Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

A Montargis ce soir conférence débat sur Guy Môquet Raymond Laforge et Raymond Tellier


de : Le Rouge-gorge
mardi 16 octobre 2007 - 13h12 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 48.2 ko

A Montargis ce soir 66ème anniversaire du massacre de Châteaubriant En hommage à Raymond Laforge, Guy Môquet et Raymond Tellier · Conférence débat
mardi 16 octobre 2007 à 20 h 30
salle Henriet Rouard quartier de la chaussée (près école Maurice Meunier) Montargis
avec Gérard Streiff, docteur en Histoire, journaliste, écrivain auteur du livre : Guy Môquet (docu-fiction aux éditions LE TEMPS DE CERISES)
· Cérémonie commémorative
samedi 20 octobre 2007
rassemblement Place Mirabeau à 15 h près de l’église

Le 22 octobre 1941, 27 résistants tombaient sous les balles des pelotons d’exécution hitlériens, dans la carrière de Châteaubriand. Dans les mêmes heures tragiques, à Nantes, au Mont Valériens, à Souges près de Bordeaux, puis le 15 décembre à la Blissière, de nombreux otages furent éxécutés.

JPEG - 66.5 ko

Les "27 de Châteaubriand", étaient tous communistes, certains élus du peuple, d’autres dirigeants de fédération syndicales CGT et parmi ces 27 Raymond Laforge, Raymond Tellier (tous deux Montargois) ainsi que Guy Môquet 17 ans, lycéen, jeune communiste, fils du député communiste Prosper Môquet alors déporté en Algérie.

Ils avaient été poursuivis, emprisonnés par le gouvernement de la France, qui les envoya à la mort à la demande des occupants nazis.

JPEG - 11.4 ko

Leur combat pour la libération de la France et de l’Europe est toujours vivant car c’est le combat de la dignité de l’Homme, pour la République, pour la liberté. Lucie Aubrac célèbre résistante disait : « Résister se conjugue au présent. » Ce combat nous le poursuivons aujourd’hui. Le sang versé par nos aînés reste une grande leçon d’honneur et de courage.

Leur sacrifice n’aura pas été inutile, il a permis que la France redevienne la Terre de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Il permet aujourd’hui que, contre les reculs de civilisation que certains voudraient nous faire subir, notre peuple sache s’unir, se rassembler dans sa diversité pour dessiner et construire un avenir de progrès et de bonheur.

Salut fraternel

Le Rouge-gorge



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
A Montargis ce soir conférence débat sur Guy Môquet Raymond Laforge et Raymond Tellier
18 octobre 2007 - 14h51

Rappelez-vous l’été 1940, la direction du PC cherchait à obtenir la demande de reparution légale de l’huma, on appelait nos élus à retrouver leur fonction dans leur mairie, on appelait à un gouvernement Maurice Thorez, on crachait sur les ploutocrates anglais et le va-t-en guerre De Gaulle !
Nous voulions la paix comme l’avait obtenu Staline avec l’Allemagne d’Hitler, on ne voulait pas mourir pour les capitalistes. Certains camarades ne comprenaient pas cette juste ligne politique et s’acharnaient à dénoncer l’occupant pour attirer sur nous les foudres de la guerre.
Heureusement que Buffet et Sarkozy sont là pour ne pas rappeler tout cela !!!
continuons l’émotion et surtout, surtout, surtout pas d’Histoire, cela pourrait assombrir le conte pour enfant que l’on souhaite raconter aux grands et aux petits

Cremet, paris



A Montargis ce soir conférence débat sur Guy Môquet Raymond Laforge et Raymond Tellier
21 octobre 2007 - 16h51 - Posté par

Crémet le négationisme, est-ce cela aussi ce qui t’agite ?

Au début de la guerre et avant celle-ci les communistes sont les héritiers des anciens combattants qui avaient dit : Plus jamais ça ! leur engagement pacifiste ne les avaient pas fait oublier l’engagement parmi les brigades internationales pour défendre la république en Espagne contre le franquisme allié d’Hitler.

Omettre de parler de la guerre menée sur un autre front par l’URSS d’alors contre le Japon depuis quelques années en Mongolie extérieur c’est être un bien piètre féru d’histoire... Ah non peut-être était-ce volontaire ?

Oublier la drôle de guerre durant tant de mois sans un seul coup de fusil tiré c’est aussi surprenant. Qui trahit alors ?

Les dirigeants comme les simples adhérents du PCF ont payé en grand nombre leur engagement dans la résistance, quel autre parti d’avant la guerre peut en dire autant ?

Alors oui, des individus, Chrétiens, démocrates, des non-communistes se sont engagés dans la résistance, y compris une force politique de droite qui émergea alors avec les gaulistes, mais on ne fera pas oublier que le peuple français surnomma le Parti communiste français de "parti des fusillés".

Le Renard Rouge

Un patriotisme inséparable du combat communiste
Pour l’historien Roger Martelli le combat de Guy Môquet s’inscrit dans le prolongement direct du combat antifasciste du Front populaire visant à réconcilier la Marseillaise et l’Internationale.
Ce qui frappe dans la mort de Guy Môquet, outre sa jeunesse, c’est sa détermination dans son engagement. Dans la lettre qu’il adresse au président de la Chambre des députés, Édouard Herriot, pour qu’on lui rende son père déchu de son mandat fin 1939, il dit son amour de sa patrie et de la France. Ce langage est-il surprenant pour un jeune homme qui a seize ans en 1940 ? Pour un jeune communiste de l’époque ?
Roger Martelli. En 1940, le langage national est devenu une part intégrante de l’univers mental des communistes. Le tournant s’est fait en 1935, quand s’impose définitivement l’orientation stratégique du Front populaire, qui pousse à une synthèse originale donnant un nouvel élan au patriotisme républicain. La date clé est celle du 14 juillet 1935, à l’occasion de la première grande manifestation du Rassemblement populaire. Ce jour-là, Jacques Duclos invite les communistes à « réconcilier le drapeau tricolore de la Révolution française et le drapeau rouge de la Commune de Paris », de même que la Marseillaise et l’Internationale. Contre le fascisme niant en bloc l’héritage de 1789, le PCF se décide à revaloriser, dans le même mouvement, l’acquis démocratique plébéien et la nation républicaine. Le point culminant de cette démarche s’observe en 1939 : lors des cérémonies qui entourent les cent cinquante ans du grand événement révolutionnaire, la commémoration communiste est l’une des plus actives et des plus innovantes. Le sans-culotte, le jacobin, le bolchevik, le communiste se confondent dans une même exaltation de l’événement fondateur, que l’on rattache à l’expérience du Front populaire et que l’on oppose à l’ordre nazi. En 1940, le jeune Guy Môquet, qui a connu les grandes réunions militantes et festives du Front populaire, utilise spontanément les ressources de ce qui est devenu une véritable culture politique.
Est-il légitime, historiquement parlant, de séparer comme le fait Nicolas Sarkozy le patriotisme de Guy Môquet de son engagement politique ?
Roger Martelli. Pour l’époque cela n’a vraiment aucun sens. Le patriotisme des communistes est éminemment politique. Ce à quoi l’on se réfère dans ces années de crise et de reclassement politique, ce n’est pas la « France éternelle » de la tradition monarchique, mais la nation citoyenne de Valmy. Les limites se feront plus floues dans les années qui suivent et, après 1942, la brutalité du combat de civilisation qui oppose fascisme et démocratie va pousser les communistes à reprendre une part de la thématique d’une France un peu intemporelle et populaire, constituée comme telle dès les temps les plus reculés. En 1940-1941, ce n’est pas encore le cas. La France que saluent les communistes est bien celle de la nation citoyenne soudée par la Révolution française. Dans l’imaginaire mental des communistes, les images de la « Grande Révolution » et celle de l’Octobre russe se confondent absolument, pour le meilleur et pour le pire. Comme l’écrira plus tard l’historien communiste Jean Bruhat, « par-dessus les carmagnoles des sans-culottes apparaissaient en surimpression les blousons de cuir des combattants du Palais d’Hiver »… Séparer la dimension nationale et la dimension communiste dans ces années-là est une erreur de perspective monumentale.
Après la signature du pacte germano-soviétique, la destitution des députés communistes votée par l’ensemble des groupes parlementaires, le PCF semble au ban de la vie politique nationale. Cela n’est pas sans entraîner quelques hésitations ni errements d. Mais les liens sont-ils profondément rompus du peuple communiste avec le peuple et la nation française ?
Roger Martelli. Les premières années de la guerre sont d’une extrême complexité. Officiellement, l’Internationale communiste considère depuis le pacte germano-soviétique que la guerre qui s’est déclenchée en septembre 1939 n’est pas « sa » guerre, qu’elle n’est qu’une guerre impérialiste dans laquelle la France et le Royaume-Uni n’ont pas un plus beau rôle que l’Allemagne hitlérienne. Les communistes français, qui voient au départ dans la guerre contre Hitler une continuation du combat des années précédentes, se font durement rappeler à l’ordre, Maurice Thorez hésite, manifestement décontenancé. Mais l’URSS et Staline ne peuvent qu’avoir raison. Le PCF, Thorez en tête, se plie donc à la ligne stratégique de « guerre impérialiste » et se tient à elle jusqu’au début de 1941. Pendant quelques mois, le discours communiste officiel critique de façon indifférenciée « les » impérialismes. Dans les tout débuts de l’occupation, il n’est donc pas question de faire de la lutte directe contre l’Allemand une priorité immédiate. Pas question, dit-on chez les dirigeants communistes, de se mettre à la remorque de l’Angleterre… En même temps, la culture de l’antifascisme est trop forte en France pour disparaître, même chez les cadres les plus importants. La nouvelle ligne prônée par Moscou au début septembre de 1939 ne sera pas intériorisée avec la même portée que dans d’autres PC. La situation française maintient de fait la référence culturelle des années précédentes. On n’appelle pas au combat contre l’occupant, mais on porte les feux contre le régime qui, dès octobre 1940, décide de s’engager dans la collaboration avec l’Allemagne. Position de l’Internationale ou pas, le régime de Vichy est l’héritier de la contre-révolution, l’émule des nobles émigrés (les « Coblençards ») qui trahirent la France à partir de 1789. On ne s’attaque pas ouvertement à l’occupant au début de l’automne 1940, quand Guy Môquet est arrêté, mais on dénonce dans l’administration française installée en zone Sud le pouvoir des « traîtres de Vichy »…
Non seulement des adversaires politiques du PCF mais des historiens ont écrit que Guy Moquet n’était pas « communiste », qu’on ne peut pas l’être à dix-sept ans, et que son sacrifice avait été en quelque sorte reconstruit postérieurement par le Parti communiste pour antidater son entrée en résistance. Qu’en pensez-vous ?
Roger Martelli. On peut toujours expliquer que l’engagement de la jeunesse manque de maturité, de capacité à formuler de façon savante le sens de l’engagement. Mais la jeunesse a depuis toujours soif d’engagement éthique. C’est encore plus vrai dans les phases de crise aiguë, de perte de repères, de traumatisme national. La Résistance n’a bien sûr pas été le fait exclusif de jeunes. Mais, dans ces années de cataclysme moral qui ont suivi l’effondrement militaire de la France, la dominante résistante a été incontestablement jeune et ce n’est pas un hasard si le triomphe résistant, après 1945, sera la source d’un des plus formidables renouvellements du personnel politique français, comme l’avait été la période de 1789-1799. Du point de vue communiste, n’oublions pas non plus que l’URSS de l’époque n’a pas épuisé sa vertu mythique, qu’elle est une réserve d’utopie et d’engagement total, comme l’a été aussi le combat pour l’Espagne républicaine.
Sans doute y a-t-il eu, très vite, un travail conscient du PCF autour de l’image belle et pure du jeune martyr. Mais l’embellissement inévitable à toute légende ne se trompait pas sur l’essentiel. Le tout jeune Guy Môquet, « biberonné » dans le communisme de l’âge héroïque, est bien un militant dont la foi communiste est absolue et pour qui, comme pour tous ses camarades, le combat pour l’héritage démocratique et plébéien national et le combat communiste sont deux faces d’un même rapport au monde, des valeurs pour lesquelles il vaut la peine de s’engager, jusqu’au sacrifice.
À Châteaubriant la liste des prisonniers à fusiller est dressée par un envoyé du gouvernement de Vichy, et c’est un officier de l’armée française, le lieutenant Touya, qui désigne les victimes. C’est une trahison. Pourtant, ni cet officier ni quasiment personne ne sera jamais inquiété pour cet acte. Pourquoi ?
Roger Martelli. Ce n’est pas tout à fait exact. En 1944, l’ancien ministre de l’Intérieur de Vichy, Pierre Pucheu, a été condamné à mort et exécuté à Alger. Cet homme qui avait été longtemps au service du patronat avait été l’instigateur des Sections spéciales créées pour juger en urgence les « terroristes » et ce sont ses services qui ont communiqué aux Allemands une liste d’otages communistes « pour éviter de laisser fusiller cinquante bons Français » : dix-huit emprisonnés à Nantes, vingt-sept à Châteaubriant et cinq Nantais emprisonnés à Paris. Après 1942, il essaie de se rallier aux Américains quand il prend conscience que l’Allemagne ne gagnera pas la guerre. Mais les gaullistes et les communistes n’accepteront pas ce nouvel « allié » peu ragoûtant…
Il est vrai que Pucheu a payé finalement pour beaucoup d’autres, car son cas n’a pas été généralisé, loin de là. Bien des acteurs importants de la collaboration ont échappé à la justice et certains ont poursuivi de belles carrières. Maurice Papon, hélas, n’a pas été une exception.
En juillet 1940, Pétain obtient les pleins pouvoirs à une large majorité du Parlement (1). Il fait adopter les premiers décrets antijuifs en septembre, la CGT est dissoute en novembre et le Parlement en décembre. Il a souvent argué de son patriotisme. Est-ce crédible ?
Roger Martelli. Évidemment Pétain joue sur les mots en confondant patriotisme et nationalisme. À partir de 1789 il existe au moins trois conceptions possibles de la nation : la nation-race, la nation-État et la nation-peuple. La première, de souche contre-révolutionnaire, est celle qui domine la droite vichyste et collaborationniste. La seconde a tenté la gauche dite imparfaitement « jacobine », mais elle a identifié d’abord la droite, et le gaullisme en a été une belle illustration. La troisième est le terrain d’élection de la gauche française ; elle est au coeur des représentations communistes depuis 1935. C’est celle de Guy Môquet. Elle ne se confond pas avec la nation-État, même si la guerre la rapproche d’elle contre la nation-race du fascisme français et européen. Elle est en tout cas aux antipodes du nationalisme maurrassien de Pétain. Celui-là a fait bon ménage avec la Collaboration. En séparant le patriotisme de Guy Môquet de ses déterminants idéologiques progressistes, Nicolas Sarkozy ouvre la porte à des dérives dangereuses, en laissant entendre que la nation finit par effacer les vieux clivages. Mieux vaut y couper court. Il y a patrie et patrie… Il y a des conceptions inclusives de la nation et d’autres qui excluent. Celle de Guy Môquet et de ses amis incluait ; celle de la droite des lois contre l’immigration exclut.
Outre les communistes et le petit groupe qui se constitue autour de De Gaulle, comment la question de la résistance se pose-t-elle pour les autres forces politiques en cette période de la fin 1940 à fin 1941 ?
Roger Martelli. Ceux qui, avec Guy
Môquet, sont arrêtés au début octobre, l’ont été avec la bénédiction de l’occupant et ils seront en tout quelque cinq mille communistes incarcérés jusqu’en juin 1941. L’auraient-ils été si leur action n’apparaissait pas contraire aux intérêts de la puissance occupante ? Sans appeler à la lutte directe, les communistes durcissent dès l’automne leurs critiques des effets de l’occupation et mettent en place les structures qui feront leur force par la suite. Au printemps de 1941, la thématique
libératrice est solidement en place avec les prémices du Front national de lutte pour l’indépendance de la France. En 1940, pour
résumer, le système politique d’avant-guerre a complètement éclaté, et la seule formation
politique pouvant revendiquer une continuité et une cohérence politiques est le Parti communiste. Les autres ont explosé avec la défaite et la mise en place du vichysme qui a provoqué des divergences d’attitude dans toutes ces
formations . Bien que terriblement affaibli, il reste au Parti communiste une structure, une cohérence et des repères qui feront largement la force de la résistance communiste.
Le passage à la lutte armée peut-il être considéré comme un seuil, une rupture marquante ?
Roger Martelli. La question de la lutte armée est plus complexe . Faut-il ou ne faut-il pas se lancer dans les attentats individuels ? Jusqu’à l’automne de 1941, beaucoup ne se résolvent que difficilement dans le PCF à l’idée qu’il y a là une forme pertinente de lutte armée… Ce n’est d’ailleurs pas tout de suite que ce parti va revendiquer les attentats contre les militaires allemands, ce qui rend encore plus détestable et plus significatif le choix fait par Pucheu et ses acolytes. Évidemment, jusqu’en 1941 la perspective d’ensemble reste brouillée, puisque de Gaulle appelle les militaires français à venir le rejoindre pour poursuivre la guerre aux côtés de l’Angleterre, mais n’appelle pas à la résistance directe contre l’occupant à l’intérieur, tandis que le PCF qui n’appelle pas à la résistance contre l’occupant concentre ses coups sur les conséquences de l’occupation et la critique du régime collaborateur de Vichy. Néanmoins, le maintien du front militaire, d’un côté, et du front politique et de la sociabilité politique, de l’autre, participent de la mise en place du mouvement résistant dans une France éclatée par la défaite et en manque de repères. L’entrée en guerre de l’Union soviétique puis des États-Unis va simplifier la donne puisqu’elle redonnera à la guerre la dimension claire d’une lutte de la démocratie contre le fascisme.
(1) Sur 649 parlementaires ayant pris part
au vote seuls 80 refusent les pleins pouvoirs (dont 36 socialistes SFIO, 26 radicaux).
Entretien réalisé par Lucien Degoy





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite