Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

C’est peut etre pour ça !
de : claude de Toulouse
mercredi 23 mai 2007 - 21h07 - Signaler aux modérateurs
18 commentaires

que je suis devenu communiste , du moins cela y a participé , et c’est toujours d’actualité .


AUJOURD’HUI

La boulangerie n’est pas construite de pain blanc
Pas plus que n’est la rue ouverte au plein soleil
Les plus petits bistrots
S’offrent très rarement la pâture d’un ivrogne
Ils ont de mauvaises dents
Et de mauvaises manières malgré leurs bénéfices
 
Rue grise boulangerie dédorée cafés froids
Bouches amères fronts fermés
Et trois passants pressés de rentre au logis
Quel logis je l’ai pénétré
Et le connais profond lugubre
Nous sommes bien mal installés
 
Rue grise la vertu s’y boit comme un verre d’eau saumâtre
Le bonheur n’a pas pied dans ma rue
Rue grise veine grise sur un bras malade
On y boit on y mange on y circule aussi peu qu’il le faut
On y vit sous la suie et sous l’ennui de vivre
 
Brouillard de rue idée de rue idée de rien
Où les camions écrasent quand même de temps en temps un
Cycliste un enfant
Et c’est un événement de voir du sang sur les pavés
De voir dans la boue la mutation d’un être vivant
De le voir reverdir avant de se faner
 
Le soleil je ne risque rien je n’ai fait qu’en parler
Parler est peu de chose l’eau le gaz et l’électricité
Et manger à sa faim seraient plus lumineux
Avoir la peau brunie et manger à sa gourmandise
Je n’en ai même pas parlé
 
Dire qu’il y en a qui chantaient dieu glorieux
Il y en a eu qui s’aimaient nus sans piédestaux
Où est donc la muraille poétique du bien-être
Que nous la renversions
Et que nous prenions pied dans ce monde impossible
Où l’on sourit toujours sur la bouche des autres
 
La fatigue nous passe au bleu et ce n’est pas le bleu céleste
Le mois de mai nous fait l’aumône
Les lilas blancs et les muguets nous font l’aumône
Mais notre femme passe au bleu
Elle qui nous aimait pourtant passionnément
Et comme il faut aimer très intelligemment
 
Nous fûmes à la source et la mer n’est pas loin
Je sais puissions-nous tous savoir que la mesure est comble
Nous ne voulons plus avoir froid
Dans nos os et dans nos pensées
Prenons couleur contre malheur prenons bonheur contre injustice
Tout est éternel rien n’est éternel nous sommes
Nous déracinerons notre rue inutile
Et nous la porterons pour qu’elle y meure
Dans le délire dans le sanctuaire de nos maîtres.
 
Paul ELUARD .

et un grand merci à Esteban , mon frére



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
C’est peut etre pour ça !
23 mai 2007 - 21h16

Yo mon frèr !!!

Esteban



C’est peut etre pour ça !
23 mai 2007 - 22h17

Esteban, es-tu sur du titre ? as-tu une référence,année receuil,je suis impressioné et intéressé,merci

Roger bretagne



C’est peut etre pour ça !
24 mai 2007 - 07h32 - Posté par

Voir au "fou de bassan" cher Roger

Esteban


C’est peut etre pour ça !
24 mai 2007 - 19h12 - Posté par

Salut à tous

je comprend qu’une certaine morosité en assaille quelques-uns

Mais de grâce ne nous laissons pas grignoter par la résignation et le vague-à-l’âme

La nostalgie peut-être mais le renoncement surtout pas

à ce propos un petit texte de Robert le Diable :

Âgé de cent mille ans, j’aurais encore la force

De t’attendre, o demain pressenti par l’espoir.

Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,

Peut gémir : neuf est le matin, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,

Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,

Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille

A maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore

De la splendeur du jour et de tous ses présents.

Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore

Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Robert Desnos

Alors même si cette aurore ne sera pas pour nous, travaillons dès maintenant pour qu’elle puisse éclore

la vie nous le demande

Pedro


C’est peut etre pour ça !
24 mai 2007 - 19h26 - Posté par

"si nous ne dormons pas, c’est pour guetter l’aurore " : si beau !!!! j’aime ces mots !!!! anna


C’est peut etre pour ça !
27 mai 2007 - 18h21

Tempête !

Le vent souffle, mugissant, il s’enfle, les branches se plient à ses caprices, et le ciel gris, qui parfois laisse entrevoir un nuage plus clair, semble vouloir nous écraser. Ils n’y a plus d’oiseau, plus rien que le vent. Dur retour des choses, nous qui vantions notre soleil et le bleu du ciel. La lande en fleur ploie sous les coups de butoir, le vent s’acharne : La tempête est là !

C’est dans ces moments, que , s’incruste notre déception, le sort s’acharne sur ceux qui, d’espérance en combats ont vu le temps s’écouler, leur vie s’effriter, et le résultat pas là ,pas à la hauteur de l’espoir.

Comme le bateau, la bas au large, lutte contre la vague qui enfle à en devenir monstrueuse, balayant le pont, se heurtant à la passerelle ou veille, l’homme à la barre rivé, maintenant le cap ,face à la lame qui sans cesse soulève et plonge l’étrave dans l’écume de la vague. Vent de force 9 /10 la tempête.

Dans la tête les pensées s’entremêlent, qu’avons nous fait qui ne soit conforme :à nos idées, à nos principes, à notre humanisme, qui fait que nous n’ayons été compris ? N’aurions-nous plus cette force, qui contre vents et marées nous permet de maintenir le cap ?

Le vent toujours plus fort, la lame qui nous prend de travers avant, semble un instant nous submerger et pourtant le bateau résiste. Les paquets de mer se brise sur la vitre, l’homme à la barre les muscles bandés, les yeux rivés sur cette nouvelle vague qui arrive : Non ce n’est pas encore pour cette fois.

Des images fugaces défilent, un visage, des cheveux, et ton sourire. Je sens son corps, et comme un parfum – Est-ce possible ? Il y a bien longtemps et pourtant il me semble ressentir le contact de sa main, et mes lèvres sur ses lèvres..

La pluie maintenant, le grain est fort, nous n’y voyons presque plus rien ! Visibilité nulle ! et pourtant cap :Nord-Nord Est , le vent souffle Nord-NO et par moment nous prend de travers. L’Iroise est grise avec son écume blanc-vert, nous maintenons le cap.

Allons, ce n’est pas encore cette fois que nous irons au fond ! Nous repartirons avec de nouvelles forces, et au cours de cette escale de courte durée, renforcés dans nos convictions, la riposte, et la conquête s’avérera possible !Peut être même que l’équipage renforcé de tous les fous, poètes et muses, verra ce grand oiseau « Ce Fou de Bassan » prendre son envol définitivement LIBRE.

Roger bretagne



C’est peut etre pour ça !
27 mai 2007 - 21h28 - Posté par

Que tu talent, Roger. Est-ce de toi ? Serais-tu comme Anna, poète ?

Au plaisir de te lire.
Juju


C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 15h18 - Posté par

Roger, u mo fratellu, c’est toujours avec plaisir qu’on retrouve tes cris de colère, d’espoir, d’amitié et d’amour…

Avec Claude et avec Gabriel Celaya (poète espagnol / 1911-1991), j’affirme que la poésie est une arme, et que tu sais admirablement la manier :

La poésie est une arme chargée de futur.

Ma poésie n’est pas goutte à goutte pensée.
Ce n’est pas une fleur. Ce n’est pas un fruit parfait.
C’est ce qui est nécessaire, ce qui n’a pas de nom,
des actes sur la terre, un cri vers l’horizon.

La poesia est un arma cargada de futuro.

No es una poesia gota a gota pensada.
No es un bello producto. No es un fructo perfecto,
es lo às necesario : lo que no tiene nombre.
Son gritos en el cielo, y en la tierra son actos.

Francis


C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 09h45

Qu’est-ce le talent ?Ecrire me parait simple ,mais le plus dur, c’est d’être compris !Malheusement ,malgré ma poésie,mon romantisme ,semblent aujourd’hui dépassés.Il nous faut parler marché,finance,ou autres dividendes !Et l’Amour ,et les hommes et les femmes..trop crevés pour voir une fleur qui s’ouvre ,sous le pâle soleil qui revient.

Tu vois Juju,dans quoi parfois je me réfugie !Et sous ma plume ou mon clavier regroupant quelques images naissent mes fables.

Amitiés et bises matinales. Roger



C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 11h05 - Posté par

Roger ,

j’aime beaucoup ce que tu proposes au fil des jours , mais d’aprés moi et trés modestement , la poésie n’est pas un refuge , elle est une arme de plus , que je ne sais manier .

""Dire qu’il y en a qui chantaient dieu glorieux
Il y en a eu qui s’aimaient nus sans piédestaux
Où est donc la muraille poétique du bien-être
Que nous la renversions
Et que nous prenions pied dans ce monde impossible
Où l’on sourit toujours sur la bouche des autres ""

Je comprend ces vers d’Eluard , dans ce sens , mais je n’ai pas la certitude d’avoir bien compris .

avec toute mes amitiés ,

claude de Toulouse .


C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 18h34

Claude,

Je sais bien que tu as raison,les poètes,les vrais(je ne prends pas pour cela) sont toujours en avance sur leur époque et ce quelque soit la manière dont ils écrivent !En relisant un livre ces jours derniers j’ai pensé à Nose,qui je crois aime bien Bob Desnard.En 1944, quelques temps avant son arrestation par la gestapo,il écrivait sous le pseudo de "Cancale"un sonnet dédié à Laval.

Petrus d’Aubervilliers

Parce qu’il est bourré d’aubert et de bectance

L’Auverpin mal lavé,le baveux des pourris

Croit-il encore farcir ses boudins par trop rances

Avec le sang des gars qu’on fusille à Paris ?

Pas vu !Pas pris ! Mais il est vu, donc il est frit,

Le premier bec de gaz servira de potence,

Sans préventive,sans curieux et sans jury

Au demi-sel qui nous a fait payer la danse.

Si sa cravate est blanche elle sera de corde

Qu’il ait les roustons noirs ou qu’il se les morde

Il lui faudra fourguer son blaze au grand pégal.

Il en bouffe,il en croque,il nous vend,il nous donne

Et,à la Kleberstrasse, il attend qu’on le sonne

Mais nous le sonnerons,nous sans code pénal

(ceci est un extrait de Domaine public -Gallimard 1953)

Qu’en penses-tu ? violent et sur de lui et du peuple ,il avait raison !

Amitiés ,Roger



C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 20h31 - Posté par

Erreur de frappe monumentale de ma part "Cancale" c’est bien sur Robert Desnos qu’il convient de lire.

Avec mes excuses.Roger


C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 21h20 - Posté par

pour ROGER...., CLAUDE, vous TOUTES et TOUS !!!

de Pablo Neruda .... LA POESIE

Et ce fut à cet âge... La poésie

vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d’où

elle surgit, de l’hiver ou du fleuve.

Je ne sais ni comment ni quand,

non, ce n’étaient pas des voix, ce n’étaient pas

des mots, ni le silence :

d’une rue elle me hélait,

des branches de la nuit,

soudain parmi les autres,

parmi des feux violents

ou dans le retour solitaire,

sans visage elle était là

et me touchait.

Je ne savais que dire, ma bouche

ne savait pas

nommer,

mes yeux étaient aveugles,

et quelque chose cognait dans mon âme,

fièvre ou ailes perdues,

je me formai seul peu à peu,

déchiffrant

cette brûlure,

et j’écrivis la première ligne confuse,

confuse, sans corps, pure

ânerie,

pur savoir

de celui-là qui ne sait rien,

et je vis tout à coup

le ciel

égrené

et ouvert,

des planètes,

des plantations vibrantes,

l’ombre perforée,

criblée

de flèches, de feu et de fleurs,

la nuit qui roule et qui écrase, l’univers.

Et moi, infime créature,

grisé par le grand vide

constellé,

à l’instar, à l’image

du mystère,

je me sentis pure partie

de l’abîme,

je roulai avec les étoiles,

mon coeur se dénoua dans le vent.

(Mémorial de l’île Noire, 1964)

La solitude des poètes, aujourd’hui s’efface.

Voici qu’ils sont des hommes, parmi les hommes,

Voici qu’ils sont des frères !

de Paul Eluard..........................bises douces mes poètes !!!! anna


Je te reconnaîtrai, Anna…
28 mai 2007 - 22h56 - Posté par

Je te reconnaîtrai, Anna…

Je te reconnaîtrai aux algues de la mer
Au sel de tes cheveux, aux herbes de tes mains
Je te reconnaîtrai au profond des paupières
Je fermerai les yeux, tu me prendras la main.

Je te reconnaîtrai quand tu viendras pieds nus
Sur les sentiers brûlants d’odeurs et de soleil
Les cheveux ruisselants sur tes épaules nues
Et les seins ombragés des palmes du sommeil

Je laisserai alors s’envoler les oiseaux
Les oiseaux long-courriers qui traversent les mers
Les étoiles aux vents courberont leurs fuseaux
Les oiseaux très pressés fuiront dans le ciel clair.

Je t’attendrai en haut de la plus haute tour
Où pleurent nuit et jour les absents dans le vent
Quand les oiseaux fuiront je que saurai le jour
Est là marqué des pas de celle que j’attends.

Complices du soleil je sens mon corps mûrir
De la patience aveugle et laiteuse des fruits
Ses froides mains de sel lentement refleurir
Dans le matin léger qui jaillit de la nuit.

Francis Copyright Claude Roy "Petit Matin" (Le Poète mineur – 1949)


Je te reconnaîtrai, Anna…
28 mai 2007 - 23h17 - Posté par

Bien rattrapé Francis ! Enfin j’espère pour toi ...

Mais AU SECOURS ESTEBAN OU ES TU ???
Ils vont tous me faire pleurer par ici !!!
Léa.


Je te reconnaîtrai, Anna…
29 mai 2007 - 02h00 - Posté par

Léa, n’appelle pas Esteban, attends. Laisse la magie opérer en ces lieux ! Ecoute cette musique qui vient des étoiles !

Il sera bien assez tôt pour qu’Esteban à la voix tonitruante arrive au Fou en torero marseillais, avec sa queue de cheval biscornue !

Buena noche a todos.
Juju


Je te reconnaîtrai, Anna…
29 mai 2007 - 08h18 - Posté par

moi aussi, francis, je t’ai reconnu !!!!!! merci......avec la tempête et les embruns , j’ai les cheveux plein de sel ;, en effet.....alors bisous salés !!!! anna


C’est peut etre pour ça !
28 mai 2007 - 21h57

Je ne m’attendais ,pas à cela ,magnifique Anna ,tu es vraiment ,notre grande Duchesse.

Et par les temps qui coure,alors que le ciel s’entrouve laissant voir quelques astres,une étoile brille plus ce soir,rien que pour toi.Roger

Je n’ai rien séparé mais j’ai doublé mon coeur

D’aimer j’ai tout créé:réel imaginaire

J’ai donné sa raison sa forme sa chaleur

Et son rôle immortel à celle qui m’éclaire






Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
2 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires
Un cadre d’HSBC démissionne publiquement avec une lettre ouverte à l’humanité
jeudi 1er - 21h34
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite