Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Insecticides : les notes confidentielles du ministère révélées par José Bové


de : Benoît Hopquin
samedi 28 février 2004 - 13h29 - Signaler aux modérateurs

Des militants de la Confédération paysanne ont découvert, lors d’une occupation mouvementée, jeudi 26 février, du ministère de l’agriculture, un dossier sur le Régent, soupçonné de tuer les abeilles. Pour le syndicaliste, "les considérations financières l’ont emporté sur les impératifs sanitaires".

L’initiative voulait marquer les esprits. Des manifestants de la Confédération paysanne ont investi, jeudi 26 février, à 14 h 30, le bureau du directeur général de l’alimentation, au ministère de l’agriculture, à Paris. Ils entendaient protester contre la décision du ministre, Hervé Gaymard, d’autoriser les agriculteurs et les semenciers à écouler en 2004 leurs stocks de Régent, un enrobage pesticide dont la molécule active, le fipronil, est soupçonnée de tuer les abeilles.

José Bové, porte-parole du syndicat paysan, a participé à l’occupation.

Le préfet Thierry Klinger, directeur général de l’alimentation, n’était pas dans son bureau au moment de l’intrusion : il finissait de déjeuner dans le bistrot d’en face. M. Klinger a alors proposé aux manifestants d’ouvrir une discussion dans une salle adjacente mais s’est vu opposer un refus : les protestataires ne souhaitaient parler qu’au ministre ou à un de ses conseillers.

"Ce sont des mœurs qui n’ont rien à voir avec la légalité française,a affirmé M. Klinger, bloqué dans le hall. Je ne comprends pas ces gens qui bravent la loi pour réclamer la légalité." Sur le fond du dossier, le directeur général de l’alimentation a expliqué : "Les apiculteurs disent : "le Régent, le Régent, le Régent" comme, dans Molière, les médecins disent : "le poumon, le poumon, le poumon". Ils refusent d’admettre que d’autres problèmes existent qui peuvent expliquer les mortalités d’abeilles."

Dans le bureau du directeur, au sixième étage de la rue de Vaugirard (15e arrondissement) se trouvaient une bonne trentaine de manifestants. Des apiculteurs de la Confédération paysanne - "Des intermittents de l’apiculture plutôt, plaisantait l’un d’eux. Un jour, tu as des ruches, un jour tu n’en as plus" - mais également des éleveurs et des céréaliers solidaires, venus de différentes régions. Participaient également à l’opération deux députés (Verts) de Paris, Yves Cochet, ancien ministre de l’environnement, et Martine Billard. Gilles Lemaire, secrétaire général du parti écologiste, était également du nombre.

SACS DE COUCHAGE

Plusieurs personnes avaient amené des sacs de couchage, prêts à supporter un siège. "Nous ne quitterons pas ce bureau tant que le ministre ne reviendra pas sur sa décision", affirmaient-ils. Sur les bureaux trônaient trois ruches transportées depuis les Yvelines. Etaient également posé un répulsif pour fourmis et un sac de semences de maïs traités au Régent.

"On ne peut pas bâtir une agriculture qui provoque la disparition d’une partie des siens. Or c’est exactement ce que provoque le Régent avec les apiculteurs, explique Jean-Jacques Bailly, céréalier en Haute-Marne. On met les agriculteurs dans la position d’être demain dénoncés comme pollueurs et assassins. On est en train de se faire hara-kiri." "Moi, je fais du tournesol et je n’utilise pas de Régent, affirme Francis Huchot, céréalier dans l’Yonne. Il y a d’autres solutions qui permettent d’obtenir des rendements égaux. Ces produits-là bénéficient plus aux firmes qui les produisent qu’aux agriculteurs."

Les syndicalistes ont trouvé - "sur le bureau" du directeur, affirme José Bové - un dossier sur le Régent, contenant plusieurs documents confidentiels. Une lecture à haute voix en a été faite dans un brouhaha de réprobation et des photocopies ont commencé à circuler. José Bové, avec un verre de marcillac, a attendu vainement un appel du ministre.

PHOTOCOPIES

A 16 h 57, une cinquantaine de CRS ont donné l’assaut. Ils ont d’abord essayé d’entrer par la porte, contre laquelle s’étaient arc-boutés les militants de la Confédération paysanne. A 17 h 10, deux CRS postés sur la terrasse ont brisé une des baies vitrées, projetant des éclats de verre dans toute la pièce. L’irruption des forces de l’ordre a mis fin à l’épreuve de force. Les manifestants, une quarantaine, se sont assis et n’ont plus opposé qu’une résistance passive. Au chahut a succédé un grand silence seulement perturbé par le bruit du verre broyé sous les pas. Quelques abeilles échappées des ruches et engourdies ont été écrasées.

Sans brutalité, les forces de l’ordre ont transporté un à un les protestataires. José Bové s’était enchaîné au bureau, il a fallu le dégager avec une pince coupante avant de l’emmener. A 17 h 26, l’évacuation était achevée. Le dernier à quitter le bureau, le journaliste du Monde, a pu constater le désordre occasionné tant par les manifestants que par l’intervention de la force publique. Il a pu s’assurer à cette occasion que le coffre-fort était fermé.

Des officiers de police judiciaire et M. Klinger se sont alors isolés dans le bureau afin de procéder au constat, tandis que les manifestants étaient évacués. Cinq minutes plus tard, ils sont sortis en déclarant : "Il y a eu effraction et vol, la police judiciaire est saisie." Il a été affirmé que la porte du coffre-fort avait été retrouvée entrebâillée.

Tandis que les manifestants étaient conduits dans deux fourgons, les journalistes étaient retenus dans le hall. Ils ont subi une palpation, opérée avec civilité sur le journaliste du Monde par les matricules 463 318 et 484 559, qui ne dénichèrent rien. Des photocopies ont en revanche été retrouvées sur deux confrères. Des journalistes ont alors été conduits au commissariat du 15e arrondissement, tout proche. Ils y ont été entendus comme témoins, de manière brève et courtoise, par un agent de police judiciaire. Ils ont pu quitter les locaux de la police vers 21 h 30, retrouvant sur le trottoir les manifestants qui avaient été également relâchés.

"J’ai déclaré au commissaire divisionnaire qui m’interrogeait que je n’avais rien à déclarer", affirmait José Bové, qui devait s’envoler pour Bamako (Mali) vendredi. Il a pris acte de la plainte pour dégradation, annoncée par le ministère de l’agriculture. Avant d’allumer sa pipe et de lancer à la cantonade : "Bon, où est-ce qu’on peut boire un coup maintenant ?"

LE MONDE



Imprimer cet article





polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite