Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Descartes et le national-cartésianisme
de : Marc Alpozzo
mercredi 5 décembre 2007 - 14h37 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 24.5 ko

de Marc Alpozzo

Donc, la France serait cartésienne ? L’adjectif « cartésien » aurait échappé au champ philosophique pour exprimer dans une extension généraliste, un état d’esprit franco-français ? Et le père du cogito en deux cents ans serait devenu à la fois l’expression d’une identité nationale, d’une division nationale et la victime plus ou moins consentante d’une tyrannie de la pensée…

Kant prétendait avec raison que l’individu était doté d’une faculté de distinguer et de juger. Autrement dit, l’individu détiendrait une faculté critique qui lui confèrerait une toute nouvelle autonomie. Sapera aude (« Ose savoir ») ordonnaient les lumières allemandes. Ce sentiment que la raison puisse tout n’est pourtant pas neuve. Toutes les conceptions rationalistes, sous l’influence de Descartes, prétendent que l’homme trouvera son autonomie et sa liberté intellectuelle après avoir bien conduit sa raison.

Le XVIIème siècle aura été le siècle de la raison tandis que le XVIIIème celui de la raison éclairée. Point d’achoppement d’une rationalité éclairée qui s’étendra à toutes les activités humaines : la philosophie, les sciences, la morale ou encore les arts.

Dans ce contexte, tandis que « les Allemands ne se disent pas kantiens ni les Anglais lockiens » (François Azouvi, Descartes et la France, Pluriel, p.7), le Français n’hésite pas à s’affubler du qualificatif de « cartésien » pour exprimer ses qualités d’ordre et de clarté et son sens infaillible de la liberté.

Cette question de la liberté infaillible est effectivement un point de réflexion central pour comprendre le comportement français, des règles supra-individuelles, dans leur dimension morale, politique ou encore métaphysique et religieuse. C’est l’affirmation sans conditions de la liberté de l’homme.

Descartes est ce premier moderne, car il a installé dans le débat philosophique l’affirmation d’un sujet autonome capable de penser le monde lui-même en tant que sujet-pensant. Il a fondé en certitude le « je » qui doute comme point irréductible en-deçà duquel le doute ne peut s’exercer. La célèbre formule cartésienne tirée du fameux Discours de la méthode : « je pense donc je suis » pose habillement une intuition qui saisit l’identité dans trois moments constitutifs : je doute = je pense = j’existe. CQFD.

La formule cartésienne, dont nous ne chercherons à discuter de son objectivité philosophique, exprime une intuition, véritable détonateur d’une quête de certitudes fondées sur l’élaboration de notions claires et distinctes.

La rationalité aurait ainsi, par le biais de Descartes, débarqué au pays de Voltaire. La pensée française, et son organisation politique aurait-elle subitement été influencée par le système de Descartes, fondé sur l’analyse, la classification, l’ordre et l’ordonnancement ? Trois siècles et demi de disputes et de controverses amenant à ainsi fabriquer le mythe d’une France cartésienne. Du siècle de Louis XIV, des lumières et anti-lumières, de l’ère des révolutions à la IIIème République, ce qui est en question c’est « un épisode de la constitution de l’identité culturelle et politique française par le biais du sort – ou des sorts – qu’elle réserve à l’auteur du Discours de la méthode depuis sa mort jusqu’à la période contemporaine » (François Azouvi, Op. cit., p.11).

En 1650, Descartes meurt. Trois ans plus tard, la Fronde est matée. L’année suivante, Louis XVI est sacré à Reims. Puis c’est au tour de la disparition de Gassendi, ce « libertin érudit » redoutable lecteur critique de Descartes. En 1661, §Colbert remplace un Fouquet tombé en disgrâce, ce qui ouvre la porte à Le Brun. Presque tous les premiers serviteurs de l’Etat sont cartésiens. La raison triomphe et trouve en Descartes une légitimité philosophique qui justifie son extension au domaine politique, institutionnel et artistique. Au lendemain de la mort de Descartes, le cartésianisme devient un cartésianisme de référence, un cartésianisme dogmatique, appliqué à l’organisation du Tout-Etat mis en œuvre par Louis XIV. Ainsi, c’est en fini du scepticisme d’un Montaigne qui doutait de la capacité d’un être humain de parvenir à une quelconque vérité. Désormais, la volonté, le libre arbitre préviennent les dérèglements de l’âme. La raison cartésienne est altière, entreprenante, conquérante.

L’une des grandes ambitions du siècle classique, réputé « siècle de la raison », touche aux sciences et techniques. Descartes, dans les dernières pages du Discours de la méthode, nous demande de nous faire comme maîtres et possesseurs de la nature. Entendez « toute nature ». Que ce soit les phénomènes dits naturels étudiés par l’astronomie, la physique et la chimie, ou encore la nature biologique de l’homme et l’être moral soumis aux passions et aux affects.

Bienvenue à la toute puissance du rationalisme qui se fera au détriment des facultés sensibles. Le dogmatisme froid d’un système cartésien qui se fonde exclusivement sur la méthode scientifique et les certitudes mathématiques installe durablement dans la pensée française la puissance du rationnel.

Au centre de ce rationalisme, il y a bien entendu le sujet, affirmant son autonomie aussi bien à travers le doute qu’à travers la certitude de sa propre pensée. Première révolution philosophique. « Je ne remarque en nous qu’une seule chose qui nous puisse donner juste raison de nous estimer, à savoir l’usage de notre libre-arbitre et l’empire que nous avons sur nos volontés » écrit Descartes dans ses Passions de l’âme. Cette révolution philosophique touche essentiellement au statut du sujet pensant au regard des siècles antérieurs.

Selon Descartes, Dieu est le garant des vérités mathématiques et aussi garant de notre pensée. Du même coup, il assure la possibilité de la connaissance. Aussi, l’homme peut ainsi accéder au savoir s’il lui plait d’exercer d’un côté sa volonté conformément aux règles de la raison car Dieu lui a accordé un libre arbitre dans l’ordre de la connaissance. Grâce au « Je pense, je suis », l’homme dispose d’une idée suffisamment claire et distinct de son esprit. D’un autre côté, dans l’ordre des passions, il peut douter de sa véracité, suspendre son jugement. Dieu, selon Descartes, nous a fait « maîtres de nous-mêmes ».

C’est donc l’histoire d’une ambition française. Celle d’installer l’homme au centre du monde ; de lui donner tous les outils nécessaires pour obtenir la pleine maîtrise de lui-même. C’est également un projet philosophique moderne. Démocratique, humaniste et rationnel. Le 5 août 1889, Thorez déclare dans un discours proclamé à la Sorbonne : « Dans l’air que respire tout homme civilisé, il y a quelque chose de la France. Ce n’est pas en vain qu’elle a donné au monde cette double révélation : le Discours de la méthode et la Déclaration des droits de l’homme. » (François Azouvi, Op. cit., p. 316).



Imprimer cet article





Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation. Napoleon Bonaparte
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite