Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Cuba, une odyssée africaine" : Arte, le 3 octobre à 20h30 (reportage photos)
de : Ignacio Ramonet
vendredi 28 septembre 2007 - 09h24 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 38 ko

de Ignacio Ramonet

La chaîne Arte diffuse, le 3 octobre prochain à 20h30, un important documentaire en deux parties ( 2 fois 59 minutes) dirigé par la grande réalisatrice égyptienne Jihan El Tahri, intitulé : "Cuba, une Odyssée africaine".

C’est l’histoire de la Guerre froide vue à travers l’engagement des soldats cubains en Afrique : de l’épopée de Che Guevara au Congo jusqu’à la bataille de Cuito Cuanavale en Angola et la fin de l’apartheid. Des archives inédites et des témoins directs.

Pour la première fois sur une grande chaîne française on ne diffame pas Cuba, et - chose encore plus rare - on lui rend justice.

Un document à voir, et à enregistrer !


Cuba, une odyssée africaine

de Olivier Barlet

Juillet 1991, c’est par Cuba que Nelson Mandela commence son périple hors d’Afrique pour remercier ceux qui ont contribué à abolir l’apartheid. Durant 25 ans, Castro et 500 000 Cubains ont participé aux guerres de libération africaines. Une réalité méconnue, oubliée, qui éclaire tout un pan de l’Histoire africaine.

Jihan El Tahri n’a pas son pareil pour convoquer et documenter l’Histoire. « Un labyrinthe est un endroit d’où l’on sort perdu ! » disait Roland Barthes. Elle ne recule donc devant aucune carte ni devant aucune explication pour nous aider à débrouiller la masse d’informations à disposition sur une période complexe. On pense aux grandes fresques historiques de Frédéric Rossif et à son intérêt pour les idées qui sous-tendent l’engagement des hommes. Elle y ajoute la curiosité et le point de vue d’une cinéaste du Sud, attentive aux contradictions sans se voiler la face, dégagée des filtres essentialistes ou victimaires, avec le recul nécessaire pour dégager le sens pour le temps présent des engagements passés.

Elle le fait grâce à de méticuleuses enquêtes de terrain, la rencontre des personnes clefs de tous bords abordés avec le même respect, un énorme travail de recherche d’archives et une impressionnante connaissance du sujet. On retrouve dans Cuba, une odyssée africaine la même maîtrise que dans La Maison des Saoud (2005), L’Afrique en morceaux : la tragédie des grands lacs (2000) ou Israël et les Arabes (1995-98). Des archives inédites, des témoins clefs, la clarté implacable d’un propos servi par un commentaire omniprésent et dit ici d’une voix sûre par Alain Gomis : tout converge en une pédagogie au scalpel. Nous sortons du film grandi d’un savoir que les mots ont précisé et l’image a ancré.

Et pourtant, cela se lit comme un roman épique et terriblement humain : tout est stratégie et rapport de forces. Dans le grand face-à-face de la guerre froide qui domine la géopolitique des indépendances africaines, les peuples ne sont pas grand-chose face aux intérêts des grandes puissances. Cuba, dans son engagement sans contrepartie contre l’impérialisme et l’apartheid, dénote et dérange. Hier comme aujourd’hui, David pourrait-il battre Goliath ? C’est bien sûr ce qui intéresse Jihan El Tahri, qui suit pas à pas, non sans en souligner le déroulement tragi-comique et les étonnantes péripéties, l’échec cinglant de Che Guevara lorsqu’il s’introduit incognito et déguisé accompagné d’une poignée de guérilleros dans un Congo qui tombera finalement aux mains de Mobutu. La stratégie cubaine de créer d’autres Vietnam se heurte à la défaite de la rébellion lumumbiste de Laurent-Désiré Kabila face aux mercenaires payés par les USA. La présence du Che finalement débusqué inquiète, par crainte d’une réaction américaine, et le fossé culturel est énorme entre Congolais et Cubains. L’Union africaine critique la présence des Cubains en même temps qu’elle rejette les mercenaires de Mobutu. Castro lui demande de se retirer.

Changement de méthode en Guinée Bissau où Almicar Cabral se bat contre la colonisation encore imposée par le régime fasciste portugais, qui utilise la base américaine des Açores, stratégique pour les Etats-Unis, comme monnaie d’échange pour se maintenir en Afrique. Cabral ne veut pas des troupes cubaines, pourtant disponibles, et se contente des armes et des conseillers. Il privilégie la lutte des Guinéens eux-mêmes, qui forgera la nouvelle nation et son unité. Sa technique de démoralisation porte ses fruits et débouche sur la Révolution des œillets. En Angola par contre, c’est l’engagement cubain qui va changer la destinée de tout le continent. Le MPLA pro-soviétique d’Augusto Neto est pris entre deux feux : ceux des mouvements de libération rivaux, le FLNA, qui défend le christianisme contre le communisme, appuyé par les Américains via Mobutu, et l’UNITA de Savimbi, soutenu par l’Afrique du Sud qui craint la contagion communiste.

Là encore, Jihan El Tahri donne la parole à chacun, choisissant bien ceux qui n’ont pas la langue de bois. C’est passionnant : nous vivons comme en direct les négociations qui se déroulent au Portugal pour déterminer qui conduira l’indépendance. Et comprenons combien l’Angola fut le terrain d’une confrontation brutale entre les deux blocs. Fi de la clandestinité précédente : Castro envoie 35 000 hommes sans même consulter l’Union soviétique. De la bataille de Kifangondo à celle de Cuito Cuanavale, c’est tout le tragique de l’histoire angolaise qui s’impose, orchestrée par l’opposition entre les Cubains et les Sud-Africains. Le retrait des Cubains devenus 450 000 sera arraché contre l’indépendance de la Namibie. Environ 10 000 ont péri en Angola, un secret bien gardé à Cuba…

Jihan El Tahri aurait pu prendre des images des grands films tournés sur ces combats : Sambizanga de Sarah Maldoror ou Mortu Nega de Flora Gomes. Mais son propos n’est pas poétique : il est éminemment politique. Elle ne convoque l’Histoire que pour éclairer la lutte présente : on sait trop bien que l’indépendance africaine est loin d’être acquise. Si le combat des internationalistes appartient au passé, il est intéressant de savoir comment il a évolué pour tenter de cerner quels moyens seraient aujourd’hui à inventer. C’est avec un impressionnant brio que Jihan El Tahri nous le glisse à l’oreille dans cette remarquable page d’Histoire, sur le swing mélancolique des Frères Guissé.

http://www.africultures.com/index.a...

JPEG - 46.1 ko
JPEG - 49.5 ko
JPEG - 36.3 ko
JPEG - 27.1 ko
JPEG - 41.6 ko
JPEG - 29.8 ko
JPEG - 24.2 ko
JPEG - 29.6 ko
JPEG - 30.5 ko
JPEG - 36.1 ko
JPEG - 63.4 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"Cuba, une odyssée africaine" : Arte, le 3 octobre à 20h30 (reportage photos)
28 septembre 2007 - 10h29

Impossible de résister à *cette volonté en nous*...

...de *R*É*S*I*S*T*E*R*...

...CONTRE VENTS ET MARÉES !

RBBR - http://wwwlavie.over-blog.com



"Cuba, une odyssée africaine" : Arte, le 3 octobre à 20h30 (reportage photos)
28 septembre 2007 - 20h37

Sûr que je vais l’enregistrer et le diffuser !
JP



"Cuba, une odyssée africaine" : Arte, le 3 octobre à 20h30 (reportage photos)
29 septembre 2007 - 00h17 - Posté par

Parlera-t-on de l’aide désintéressée de l’URSS de l’époque aux progressistes africains ? C’est ce que prétendait un ancien diplomate soviétique dans une autre émission d’ARTE, qui racontait que l’URSS n’exigeait aucun retour sur investissement.


"Cuba, une odyssée africaine" : Arte, le 3 octobre à 20h30 (reportage photos)
29 septembre 2007 - 00h56

"Environ 10 000 ont péri en Angola, un secret bien gardé à Cuba…"

Un simple rectification qui me semble de taille : le chiffre exact et officiel des Cubains morts en Angola est 2 077. Je ne sais d’où l’auteur tire ces 10 000 !
J’ignore aussi de quel "secret" il s’agit : les chiffres ont été publiés et les victimes ont eu droit à l’hommage du peuple cubain et du gouvernement une fois le retrait d’Afrique conclu...

Il n’y eut jamais 450 000 combattants cubains à la fois en Angola : il en est passé autant durant les quinze ans où Cuba est restée à défendre l’Afrique ! Les chiffres cubains exacts sont : plus de 380 000 combattants et 70 000 coopérants civils.

Jacques-François Bonaldi (La Havane)

jadorise@ifrance.com






Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
1 commentaire
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite