Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
de : La Louve
mercredi 9 mai 2007 - 16h32 - Signaler aux modérateurs
44 commentaires
JPEG - 25.8 ko

"Pour un communisme du 21ème siècle" - 6 mai 2007 : Angélisme irresponsable ou volonté coupable de la gauche ?

de La Louve

Nicolas Sarkozy n’a pas été élu le 6 mai 2007. Colporter cette rumeur, c’est accroître les responsabilités déjà énormes des partis de gauche par un angélisme tout à fait déplacé et irritant.

Il a été élu le 21 avril 2002, sinon même avant.

Techniquement parlant d’abord. L’élection plébiscitaire de Jacques Chirac dans les conditions que nous connaissons a permis à Sarkozy de prendre fermement les rênes de l’UMP et surtout, de s’imposer pendant presque 5 ans à des postes-clefs du gouvernement, les Finances et l’Intérieur. Il en a profité pour placer ses hommes liges partout où il pouvait et tisser ainsi sur tout le territoire national une immense toile d’araignée relationnelle néo conservatrice et ultra libérale.

Idéologiquement parlant ensuite. Il a profité de la désertion totale du PS et de l’effondrement du PCF pour « donner le ton » de cette campagne bien avant qu’elle ne s’ouvre officiellement, avant même d’être investi par l’UMP, dès qu’il est entré en fonctions.

Le silence, l’inaction dans les combats de la plupart des élus et dirigeants du PS, voire parfois, du PCF, ont fait le reste.

 Sur ce point d’une relative inaction, je me permets de rappeler pour exemple (mais il y en a d’autres) deux manifestations « anti-lois Perben » les 5 et 10 février 2004 si ma mémoire est bonne, assez inhabituelles pour êtres notées pourtant, puisqu’elles avaient réuni, sous l’égide du Bâtonnier d’alors - pas franchement gauchiste - une partie importante du Barreau de Paris qui a manifesté, en robe, place Dauphine et devant l’Assemblée nationale, contre les lois Perben liberticides.

Ayant participé, avec des confrères de tous horizons, à ces manifestations, je peux vous assurer n’avoir vu aucun député PCF venir nous saluer ou nous encourager lorsque nous fûmes massés au pied du Palais Bourbon, qu’il n’y eût avec nous aucune délégation PCF, et que la seule pointe de rouge dans nos cortèges était celle amenée par la CGT- magistrature et deux ou trois représentants de la CNT…

Il fut ensuite facile de mettre ce non-soutien à une cause importantissime (protéger nos libertés publiques, déjà) sur le dos d’une volonté délibérée de ne pas participer à des manifestations qui auraient été « corporatistes » - puisque organisées par les deux principaux syndicats d’avocats, l’UJA et le SAF ; en effet, c’est plus ou moins ce que l’on nous a expliqué à l’époque… Je m’étrangle encore de rage rien qu’en y pensant.

Nous avons également été nombreux à déplorer le silence et l’immobilisme des partis tels que le PCF et la LCR face au maintien prolongé et abusif de Sarkozy place Beauvau.

Je ne parle pas du combat pour les sans papiers, que j’ai vu se durcir et dont j’ai pu expérimenter personnellement la difficulté grandissante à le mener dès l’accession de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur…Evidemment, je ne suis pas la seule.

Ce sont des raisons comme celles-ci, qui, personnellement, m’ont rendue en partie hermétique aux appels à voter Royal au second tour sur le thème « Sarko - facho ». Non que cela ne soit pas juste, mais quand on est persuadé d’un danger depuis longtemps, on vit assez mal le fait de se le faire claironner dans les oreilles in extremis, lorsqu’il est trop tard, parfois par des « ralliés de la dernière heure »…

Aussi, croire que Nicolas Sarkozy a été élu le 6 mai 2007 est une nouvelle erreur de jugement dont je ne sais si elle est volontaire (pour tenter de masquer l’étendue du travail qui n’a pas été fait) ou involontaire (réflexe presque inconscient de victimisation et de justification d’erreurs internes par des facteurs exogènes…)

Face à un dynamisme et à une force physique qui semblaient rejaillir en une force intellectuelle, aussi manifestement déployés par le leader conservateur, il n’y a eu aucun rempart sérieux à gauche.

Nous avons confondu quantité et qualité en nous lançant dans l’expérience hasardeuse des « collectifs anti-liébraux », imaginant avec une candeur qui serait risible si elle n’avait pas fait autant de dégâts, que l’agrégation quasi mathématique de forces politiques parfois irréconciliables, l’addition des scores feraient l’addition des voix et donc au final, la victoire en chantant…

A ce sujet, il est à mon sens fondamental de mettre un terme à ces collectifs et de nous désengager de cette dynamique grippée officiellement et rapidement.

En ce qui nous concerne, le PCF a négligé d’entamer ce qu’il aurait du commencer au moins en 2002 à savoir, pour commencer,, une analyse critique et radicale des changements qui se produisaient au PS. Peut-être aveuglé par un suivisme trop anciennement établi, mais aussi, enfermé dans un refus de connaître vraiment « l’ennemi » de l’intérieur, notre Parti a raté cette marche..

Il est donc passé complètement à côté de la révolution (réelle) sociale-libérale (pudiquement appelée au PS « sociale-démocrate ») qu’était en train d’accomplir ce Parti autrefois socialiste, et a ainsi fini de creuser sa tombe, avant de mettre le premier pied dedans.

Aussi n’a-t-il qu’insuffisamment perçu ce que certains n’ont eu de cesse de dénoncer dès que cela est devenu clair, à savoir e fait que non seulement le PS n’était plus un parti de gauche, mais surtout, que cette élection nationale servait en réalité de 2d référendum interne au PS, à quelques leaders assoiffés de pouvoir. Voilà ce qui explique le satisfecit que s’est décerné Royal dimanche soir : « Je pèse 47 % de voix de Français au sein du PS donc je suis le chef »…

Par ailleurs, personne à gauche, à ma connaissance, n’a encore osé émettre l’hypothèse que l’engouement provoqué par Sarkozy ne signifiait pas que la France se « droitisait ». Pour ma part, je ne le crois pas. Au contraire –la France se « gauchise » et nous allons en avoir bientôt la preuve, mais la France en revanche , se fragilise, et est fragilisée, depuis des années, ce qui l’a rendue infiniment plus perméable au populisme et aux effets de manche tribuniciens.

Si l’on veut essayer d’être objectif, le discours de Sarkozy, ses prestations, ont été éminemment « populo » et ont reposé,sans doute, sur une analyse assez fine et juste, non pas de ce qu’est réellement la société française mais de ce qu’elle pense être (à force qu’on lui a bien répété que c’est ce qu’elle était) et donc, au final, de ce qu’elle attend qu’on lui renvoie d’elle-même…

Je ne veux pas faire d’élitisme, et ce qui va suivre ne traduit pas mon sentiment profond, mais il me semble le 6 mai 2007, c’est la victoire de la France des « Bronzés » (ce n’est pas un hasard symbolique que Clavier, l’ami de Sarkozy, a été à ses côtés tant qu’il a pu). La victoire de Mireille Mathieu, d’Enrico Macias et de Johnny Halliday. C’est la victoire du petit qui sue et qui s’habille comme un plouc, un parvenu, « too much », un « revanchard de la vie » dans lequel, paradoxalement, beaucoup de nos concitoyens ont pu se reconnaître. En face de cela nous avions Cali, Benabar, Emmanuelle Béart etc etc. Royal, ses brushings, ses tailleurs impec’ et ses airs de grande bourgeoise atteinte de bovarysme…

Le discours et la campagne de Sarkozy se sont constamment déroulés autour de 2 axes : des « valeurs populaires » et une mise en abîme de la question de l’immigration. Ces deux axes ont été servi et argumentés avec des raisonnements sophistes, binaires, extrêmement bien construits et que personne n’a pris la peine de pulvériser.

Qu’on veuille le reconnaître ou pas, du haut de nos vertus communistes (nous qui nous prenons trop souvent, malgré tout, pour l’élite éclairée de l’humanité souffrante), du haut de ces vertus donc, cette campagne populaire, nous l’avons appelée, avec un dédain qui empêchait l’analyse salutaire, « populisme ».

C’était vrai mais insuffisamment argumenté. Car tout chez Sarkozy a respiré (à tort évidemment) « le peuple » ! Son vocabulaire, et jusque dans sa syntaxe ! Par exemple, « le travail » (et non « l’emploi », non « l’entreprise ») est une valeur éminemment populaire, au sens strict du terme, puisque le peuple est prolétaire ! Ajouté à cela, « la Fance qui se lève tôt » - encore un coin enfoncé dans l’imaginaire ouvrier…Les tâcherons qui bossent, les ouvriers aux mains abîmées et aux yeux fatigués, opposés aux « branleurs »…

Il était quand même assez troublant de constater que des 2 candidats du second tour, celui qui donnait le plus l’impression d’être issu de la bourgeoisie de province, qui se pavane, qui exclut, qui calcule petit, n’était pas celui de l’UMP…

A ce titre, la campagne de la candidate du PS a été une campagne insupportable : elle a été une campagne « d’intellos de gauche », parisienne, élitiste, à côté de la plaque, pleine de blabla, et donc, a attisé les détestations personnelles, à l’image, physique, de la candidate.

Mise en abîme de la question de l’immigration ensuite, LA question qui emmerde (il n’y a pas d’autres mots) la gauche depuis 25 ans ; LA question qu’elle n’a jamais su poser correctement, et donc, à laquelle elle n’a jamais su répondre correctement ; LA question sur laquelle elle a trahi et re-trahi tant qu’elle pouvait, pour laquelle elle n’a jamais eu de discours juste car n’ayant jamais eu de réflexion juste.

Et développement du sujet en deux temps extrêmement manichéens : d’un côté les « nouveaux étrangers », le « robinet à fermer MAINTENANT », et de l’autre les « anciens étrangers », le « gisement à exploiter MAINTENANT ». Autour de tout cela, un Sarkozy se permettant grâce aux attaques stupides de Le Pen, de passer pour un fils d’immigré (sous-entendu un fils de prolo car là aussi la notion n’est pas claire pour la gauche…), revendiquant haut et fort des porte-parole femmes, « successfull », séduisantes, issues de l’immigration. Un comble quand on connaît la réalité de ses pratiques ! J’attends maintenant ce qui serait une suite logique, et mon cauchemar personnel (pas sur le fond, au contraire, j’y suis éminemment favorable) : que Sarkozy tienne les promesses du PS et du PCF, et accorde le droit de vote aux étrangers…

La victoire de Nicolas Sarkozy dimanche 6 mai est celle qui parachève une défaite en forme de tsunami (dont les vagues se font sentir de loin et pendant longtemps) et qui est celle de l’ensemble des partis de la gauche française. A quelques exceptions personnelles, et d’un point de vue « marketing », les partis de gauche échouent à être populaires ou vus comme tels parce que le PS ne l’est plus depuis longtemps et qu’il leur fait de l’ombre sociale-libérale.

Au passage, merci à Blair et à Prodi d’avoir aussi chaleureusement félicité Sarkozy pour sa victoire…J’espère au moins que ces messages auront rendu clair le fait que la social-démocratie dont se réclame désormais ouvertement une majorité du PS, est plus proche de la droite que de la gauche…

Autre problème : la lutte des classes a été abandonnée ( à tort, évidemment, puisque le MEDEF, lui, a continué à la mener) ; avec elle, l’éducation des couches populaires à cette lutte. Nous le payons. Nous payons notre désertion quasi-physique dans les entreprises et les industries, notamment.

Mais nous ne payons pas que cela ! Nous payons aussi l’abandon répété et manifeste, par doute, par lassitude, et par calculs électoralistes aussi, parfois, de nos valeurs centrales : humanisme, internationalisme, utopisme, anticapitalisme.

Et ce qui est fou, c’est que bon nombre d’électeurs populaires de Sarkozy croient, de bonne foi, avoir voté pour tout cela en votant pour lui, tout cela « plus quelque chose », et ce quelque chose, c’est l’ordre.

En cela, la politique de Royal qui a été d’accoler « juste »à « ordre » a aggravé son erreur (courir après Sarkozy sur les terres ancestrales de la droite au lieu de faire une autocritique raisonnée qui aboutisse à une « re-gauchisation » du PS) ; la politique de gauche aujourd’hui est de nouveau assimilée au désordre injuste, à l’insécurité frappant de préférence les classes populaires des banlieues… « La chienlit » quoi !

Merci Royal de nous avoir fait régresser à ce sujet. Non pas qu’il nous faille devenir des « partis d’ordre », tout au contraire – il fallait arriver à penser les choses autrement, ce qui impliquait d’abord de se débarrasser des étiquettes.

Nous avons également échoué, pour l’instant à remplacer la promesse de « créer une France de propriétaires » par une autre promesse d’avenir.

Parce que finalement, l’idéal communiste s’est délité au fil des ans pour devenir un projet consistant à transformer le prolétaire pauvre en petit bourgeois endetté. En notre sein même, nous n’avons pas réglé nos comptes avec le matérialisme et la place de l’argent et de la propriété dans l’histoire de l’Homme. Aujourd’hui encore, nous pensons que nous aurons gagné notre combat si nous parvenons à augmenter fortement les salaires de telle sorte que chacun puisse vivre décemment. Or je ne crois pas que cela doive être notre unique objectif.

D’autant que sur cet terrain, nous avons fort à faire pour combattre l’illusion capitaliste, que nos armes ne sont pas ou plus au point (car comment répondons-nous aujourd’hui à la question « quand faut-il cesser d’augmenter un salaire » ? quand estime-t-on que le niveau de vie décent est atteint ? et pourquoi ne pas aller plus loin ? qui met fin à cette couse à l’échalote et en vertu de quelles règles ?…)

Non pas que cet objectif d’améliorer les conditions de vie des prolétaires, surtout les plus pauvres et les plus fragiles, doive être abandonné, non. Car il faut donner des forces à ceux qui souffrent pour permettre d’initier de véritables luttes, plus profondes et plus radicales (en prenant bien conscience aussi que pour l’instant rien ne nous permet d’affirmer qu’une fois tiré d’affaire le prolétaire voudra encore lutter contre le capitalisme dont il commence à grignoter une ou deux miettes…).

En d’autres termes, je crains fort que pour l’instant, rien ne nous permet d’être autre chose qu’une machine à transformer le pauvre en riche, le prolétaire en classe moyenne bourgeoise.

Entendons-nous bien, je ne plaide évidemment pas pour une paupérisation qui aurait pour objectif de nous garder un réservoir de voix factice. Non, évidemment.

Mais il me semble que cet objectif d’amélioration des conditions de vie des plus souffrants, des plus exposés, ne doit être qu’une étape, un objectif intermédiaire, ou plutôt, qu’il doit être à la fois une cause en soi et également un outil pour autre chose.

Et nous avons beaucoup d’autres choses à faire au PCF durant ces 5 ans à venir.

Bien sûr, notre responsabilité de communiste aujourd’hui est encore ,et plus qu e jamais de gagner des élections. A ce titre, je ne vous cache pas que j’attends peu des législatives en termes de résultats pour nous . Cela nous sauvera d’ailleurs peut-être en partie. J’en attends en revanche beaucoup en terme de campagnes menées, comme lors de cette présidentielle.

Mais nous ne gagnerons plus d’élections de manière significative si nous ne mettons pas en œuvre les moyens adéquats pour y parvenir.

Ces moyens quels pourraient-ils être et d’abord, quels ne sont-ils pas ?

 Ils ne sont ni une fermeture névrotique et identitaire, ni une ouverture liquidatrice du Parti, mais une rénovation interne, raisonnée et fraternelle. Ce qui implique une refondation, sans doute ,de nos propres pratiques (allant jusqu’à une refondation comportementale : nous devons nous comporter comme le grand parti, non pas que nous avons été, mais que nous devons redevenir). Etre ce que nous voulons devenir en somme.
 Ni une lutte acharnée avec nos alliés les plus « naturels », ni une fusion dans l’illusion d’une Linke allemande.

Ensuite, ces moyens, quels sont-ils ?

Ils sont essentiellement au nombre de trois, à utiliser et à approfondir simultanément et sans désemparer, avec dialogue, sans tabou et en faisant la part des choses le plus précisément possible, avec respect et esprit d’ouverture en notre sein.

1. Une refondation idéologique 2. Une transformation éthique de nos pratiques politiques 3. Un renouveau communicationnel

1. Une refondation idéologique :

Une redéfinition de nos concepts-clefs, qui ne sont peut être plus maîtrisés ou pas appropriés – en cela le Congrès de décembre est une très bonne idée, si et seulement si répondre à la question de la place « des » communistes dans la société française au 21ème siècle, implique nécessairement passage par la définition de la place « du » communisme en France au 21ème siècle… Ne pas abandonner la pratique de l’économie mais lutter contre « l ‘économisme », maladie qui gangrène la pensée politique des partis de gauche ( à l’exception notable de la LCR), non pas pour abandonner l’économie, non mais au contraire, pour la remettre sainement à sa place. Nous sommes un parti politique, pas une société d’experts-comptables ! Fort logiquement, l’économie doit être au service de notre politique et pas l’inverse.

On a beaucoup critiqué le fait que cette campagne n’était pas « programmatique », surtout lorsque les médias disaient, de manière fausse, qu’elle l’était. Nous l’avons déploré haut et fort mais nous avons échoué à démontrer que cette absence de programme économique viable et cohérent était suicidaire à moyen terme. Mais les Français ne veulent pas savoir quel est le programme – ils veulent des idées et des projets ; comme lorsqu’ils achètent une voiture : ils veulent qu’elle soit belle et roule sans problème, le plus longtemps possible – ce qui se passe sous le capot, ils s’en fichent, et quelque part, ils n’ont pas tort. On ne peut pas éternellement balayer les attentes populaires d’un revers de main méprisant, en pensant que le peuple n’a rien compris et que nous ferons son bonheur contre son gré – attention à l’enfer, pavé de bonnes intentions.

Cela ne signifie pas abandonner une construction programmatique, non ! Cela signifie, en faire notre seule responsabilité d’experts – il doit exister et il doit fonctionner – mais nous devons « vendre » autre chose.

Enfin, nous emparer de thèmes « d’avenir », notamment l’écologie sur laquelle nous sommes incroyablement en retard (en réglant la question du nucléaire une fois pour toutes), ou en prenant appui sur ce que nous avons commencé à construire et qui est incroyablement moderne pour le coup, à savoir les questions LGBT, auxquelles il faut, à mon sens donner encore plus de visibilité et de dynamique, pas seulement pour régler les problèmes posés au fond mais aussi pour en faire des « supports de communication » efficaces de notre modernité.

2. Une transformation éthique de nos pratiques politiques : Réfléchir et édicter des règles à appliquer d’abord en notre sein, pour lutter contre la professionnalisation de la vie politique (il est non seulement scandaleux mais aberrant que des élus aient pu faire de la politique une carrière de vie, voire, aient ainsi parfois, pu se construire des « fortunes » que le travail d’une vie civile ne leur aurait jamais permis d’acquérir). Evidemment être d’une fermeté extrême sur le non-cumul des mandats, la nécessité de ne pas être élu 20 ans d’affilée, le combat contre toute forme de corruption, de népotisme, de clientélisme etc… La fin du « crétinisme parlementaire » lié à tout cela qui nous oppresse et nous bloque. La pratique d’une forme de vertu comme exemplarité nécessaire. La pratique du dialogue, du respect du militant, la fin de la langue de bois, l’introduction de valeurs comme la joie, l’amour, (bref, des valeurs éminemment hédonistes), pas seulement sur le fond, mais surtout pour guider nos pratiques…

3. Un renouveau communicationnel enfin : « Dépoussiérer » notre IMAGE en termes presque marketing et oublier nos fausses pudeurs. Je sais bien que l’on pense devoir convaincre le peuple et non le séduire, et que cette croyance est fondée sur un respect absolument nécessaire qui est le respect de l’intelligence populaire. Mais nous ne convaincrons personne si nous n’amenons pas d’abord le citoyen à nous prêter une oreille en le séduisant un peu. Cela peut passer par une modification du nom, par un rajeunissement des cadres, des élus, évidemment cela sera d’autant plus facile à faire en notre sein que cela ne traduira pas une altération de l’idéologie communiste et qu’au contraire, cette modification « marketing » s’accompagnera d’un travail de renforcement de cette idéologie.

Je comprends bien que certains camarades soient réfractaires par méfiance à ce type de rajeunissement d’image parce qu’ils redoutent, parfois avec raison, qu’on en profite pour tuer le communisme dans le PCF. Il faut trouver un moyen de rassurer ces camarades pour que nous travaillions tous en semble, et ce moyen , c’est la consolidation idéologique.

En cela, je répète qu’il n’y a rien de plus séduisant qu’une idée bien construite et qu’il est dix fois plus facile de communiquer sur un sujet qui est complètement travaillé, bouclé d’un point de vue idéologique, que sur une notion « problématique » (et qui pose surtout problème à ceux et celles quoi doivent d’en servir…).

Il y a évidemment énormément de choses qui n’ont pas pu être dites ici ; et d’ailleurs, je ne prétends pas avoir tout dit ni, bien-sûr, avoir raison dans tout ce que j’ai dit, ni même avoir bien dit ce que j’avais à dire – je fais comme toujours, j’applique à moi-même une des vertus que je recherche et qui est le dialogue, l’échange d’idées, pour, contre, différentes...

Un vrai dialogue implique le droit à l’erreur pour toute personne désirant assumer une prise de parole publique en notre sein, dans la mesure où certaines limites ne sont pas franchies (ces limites sont notamment celles énoncées plus haut : liquidation, repli, zizanie…). Une sorte d’immunité qui fait que l’on ne remettra pas la personne en cause parce que en réalité, on n’a pas le courage ou le désir de se frotter aux idées. En d’autres termes, il faut partir du principe qu’en général (sauf exceptions avérées et notoires), tout membre du Parti communiste entend rester tant communiste que membre du Parti.

Dialoguer, réfléchir, discuter, donc. Agir également.

Mais ne pas paniquer. Ne pas se précipiter. Quitter la politique du « lapin pris dans les phares », mortifère, irrationnelle, stupide.

Nous avons perdu une bataille (ce n’est pas la première ni la dernière) mais, évidemment, nous n’avons pas perdu la guerre.

Cette guerre, elle se joue depuis toujours, et se poursuivra sans doute longtemps après nous, c’est la guerre contre le capitalisme.

Pour la mener, nous devons nous armer de patience, d’humilité, de rêves, et d’amour.

Chers camarades ,le communisme du 21ème siècle n’est pas mort !

Il n’est pas encore né.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h13

(c´est mon idee et devient de plus en plus dans la tete des gauchistes, mon idee n´est pas la verite, je suis pres a discuter bien entendu) nous devons rassembler tout ce qui est a gauche du ps, et non pas rallier que les coco ou que les anarcho , salut un ancien coco-maintenant direction anarchie, mais je ne laisse pas tomber les gens de gauche-sociaux (pour le socialisme) gauche coco etc..c´est ce que nous voulons faire en allemagne, et nous rassemblons en juin 2007- les 2 plus grands partis a gauche du ps pour devenir la gauche allemande = die linke ( avec toutes les mouvances a l´interieur, notre but d´abord de freiner le capital avec nos differences qui ne viennent qu ´en 2 position) Arretons la politique du saucisson a gauche, l´ump n´a qu ´un seul parti ! , salut j f dieux stuttgart



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 18h26 - Posté par

Nous avons bien compris que le PS voulait se fondre avec le nouveau mouvement démocrate de Bayrou, pour se situer au centre. Nous savons également que l’effondrement de la gauche est organisé au niveau de l’Europe, afin qu’émerge ce nouveau centre dans tous les pays depuis la GB en passant par les pays nordiques, via l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, etc.

En fait, nous assistons à une recomposition du paysage politique, de façon à créer le bipartisme au détriment de la vraie gauche. C’est pas pour rien si Sarko et sa bande ont balancé quelquefois des flèches en direction du PCF notamment et si les médias ont feind d’ignorer les sondages du PCF, rappelez-vous.

Reste à savoir si nous serons le dernier bastion à tomber ou si nous irons nous fondre dans l’émergence de ce nouveau parti voulu par Rocard/Bayrou qui maneouvrent depuis longtemps au niveau de l’Europe. Il y a des enjeux qui nous dépassent. Le PS n’a pas osé nous le dire, et c’est par une indiscrétion de Bayrou à la TV que nous avons appris ce qui se tramait dans notre dos.

Maintenant que nous savons, et que beaucoup de gens (des plus modestes) sont partis vers Sarko croyant à ses balivernes, la question est : comment aborder les législatives ? Allons nous encore laisser passer notre chance de peser dans la balance, et comment sans le plus gros du bataillon ? j

NB. Je ne trouve pas que J.Halliday soit un "bronzé" et dire que Sarko est un parvenu, t’y vas un peu fort. Pour moi, il est évident qu’il a toujours appartenu à la classe bourgeoise bien pensante. Quand il a chialé sur sa vie "difficile", les gens l’ont trop cru. C’était un des pièges à cons qu’il a semé un peu partout, et il faut reconnaître que ça a marché.


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h39

Merci la Louve d’avoir si bien exprimé (même si tu n’as pas tout dit) ce qui me brûle depuis les années 8O et qui déjà était exprimé par quelques uns à quelques nuances près de la situation du moment.

Oui cette exigence de lucidité, de remise en question sur tous les plans y compris de nos fonctionnements en tant qu’être humain tout court, qui demande aussi un travail personnel pour de vrais relations humaines dégagées des relations de pouvoir bien souvent inconscientes mais qui empêchent d’avancer et d’enrichir notre réflexion commune et nos analyses au plus prêt des réalités de chaque période de nos luttes.

Il fallait peut-être en passer par le 6 Mai pour comprendre enfin.

J’espère que tu as fait parvenir ta réflexion à la direction du PCF !

Fraternellement.

Margot



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h40

La premiere reaction qui me viens à l’esprist en te lisant c’ est qu’il est toujour facile de disserté derriere un écran sous un pseudo , je l’ai souvent écrit je n’aime pas avançer masquer c’est pourquoi je signe toujour de mon nom question d’étique et de respect pour tous les militants qui sont morts du fait de leur engagement et finalement de franchise, c’est le premier point d’autant que le net est quelque part virtuel , il y apparait encore plus avec des pseudos .

Celà dit tu n’as pas tort sur certains points ,mais j’imagine la reaction de certaines robes noires à la vue de députés comunistes , ils n’auraient pas manquer de crier à la récupération politique !

Mais celà relève de l’anecdote ;ce que je pense c’est que cette campagne ,et celà depuis lontemps, est menée grace aux outils médiatiques énormes que dispose la droite par l’intermédiaire de ces grands financiers, le sejour doré de Sarzo offert par le magnia de la communication est pour le prouver , mais celà remonte de très loin ,je me souvient de Georges Marchais le dénonçant déjà .

L’UMP dispose d’une véritable arme de guerre -en plus ,des plus cruels ( Je peux te le prouver , j’en sais quelque chose).

La gauche antilibérale n’a pas réussi simplement du fait que l"on a jamais pris la mesure du désarois des gens et de la pauvreté de leur conscience collective -grands média véritable laveurs de cerveaux -qui sont aujourd’hui les seuls par l"intermediaire de la télé a "entré tous les jours dans les foyers ,à celà se double la pression des employeurs - le réfléchir ensemble se meurt et chacun est sûr de détenir à lui seul la vérité , c’est la culture de l"individualisme ,la preuve en est : le comportement de Hue à quelque jours du premier tour ,il savait que c’était suiçidaire ,pourtant il l’a fait , et là les médias en ont fait leur choux gras .

Je pense sincerement que la réfflection ne doit se faire qu’ensemble , personne ne détient à lui seul ni la vérité ni la solution ,la seule chose certaine est que nous evoluons dans un milieu profondément hostile et que chaque faut pas de l’un ou de l’autre est exploité .

Il faut ,je pense reprendre la lutte du départ le plus près possible des gens et de leurs difficultés en laissant des responsabilités à ceux là même qui les vivent , ne faisons pas nous même une forme d’élitisme .

La réalité dùre empêche souvent de réagir à la hauteur de l’agression et entraine un fatalisme qui fait de sévères ravages ; soyons en conscient .

Enfin , je tire un coup de chapeau à MGB pour sa campagne et à tous ceux qui l’on aidée ,tu en était , c’ était une belle , propre campagne avec un programme à la hauteur des enjeux ;mais là encore complètement oculté par les médias, peu de gens l’ont lu faute de moyen et c’est là tout le problème.

Soyons réaliste , nous ne progresserons pas sans l’investissement concret de chacun dans la vie de tous les jours car nous ne gagnerons pas la guerre contre les puissances de l’argent en utilisant les mêmes méthodes et les mêmes outils notre seule force c’est le militantisme :à nous de le développer et l’encourager partout .

Jean Claude Depoil



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 18h49 - Posté par

Bonjour Jean claude
Désolée mais moi je n’ai aucune "envie de mourir", je n’aime pas trop la martyrologie, et ce pseudo est une nécessité presque vitale pour moi actuellement - cela étant dit, si tu te donnes un peu la peine de chercher, tu pourras, comme d’autres camarades, m’appeler par mon prénom et même par nom, puisque contrairement à ce que tu dis, rien n’est caché chez moi. En revanche, je respecte évidemment les morts pour la cause, puisque leur mort était surtout inévitable et qu’elle n’était sans doute pas "une fin en soi"...

Quand au comba t des "robes noires", non seulement nous n’aurions pas crié à la récupération , mais encore nous attendions du renfort ( à l’époque j’étais encore au ps et ce n’est pas faute d’avoir demandé ; rien d’étonnant à ce que le renfort ne soit pas arrivé de ce côté là, à l’exception notable d’un "geste " d’arnaud montebourg ,je dois le souligner, qui si i la plein de défauts excécrables, reste ou fut très concerné par ces questions ) - dans un combat qui était tout sauf anecdoctique (nous avons eu 2 couvertures de Libération presque coup sur coup) et je peux te dire que nous étions assez déchaînés. comme nous l’avons été lorsque l’on a modifié les conditions d’octroi et de valorisation de l’aide juridictionnelle ( pas pour nous mais pour permettre aux justiciables une meilleure qualité de représentation, un meilleur accès à la justice). Comme nous le sommes aussi pour cette histoire de TVA à 19. % sur les prestations aux particuliers un pur scandale...

bref, si pour toi les libertés publiques c’est anecdotique, je ne peux que penser que c’est par méconnaissance du sujet et te conseiller de te plonger vite fait dans les lois liberticides que les gouvernements mis en place par chirac ont publiées depuis 2003 - perben, lopsi, j’en passe et des meilleures ; je parlerai une autre fois du "droit des étrangers "p rofondément remanié et amoindri par sarkozy et autres.

un bilan objectif avec les textes en matière pénale est disponible ici
http://www.affaires-publiques.org/t...
sur l’excellent site de J Cartron.

Alors, pardon, mais pour moi, tout cela n’a rien d’anecdotique....

fraternellement à toi
Elodie


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h42

Tu me réconcilies avec le PCF, Camarade. :)



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h45

Bonjour Elodie,

Tu nous as dèja habitués ici à des contributions hors du commun, mais celle là.... !!!!

Bref : bravo de dire tout haut et aussi clairement des choses que de nombreux camarades ne manquerons pas d’approuver.

Craignant cependant, vu le fonctionnement de BELLACIAO, que ton texte ne soit "poussé" trop vite par d’autres textes, privant ainsi le tien du débat qu’il mérite,n’hésites pas à nous gratifier d’une "édition 2".

Pour ma part, et à priori, j’ai envie de dire mon entière approbation sur tous les points que tu abordes.Mais j’ai envie aussi de prendre un peu de temps pour mieux les apprécier et peu-etre faire un commentaire.

Sur le site du PCF, j’ai suggéré que des discussions ou débats puissent avoir lieu entre adhérents : sans réponse pour le moment.

j-c coualan



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 19h43 - Posté par

Ma petite Louve,je te suis pas à pas !que les choses soit dites !

Les mots "ouvriers" "masses populaires ne sont pas des mots tabous.Et les "refondateurs" nous ont fait quitter les usines il est temps d’y retourner !

Revenir aux fondamentaux,revenir à une analyse MARXISTE,tout en évoluant.

Et aussi parler du passé.Il est temps de liquider ce passé(pas tout)de nos rapport avec les pays dit socialistes et nous sommes les seuls à pouvoir le faire.

Les législatives vont être un combat.Sauver ce qui peut l’être et reconstruire.

Au fait dans les pratiques du Parti:combien de députés assistent au CN,combien de conseillers généraux,de maires,de présidents de communautés de commune, assistent au conseils départementaux,combien de conseillers municipaux assistent à leur comité de section,aux réunions de cellules,et combien respectent les déçision majoritaires ?

Un peu longue ma question mais fondamentale.Il y a du boulot !

Jean Claude des Landes


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 20h54 - Posté par

Salut Jean-Claude,

Tout à fait d’accord avec toi si tu veux bien reconnaitre que la réciproque est tout aussi importante : à savoir que les orgas du parti, et les militants ne doivent jamais "abandonner" les camarades élus.

Quand les militants et les élus sont au coude à coude, je peux t’assurer que tout va mieux....surtout pour nos concitoyens.

j-c coualan


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 17h54

Tout à fait d’accord avec toi, camarade, nous n’avons pas perdu une bataille, nous ne l’avons même pas menée ! En effet nous n’avions pas du tout les mêmes armes que les capitalistes d’en face. Mais d’abord qui sommes-nous ? Et l’écologie, et la décroissance, et, et,et, tant et tant de questions qui n’ont pas pu être posées ou alors esquivées car pas à l’ordre du jour ou hors propos dans l’urgence de l’élection, lors des réunions de cellule.
Le 6 Mai aura été notre chemin de croix, mis ce n’est pas terminé pour les législatives on va encore salement morfler. Et tant mieux ! Le communisme français (re)naîtra de ses cendres, avec de nouvelles idées, des propositions en phase, en prise avec les problèmes actuels. La lutte des classes doit retrouver ses lettres de noblesse car si l’on relit un tant soit peu Le manifeste du parti communiste, n’y trouve-t-on pas dès les premières pages, une actualité tout à fait déroutante pour un essai écrit de concert par deux philosophes éternels il y a plus d’un siècle et demi ?
Non camarade le communisme n’est pas mort, il est à (ré)inventer, et surtout y faire adhérer les camarades prolétaires de tout l’espace européen. Que les Lumières soient !!!!
AlainT44



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 20h26 - Posté par

Je crois que tout le monde devrait lire :Biographie à deux voix le livre d’Ignacio Ramonet sur Fidel Castro .Voir comment Fidel Castro même dans les pires situations pour les cubains aprés la chute des pays de l’Est met toujours en avant la bataille des idées et de la culture pour avancer dans leur révolution.Cette bataille ici nous l’avons en parti perdue pour regagner le terrain perdu il va nous falloir tout remettre à plat.Restons optimistes : Sarko va nous y aider avec lui la lutte des classes ça va être clair !


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 19h57

Vers le sujet politique confédéré "Gauche Européenne"

La contribution des expériences sociales et de mouvement rassemblées dans "Forum pour la Gauche Européenne – Socialisme XXI"

"Forum pour la Gauche Européenne – Socialisme XXI" représente une aire de figures et d’organismes liés à des expériences sociales et de mouvement faite d’une partie de ceux qui ont animé, ces dernières années, les mobilisations contre la globalisation libérale et contre la guerre d’hégémonie planétaire des Etats-Unis, qui a adhéré avec grand intérêt à la proposition du PRC, parti de la Rifondazione Comunista, de constitution d’un sujet politique pluriel, la Section Italienne du Parti de la Gauche Européenne, dont l’intention est de rassembler la plus vaste partie des forces de gauche d’alternative politiques, sociales et de mouvement.

Notre aire propose donc une forme d’organisation pour Gauche Européenne de type confédératif.

Chaque sujet participant de Gauche Européenne se donne donc déjà et continuera à se donner la forme d’organisation qu’il préfère.

Ce qui caractérise, ensuite, notre position culturelle et politique est le dépassement de l’idée d’une quelconque subjectivité sociale vouée à l’émancipation de l’humanité par l’effet des contradictions capitalistes et par sa condition de victime de l’exploitation et de l’oppression, à laquelle pour cela toutes les autres subjectivités subalternes devraient confier leur propre émancipation. Le panorama des cultures politiques anticapitalistes s’est énormément complexifié proposant aussi bien la nécessité d’une recherche qui, à partir de l’enseignement des luttes sociales, pacifistes et environnementales, produise les éléments de cadre d’un paradigme commun que la nécessité d’une relation discursive, égalitaire et coopérative, entre les subjectivités opprimées, leurs expressions politiques, sociales et de mouvement, les subjectivités de type fusionnel représentées par les mouvements écologistes, pacifistes et de jeunes.

Il s’agit donc de penser au socialisme comme à un processus d’élargissement de la démocratie à chaque moment de la vie sociale, pour cela de remise réelle du pouvoir au peuple, en combinant les formes de la démocratie représentative avec des formes de participation démocratique directe des sujets sociaux, des populations des territoires, du peuple dans son entier. Il s’agit de penser au socialisme comme développement des systèmes de protection sociale, comme extension maximale de la zone des biens communs, comme extension maximale de formes locales et générales de démocratie économique.

Il s’agit de penser au socialisme, autrement dit, comme ensemble de processus de libération réelle du travail salarié de l’exploitation capitaliste et de libération des femmes de l’exploitation patriarcale et masculine, plus en général comme ensemble de processus de libération réelle de l’ensemble des sujets opprimés, à travers une participation réelle aux décisions de la politique et au pouvoir local et national.

A l’intérieur de cela, il faut, en particulier, redéfinir ce qui doit redevenir bien commun, donc propriété publique à gestion démocratique (en même temps que les grandes unités de la production, de l’échange et de la finance) et, à notre avis, il s’agit du savoir et de la formation culturelle dans tous leurs aspects et tous leurs moments (recherche scientifique et technologie, école, communication et information, biens culturels) et de ce qui est plus directement lié à la production de la vie et à ses bases naturelles (eau, énergie, matières premières, environnement, territoire, bases génétiques de la vie, moyens pour la santé des populations, protection des enfants et des personnes âgées).

Il s’agit, en outre, de penser au socialisme comme éthique de la non-violence dans les relations et dans les luttes sociales elles-mêmes, comme nouvelle éthique environnementale, comme nouvelle éthique de la responsabilité envers les générations humaines futures. Il s’agit, enfin, de penser au socialisme comme mode pacifié des relations internationales et comme, en même temps, solidarité et dédommagement matériel et moral de la part des pays développés envers les populations des pays moins développés, devenus tels essentiellement suite à quatre siècles de colonialisme et des abus de pouvoir impérialiste qui lui ont succédé.

Nous, en deuxième lieu, nous nous sommes constitués comme réseau et comme réseau nous entendons continuer à exister et à œuvrer. A notre réseau participent donc des figures individuelles engagées dans des organismes sociaux et de mouvements et des organismes sociaux et de mouvements à proprement parler ; l’adhésion à "Forum pour la Gauche Européenne – Socialisme XXI" peut donc être individuelle ou collective. De plus, notre caractère de réseau comporte le fait que chaque organisme adhérent maintienne son autonomie et ses caractéristiques d’organisation, de cadre de travail et d’initiative.

Enfin, nous nous sommes dotés, et nous continuerons à nous doter, d’organes minimes de gestion commune, c’est-à-dire d’organes exclusivement fonctionnels, dont les principaux sont les assemblées d’adhérents et la coordination, dans laquelle se trouvent les représentants de tous les organismes adhérents, plus des figures significatives d’organismes sociaux et de mouvement, plus les figures élues dans les institutions, dans les listes de Rifondazione Comunista, sur notre proposition.

En dernier point, nous considérons que Gauche Européenne dans son ensemble, c’est-à-dire dans sa structure confédérative unitaire, a la nécessité d’expérimenter de nouvelles formes d’organisation, avec plus de participation, plus démocratiques, plus horizontales que les formes traditionnelles. Nous considérons, en outre, que sa structure générale doit être décentralisée, que, donc, au lieu d’un unique point de centralisation à Rome, elle doit en avoir plusieurs, coordonnés ensuite à Rome, par exemple un point pour le Centre Nord de l’Italie et un autre pour le Centre Sud, ou bien un point pour le Nord, un pour le Centre et un pour le Sud, ou peut-être encore un autre type de décentralisation.

Quant aux délais de la fondation de Gauche Européenne, il convient qu’ils soient brefs : le fait même d’une nouvelle majorité de gouvernement l’impose, ainsi que la nécessité de "gouverner" cette majorité à partir du bas, de la société et de ses problèmes. Il conviendra aussi toutefois de conserver le caractère de processus de Gauche Européenne, donc de lui conserver un caractère souple et ouvert de manière à ce que puissent ultérieurement y adhérer de nouveaux organismes et de nouvelles personnes.

Adhèrent à "Forum pour la Gauche Européenne – Socialisme XXI" (au 1 juillet 2006) :

Associazione Culturale Punto Rosso-Forum Mondiale delle Alternative, Argentina Democratica, Alternative Europa Triveneto, AE Firenze, Associazione Priscilla di Napoli, Collettivo Bellaciao, Forum verso la Sinistra Europea Sezione Ligure, Forum della Sinistra Europea Veneto, Forum verso la Sinistra Europea Chiavenna, Forum per la Sinistra Europea Mantova, Gruppo Cultura “Zona franca” Milano, Libera Università Popolare, Nuestra America – per il Socialismo del secolo XXI, Punto Rosso-AE Torino, Punto Rosso Carrara, Punto Rosso Fermo, Punto Rosso Verona, Punto Rosso Riviera del Brenta, Punto Rosso Alto Garda, Punto Rosso-AE Mantova, Punto Rosso-AE Genova, Punto Rosso-AE Ivrea, Punto Rosso Vigevano, Punto Rosso Magenta, Punto Rosso Lecco, Punto Rosso Legnano, Punto Rosso Paderno Dugnano, Punto Rosso Vimodrone, Punto Rosso Bussero, Punto Rosso Arese, Sinistra Alternativa Valle D’Aosta, Transform !Italia

on. Vittorio Agnoletto (Milano), Mario Agostinelli (Milano), Marco Bersani (Milano), Imma Barbarossa (Bari), Alessandro Bortot (Aosta), Patrizia Bortolini (Milano), Elio Bonfanti (Trento), Antonio Bruno (Genova), Giorgio Caniglia (Aosta), sen. José Luiz Del Roio (Milano), Tommaso Fattori (Firenze), Roberto Ferrario (Parigi), Matteo Gaddi (Mantova), Giuseppe Gonella (Genova), Guido Iodice (Uniti a sinistra-Roma), Domenico Jervolino (Napoli), Lucio Libonati (Uniti a sinistra-Roma), Ernesto Ligutti (Carrara), Elio Limberti (Torino), Rita Lavaggi (Genova), Vittorio Lovera (Milano), Roberto Mapelli (Milano), Fabio Marangon (Venezia), Emilio Molinari (Milano), Andrea Morniroli (Napoli), Nevio Perna (Ivrea), Padre Giuseppe Pirola (Padova), Mimmo Porcaro (Torino), Giuseppe Prestipino (Roma), Giorgio Riolo (Milano), Roberto Rosso (Milano), on. Sabina Siniscalchi (Milano), Raffaele K. Salinari (Bologna), Josè Luis Tagliaferro (Milano), Gianni Tamino (Padova), Angelo Tria (Roma), Pino Vanacore (Varese), Pasquale Voza (Bari).

Nous nous sentons faire partie du mouvement pour la construction en Europe et en Italie d’un nouveau sujet politique qui réunisse la gauche alternative, radicale, féministe et écologiste donnant voix à la pluralité des mouvements pour construire un nouveau rapport entre politique et société et pour donner des droits à des femmes et à des hommes rendus de plus en plus subordonnés par les politiques estampillées libérales.

La reconnaissance et l’élargissement des droits du Travail représentent une des priorités pour s’opposer à l’Europe des marchés et connoter la Gauche Italienne/Européenne et par conséquent, à partir de notre pratique syndicale, nous participerons au Forum pour la Gauche Européenne-Socialisme XXI.

Les syndicalistes de la Cgil

Antonelli Federico ; Albori Giancarlo ; Benuzzi Nerina ; Beneggi Mirella ; Besenzoni Gianfranco ; Bonometti Domenico ; Ketty Carraffa ; Ceglia Leo ; Cimmino Nicola ; Colognese Massimo ; Giandinoto Michele ;Greco Vincenzo ; Lareno Antonio ; Lenna Paolo ; Lomonaco Michele ; Maffezzoli Dora ; Mandreoli Corrado ; Madeo Merida ; Minchillo Natale ; Nicolosi Nicola ; Ortolani Giorgio ; Panizzo Terenzio ; Paolillo Sandro ; Regina Ernesto ; Romano Roberto ; Ripamonti Roberto ; Maria Carla Rossi ; Signorino Mirella ; Sgrò Adriano ; Cristina Tajani ; Trezzi Furio ; Trunfio Francesco ; Vanzati Franco ; Valente Giulio.

PRC-Gauche Européenne Paris



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 21h22

Elodie, I louve you !

"Autre problème : la lutte des classes a été abandonnée ( à tort, évidemment, puisque le MEDEF, lui, a continué à la mener) ; avec elle, l’éducation des couches populaires à cette lutte. Nous le payons. Nous payons notre désertion quasi-physique dans les entreprises et les industries, notamment"

Je crois que ces quelques mots expliquent l’inexistence des communistes en tant que force politique. Bien plus que le manque de sex appeal aux yeux du proletariat francais via la prisme de TF1 et compagnie.

Quand aux changement de nom, je crois que c est la porte ouverte a n’importe quoi surtout en ces periodes de refondation et de remise en cause. Je crois qu il faut que l’on s inspire de notre nom, et de notre histoire pour avancer : La lutte des classes reste le moteur de l’histoire. Il n ’ y a rien de plus excitant que ce concepte, non ? le salaries qui si il se bat pour ces droits ferait avancer l’histoire vers le socialisme... Ca c ’est du reality !

D’autres part nous devons considerer, le plus tot sera le mieux, l’elite du PS comme nos enemis de classe aux même titre que l’UMP, Le FN et L’UDF.(Eux nous considerent ,et ce depuis un certians temps deja, comme tel)

Le truc des communiste ce n est pas la survie politique a coup d’alliance contre nature, c ’est etre en premiere ligne dans la construction du socialisme. Ou bien j ’ai faut ?

Et c’est un forum internet, a part disserter avec ou sans ton vrai nom, tu veux faire quoi ici Jean Claude ? heureusement que cela existe ( sauf sur le site du PCF, dommage)

ah et c’est quand qu on lance des pierres et des coktails molotovs aux CRS ? quelqu un a une idée ?

El lobo.



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 22h06

Je me suis arrêté à votre article....parce qu’il le mérite et pose les bonnes questions.

Un peu nostalgique d’une union de la gauche des années 80 (quand on rêvait à 25 ans d’un monde plus juste....)

L’exigence est toujours là...mais la gauche est à réinventer.

Soyons bref : espérons que le PC aura un groupe à l’Assemblée car il le mérite, parce que pour le reste les jeux sont faits : limite du dépôt des candidatures le 16 mai, un PS qui cherche à sauver les meubles en jouant encore du vote utile...une gauche de la gauche (tiens ou en sommes nous ?)

Et après ?

Je partage beaucoup de vos analyses : oui il faut montrer l’exemple et ne pas être seulement des gestionnaires mais aussi des politiques réfléchissant sur notre société et donnant un sens : le communisme communal peut être une bonne base citoyenne...

La vertu dites vous..certainement...et même obligatoirement...est ce toujours le cas ?

Au niveau national : oui de la comm et séduire.....être bref ....(ce que n’est pas votre texte...) mais on peut séduire sans pour autant se vendre au plus offrant....

...et puis devant ce libéralisme effréné qui nous attend...peut être enfin réfléchir à ce que peut être une société solidaire dans une économie de marché : service publics conquérants, entreprises publiques, Recherche, Ecole, Culture, internationalisme, europe sociale, libertés individuelles, justice sociale, soutien aux jeunes sans bagages (qu’il soit de la banlieue ou de la campagne), taxation de capitaux boursiers pour des politiques audacieuses, soutien au PME, démocratie sociale dans l’entreprise, vote des étrangers sous certaines conditions, tout le monde comprend....société communiste...certainement moins....

Oui j’y crois et guette les signes d’ouverture....et suivrais des articles comme le vôtre.

un citoyen



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 22h13

Chère Louve,
Entierement d’accord avec vous sur la défaite qui a eu lieu le 21 avril 2002, plus précisement quand le gouvernement Jospin avec une ministre des sports de la gauche plurielle, ex-candidate PC a privatisé plus que Juppé et Balladur réunis ! Quand l’Etat ne pouvait pas tout, quand la gauche a fait ce que la droite rêvait de faire...
Puis, le non au référendum insulté par le PS, avant et après. Quand le "PS du NON" a laissé les rènes du parti au "PS du OUI" au nom de l’unité, laquelle ? Pourquoi faire ?

Pour le PC, le constat est tout aussi calamiteux. Une candidate qui se désiste pour Ségolène avant le second tour (pourquoi voter PC ?) alors que sa campagne du "non" fut extraordinairement intelligente et juste. Pourquoi se désister -pour ceux qui vous ont insulté- sans conditions ?
La droite au pouvoir fera-t-elle pire que Jospin ? Chacun se pose la question, personne n’est sûr de la réponse, le pire est là. Au nom du réalisme économique, la gauche fait ce que la droite n’ose pas faire : 35 heures contre annualisation du temps de travail avec l’accord du MEDEF pour laisser la droite garder l’annualisation et balayer les 35 heures. Qu’ont gagné les travailleurs à ce jeu de dupe ?

Quand au communisme, il doit s’interroger sur les fondamentaux de l’économisme d’aujourd’hui : La CROISSANCE. Est-il possible de croître indéfiniment dans un monde fini ? Non ! pourtant, le PC rejoint le coeur des incendiaires de la croissance éternelle. le seul moyen de croître dans un monde fini est de détruire pour reconstruire, donc guerre éternelle. l’appel à la paix donne bonne conscience mais ne changera pas grand chose.

Que faire alors ? Décroitre ? Partager ?
Energie renouvelable ou nucléaire ? Pétrole contre nourriture ? Biocarburant ou alimentation ?
Effet de serre ou illusion sensorielle ?
Qu’est-ce que le communisme ? Est-ce le partage d’une croissance de consommation ? Le communisme se réduit-il au matérialisme ?
quelle idéologie économique doit promouvoir le PC ? La croissance ou le partage ?

brouche



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 22h28

Attention La Louve,

Il me semble que ta brillante analyse fait trop peu de place à la sérialité des problèmes et donc des objectifs, mesures etc.... que nous devons promouvoir..
A titre personnel, je ne suis pas convaincu par ton argumentaire sur les LGBT etc....Au contraire, il me semble que le problème de la gauche et aussi du PCF est de parfois trop dériver du social vers le sociétal, au point de placer ce dernier par moments avant le social, l’économique...C’est je crois une erreur assez grave...

Enfin, osons le mot puisqu’il a traversé la campagne...Le mot nation, france, etc...C’est quoi ?
Nous devons je le crois clarifier notre vision de la nationalité-citoyenneté ....
D’évidence, nous n’avons pas suffisamment travaillé ces thématiques...

IlROsso...



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 22h37 - Posté par

donc "il Rosso" on va plus parle ni :

 des jeunes

 des femmes

 des vieux

 des immigrés

 des ouvriers

 des chomeurs

etc etc

paseque sociétal ??????????

un peu ridicule comme justification des problem dans le parti....

Roberto


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 10h09 - Posté par

Roberto,

Il faut d’abord parler des entreprises, des problèmes dans les entreprises et des solutions que nous proposons...Le sociétal (immigrés, pb de sexisme etc...) ça doit passer au second plan, j’en suis convaincu...C’est une question d’efficacité, même si tous les problèmes sociétaux traités par le PCF sont éminemment louables...

Tu parles des ouvriers mais ils ne nous écoutent plus ...Pourquoi à ton avis ? Les jeunes n’en parlons pas c’est pire....Le PCF touche une petite part de la classe moyenne intellectualisée et urbaine...Ca ne va plus du tout....Donc c’est bien que et dans le langage et dans nos propositions nous ne les touchons pas prioritairement....

IlROsso...

PS : Les problèmes de nationalité citoyenneté la aussi on n’est pas clair du tout...Il faut travailler ces sujets plus en profondeur...


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
9 mai 2007 - 23h03

Elodie ou la Louve , ou comme tu voudras selon les circonstances ,

Ton article est une somme , mais je ne peux y répondre d’un seul trait , sans doute que mes moyens intellectuels ne sont plus ce qu’ils étaient , s’ils ont été !
Tu ne seras pas étonné que j’attaque par ce que je trouve trés discutable , je ne pense pas que tu ecrives pour que l’on se prosterne béatement devant l’ecrit , et que l’on applaudisse à tout rompre .
Tu ecrits concernant le parti communiste qu’il doit se reconstruire à partir de trois point , en premier une reconnstruction idéologique , en second lieu , une construction éthique , je te cite :

""Une transformation éthique de nos pratiques politiques : Réfléchir et édicter des règles à appliquer d’abord en notre sein, pour lutter contre la professionnalisation de la vie politique (il est non seulement scandaleux mais aberrant que des élus aient pu faire de la politique une carrière de vie, voire, aient ainsi parfois, pu se construire des « fortunes » que le travail d’une vie civile ne leur aurait jamais permis d’acquérir). Evidemment être d’une fermeté extrême sur le non-cumul des mandats, la nécessité de ne pas être élu 20 ans d’affilée, le combat contre toute forme de corruption, de népotisme, de clientélisme etc… La fin du « crétinisme parlementaire » lié à tout cela qui nous oppresse et nous bloque. La pratique d’une forme de vertu comme exemplarité nécessaire. La pratique du dialogue, du respect du militant, la fin de la langue de bois, l’introduction de valeurs comme la joie, l’amour, (bref, des valeurs éminemment hédonistes), pas seulement sur le fond, mais surtout pour guider nos pratiques…""

pour lutter contre la professionnalisation de la vie politique

Je ne sais si tu as rencontré beaucoup d’élus du parti , un certain nombre sans doute , le probleme c’est que lorsque tu t’engages au PCF , et lorsque tu es élu en particulier , surtout si tu es ouvrier ou employé , tu es condamné à la professionalisation , en effet il n’est pas evident dans une recherche de travail non politique , de presenter un CV , avec une ligne mentionnant :
conseiller general communiste de telle date à telle date , ou député ou ex maire communiste de tel patelin . Donc si nous ne voulons pas avoir pour élus du PCF , des medecins , des avocats , des architectes , bref que des professions liberales , mais si nous voulons avoir des ouvrier (e)s ou des employés , nous devons , le parti doit assurer leur reclassement permanent . Ils entrent donc , obligés , dans une carriere de vie !

voire, aient ainsi parfois, pu se construire des « fortunes » que le travail d’une vie civile ne leur aurait jamais permis d’acquérir).

Ceci est trop grave , pour passer au détour d’une phrase , il faut une fois l’accusation lancée , citer des cas , des noms , des fortunes faites grace et par le parti !
Les élus communistes , sauf peut etre quelques modernistes , reversent au parti leurs indemnités électives , moyennant quoi le parti leur reverse un salaire .
Mais comme tu sais toujours de quoi tu parles , je ne doute pas que tu préciseras ta phrase .

La fin du « crétinisme parlementaire » lié à tout cela qui nous oppresse et nous bloque.

Là , j’avoue ne pas comprendre ta pensée , peut etre trouveras tu le temps de m’eclairer !

Voilà , ce que m’inspire ce simple passage de ton article , mais je promet de décortiquer l’ensemble .

salutations militantes ,

claude de Toulouse .



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 00h10 - Posté par

2. Une transformation éthique de nos pratiques politiques : Réfléchir et édicter des règles à appliquer d’abord en notre sein, pour lutter contre la professionnalisation de la vie politique (il est non seulement scandaleux mais aberrant que des élus aient pu faire de la politique une carrière de vie, voire, aient ainsi parfois, pu se construire des « fortunes » que le travail d’une vie civile ne leur aurait jamais permis d’acquérir). Evidemment être d’une fermeté extrême sur le non-cumul

S’il y a une chose qu’on ne pourra jamais reprocher au PCF , c’est que leurs dirigeants politiques se soient enrichis. Affirmer cela, c’est méconnaître le fonctionnement de ce parti. j


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 00h14 - Posté par

Bonjour Claude de Toulouse
Quel plaisir de te retrouver ici ;-) ( pardon aux autres internautes, CLaude et moi nous avons entamé une sorte de love story fondée sur un sentiment manifeste d’attraction -répulsion... ;-))
Evidemment que je n’attends aucune prosternation ni béate ni pas béate d’ailleurs ! Je te l’ai dit plusieurs fois d’aileur,s Claude, c’est chouette que tu aies fini par en prendre acte.
Je revendique même mon droit à être critiquée et votre devoir de le faire...

Quelles précautions oratoires dis moi donc...

Bon, pour répondre rapidement :

"pour lutter contre la professionnalisation de la vie politique

Je ne sais si tu as rencontré beaucoup d’élus du parti , un certain nombre sans doute , le probleme c’est que lorsque tu t’engages au PCF , et lorsque tu es élu en particulier , surtout si tu es ouvrier ou employé , tu es condamné à la professionalisation , en effet il n’est pas evident dans une recherche de travail non politique , de presenter un CV , avec une ligne mentionnant : conseiller general communiste de telle date à telle date , ou député ou ex maire communiste de tel patelin . Donc si nous ne voulons pas avoir pour élus du PCF , des medecins , des avocats , des architectes , bref que des professions liberales , mais si nous voulons avoir des ouvrier (e)s ou des employés , nous devons , le parti doit assurer leur reclassement permanent . Ils entrent donc , obligés , dans une carriere de vie !"

Euh oui claude, j’e nai rencontré quelques uns, en effet... Ce que tu mentionnes est vrai pour tous les élus - le "reclassement "est bien difficile. C’est vrai que c’est rendu encore plus difficile pour les élus communistes- mais d’une part je pense que moins on reste élu longtemps, plus on a de chances de se reclasser, qu’il faut avoir eu une expérience professionnelle minimale avant de devenir un élu (avoir un métier, une profession), et que bie n évidemment il ya des choses à changer pour aider à la politisation de la vie civile et vice versa, dans le droit du travail. Entendons nous bien : le fait de dire que nous devons appliquer les mesures d’abord en notre sein, ça ne veut pas dire que chez nous tous les élus sont comme ça , et qu’en plus ils ne seraient comme ça que chez nous. C’est plutôt une constatation génral,e mais je pense que nous devons donner l’exemple et qu’on ne peut pas balayer le pb en disant "c’est pas possible" comem tu sembles le faire. Par ailleurs, jeen vois pas trop le pb d’avoir des élus professions libérales au PCF...il faut que tu m’expliques.

"voire, aient ainsi parfois, pu se construire des « fortunes » que le travail d’une vie civile ne leur aurait jamais permis d’acquérir).

Ceci est trop grave , pour passer au détour d’une phrase , il faut une fois l’accusation lancée , citer des cas , des noms , des fortunes faites grace et par le parti ! Les élus communistes , sauf peut etre quelques modernistes , reversent au parti leurs indemnités électives , moyennant quoi le parti leur reverse un salaire . Mais comme tu sais toujours de quoi tu parles , je ne doute pas que tu préciseras ta phrase ."

Ah sacré Claude, toujours sur la brèche !!!!!!
Evidemment ce n’est pas au PCf qu’on fait fortune, sauf , sauf, sauf pour les élus qui ne reversent pas/plus au Parti, comme c’est normalement prévu, une partie de leurs indemnités - il me semble avoir compris que c’était une pratique répandue chez certains "rénovateurs" ( disons liquidateurs) que toi tu appelles "modernistes" ( je note le sens de la formule, c’est très mignon) - est-ce normal ? !BOf, je ne sais pas moi...je m’interroge. En fait, non, je ne crois pas. Sauf, bien sur, à ce que ces "modenristes" aient effectivement eu, avant d’être élus, un travail leur assurant un certain niveau de vie et que le reversement de cette fraction de leurs indemnités les prive de ce niveau de vie, ce qui serait con à un certain stade. Mais, encore une fois, à tort ou à raison, je n’ai pas compris cela... Sinon, je n e vois pas de justification, désolée. Par ailleurs, ce que je dis est vrai et archi vrai pour des tas d’élus non PCf (au Ps par exemple, pour ne pas les nommer ) et encore une fois, nous devons être exemplaires et nous battre fermement sur ce genre de question.

"La fin du « crétinisme parlementaire » lié à tout cela qui nous oppresse et nous bloque.

Là , j’avoue ne pas comprendre ta pensée , peut etre trouveras tu le temps de m’eclairer !

Voilà , ce que m’inspire ce simple passage de ton article , mais je promet de décortiquer l’ensemble "

Alors là Claude, tu m’étonnes, tu ne sais vraiment pas ce que ça veut dire "crétinisme parlementaire" ? .......je suis très très suprise et j’avoue, j’ai du ma là te croire...

Bon, enfin, toujours la même stratégie de poser de fausses questions pour avoir de vraies réponses et pouvoir,dans un second temps, si possible "démolir" - tu dois être un bon joueur d’échec non ?
alors, oui, bien sûr claude, décortique l’ensemble !!!! Fais toi plaisir...A moi, tu me fais plaisir ! Et le plaisir, c’est important pour notre avenir.

Salutations militantes, en effet
Elodie, Osémy, La louve, enfin oui, comme tu veux donc...


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 08h35 - Posté par

Merci Elodie ,

Attraction / répulsion dis tu , c’est sans doute vrai , je crois que lorsque l’on ressent une attraction forte , il faut aussitot introduire une dose de répulsion aussi forte pour tenter de rester objectif .
Ton intervention lors du meeting de MGB m’a tellement impréssioné (positivement ) qu’il a bien fallu , que je me défende , mais laissons de coté toutes précautions oratoires !
Joueur d’echec , oui , mais à mon niveau , ce n’est pas déterminant , et les VRAIES questions sont faites pour entrainer de VRAIES réponses , et surtout pas pour démolir .
Je partage , nombre de tes points de vue sur le parti , son passé , son présent et ce que devra etre son futur , c’est pourquoi , certaines approximations dans ton discours me navrent , et si tu veux bien faire l’effort de le reconnaitre , le passage sur l’éthique , n’etait pas des plus accomplis .
Pourquoi les professions libérales , parce que par essence , elles ne sont pas soumises à une relation de subordination , parce que si je suis médecin ou avocat candidat communiste battu , cela ne m’empeche pas de rester inscrit à l’ordre ou au barreau et donc d’exercer , alors que la situation n’est pas tout à fait la meme pour un ouvrier ou employé , tu veux bien l’admettre .
Pour les " Modernistes " j’aime à voir que ma formule t’a parue mignone , c’etait bien l’effet recherché , tu sais depuis le , " mignone allons voir si la rose ", il n’y a rien de nouveau pour ceux qui lachent l’essentiel pour l’apparence , ou la sécurité .
Juste un détail , pour que tu ne m’attribues pas d’intentions malveillantes à ton egard , à sciences po , on avait un exercice que j’adorais , dix minutes pour prendre un texte au hasard et faire ressortir toutes les faiblesses du textes , ça me rappelle ma jeunesse !

je ne te connais pas , je n’ai aucun interet personnel ou partisan à demolir une camarade qui nous rejoint , mais la critique et l’autocritique ( dans son sens non policier ) font bien partie de nos grilles de lecture , non ?

Avec mon affection maitrisée ,
et mes salutations militantes ,

claude de Toulouse .


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 10h04 - Posté par

Bin reçu Claude ;-) et évidemment encore une fois, surtout s’il n’y a pas d’intention "maligne" (tjs désagréable entre camarades) , déconstruis tout ce que tu veux comem t u le veux - cela m’enrichit.
Amitiés mitlitantes
Elodie


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 14h11 - Posté par

Méfie-toi quand même parce que Claude a une vraie langue de vipère venimeuse.
I love U2 (je copie sur el lobo)
Léa


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 14h53 - Posté par

Hello Léa ! _ ;-)
Je t’envoie plein de bisous et à bientôt - Elodie


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 15h48 - Posté par

Je devais écrire I louve U2 mais c’est pareil.
Léa.


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 00h45 - Posté par

Claude tu veux des noms... et bien est que est "eretique" demande si Patrick Braouezec et encore mieux Clementine Autain ou d’autre elus comme les pro-bove, les pseudo renovateur/liquidateur, les huehueiste, les orthodoxe du Pole, du Rouge Vif, de la Riposte etc etc.... revers leurs indemnités au parti ???


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 01h00 - Posté par

"Nous avons confondu quantité et qualité en nous lançant dans l’expérience hasardeuse des « collectifs anti-libéraux », imaginant avec une candeur qui serait risible si elle n’avait pas fait autant de dégâts, que l’agrégation quasi mathématique de forces politiques parfois irréconciliables, l’addition des scores feraient l’addition des voix et donc au final, la victoire en chantant. A ce sujet, il est à mon sens fondamental de mettre un terme à ces collectifs et de nous désengager de cette dynamique grippée officiellement et rapidement."

Pour une fois je ne partage pas complètement ton analyse, la Louve.
L’expérience des collectifs anti-libéraux n’était ni risible, ni candide.
Ce "laboratoire politique spontané", saboté par les égos (y compris les notres...), a eu le temps de nous léguer deux enseignements majeurs pour l’avenir des forces progressistes :

 on pourra faire tous les liftings programmatiques et d’apparat de ce monde, les concepts mêmes de marxisme et communisme, arbitrairement assimilés à tous ces régimes de merde qui ont constellé le siècle dernier, flanquent la gerbe à la très grande majorité de nos concitoyen(e)s ! Je le déplore, je trouve cela injuste, mais c’est ainsi...

 la politique ne pourra que repartir "d’en bas". De ce fameux citoyen "lambda", qui en a vraiment classe que l’on décide pour sa pomme ! La clairvoyance bienveillante des élus, des congrès et des partis, il a déjà donné (et il n’est plus très chaud pour ce qui est de renouveler le bail...) !

Le communisme du 21e siécle aura un autre nom, une autre gueule, de nouvelles racines, ses luttes et vieilles lunes de toujours - qui hélas feront encore des petits ! -, et d’autres finalités (à ce sujet le retour de l’hédonisme me parait on ne peut plus salutaire ! ;D).
L’ "ancien" communisme vivra en lui, tout comme les utopies pré-marxistes vivaient en lui...

Et en attendant que nous "ayons tout" ("dans 10.000 ans !", comme le disait mon grand-père spirituel, l’immense Léo Ferré...), je n’irai pas jusqu’à prétendre qu’il faudrait remplacer la faucille et le marteau par la pine à Krivine et la craquette à Arlette, mais presque !

 ;)

Bien à toi

Nostrabrunzus


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 01h23 - Posté par

ou ta vue la "spontanéité" dans le collectifs anti-libéraux ????? mort de rire....

Mais Brunz di moi dans combien des reunions tu ete present ???

Esxuse moi mais la tu dit nimportequa...

l’union de forces politiques n’est pas justement un "agrégation quasi mathématique"

tu te trompe completement, tu a un vision bien naif...

A propos des collectif serait bien demander par esemple... si "l’unite" été présente... qui a payer tous les frais de location des differents salles loue pour les reunions national ???

"saboté par les égos (y compris les notres...)" a bon... l’attitude de Bove ou de Autain est "comparable" a celle de Marie George Buffet ???????

bon je arréte trop rigolo pour être vrai...

R.


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 09h08 - Posté par

Caro Roberto,

c’est bien de rigoler. C’est bon pour l’esprit et la santé.

Je ne dis pas "n’importe quoi" et ne suis pas plus naïf que tu ne l’es, car la naissance de Bellaciao avait la même spontanéité (je ne suis pas un communiste "pur jus", tu le sais, mais je me suis retrouvé sur pas mal de trucs avec toi et tous nos amis) que celle de ces collectifs qu’il me parait très injuste de réduire à Bové ou Autain.

Des amis à nous s’y sont ralliés, et c’était pas forcément les plus cons (Franca Maï, Di2, le Yéti...).
J’ai suivi Marie-George parce que, obligé de choisir, j’ai choisi la personne et le programme qui de loin me convenaient le mieux.

Maintenant, si toi, la Louve et d’autres encore estimez que le PC doit se la jouer d’emblée sur une sorte de "repli refondatoire", le temps qu’il maquille son "ininmaquillable" ADN, il me semble de mon devoir, PARCE QUE JE SUIS DES VOTRES, vous dire que cela me paraît être une erreur stratégique de toute première importance.

baci

Brunz


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 01h19 - Posté par

Trés bonne analyse, cela confirme ce que je pense nos ennemis de classe ne sont pas des enfants de coeur. Ils ont mis tous leurs moyens pour obtenir ces résultats. Notre faiblesse et nos maladresses sont bien réelles. Comme tu le dis si bien dans le contexte actuel personne n’a envie de faire de l’héroisme. Ceci dit beaucoup de militants ont subi la haine patronale. Notre peuple n’est pas ignare il le sait bien.
Et certains préférent avoir une droite dure en face de soi, q’une gauche caviar qui les poignarde dans le dos. Dimanche soir les tendances diverses du PS se sont démasqués, à nous de réfléchir avec finesse pour relancer la lutte de classe et de montrer que le capitalisme n’est pas éternel qu’autre chose est à construire.
Dans cet ordre d’idée il va falloir crier notre dégout de cette justice de classe qui punis des jeunes qui sont dans le désespoir. Amnistis pour tous. Amicalement. Serge.


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 09h11 - Posté par

Merçi d’indiquer à ceux qui comme moi n’en savent rien le montant des indemnités et autres avantages que perçoit un député ( ou l’adresse d’un site explicite )

Je voudrais évaluer ce que devrait reverser mon député PC à son parti au cas ou il s’y déciderait.
D’avance ...


Utopistes debouts !
10 mai 2007 - 01h18

Enfin un commentaire sensé ! Venant de "la Louve", je n’en attendais pas moins (même si je pense que tu aurais dû aller jusqu’au bout de ton raisonnement et voter blanc dimanche dernier).

Mon fils est né deux jours avant l’avènement (institutionnel) de Sarkozy. Pour son avenir et pour le nôtre, je ne peux que souscrire à ce que tu viens d’écrire. J’ai déjà entamé des démarches du même type dans mon département (les Hauts-de-Seine...encore dirigés par Sarkozy) et à Paris avec des communistes ayant des préoccupations similaires.

Pour nous, le congrès de l’automne ne doit surtout pas être l’occasion de régler des comptes, même si certaines têtes mériteraient de tomber (notamment dans l’entourage kamikaze de Buffet). Croire que si un marteau et une faucille avaient orné nos affiches nous aurions fait un meilleur score, c’est se fourrer le doigt dans l’oeil jusquau coude. Et croire que l’on aurait mieux fait de se rallier au PS comme Taubira et Chevènement pour quelques circonscriptions, n’en parlons pas !

Bref, si ce congrès doit servir à remplacer Buffet par Gérin ou un sbire de Hue, je rends ma (récente) carte tout de suite ! Non, nous devrons y tirer les leçons non seulement de notre échec à ces présidentielles (y compris au sein du rassemblement antilibéral), mais aussi ceux des élections précédentes, car cela fait 26 ans que nous déclinons...depuis ma naissance en fait (peut-être suis-je personnellement responsable ?).

Pourquoi le vote en faveur de Buffet, Bové et, dans une moindre mesure, Besancenot, est-il jugé "inutile" ? Cette question et d’autres (du genre "pourquoi Buffet, Cohen-Seat, Dartigolles et d’autres laissent-ils la critique des médias à Bayrou lorsqu’ils passent à la télévision ?) devra stimuler notre réflexion.

Je ne reviens pas sur tout ce qu’a pu dire "la Louve", mais je la rejoins en particulier sur sa conclusion : nos travaux devront se focaliser sur

 la redéfinition de notre idéologie (un "retour au marxisme" étant impossible (le "marxisme" n’existant pas), sa radicalisation (au sens propre : elle devra répondre aux racines mêmes des maux de la société, et aller plus loin en proposant un autre système que celui que ma génération a toujours connu)

 l’actualisation de notre discours, allié à une réactivation de la conscience de classes. Alors que les dominants savent pertinemment où se trouve leur intérêt, les dominés sont divisés, "jouent le jeu" du système et cherchent à s’en sortir "mieux que le voisin". Il nous faut trouver les mots pour que cette classe dominé reprenne conscience de son existence malgré son hétérogénéité apparente.

 L’invention de nouvelles pratiques. Sans revenir sur le fonctionnement du PC, n’oublions pas que nous avons toujours été forts aux moments où nous étions "utiles" à la population. Au début du XXème siècle, si la SFIO puis le PCF ont eu tant d’influence, c’est notamment parce qu’au niveau municipal, ces deux partis inventaient de nouvelles pratiques politiques : services publics municipaux, colonies de vacances, etc. Aujourd’hui, même si la droite locale revient sur certains de ces progrès sociaux, ces pratiques sont devenues courantes. Presque victimes de nos succès, nous en sommes aujourd’hui réduits à gérer nos municipalité comme le feraient le PS, sans audace, sans imagination. Certains élus PCF de ma connaissance font appel à des consultants en "com’" digne d’Euro RSCG et compagnie ! Nous sommes aujourd’hui sur la défensive, accrochés à nos bastions, priant pour qu’ils ne basculent pas au PS ou à droite aux prochaines municipales... Il faut avancer, et retrouver le volontarisme qui était celui du début du siècle dernier !

Une ébauche de brouillon va être amorcer en vue d’un texte de congrès. Tous ceux qui sont motivés par cette perspective sont les bienvenus. Si on se plante cet automne, que des ambitieux plus tacticiens et carriéristes que sincèrement communistes prennent la direction du parti, et que nous perdons nos conseils généraux et nos mairies dans la foulée, le PC sera tellement mal barré que les dix ans qui nous attendent seront encore plus douloureux pour tout le monde !

Thomas, (anarco ?)communiste orwellien de Nanterre, 8 ans lors de la chute du mur de Berlin, aujourd’hui père de Tybalt (deuxième prénom : Spartacus !),petit garçon de 6 jours (dont 2 sous Chirac).

P.C. (c’est comme un P.S. mais en mieux) : la Louve, tu connais Ian Brossat à Paris ? Lui aussi est intéressé par cette réflexion, il faudrait peut-être qu’on se voir un de ces quatre...



Utopistes debouts !
10 mai 2007 - 02h05 - Posté par

D’ordinaire, j’apprécie les contributions de la Louve, mais celle là m’a donné la nausée (je suis sensible me direz vous), pour une seule raison:le rapprochement des mots "collaborationisme" et "PCF".

Je sais bien que les effets de manche sont ta spécialité chère Louve, mais à trop vouloir marquer les esprits tu tombes dans le mauvais goût...
Pourquoi avoir choisi ce mot alors qu’il y a "suivisme" "compromission" "huisme" pour décrire la démission d’une partie du parti face au PS... ?

Je suis jeune mais pourtant je considère que j’ai adhéré au parti de la Résistance, et l’emploi de certains mots à son endroit, quelqu’en soit le contexte me parait insultant.

Léo


Utopistes debouts !
10 mai 2007 - 14h56 - Posté par

PArdon Léo, en effet le terme collaborationnisme est pour le coup mal venu, mal placé , t uas raison, pour tous les motifs que tu énonces.
Je le retire. Mea culpa
On peut préférer dire "suivisme" ou ce que tu veux, ça exprimera mieux mon propos.
Ciao ! La Louve


Utopistes debouts !
11 mai 2007 - 11h32 - Posté par

Merci !

C’est beaucoup mieux ainsi.

Léo


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 07h09

Je ne voudrai pas vous faire revenir trop en arrière, mais tout de même. 1969 combien faisais le candidat du PCF ? 22, 23%. Pas de candidat en 1974, programme commun sans doute ? 1981 combien faisais MARCHAIS ? 16% et après je ne veut même pas le rappelé.

Faisons attention, que le fait de vouloir faire une grande union à gauche de la gauche, nous fasse perdre notre identité et nos valeurs. Nous devons retourner devant les entreprises, pas que la veille des élections, non tout le long de l’année.

Former nos adhérents, et aller surtout vers la jeunesse trop longtemps éloigner de nous. Bon je reviendrai plus tard.



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 13h25

comme tjrs les textes de la louve sont puissants
je suis a 100 pour 100 daccord avec toi
si nous avons en partie echoués c est a cause de la langue se bois et la non sincerité de nos elus
il faut un changement profond de cadre au pcf
il faut des gens comme toi elodie
des gens integre qui pense aux autres avant de penser a eux
c et ca la base de la politique
je regrete de ne pas votez dans ta circonscription je t aurai donner ma voix les yeux fermée
mais si tu a besoin de mains pout t aider a coller je passerai avec plaisir
peut tu mettre sur ce site l adresse de ta permanence merci
tu va les remuer dans le 16 bravo

vive le 21 siecle



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 21h34 - Posté par

Oui, il faut un rajeunissement des cadres, mais attention il n’y pas que cela, il faut retisser les liens déjà entre communistes, renouer le dialogue notamment avec les"anciens" communistes. Beaucoup sont partis depuis parce qu’il ne retrouvait pas justement ce qui démarquait le parti du PS. Etre un PS bis "rose foncé" ça n’a servi à rien ! Retrouver les fondamentaux en réinventant un avenir. Cette une guerre idélogique qu’il faut mener et pour cela on aussi besoin de jeunesse et pour parler à la jeunesse il faut aussi laisser la place aux jeunes ! Il faut retourner dans les entreprises oui, mais pas que là, dans les cités, les quartiers et retisser tous ces liens perdus parce que beaucoup étaient déroutés et n’osaient pas exprimer leur inquiétude devant cette desertion, l’épisode Hue notamment à fait beaucoup de mal.
Monique


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
11 mai 2007 - 00h26 - Posté par

Elus PCF, y a t’il des candidats ?...
Pour le moment dans mon canton, dans ma commune, mon département ou ma région les postulants aux responsabilités, çà ne court pas les rues. Les propositions de candidatures sont discutées collectivement et il y a approbation par les adhérants par un vote. S’ils ne conviennent pas ? C’est une question. Qu’en pensent les autres communistes ? Pourquoi ces candidats à l’élection sont ils désignés ? Toujours en place ? etc...

Collectifs anti libéraux
Ma santé ne m’a pas permis de m’y associer, mais si je me souviens bien, ils sont nés à la suite des mouvements de lutte. Constitués avec des gens de gauche ? Même s’ils ne sont pas suffisamment représentatifs, ils représentaient tout de même 18017 participants (cf chiffre lu dans l’huma 11/12/2006) lors des votes sur la désignation du candidat de la gauche unitaire antilibérale.

Idem quand je lis des commentaires sur le PS : l’électorat socialiste, et les socialiste c’est pas tout à fait la même chose.
Le respect du vote même s’il ne nous convient pas, les enseignements à entirer. Il y a le temps pour faire celà. Impérativement il y a besoin de respect et de démocratie.

Certaines choses me gênent dans le ton qui est employé. Critiquer au sens de porter un regard critique. Oui il est bon de pouvoir le faire. Mais ce n’est pas tout à fait le cas. Il est plus facile de regarder l’Histoire une fois qu’elle est écrite. C’est bien parce qu’elle est écrite que l’on peut en dire quelque chose. Peser ce qui a fonctionné ou pas. Mais à ceux qui pensent qu’on aurait dû faire comme ci ou comme celà...

En outre, si il y avait les forces politiques au PCF plus nombreuses... on n’en serait pas là !
Et l’on ne parlerait pas ainsi.
Le poids des médias, la force de la censure sont à la hauteur de l’enjeu : maitien des forces capitalistes et étouffer tout résistance. Alors que dire de la division de la gauche. En fin de compte à qui celà profite ?
C’est déjà assez difficile comme çà, alors il faudrait encore se flageller ?

J’ai adhéré au PCF en 1973, après le Puch du Chili. Depuis je n’ai jamais regretté mon adhésion. Les Hommes et les Femmes qui composent ce parti n’ont pas tous la même façon de voir, à l’instant T. Chacun analyse les choses du haut de son expérience personnelle, voire collective. Je milite à la CGT depuis la même époque (1973).

C’est surtout dans le militantisme syndical que j’ai pu vérifier mes convictions politiques. Mais ce que j’y ai appris c’est la puniacité tant il faut de persévérance auprès des gens pour faire avancer des idées. Parce que les gens, les salariés les collègues se laissent gagner à une idée , un raisonnement une réaction, une lutte que lorsqu’ils se reconnaissent, trouvent des réponses à leur propres interrogations ou satisfaction de leurs besoins.

Voilà quelques réflexions, mais c’est déjà trop long.

J’attends de ce site beaucoup d’échange. Il y a des choses à se dire mais attention, la dérive vers l’invective est vite là si l’on n’y prends pas garde. Nous avons besoin de comprendre ce qui se passe dans le respect des uns et des autres, avec aussi le droit à l’erreur pour chacun.
Merci à BELLACIAO, merci aussi à Elodie pour tant d’autres interventions et à tous ceux qui participent à cette expression.
Bien amicalement.
Denise (Isère)


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 20h42

J’AI LU À TÊTE REPOSÉE...

... ce long et intéressant texte, La Louve... et je le partage dans sa quasi totalité.
Retrouver les fondamentaux et remettre le militant au centre du parti.
L’humain c’est encore ce qu’il y a toujours de plus moderne !

NOSE



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
10 mai 2007 - 23h22

Revenir aux fondamentaux, revenir à une analyse MARXISTE.

Heureux que tu soulèves ce problème.

Et pourtant nombre d’analyses marxistes d’une très haute portée ont vu le jour ces dernières années, mais il faut le reconnaître, elles n’ont plus le droit de cité au PCF ou pire sont caricaturées.

Il y a comme une préemption et j’ose le dire une caste (Sève, Boccara etc. ou même "d’anciens du PCF" comme Philippe Herzog qui ont laissé une empreinte toujours vivace) qui verrouille le débat et la confrontation nécessaires qui devrait avoir lieu au sein du PCF.

On s’est noyé dans un "antilibéralisme", vague, fourre-tout, inaudible.



POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
11 mai 2007 - 07h42 - Posté par

Bien d’accord avec toi La Louve, mais il y a beaucoup à discuter dans tes réflexions.

Quelques indications quand même....

 La manif des robes noires pas soutenue... Dans ma ville le PCF et le collectif antilibéral ont organisé une manif de soutien aux Don Quichottes expulsés et traduits en justice...

Nous avions appelé large : syndicats, partis etc...

Il y a eu des réactions catastrophiques de personnes (surtout du milieu enseignant) quittant parfois la manif au prétexte qu’il se serait agi d’une manip du PC !!!

 le retour aux fondamentaux . Bien d’accord avec toi. Il nous faut cesser de mettre en relief ce qui nous gratte et engager la réflexion sur le fond sinon on va se perdre. Le champion de la lutte de classe durant cette campagne présidentielle n’a-t-il pas été Naguy de Bocsa ?? En qualité d’afficheur tu te rends compte ce que je pouvais penser en arrachant les photos du Vicomte où de notre champion élu président ? 1789 et la suite c’était quoi ?

 ne pas oublier dans nos analyses... quand le capital voit ses représentants directs discrédités, il fait appel à la social démocratie pour gérer ses intérets. Mais quand il peut mettre en place ses représentants directs, il le fait . On n’est jamais si bien servi que par soi même... Quand tu dis celà à de bons copains aujourd’hui, ils se hérissent ; mais quand tu expliques notre belle démocratie et son fonctionnement à coups de milliards...on t’écoute .

 la prochaine campagne des législatives. Moi je n’aurai qu’un slogan à donner à la population...

Rappel des dates des avancées sociales correspondant à la force que représentait le PCF.

Rappel des reculs sociaux correspondant toujours à l’affaiblissement du PCF.

Et de conclure en disant aux gens qu’il leur appartient de faire le choix de leurs intérets. exemple :

1936 = congés payés . Force du PCF = 23 %

1947 = Sécurité sociale. Force du PCF = 25 %

(...)

2003= recul sur les retraites. Force du PCF = 3,38 %

A + dans nos prochains combats.

Galou des Landes


POUR UN COMMUNISME DU 21ème SIECLE (ou : leçons du 6 mai 2007)
13 mai 2007 - 10h59

Bonjour, j’ai lu ce texte un peu de l’extérieur (adhérent à aucun parti, mais bien de gauche), et j’ai l’impression qu’il y a vraiment une coupure entre vous, votre façon de parler des "prolétaires", et ces mêmes prolétaires. J’ai l’impression que vous faîtes vous-même partie de la classe "moyenne bourgeoise" (si vous travaillez au Barreau), et que vous pensez vous servir des "prolétaires", pour conduire à un changement de société. Je suis d’origine ouvrière, je connais bien ce milieu, même si j’en suis sorti, et je n’ai aucune honte d’en être sorti. (je suis étudiant) Et je pense que nous détestons par dessus tout l’impression d’être méprisé, l’impression que l’on nous donne des ordres, des prérogatives de l’extérieur, ce qu’on fait depuis longtemps les élites du PC. C’est la raison de la chute totale de celui-ci. La seule solution c’est l’union des partis de gauches à la gauche du PS et même avec des hommes de la gauche du PS (certains militants, ou élus), sans oublier une chose : pour séduire les français, et nottament les classes populaires (qui n’aiment pas qu’on les appelle les "couches" populaires), il ne faut pas que la gauche oublie que le désir de promotion sociale existe pour ceux-ci, et qu’il n’y a (en tout cas aujourd’hui) que les élites de gauche qui semblent désavouer ce désir, car elles sont déjà en haut de l’échiquier. Mais promotion sociale ne signifie pas, évidemment, le désir de devenir millionnaire, mais tout d’abord le désir de s’épnouir dans sa vie professionnelle, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’ouvriers, de "prolétaires" , mêmes de certains techniciens, et je le dis en connaissance de cause.
Espérons que la gauche, la vraie, reviendra un jour....
Maxime






GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
5 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1
Contre la pudibonderie d’Etat
samedi 2 - 16h21
de : Christian DELARUE
6 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les biens superflus rendent la vie superflue. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite