Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Ce que le premier tour a déjà changé
de : Le Figaro..
samedi 5 mai 2007 - 12h02 - Signaler aux modérateurs

La candidate socialiste s’est imposée dans la France de l’Ouest alors que Nicolas Sarkozy a engagé la conquête de l’Est sur les terres frontistes.

Sarkozy et l’électorat du FN

Lorsque l’on compare le score de Nicolas Sarkozy en 2007 avec le total droite (Chirac, Madelin, Boutin) de 2002, on remarque la très grande symétrie avec la carte d’implantation du Front national. Les gains ont été très importants dans tous les départements méditerranéens (avec 43,6 % des voix, Sarkozy a obtenu son record dans les Alpes-Maritimes). L’Alsace et Rhône-Alpes, deux autres places fortes de l’extrême droite, ont également vu le score de la droite nettement progresser. De même que dans les départements de la grande périphérie francilienne (Loiret, Aube, Eure-et-Loir, Oise, Seine-et-Marne, Yonne et Eure).

L’entreprise n’a pas fonctionné avec la même efficacité partout. Dans le Pas-de-Calais, l’Aisne, une partie des Ardennes, en Haute-Marne ou en Lorraine, Jean-Marie Le Pen parvenait à maintenir des scores assez importants (23 % à Freyming-Merlebach en Moselle, 21 % à Harnes dans le Pas-de-Calais, 19 % à Saint-Dizier en Haute-Marne par exemple). Dans ces régions, la base sociologique de l’électorat FN est beaucoup plus ouvrière et populaire qu’ailleurs et n’a semble-t-il pas été aussi tentée par le vote Sarkozy qu’en Paca ou dans le Languedoc-Roussillon.

Il faut également voir dans la performance de Nicolas Sarkozy le résultat d’une très forte mobilisation de ce que l’on pourrait appeler la « droite sociologique ». Les exemples sont nombreux en Ile-de-France : Neuilly (72 %), Le Chesnay (52 %), Garches (49,8 %), Boulogne (49 %), Versailles (47 %), sans oublier les arrondissements parisiens chics : 64 % dans le XVIe, 58,5 % dans le VIIIe et 56 % dans le VIIe. On retrouve le même « sur-vote » Sarkozy dans les enclaves riches des grandes agglomérations : 62 % à Bondues dans la métropole lilloise, 50,4 % à Écully, près de Lyon. On observe un phénomène similaire dans les zones de montagne où sont implantées des stations de sports d’hiver (Savoie et Haute-Savoie) et dans les riches terres agricoles : vignoble champenois et de Bourgogne, Beauce et Brie. Nicolas Sarkozy a également enregistré de forts résultats dans des fiefs des chasseurs (la baie de Somme, à l’embouchure de la Seine, dans la baie d’Isigny, le Cotentin, le Médoc).

Royal et la nouvelle géographie du PS

La carte d’évolution du vote Ségolène Royal révèle une nouvelle et surprenante géographie du vote socialiste. La candidate fait globalement moins bien que le total des voix de gauche en 2002 au sein d’un vaste triangle Nice-Caen-Strasbourg. Les scores de Royal apparaissent faibles dans les espaces périurbains des grandes agglomérations, notamment au sein des périphéries parisiennes ou lyonnaises. Mais la candidate socialiste progresse dans des territoires moins attendus. À partir de son fief des Deux-Sèvres, elle reconquiert une large partie du Sud-Ouest radical : elle s’impose dans un Limousin laissé en « friche » électorale par Jacques Chirac et labouré par François Hollande, mais gagne également des voix dans le Béarn de François Bayrou. Les gains sont également significatifs dans les bastions socialistes des Landes, de l’Ariège, de l’Aude et des Cévennes, où les voix de gauche avaient fait cruellement défaut à Lionel Jospin. Bénéficiant d’un vote utile, Ségolène Royal fait parallèlement progresser le score socialiste là où les « petits candidats » avaient obtenu des scores élevés en 2002, en Bretagne, dans les Alpes du Sud, les Ardennes, la Somme...

L’électorat royaliste reste plus que celui des deux autres « grands » candidats calé sur les terres ouvrières, à l’Est (sillon mosellan, bassins miniers...) mais aussi à l’Ouest. C’est une « première » pour la gauche que d’attirer massivement vers elle les « ouvriers » de l’Ouest, ceux qui votent traditionnellement « oui » à l’Europe et « non » à Le Pen. En cela, Ségolène Royal est l’une des premières candidates socialistes à parvenir à vraiment percer à la fois dans les terres de centre gauche (la droite chrétienne des années 1960-1970) et dans les bastions traditionnels « de la gauche de la gauche ».

Cependant, cette percée relative dans ces « bastions rouges » s’est effectuée principalement sur les bases d’un vote utile, qui a très largement épuisé, dès le premier tour, les réserves traditionnelles « à sa gauche ». La carte masque également la forte implantation urbaine de Ségolène Royal : elle y bénéficie notamment de sa bonne audience chez les jeunes (en particulier les nouveaux inscrits). Néanmoins, cette implantation se limite le plus souvent au centre-ville des grandes agglomérations et dans certaines banlieues : son audience diminue dès la première couronne périphérique (c’est particulièrement net à Strasbourg, Lyon, Besançon, Lille...).

Bayrou : permanences et nouveautés du vote centriste

La carte d’évolution du vote Bayrou reflète trois zones de forces et deux zones de faiblesses. La première zone de force s’apparente aux terres traditionnelles de la droite catholique, étudiées dès 1913 par André Siegfried : la plus vieille et la plus stable carte électorale de France qui avait majoritairement voté pour Édouard Balladur en 1995 et Raymond Barre en 1988 : le Grand Ouest, le Béarn, les Causses, la Loire, la Savoie, ­l’Alsace... Une partie de l’électorat chiraquien traditionnel du Massif Central (en Corrèze, notamment) a préféré Bayrou à l’héritier droitier Sarkozy.

La seconde zone de progression du candidat centriste se retrouve dans les villes, et les périphéries urbaines, notamment dans les quartiers de classes moyennes et aisées (Yvelines, Angers, Caen, Grenoble, arrondissements parisiens). La troisième zone de progression correspond à des espaces où l’extrême droite a beaucoup chuté depuis 2002 : l’Alsace, la grande couronne parisienne et la Savoie. François Bayrou ne parvient pas en revanche à progresser dans deux espaces marqués par la présence du FN. Dans le Grand Nord-Est, région ouvrière et populaire, ayant massivement voté « non » au référendum européen, le candidat centriste ne semble pas avoir réussi à fédérer un vote anti-Sarkozy de gauche, ni à capter une part du vote frontiste. François Bayrou ne perce pas non plus dans le Midi méditerranéen. La carte Bayrou est donc celle d’une France centriste étendue, à la fois rurale et urbaine, qui est aussi celle d’une France « dynamique » et « ouverte », qui gagne de la population ou qui en attire.

La mosaïque des petits candidats

La carte a été établie en prenant en compte le « petit candidat » arrivé en tête dans chaque canton. Étant donné l’écart de score entre Olivier Besancenot et les autres candidats, ce dernier n’a pas été intégré dans la liste. Philippe de Villiers arrive en tête dans toute la moitié nord du pays. Ses quelques points d’appui dans le sud correspondent à des fiefs du FN et montrent que Philippe de Villiers a pu récupérer une partie de l’électorat de Le Pen. C’est notamment le cas dans le Vaucluse où il a pu s’appuyer sur l’implantation de Jacques Bompard.

Frédéric Nihous, le candidat de CPNT, est en tête des petits candidats dans la Somme, le Pas-de-Calais et l’arrière-pays dunkerquois, le Cotentin et le littoral du Calvados, la Gironde (excepté l’agglomération bordelaise), une partie des Landes et du Gers ainsi que des cantons de montagne dispersés. Le PC arrive encore en tête dans ses bastions... mais il n’y devance plus que les petits partis. On voit ainsi apparaître le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine sidérurgique, quelques points d’appui en Ile-de-France, le Centre-Bretagne puis les « campagnes rouges » dans le Cher, l’Allier, le Limousin, la Dordogne et les Landes.

À sa gauche, Arlette Laguiller ne peut compter que sur quelques cantons industriels durement touchés par la crise au nord d’une ligne Le Havre-Nancy. José Bové, lui, a rencontré un écho plus favorable dans les campagnes pauvres du Grand Sud (Aveyron, le nord du Gard, la Lozère...). On retrouve ensuite des cantons de montagne pauvres et enclavées : sud du Pays basque, Ariège, haute-vallée de l’Aude, Diois et Briançonnais. La candidate des Verts bénéficie, quant à elle, d’une implantation très urbaine et assez aisée, concentrée dans les grandes métropoles.

* Directeur du laboratoire MTG-Université de Rouen. ** Directeur adjoint du département Opinion publique de l’Ifop. Les cartes ont été réalisées par Céline Colange (doctorante-Université de Rouen) et Jean-Paul Gosset (assistant ingénieur CNRS-UMR IDEES-Université de Rouen).

Source http://www.lefigaro.fr/election-pre...



Imprimer cet article





Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite