Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Bruxelles, La Havane et les droits de l’homme


de : Salim Lamrani
lundi 30 juillet 2007 - 12h01 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Salim Lamrani

Le 12 juin 2007, Christine Chanet, la représentante du Haut-commissariat des droits de l’homme pour Cuba, a essuyé un sérieux revers à Genève, lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Après avoir présenté son rapport sur la situation des droits de l’homme à Cuba, cette dernière a été l’objet une salve de critiques l’accusant de partialité. Fait sans précédent, pas moins de 26 pays membres sur 47 se sont succédés à la tribune pour désavouer la représentante française et faire l’éloge de l’aide humanitaire fournie par le gouvernement cubain au Tiers-monde1.

En effet, Cuba dispose actuellement de plus de 40 000 médecins, infirmières et enseignants qui travaillent gratuitement et bénévolement dans plus de 100 pays différentes. Les membres du Conseil ont également rappelé que plus de 700 000 personnes ont retrouvé la vue après avoir été opérées gratuitement par les médecins cubains, et que près de 30 000 étudiants internationaux suivent des études gratuites à Cuba2.

L’ambassadeur cubain à Genève, Juan Antonio Fernández, a fustigé le rapport de Chanet. « L’mage de Cuba qu’elle présente est l’image médiatique que les transnationales de désinformation projettent, celle qui se fabrique artificiellement dans les laboratoires de la CIA et de la Maison-Blanche », a-t-il souligné. « Mais la réalité […] est autre. C’est celle qui n’apparaît pas dans ses rapports. C’est celle d’une Cuba […] qui envoie des légions de médecins pour sauver des vies et atténuer les souffrances, depuis les hauts sommets de l’Himalaya et les plaines africaines, jusqu’aux collines de Caracas », a-t-il ajouté. « C’est celle qui apporte la lumière de l’éducation à ceux qui ne savent ni lire ni écrire, depuis la Haïti voisine jusqu’à la lointaine Océanie ». Puis, en guise de conclusion, il a dénoncé le double standard de la représentante qui « aurait beaucoup de choses à dire sur Cuba, mais préfère ne pas le faire pour ne pas incommoder les puissants3 ».

La performance de Chanet a été qualifiée de « farce » par de nombreux membres. Elle a été si peu appréciée que dès le 19 juin 2007, le Conseil a décidé de révoquer définitivement son mandat, malgré les énormes pressions de Washington – dont des appels personnels du président Bush. Cette décision met un terme à près de 20 ans d’hypocrisie de la part du monde occidental. En effet, fortement influencée par les Etats-Unis, l’ancienne Commission des droits de l’homme – dont le discrédit et la politisation lui avaient valu de passer de vie à trépas – avait imposé ce mandat discriminatoire à l’égard de l’Île des Caraïbes. La stigmatisation du gouvernement de La Havane pour de supposées violations des droits de l’homme permettait à Washington de justifier l’imposition de sanctions économiques inhumaines contre la population cubaine. La majorité des 47 pays membres du Conseil a ainsi décidé d’en finir avec près d’un quart de siècle de duplicité4.

Cette décision n’a pas été du goût des Etats-Unis qui, d’ailleurs, n’avaient même pas réussi à se faire élire comme membres du Conseil en avril 2006 (alors que Cuba avait obtenu 135 voix), tant ils sont frappés de discrédit au niveau international. Le porte-parole du Département d’Etat, Sean McCormack, a fait part de sa « déception » et a dénoncé le choix du Conseil. Le dernier prétexte qui permettait à Washington de justifier sa politique irrationnelle à l’égard de Cuba vient de disparaître5.

Du côté de Cuba, le ministre des Affaires étrangères, Felipe Pérez Roque, s’est félicité de l’initiative. « Il s’agit d’une victoire retentissante, indiscutable et historique qui a mis à mal les manipulations des Etats-Unis contre Cuba à Genève ». La prise de position de la communauté internationale à l’égard de la nation caribéenne démontre, une fois de plus, que l’administration Bush est isolée sur cette question. Même l’Union européenne, pourtant si fidèle à Washington, n’a pas osé s’opposer à la décision ; opposition qui aurait été de toute façon vaine puisque la résolution disposait d’une majorité de 25 membres6.

L’Union européenne

Le 18 juin 2007, le Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne a adopté plusieurs « conclusions sur Cuba » et a proposé un « dialogue politique intégral et ouvert avec les autorités cubaines […] sur des bases réciproques, d’intérêt mutuel et non discriminatoires ». Il convient de rappeler que sous la pression des Etats-Unis, l’Union européenne avait adopté une « position commune » à l’égard de Cuba en 1996, toujours en vigueur, et des sanctions politiques et diplomatiques en 2003, officiellement à cause de la « situation des droits de l’homme ». Ce revirement de la politique étrangère de l’Europe s’explique de manière très simple : la stratégie européenne, calquée sur celle de Washington, a lamentablement échoué. Le gouvernement de La Havane ne comprend pas le langage de l’intimidation et de la menace7.

Bruxelles évoque un dialogue « sur des bases réciproques […] et non discriminatoires » concernant les droits de l’homme, faisant une nouvelle fois preuve de duplicité. En effet, la base « non discriminatoire » est impossible à mettre en place puisque le seul pays d’Amérique latine châtié par l’Europe – continent où pourtant les violations des droits de l’homme sont terrifiantes – est Cuba. Cette discrimination est d’autant plus surprenante que selon le rapport annuel 2006 de la plus prestigieuse organisation internationale des droits de l’homme, Amnesty International, Cuba est le pays qui respecte le mieux les droits de l’homme sur le continent américain, du Canada jusqu’à l’Argentine8.

C’est la raison pour laquelle le gouvernement cubain a déclaré que de nombreux obstacles subsistaient avant que ne soit possible une normalisation des relations entre Cuba et l’Europe. « Avec Cuba, seul sera possible un dialogue entre pays souverains et égaux, sans conditions ni menaces en suspens », a déclaré le Ministère des Affaires étrangères cubain. « Si l’Union européenne désire un dialogue avec Cuba, elle doit éliminer définitivement ces sanctions qui depuis lors sont inapplicables et insoutenables ». Le gouvernement cubain a également regretté « la persistante et humiliante subordination » de Bruxelles à Washington, qui l’a amené à recevoir officiellement Caleb McCarry, le proconsul officiellement désigné par George W. Bush et chargé d’orchestrer le renversement du gouvernement de La Havane. Cuba a souligné par la même occasion l’hypocrisie de l’Europe qui ne dit mot « sur les tortures nord-américaines dans la Base navale illégale de Guantanamo, qui usurpe un territoire cubain », pour conclure diplomatiquement : « C’est l’Union européenne qui doit rectifier les erreurs commises envers Cuba9 ».

Pour ce qui est de la base « réciproque », le second rapport de la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe permet d’évaluer l’autorité morale de Bruxelles à s’ériger en juge. Le rapport en question, rendu public le 7 juin 2007, porte sur les « détentions secrètes et transferts illégaux de détenus impliquant des Etats membres du Conseil de l’Europe10 ».

Le rapport, présenté par le rapporteur suisse Dick Marty, est accablant et évoque des enlèvements, des disparitions et des actes de torture contre des individus, en flagrante violation des normes internationales :

« Ce qui n’était auparavant que des allégations est désormais une certitude : de nombreuses personnes ont été enlevées de divers endroits un peu partout dans le monde pour être remises à des pays où elles étaient persécutées et où il est notoire que l’on pratique couramment la torture. D’autres ont été détenues arbitrairement, sans accusations précises à leur encontre, soustraites à tout contrôle judiciaire - dans l’impossibilité de se défendre. D’autres encore ont tout simplement disparu de la circulation pendant des périodes indéfinies et ont été enfermées dans des prisons secrètes, y compris dans des Etats membres du Conseil de l’Europe, dont l’existence et les activités ont été cachées depuis lors11 ».

De nombreuses victimes de cette opération étaient en réalité totalement innocentes, et n’avaient strictement rien à voir avec les réseaux terroristes, note le rapport :

« Ailleurs, d’autres personnes ont été transférées à des milliers de kilomètres dans des prisons dont elles ne connaîtront peut-être jamais la situation géographique, soumises à des interrogatoires incessants, abusées physiquement et psychologiquement, avant d’être relâchées car elles ne correspondaient tout simplement pas aux individus recherchés. Ces dernières, après le calvaire subi, ont été libérées sans un mot d’excuse, ni aucune indemnité12 ».

L’Union européenne, souligne le rapport, est responsable de ces actes de barbarie à grande échelle car sans « sa collaboration », la stratégie mise en place par l’administration Bush n’aurait jamais été rendue possible. « Parmi ces partenaires, comme nous l’avons déjà illustré dans le rapport du 12 juin 2006, [se trouvent] plusieurs Etats membres du Conseil de l’Europe ». En plus de leur participation avérée à ces actes d’enlèvement, de disparition et de torture, « beaucoup de gouvernements ont tout fait pour masquer la vraie nature et l’ampleur de leurs activités et persistent dans leur attitude non coopérative13 ».

Marty rapporte également que ces actes sont « inadmissibles aux yeux des lois des pays européens qui, pourtant, les ont tolérés, voire ont activement collaboré à leur mise en oeuvre ». Le rapport dénonce l’« apartheid juridique » créé par Washington et Bruxelles car les mesures extrêmes sont prévues « seulement pour des personnes non américaines », ce qui « témoigne d’une mentalité de supériorité exaspérée ». Là encore, « la responsabilité n’est pas seulement du côté américain, mais aussi et surtout des gouvernants politiques européens qui ont sciemment accepté cet état des choses14 ».

Pour occulter leur implication dans ces crimes, des nations comme l’Allemagne et l’Italie ont fait « obstacle à la recherche de la vérité en invoquant la notion de ‘secret d’Etat’ », ce qui est « inacceptable dans une société démocratique fondée sur le principe de la prééminence du droit ». Les centres de détentions, « gérés par la CIA », ont bien existé « en Pologne et en Roumanie », avec l’accord des « plus hautes autorités de l’Etat15 ».

Marty conclut que les « violations des droits de l’homme commises sur le territoire des Etats membres du Conseil de l’Europe […] constituent une violation de la Convention européenne des droits de l’homme », et de la plupart des normes internationales. Il met directement en cause « le Conseil de l’Europe, l’Union européenne et l’OTAN ». De plus, il ne subsiste plus aucun doute au sujet de l’existence et de l’ampleur de ces opérations illégales : « les éléments qui démontrent l’existence de violations des droits fondamentaux de l’homme sont concrets, sérieux et concordants16 ».

Le rapport, tout en soulignant que « le recours à l’abus et à l’illégalité constitue en réalité un échec cinglant de notre système », récuse également l’argument de la nécessité de la lutte contre le terrorisme pour justifier de tels actes :

« Le recours systématique à des actes illégaux, la violation massive des droits fondamentaux de la personne et le mépris des règles de l’Etat fondé sur la prééminence du droit ne peuvent être justifiés par la lutte contre le terrorisme. Non seulement parce que de tels moyens sont contraires à l’ordre constitutionnel de tout pays civilisé et sont éthiquement inadmissibles, mais aussi parce qu’ils ne sont pas efficaces dans l’optique d’une véritable réponse durable au phénomène du terrorisme17 ».

Marty condamne enfin un « inquiétant processus d’érosion des libertés et des droits fondamentaux » qui touche les citoyens européens eux-mêmes et critique l’hypocrisie dont fait preuve Bruxelles :

« Les gouvernements profitent de la peur suscitée par la menace terroriste pour restreindre arbitrairement les libertés fondamentales. En même temps, ils ignorent des phénomènes bien plus meurtriers dans d’autres régions, ou font preuve d’une passivité déroutante. Pensons seulement à la traite des êtres humains ou au trafic d’armes (comment est-ce possible, par exemple, que des avions chargés d’armes continuent d’atterrir régulièrement au Darfour où se consomme une tragédie humanitaire avec des dizaines de milliers de victimes ?)18 ».

Comme l’illustre le second rapport présenté par Dick Marty, Bruxelles est totalement dénuée de légitimité morale et éthique pour disserter sur la question des droits de l’homme. L’Union européenne souffre d’un discrédit tellement important à ce niveau qu’elle ne peut pas être prise au sérieux dès lors que, se référant à Cuba, elle évoque fallacieusement les principes inscrits dans la Déclaration universelle de 1948. En réalité, tel un valet fidèle et zélé des Etats-Unis, elle utilise ce prétexte car elle a du mal à accepter l’indépendance de la patrie de José Martí.

L’Europe souffre d’un énorme complexe d’infériorité à l’égard de Cuba. En effet, elle n’a jamais été capable de traiter les Etats-Unis comme l’a fait Fidel Castro depuis 1959. Bruxelles a toujours fait preuve d’une subordination peu glorieuse à l’égard de Washington et n’accepte pas le fait que le gouvernement de La Havane ose tenir tête à la première puissance avec tant de constance et d’irrévérence. C’est ce mélange de frustration, de veulerie et de honte qui explique pourquoi le Vieux continent est incapable d’adopter une position rationnelle et indépendante dans ses relations avec Cuba.

Notes

1 Fausto Triana, « Abrumador respaldo a Cuba en COnsejo de Derechos Humanos », Granma, 13 juin 2007 ; Felipe Pérez Roque, « Veamos si la UE mantiene su postura contra Cuba tras recharzarla en el COnsejo de Derechos Humanos », Rebelión, 22 juin 2007.

2 Ibid.

3 Juan Antonio Fernández, « Texto íntegro de la intervención del jefe de la misión permanente de Cuba ante organismos internacionales, en el V período d Sesiones del CDH », Granma, 13 juin 2007.

4 Felipe Pérez Roque, « Veamos si la UE mantiene su postura contra Cuba tras recharzarla en el Consejo de Derechos Humanos », op. cit.

5 Will Weissert, « Cuba Cheers End to U.S. Abuse Monitoring », The Associated Press, 20 juin 2007.

6 Ibid.

7 Ministère des Relations extérieures de la République de Cuba, « Déclaration du sur les conclusions du Conseil des Relations extérieures de l’Union européenne sur Cuba. C’est l’Union européenne qui doit rectifier les erreurs commises envers Cuba », Granma, 22 juin 2007.

8 Salim Lamrani, Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme (Pantin : Le Temps des Cerises, 2007), à paraître.

9 Ministère des Relations extérieures de la République de Cuba, « Déclaration du sur les conclusions du Conseil des Relations extérieures de l’Union européenne sur Cuba. C’est l’Union européenne qui doit rectifier les erreurs commises envers Cuba », op. cit..

10 Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée parlementaire, Détentions secrètes et transferts illégaux de détenus impliquant des Etats membres du Conseil de l’Europe : 2e rapport, Conseil de l’Europe, 7 juin 2007.

11 Ibid., p. 3.

12 Ibid., p. 3.

13 Ibid., p. 3.

14 Ibid., p. 3.

15 Ibid., p. 4.

16 Ibid., p. 4.

17 Ibid., p. 5.

18 Ibid., p. 5.

Salim Lamrani est enseignant, écrivain et journaliste français, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis. Il a notamment publié Washington contre Cuba (Pantin : Le Temps des Cerises, 2005), Cuba face à l’Empire (Genève : Timeli, 2006) et Fidel Castro, Cuba et les Etats-Unis (Pantin : Le Temps des Cerises, 2006).



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Bruxelles, La Havane et les droits de l’homme
30 juillet 2007 - 15h02

Voila une information verifiable ou peut on la lire dans nos médias français ? et comme quoi notre representante aux droits de l’Homme à l’ONU c’est fait virée. Que fait RSF pour la liberté d’expression que nos medias savent si bien manipuler et diffuser que ce que bon leur semble ? MIG






RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL et semaine intergalactique !
dimanche 9 - 22h32
de : Sala Mandre
Pour une masculinité non prédatrice
dimanche 9 - 14h29
de : Christian Delarue
2 commentaires
Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
2 commentaires
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
3 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite