Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
de : Marine Roussillon
vendredi 8 juin 2007 - 18h18 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 14.8 ko

de Marine Roussillon

Lorsqu’un jeune chercheur commence sa thèse, les ailes lui poussent, surtout s’il a un financement décent ; la seconde année, commencent les premières aspérités du travail scientifique. C’est à ce moment aussi que le jeune chercheur fait connaissance avec la lugubre philosophie de Madame Parisot : "la vie et l’amour sont précaires ; pourquoi le travail échapperait –il à cette loi ?"

Un jeune chercheur qui commence une thèse a déjà plusieurs années d’études derrière lui, à la fac, en classes prépas ou dans une grande école. Souvent aussi, il a passé l’agrégation dans sa discipline. Il a étudié 5 ans au moins après le BAC, et il a entre 23 et 25 ans. À cet âge-là, la question des moyens de subsistance est urgente : comment payer son loyer, avoir un chez soi ? Pour vivre pendant sa thèse, le jeune chercheur peut bénéficier de bourses ou de contrats à durée déterminée pendant 3 ans. À moins de travailler en partenariat avec une entreprise privée, il ne gagne pas plus de 1400 euros par mois, à Paris, à Bordeaux ou à Nevers.

Au terme de ces trois années de travail, si la thèse n’est pas finie – et c’est le plus souvent le cas pour les sciences humaines – il faut trouver de quoi vivre sans abandonner sa recherche. Et si elle est finie… et bien c’est la même chose. Il y a cinq ans, un tiers des doctorants en sciences « dures » trouvait un poste dans un organisme public de recherche, la proportion est tombée à un quart depuis. La thèse permet au jeune chercheur d’être qualifié pour un poste, mais ne lui garantit en aucune façon d’en obtenir un ! Il doit donc poursuivre ses recherches pour enrichir son CV jusqu’à obtenir un poste.

Le champ des possibles est restreint : il peut poursuivre un post-doctorat de 6 mois à deux ans, ou devenir Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) pour un an. Aujourd’hui, pour être recruté au CNRS, un post-doctorat à l’étranger est presque indispensable, et cela nécessite de financer l’expatriation sans garantie de retour. Et l’ATER ? L’ATER est employé par l’université, le poste est le plus souvent un poste à mi-temps, pour laisser le temps au jeune chercheur de faire de la recherche. L’ATER à mi-temps travaille donc à plein temps mais reste payé à mi-temps, soit un peu plus de 1000 euros par mois. Il a maintenant entre 25 et 28 ans.

Après un ATER, le jeune chercheur peut faire un post-doc, et après un post-doc, il peut occuper un poste d’ATER. Les post-docs sont plus nombreux dans les sciences « dures ». Les chercheurs en sciences humaines, eux, s’ils ont auparavant pensé à « assurer leurs arrières » en passant l’agrégation, peuvent aller enseigner dans le secondaire en attendant un hypothétique poste à l’université. Formidable spirale de la précarité multifacette !

Entre 25 et 30 ans, avec des diplômes et des concours en poche, ces jeunes adultes n’ont pas les moyens de construire leur vie, de s’installer. Comment peut-on encore faire le projet de s’engager dans des études longues, quand le seul avenir envisageable, c’est la précarité ? Que sera la recherche française de demain, si rien n’est fait pour donner un statut aux jeunes chercheurs ? Si la recherche est une vocation, elle ne doit pas être un sacrifice.

Pour le PCF, il faut construire un statut du jeune chercheur lui assurant toutes les garanties qu’offre celui de fonctionnaire stagiaire, pour que la carrière du jeune chercheur commence là où commence sa production scientifique : dès la thèse.

http://marineroussillon.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
9 juin 2007 - 23h11

Excellent article. Je vais entamer mon master 2 avant d’envisager une thèse en histoire antique. Mais pour faire quoi ? La France renie ses futurs chercheurs. Malheureusement je crois que l’étranger est bien souvent la seule possibilité. C’est grave, l’ETat nous aide et en retour nous embauche pas. On marche sur la tête. Financer des études de haut niveau pour ne pas se servir de ces éléments c’est sutpide.
Un pays qui renie sa recherche est un pays mort.



le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 00h27 - Posté par

un extrait d’un discours de Fillon prononcé devant des chercheurs :

"Les savoirs liés aux travaux que conduisent, par exemple, nos
spécialistes des sciences humaines et sociales sur l’histoire, les comportements, les fondements sociétaux de nombreux pays dans le monde constituent un patrimoine culturel qui justifie, en soi, la recherche.
Imaginons ce que pourrait être l’existence de séminaires réguliers,
organisés autour de ces savoirs au profit de nos cadres et dirigeants
d’entreprises engagés dans la compétition économique mondiale. Ils
trouveraient là des clés de comportement pour négocier avec leurs
partenaires étrangers et augmenter ainsi leurs chances de pénétration
des marchés. La qualité du rapport à autrui passe évidemment par la
connaissance de ses références culturelles et comportementales.
Dès lors, au-delà de sa valeur propre, la recherche dans ces domaines
offrirait ici une plus value significative dans un univers où on ne
l’attend pas. L’innovation ce peut être aussi ça."

F. Fillon, Orsay, 1 juin 2007"


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 09h49 - Posté par

Ben, il faut que "ça rapporte", et comme dirait un enfant : "ils n’ont que des dollars dans les yeux" !


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
10 juin 2007 - 12h35 - Posté par

Les discours de ce gouvernement ne sont de toute façon qu’un tissus de mensonges.

Dans la réalité le patronna francon n’a rien à fouttre de gens ne gagnant rien car la seule valeur qu’ils reconnaissaent est celles de la définition de leur club : gagner plein de fric sur le dos de beaucoup de monde.

Comprendre autrui ils n’en on que faire : leur principal comportement est celui du mépris d’autrui, l’orgueil de la domination destructrice d’autrui

leur credo je suis fort parce que j’en écrase plein d’autre

ces gens là sont incultes et haïssent les producteurs de connaissance plus encore que les autres productifs

leur "travail" consiste en restaurant et baise d’esclaves sous payés

ce qu’il aiment c’est voire la vie d’autrui être détruite

ce sont des criminel contre l’humanité qui n’ont aucun intérêts à ce que les chercheurs finissent par pondre des études sur l’impact destructeurs de leur comportement sur les économies humaines

quand est-ce qu’un homme ou une femme politique va hurler l’accusation à l’égard de ces salauds

fillon et son sir ne sont en rien respectables

ils sont l’émergence de la bêtification des populations orchestrée par ce patronnat de dominateurs destructeurs

oui à la peine de mort pour les nouveaux criminels en cols blancs : car combien de vies ont-ils détruites silencieuseement ? hitler c’est de la gnognotte à côté


le rôle des sciences humaines et de la recherche selon Fillon
12 juin 2007 - 07h40 - Posté par

Que dire des vacataires de l’enseignement supérieur qui, comme moi, travaillent à la tâche depuis des decennies, et qui, tout en donnant beaucoup plus de cours à l’année que les maîtres de conférence et les professeurs d’université (à des étudiants de 2e et 3e cycle), vivent en-dessous du seuil de pauvreté et auront 620 euros de retraite par mois ?

Sans compter qu’ils sont payés tous les six ou neuf mois et qu’ils sont souvent obligés d’être travailleurs indépendant, donc de payer deux fois la sécu, les caisses de retraites - plus l’URSSAF, la CSG-RDF.


Jeunes chercheurs : travailleurs précaires
21 juin 2007 - 22h34

ALERTE : LA DESTRUCTION DU CNRS EST PLANIFIEE

Pécresse et Sarkozy ont décidé de déclarer la guerre aux chercheurs.

Ils s’appretent à bafouer le droit.

Ils déclarent la guerre à l’intelligence.

COMMUNIQUE DE PRESSE du SNCS FSU

Selon des fuites, d’origine ministérielle de haut niveau, le gouvernement aurait décidé de transférer la totalité des chercheurs du CNRS vers les universités. Cette mesure revient à décapiter le CNRS qui deviendrait, comme l’a annoncé Sarkozy dans son programme, une agence de moyens sans personnel chercheur.

C’est un coup bas donné à la recherche française dont une grande partie s’est, depuis 60 ans, structurée et développée autour de cet établissement largement reconnu au niveau national et international.

Le SNCS ne laissera pas le gouvernement détruire les organismes de recherche.

Dès maintenant, le SNCS alerte les personnels de la recherche et des universités. Il demande, de toute urgence, aux autres syndicats de réunir l’intersyndicale de la recherche et de l’enseignement supérieur pour envisager les actions à mener.

Le SNCS appelle tous les personnels à alerter la population et tous les élus de la nation.

Meudon, le 21 juin, 18 heures

Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS) 1 place Aristide Briand 92195 Meudon Cedex Tél. 01 45 07 58 70, Fax. 01 45 07 58 51 courriel : sncs@cnrs-bellevue.fr la toile : http://www.sncs.fr






L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre à un résultat différent. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite