalans.

Le film de Huerga, réalisé en syntonie avec la reconstruction de l’affaire selon l’interprétation de l’écrivain Escribano, montre à quel point un spontanéisme contre-productif caractérisait le groupe du Mil jusqu’au sacrifice de l’arrestation de quelques militants, dont Salvador fut celui qui paya le prix le plus élevé. Et donc leur exhibitionnisme armé, les attaques de banque approximatives dont la légèreté entraînait de très hauts risques en ce qui concerne la sécurité des autres comme d’eux-mêmes. Il montre aussi comme Puig était un jeune homme normal de son époque qui éprouvait des émotions et aimait sa compagne sur les notes de Suzanne. Combien son sentiment d’amitié et son affection envers ses nombreuses sœurs était élevé, comment, surtout, il était animé d’idéaux de justice pour lesquels il ne craignait pas de mettre sa vie en jeu, même contre la répression la plus féroce, sa vie de 21 ans quand il commença son parcours politique, de 26 ans quand le bourreau le lui broya.

Ses camarades du MIL survivants ne sont pas de cet avis. Ils contestent l’opération hagiographique et l’esprit révisionniste du film, tout entier porté à souligner les ingénuités et l’aventurisme du groupe de militants dont faisait partie Puig. Voici ce que dit un de leur communiqué : « Le message diffusé par le film possède une claire intention politique dans la période actuelle : empêcher la radicalisation des mouvements alternatifs à travers le récit de l’échec supposé du MIL et de la mort dramatique de Salvador. Comme si l’on disait « cela ne vaut pas la peine de s’opposer au système ». Et ils rappellent que l’esprit d’opposition, une façon toujours vivante d’être contre, tient encore en prison Jean-Marc Rouillan, ex membre du MIL et camarade de Puig.

Mais « si les héros sont tous jeunes et beaux » et utiles à la cause qui viendra comme l’a rappelé l’Histoire bien avant Guccini, le sacrifice de Salvador ne s’est pas avéré vain. Outre le fait qu’il est une idole pour ses sœurs et pour ses camarades de lutte, le jeune Catalan a transformé la pensée de ceux qui ont croisé sa vie – malheureuse mais vécue pour un idéal – comme ce fut le cas pour l’avocat Oriol qui jusqu’aux dernières heures avant l’exécution se battit pour la lui sauver. Ou le geôlier d’abord méprisant et provocateur, puis camarade de matchs de basket et de parties d’échecs et enfin, devant le corps sans défense et agonisant du jeune homme, implacable accusateur du crime franquiste.

Parce que c’est cela que fut le « Caudillo » avant d’être dictateur : un bourreau. Selon des données officielles, du Ministère de la Justice, 192 684 républicains furent passés par les armes par la Garde Civile entre avril 1939 et juin 1944. Mais le nombre des victimes fut sûrement supérieur et s’y ajoute l’action des phalangistes qui, pendant des dizaines d’années, se sont déchaînés contre les opposants soit avec leurs propres escadrons de la mort, soit au sein de l’appareil répressif légal de l’armée et de la police où ils avaient trouvé place.

Réalisation : Manuel Huerga
Sujet et scénario : Lluis Arcarazo
Directeur de la photographie : D. Omedes
Montage : Aixalà, S. Borricòn
Principaux interprètes : Daniel Brűhl, Tristan Ulloa, Leonardo Sbaraglia, Leonor Watling, Ingrid Rubio, Celso Bugallo, Mercedes Sampietro
Musique originale : Lluìs Llach
Production : Future films, Mediapro
Origine : Espagne, Grande-bretagne, 2006
Durée : 134’


Imprimer cet article





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite