Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

« Les nouvelles idées peinent à émerger »
de : Francis Wurtz
samedi 22 septembre 2007 - 16h04 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Par Francis Wurtz, président du groupe GUE-GVN au Parlement européen.

(Partie de son intervention lors du débat sur l’Europe à la Fête de l’Huma, publié dans l’Humanité du 21.09.2007)

Le combat pour l’émancipation humaine a commencé bien avant nous. Il continuera bien après nous. Il a toujours traversé des périodes plus ou moins longues de crise. Dans ces moments-là, les anciennes idées ne suffisent plus, et les nouvelles idées peinent à émerger. Nous sommes dans une telle période. Il faut le reconnaître.

Il y a dans ces périodes des moments de rupture qui révèlent l’exigence de changement, de nouvelles réponses. L’une de ces ruptures, dont nous ne devons pas sous-estimer l’effet, s’est produite avec la chute du mur de Berlin. Avec cet événement, le communisme du 20ème siècle est devenu caduc, de même que le capitalisme du 20ème siècle a tourné la page. C’est une dialectique. Avec cette rupture, ce sont les conditions d’ensemble du combat transformateur qui ont changé, qui ont basculé jusque dans les esprits. Avant cet événement, il existait une solution de rechange au capitalisme. On pouvait l’aimer ou la haïr, mais elle existait dans les esprits. On raisonnait en fonction d’une situation où il y avait le capitalisme, et autre chose. Cette rupture a nourri, dans un premier temps, une formidable illusion : celle de la « fin de l’histoire ». On voit, aujourd’hui, ce qu’il est advenu de cette illusion. La recherche d’une autre perspective demeure bien vivante. Cela nous interpelle.

Dans cette situation, nous, militantes et militants des forces de transformation sociale, devons faire montre de détermination. Détermination à tout faire pour trouver des idées neuves, sans jamais se fermer, a priori, à aucune piste de recherche. Nous devons aussi faire preuve d’humilité, de modestie, ne pas croire qu’existerait une réponse clés en main à nos problèmes. Il n’y a pas de prêt-à-porter en la matière. Il y a un travail de fond à mener. Un travail sérieux, transparent, à l’écoute de tous ceux qui veulent la transformation sociale, qu’ils soient en France ou dans d’autres pays. Tout nous intéresse pour trouver les bonnes réponses. Il nous faut, enfin, un solide esprit de responsabilité. Faire table rase de nos acquis serait une erreur énorme, j’en suis convaincu. Nous sommes le produit d’une histoire. Il faut, je pense, « dépasser » ces acquis. C’est-à-dire intégrer ce qui reste valable, et laisser de côté ce qui ne l’est plus. Nous devons faire, je crois, ce que l’on appelait autrefois une « assimilation critique » de notre passé. Ce qui est vrai pour nous est vrai pour l’ensemble de la gauche européenne.

Pour le Parti communiste français, ce qui s’est passé à la dernière élection présidentielle est tout sauf un coup de tonnerre dans un ciel serein. Depuis plusieurs décennies, nous nous battons pour freiner ce recul. Sans stopper cette érosion de notre influence, malgré les efforts considérables que nous avons faits pour nous rénover. Nous avons renouvelé en permanence nos analyses et nos pratiques. Néanmoins, la désagrégation du pouvoir d’attraction de ce que l’on appelait le « camp socialiste », jusqu’à la crise complète, a eu de sévères répercussions sur notre propre influence. Une approche lucide de tout ce qui s’est passé durant cette période est indispensable.

Pour reprendre un concept cher à Gramsci, cela signifie-t-il que l’hégémonie culturelle est désormais du côté du capitalisme ? Le peuple français est-il désormais massivement acquis aux idées du capitalisme ? Je ne le crois absolument pas. En 1995, peu de temps après la chute du mur, un inimaginable mouvement social devenait le théâtre de l’osmose entre les grévistes et la grande majorité du peuple. Il y avait alors une ambiance extraordinaire dans notre pays. Plus récemment, la nouvelle génération s’est engagée dans la formidable bataille contre le CPE, une lutte qui rejoignait nos valeurs, pas celles du capitalisme. On peut aussi citer l’expérience inédite du référendum sur le projet de traité constitutionnel. Ce fut, au-delà de la victoire du « non », une magnifique démonstration de démocratie citoyenne, de cette maturité politique dont on fait preuve des millions de Français. Je ne crois donc absolument pas que nous soyons dos au mur.

Il existe une attente de réponses communistes modernes, même si cette attente coexiste avec un doute sur notre capacité à apporter des réponses pertinentes aux problèmes d’aujourd’hui. Pour travailler cela, il faut, à mon avis, éviter trois écueils. Le premier consisterait à conduire ce débat en vase clos. C’est impossible, car la vie continue. Les gens subissent tous les jours les effets de la politique impitoyable de la droite au pouvoir. Ils subissent aussi quotidiennement les effets de la bataille idéologique menée par la classe dirigeante. Nous devons donc mener ce débat en liaison étroite avec les luttes quotidiennes, aux côtés du mouvement social. Deuxième écueil à éviter : celui qui consiste à mettre la charrue avant les boeufs en posant, comme je l’entends déjà, la création d’un nouveau parti comme préalable. Rien ne doit être exclu de notre réflexion. Nous devons engager une exploration sans tabous et sans a priori. Mais la priorité, à mes yeux, doit être le débat de fond sur ce qui ne va pas, et ce que nous devons inventer ensemble. Enfin, troisième écueil : évitons à tout prix le risque d’un festival des ego. Laissons ce triste spectacle à d. Pour notre part, nous n’avons besoin ni d’homme ou de femme providentiels, ni de gourous, ni de maîtres à penser. Nous sommes face à un enjeu historique. Tâchons d’en prendre la mesure pour être à la hauteur. J’en suis convaincu : nous en sommes capables. »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
à propos de peiner que tu nous fais de peine
23 septembre 2007 - 00h21

à propos de peiner que tu nous fais de peine.

à force de doutes, d’incertitudes, de sentiments de si grande humilité et cette volonté de marier ceux qui sincèrement luttent aux arrivismes forcenés des bobos des beaux quartiers, oui, nous en sommes arrivés là.

N’est-ce pas ces renoncements successifs, qui justement nous ont ainsi dépossédés de notre parti, de ses congrès, de ses choix.

Des directions successives ont tellement regardé leurs socquettes qu’ils ont oublié l’essence : l’idéal. La société sans classe que nous appelons socialisme.

Alors viendra-t-il ? Ou avons nous lutter pour placer certains en position d’élus pour qu’ils nous renvoient, oublieux, leurs désirs de rester avec une morgue si grande.

"Tempête dans un ciel serain..." Pourquoi parle-t-on d’halucinations, de bouffée délirante (ce sont les mots de Charcot pour définir cette pathologie psychiatrique) alors que nos camarades du KKE en Grèce, et du PCP renouent avec les succès électoraux et avec la jeunesse.

Foin de la fatalité !

Il faut se remettre au turbin, avec la lutte des classes comme exercice de la pensée.

Salut fraternel camarade.

Le Renard Rouge






Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite