Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les nouvelles menaces de Bush contre Cuba


de : Emily
samedi 3 novembre 2007 - 15h32 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Par Salim Lamrani
Le 1 novembre 2007

Le 24 octobre 2007, le président George W. Bush a tenu un long discours au siège du Département d’Etat à Washington d’une virulence extrême à l’égard du gouvernement de La Havane. Alors qu’une grande partie de la Californie était en flammes, que l’Irak est plongée dans une sanglante et interminable guerre, la Maison-Blanche a une nouvelle fois ressorti un thème qui l’obsède depuis 1959 – et qui justifie près de cinq décennies d’agressions terroristes, de châtiment économique cruel et inhumain et de guerre politique et diplomatique – : Cuba (1).

« Peu de problèmes ont défié ce département – et notre nation – autant que la situation à Cuba », a déclaré Bush, soulignant le caractère inacceptable d’une telle réalité. Depuis l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir, Washington n’a eu de cesse de vouloir renverser à tout prix le gouvernement révolutionnaire. Mais ce dernier, grâce au soutien majoritaire de la population, a pu résister à l’état de siège imposé successivement par dix présidents des Etats-Unis (2).

Bush a débuté son discours en faisant montre de sa profonde connaissance de la réalité cubaine : « A Cuba, il est illégal de changer de métier, de changer de maison, de voyager à l’étranger et de lire des livres et des magazines sans la permission expresse de l’Etat ». De plus, selon le président étasunien, « il est illégal pour plus de trois Cubains de se réunir sans permission » et « les programmes des Comités de défense de la Révolution ne luttent pas contre la criminalité. Au lieu de cela, ils contrôlent les citoyens – surveillant les allées et venues des visiteurs, et vérifient les stations de radios qu’ils écoutent ». Bref, « le sens de communauté et de confiance de base entre les êtres humains a disparu (3) ».

Le locataire de la Maison-Blanche ne s’est pas arrêté en si bon chemin. N’ayant guère peur du ridicule, il n’a pas hésité à évoqué la situation de la presse : « Un journaliste cubain a demandé une chose à des étrangers qui lui rendaient visite : un stylo. Un autre utilise du cirage de chaussures comme encre », a déclaré le leader étasunien le plus sérieusement du monde. Il en a profité pour affirmer que « les dissidents d’aujourd’hui seront demain les leaders de la nation », rappelant que ces derniers – isolés et surtout attirés par l’appât du gain – étaient grassement – et illégalement – financés par les Etats-Unis : « le Congrès des Etats-Unis a récemment voté des fonds supplémentaires [de 45,7 millions de dollars] pour soutenir les efforts démocratiques cubains (4) ».

« Le régime cubain utilise l’embargo américain comme bouc émissaire pour les misères de Cuba », a assuré Bush. Ainsi, les sanctions économiques inhumaines qui affectent gravement le quotidien de toutes les catégories de la population ne seraient qu’une excuse. Mais dans ce cas, le président étasunien n’explique pas pourquoi il « conseille [au] Congrès de montrer [son] soutien et [sa] solidarité pour un changement fondamental à Cuba en maintenant [l’]embargo (5) ».

Bush a exhorté la communauté internationale à s’unir à sa politique irrationnelle et inefficace et à appliquer des sanctions contre Cuba. Il a cité en exemple les nations européennes qui suivent docilement les directives de Washington, à savoir la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, qui n’hésitent pas à s’immiscer dans les affaires internes cubaines et à fomenter la subversion (6).

Le président, toujours aussi au fait de la réalité cubaine, a proposé aux étudiants cubains des bourses « pour avoir accès à de meilleurs opportunités d’éducation », alors que toutes les institutions internationales – des Nations unies à la Banque mondiale – sont unanimes pour encenser l’excellence cubaine au niveau de l’éducation. D’ailleurs, Cuba vient d’être élue au Conseil exécutif de l’Unesco par 157 pays sur 175. D’autre part, ironie de l’histoire, actuellement, 500 étudiants étasuniens défavorisés, exclus du système universitaire de la première démocratie du monde, suivent une carrière de médecine entièrement gratuite à Cuba. Mais ce point a apparemment échappé à sa sagacité (7).

Le locataire de la Maison-Blanche a également annoncé la création d’un « Fond de la liberté pour Cuba » de plusieurs milliards de dollars, sous la direction de la secrétaire d’Etat Condoleeza Rice et du secrétaire au Commerce Carlos Gutiérrez, destiné à renverser le gouvernement de La Havane et à ramener Cuba dans la sphère d’influence des Etats-Unis. Bush a été clair : « le mot d’ordre dans nos futures relations avec Cuba n’est pas la ‘stabilité’ [mais] la ‘liberté’ ». Sans doute faisait-il allusion à celle qui règne actuellement en Irak et en Afghanistan (8).

En guise de conclusion, Bush a lancé un appel à l’insurrection à destination des militaires : « Quand les Cubains se soulèvent pour demander leur liberté […] vous devez faire un choix. Défendrez-vous un ordre moribond et honteux en utilisant la force contre votre propre peuple ? Ou bien embrasserez-vous le désir de votre peuple pour le changement ? ». Il en a enfin profité pour s’adresser aux “Cubains qui sont en train de [l’]écouter – sans doute en courant de grands risques » – à travers Radio et TV Martí, deux médias étasuniens qui diffusent illégalement des programmes subversifs vers Cuba : « Nous ne voulons rien de vous si ce n’est de vous souhaiter la bienvenue dans l’espoir et le bonheur de la liberté (9) ».

Mais, contrairement aux affirmations de Bush, les Cubains ne couraient guère de risques à écouter son discours. En effet, ce dernier a été diffusé à la radio et la télévision cubaines et dans la presse écrite dont Granma, organe officiel du Parti communiste cubain. El Nuevo Herald, journal d’extrême droite de Miami, contrôlée par l’ancienne oligarchie cubaine, n’a pas manqué d’exprimer sa surprise en notant que les propos de Bush avaient été diffusés « sans interruptions (10) ».

Les habitants de l’île, qui ont en sainte horreur toute atteinte à leur souveraineté et indépendance nationales, ont ainsi pu se rendre compte à quel point Washington proposait un interventionnisme à outrance dans leurs affaires internes à la fois inacceptable et contraire à la légalité internationale. Ils ont également pu observer à quel point le président étasunien était complètement déconnecté de la réalité cubaine. Dans son discours à fort relent colonialiste, Bush a réduit en miettes le principe d’autodétermination des peuples. Loin de leur offrir « l’espoir et le bonheur de la liberté », le président étasunien leur promettait d’accroître encore plus les sanctions économiques à leur encontre et d’augmenter ainsi leurs souffrances et leurs difficultés quotidiennes.

Felipe Pérez Roque, ministre cubain des Affaires étrangères, a vigoureusement condamné « l’escalade sans précédent de la politique du gouvernement des Etats-Unis contre Cuba ». Selon lui, il s’agit d’une « confirmation que la politique en vigueur […] est un changement de régime à Cuba, y compris par la force ». Le discours de Washington est « un acte irresponsable qui donne une idée du niveau de frustration, de désespoir et de haine personnelle du président Bush contre Cuba, une invocation à la violence, un appel, y compris, à l’utilisation de la force pour renverser la Révolution cubaine et imposer ses desseins à Cuba (11) ».

Mais Cuba, depuis 1959, n’est guère sensible au langage de la menace et du chantage qui n’a fait que radicaliser le processus révolutionnaire au cours des décennies. En 1962, les Cubains étaient prêts à subir un holocauste nucléaire plutôt que de renoncer à leur souveraineté. Rien n’a fondamentalement changé. Pérez Roque a bien insisté sur ce point : « Si l’objectif des propos du président des Etats-Unis est d’intimider le peuple, effrayer sa direction, je dois lui dire dès à présent qu’il s’agit d’un échec complet (12) ». Pour Ricardo Alarcón, président de l’Assemblée nationale cubaine, « il ne s’agit que d’une preuve du délire [de Bush]. Il n’aura jamais Cuba (13).

L’actuel gouvernement des Etats-Unis, qui vient de raser deux pays, qui est responsable des crimes de Guantanamo et d’Abu-Ghraïb ainsi que du massacre de près d’un million de personnes en Irak et en Afghanistan, des prisons secrètes, des vols clandestins, qui a légalisé la torture, ne dispose d’aucune autorité morale pour disserter sur la liberté et les droits de l’homme.

La déclaration de Bush a suscité diverses réactions dont celle du candidat démocrate à la présidence Barack Obama qui a fustigé les propos du locataire de la Maison-Blanche : « La cause de la liberté ne va pas avancer avec des menaces contre-productives ou la pensée conventionnelle. Il faut autoriser les Américains d’origine cubaine à rendre visite à leurs familles dans l’île et à envoyer de l’argent. Il est temps de rompre avec le statu quo de George W. Bush (14) ».

Wayne S. Smith, ancien ambassadeur étasunien à Cuba, a qualifié les mesures d’« absurdes ». « Ce supposé fonds pour la liberté de plusieurs millions est simplement le fruit de l’imagination du président », a-t-il souligné. Cuba « dispose déjà de plusieurs milliards de dollars de la part du Venezuela et de la Chine. L’économie cubaine va bien », a-t-il conclu (15).

De son côté, l’Associated Press a reconnu que la politique de fabriquer et financer une opposition interne n’était pas nouvelle : « Depuis des années, le gouvernement des Etats-Unis a dépensé des millions de dollars pour soutenir l’opposition cubaine (16) ». Aucune nation au monde n’accepterait que des agents au service d’une puissance étrangère agissent impunément sur son territoire.

L’Union européenne a une nouvelle fois fait montre de sa veulerie politique en se cloîtrant dans un silence complice. Elle n’a pas daigné condamner les propos du président Bush inadmissibles aux yeux du droit international du président Bush. Aurait-elle été aussi discrète si la Chine, la Russie ou l’Iran avaient appelé à renverser le gouvernement d’une autre nation souveraine ?

Tout analyste qui se respecte sait pertinemment que les objectifs de Bush ne sont guère réalisables à Cuba. Washington persiste dans la même politique qui a lamentablement échoué depuis près d’un demi-siècle. Le gouvernement révolutionnaire dispose du soutien massif de la population et est loin d’être isolé sur la scène internationale. De plus, même les secteurs insatisfaits de la société cubaine font front uni derrière la direction du pays dès lors qu’il s’agit de préserver la souveraineté et l’identité nationales. Les déstabilisations externes ne font que renforcer la cohésion du peuple autour du gouvernement. Quant à une éventuelle intervention armée, la réaction populaire serait telle que la guerre du Vietnam et l’actuel conflit irakien paraîtraient des promenades de santé en comparaison avec ce qui attend les troupes étasuniennes si elles commettaient la folie de débarquer à Cuba. Il ne s’agit ici aucunement d’une exagération. Le peuple cubain est politiquement et idéologiquement préparé à tous les sacrifices pour défendre l’intégrité de sa patrie. Il ne négociera pas son indépendance et les Etats-Unis doivent accepter cette réalité.

Notes

1 George W. Bush, « Remarks by the President on Cuba Policy », Office of the Press Secretary, The Miami Herald, 24 octobre 2007.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid. ; Wilfredo Cancio Isla, « La Cámara da sólido apoyo a la democracia en Cuba », El Nuevo Herald, 22 juin 2007.

5 George W. Bush, « Remarks by the President on Cuba Policy », op. cit.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Wilfredo Cancio Isla, « Transmiten en la isla el discurso presidencial », El Nuevo Herald, 25 octobre 2007.

11 Felipe Pérez Roque, « Nosotros estamos claros de qué significa la ‘libertad’ », Cuba Debate, 25 octobre 2007.

12 Ibid.

13 Alexandra Valencia, « Cuba’s Alarcon Uncertain on Castro’s re-election », The Miami Herald, 25 octobre 2007.

14 El Nuevo Herald, « Opiniones sobre el discurso », 25 octobre 2007.

15 Antonio Rodriguez, « Bush Call for Cuba Democracy Fund Likely to Fall on Deaf Ears », Agence France-Presse, 26 octobre 2007.

16 Ben Feller, « Bush Touts Cuban Life After Castro », Associated Press, 24 octobre 2007.

Salim Lamrani est enseignant, écrivain et journaliste français, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis. Il a notamment publié Washington contre Cuba (Pantin : Le Temps des Cerises, 2005), Cuba face à l’Empire (Genève : Timeli, 2006) et Fidel Castro, Cuba et les Etats-Unis (Pantin : Le Temps des Cerises, 2006).

 http://www.mondialisation.ca/index....



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les nouvelles menaces de Bush contre Cuba
5 novembre 2007 - 10h50

Pauvre Bush, il est vraiment à enfermer dans un hôpital psychiatrique. Il n’a pas l’air de savoir qu’on peut aller en vacances à Cuba, qu’on peut rencontrer et parler avec des cubains. L’an dernier j’ai eu un cours d’espagnol avec l’épouse d’un cubain (médecin) et elle m’a certifié que les cubains sont des gens extraordinaires, que à cause de l’embargo américain, ils ont du développer une manière différente de vivre, qu’ils sont donc en pointe au niveau écologique, scolaire, sportif, logement, etc.

Mais il y a aussi quelques contraintes. Normal, Bush n’attend qu’une chose c’est d’aller polluer ce pays avec son coca-cola. Pourvu que les cubains ne tombent pas dans le piège du libéralisme, qui est en fait une prison pour l’individu. Il n’y a pas photo.






Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite