Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Léon Werth, journal de combat
de : Marc Alpozzo
mercredi 5 décembre 2007 - 16h08 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 25 ko

de Marc Alpozzo

Léon Werth est de ces écrivains méconnus du grand public, et inclassables. Dans une monumentale biographie publiée aux éditions Viviane Hamy, Gilles Heuré appréhende la liberté de l’écrivain, sa lucidité, son incroyable « intempestivité ». Intitulant son ouvrage L’insoumis, Gilles Heuré n’aurait pu choisir meilleur titre. A la fois plume rebelle, et homme réfractaire à l’armée, à tout fait d’armes, Léon Werth est un insurgé permanent, un antimilitariste convaincu. Pas un de ces « couards » qui seraient prêts à vendre papi ou mamie pour éviter le service militaire en temps de paix. Non ! Comme une autre grande plume de son siècle, je veux parler de Louis-Ferdinand Céline, Léon Werth, qui a devancé l’appel en 1914, s’est mesuré à la boue et la saleté, l’ignominie des tranchées, ressenti le dégoût que pouvait inspirer à tout homme, l’infernale machine militaire, n’aurait pas dit mieux que le brillant Bardamu, hurlant à Lola dans son Voyage au bout de la nuit : « Oui, [je suis] tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu’il y a dedans... Je ne la déplore pas moi... Je ne me résigne pas moi... Je ne pleurniche pas dessus moi... Je la refuse tout net, avec tous les hommes qu’elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils neuf cent quatre-ving-quinze millions et moi tout seul, c’est eux qui ont tort, Lola, et c’est moi qui ai raison, parce que je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir. »

Contre les bourrages de crânes à grande échelle, les désastres militaires et les idéologies de morts, ce soldat antimilitariste et anticolonialiste, écrit, proteste, se bat contre l’arrogance et la cruauté des sociétés civilisées, le joug des armées et des colons. Tout l’objet de cet épais journal de plus de 700 pages. A la fois styliste d’une grande précision, généreux en détails, Léon Werth commence son épais au journal au lendemain de la défaite de 1940 pour l’achever le 26 août 1945, au moment où « De Gaulle descend, à pied, l’avenue des Champs Elysées ». Son journal, sobrement intitulé Déposition est une somme d’évènements, de caractères, de dysfonctionnements, de colères : c’est l’inexorable folie collective, la descente vers les abîmes du nazisme et du stalinisme. C’est quatre années de guerre, d’Occupation, de lâcheté pour les uns, de bravoure et de courage pour quelques autres. Manifeste contre la guerre et ses périls, contre la part sombre d’une humanité qui s’oublie dans la violence et les bas ressentiments.

Suite à la débâcle de 40, Léon Werth, juif âgé ne pouvant plus agir autrement que par sa plume, se réfugie dans la campagne jurassienne. Il ne lui reste alors qu’à fumer, attendre et tenir un journal. Un journal d’en face. En face. Face à la guerre. Seul dans la campagne jurassienne. Journal d’un œil avisé et critique qui observe au jour le jour les grands et les petits événements de la Seconde Guerre mondiale. Hélas ! Notre époque ne bénéficie plus d’aucune plume de cette envergure. Probablement parce que cette époque n’est plus secouée par grand-chose.

La collaboration avec l’ennemi que mène Vichy, la presse, les réflexions de paysans ou de quelques intellectuels du coin, ses lectures, un regard posé sur un monde bousculé par l’émergence de nouveaux courants, Werth observe l’histoire agir avec sa grande hache, sur la surface du globe et transformer un ancien monde, balayant une certaine idée de la culture, de la grandeur de la France, en un monde neuf. Ancien monde, celui de Voltaire, de Saint-Simon, de Jules Michelet. Nouveau monde celui de la mort de masse, de l’industrialisation de l’horreur, des atrocités et exactions. Des mesquineries, des lâchetés, de la collaboration et de l’intelligence avec l’ennemi, que restera-t-il après la guerre ? Seul un esprit libre pouvait légitimement se poser la question. Que restera-t-il de ce Paris occupé ? Paris retrouvé : bizarre Paris ! Cette France-là, France des lumières, France de la résistance, France du 18 juin 40.

Un journal qui balaye son époque, mêle des réflexions sur les écrivains : « Mort de Giraudoux. Ce n’était qu’un cagneux, orné d’élégances diplomatiques et littéraires. Je n’ai jamais pu lire dix lignes de lui. Il écrivait pour les primaires du secondaire, avec du vide et de l’ennui ». Un journal qui avoue son profond dégoût pour le maréchal, chef de la France de Vichy : « Le maréchal Pétain reçoit un groupe d’instituteurs. A croire qu’il rédige ses allocutions. […] Sénilité ? Non, pas seulement. Cet accent d’imbécillité blanche ne s’acquiert pas, il est congénital ». C’est également un journal doté d’une vision juste de la politique nihiliste d’un Hitler qui tente d’effacer de l’humanité, l’un des peuples les plus vieux du monde, le peuple juif : « En Allemagne, on supprime, sur les monuments aux morts de la guerre de 14, les noms des Juifs. C’est un symptôme important. L’hitlérisme est puissant par la négation, fût-ce de l’évidence. Par la confusion du signe et de la chose. Il n’y a pas de Juifs morts à la guerre, si on décide qu’il n’y en a pas. Le mensonge et la vérité se valent. »

Philosophe insoumis, esprit libre, esprit critique, laïque et universaliste, internationaliste et patriote, Léon Werth le prouve. Il a brillamment dépeint une époque qui a existé. Si une partie de la France fut muette, elle a tout de même résisté. A sa façon. Avec les armes ou avec son intelligence. Alors que certains furent passifs, que d’autres se compromirent avec l’occupant ou avec Vichy, des écrivains, des intellectuels, des civils continuèrent de combattre un régime hégémonique et nihiliste.

Léon Werth, critique de lui-même, critique d’une époque, d’une page qui se referme, à l’instar des plus brillantes plumes françaises, Voltaire, Victor Hugo, Saint-Simon, s’est enfermé dans sa solitude, et a mené un journal de combat ; combat contre les idées reçues, contre les imbéciles qui pensent en rond, contre le nihilisme passif, l’autodestruction, les esprits moribonds, les universitaires pégreleux, les journalistes corrompus, les hommes politiques sans envergure. Il suit la ligne de l’expérience. Attendre la libération. Pourfendre l’ennui en menant un grand inventaire. Celui d’une époque qui disparaîtra avec l’entrée d’un De Gaulle triomphant dans un France libre, un Paris rendu aux français. Une France qui fera désormais un nouveau pas en avant, franchisant ainsi la ligne du vingtième siècle. Derrière celle-ci, c’était l’avenir d’une négation. Devant, ce siècle se promet peut-être, le siècle de tous les nihilismes, mais Léon Werth est d’un autre temps, d’une autre époque. Il ne pouvait l’anticiper. Son combat et son écriture sont ceux d’un observateur, polémiste et humaniste.

Léon Werth, Déposition, journal de 940 à 1944, Viviane Hamy Editeur, 1992, 736 pages.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Léon Werth, journal de combat
7 décembre 2007 - 09h10

Léon Werth n’est pas un inconnu, ces livres sont souvent en devanture des librairies !






Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
2 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Chacun de mes contacts avec la politique m'a donné l'impression d'avoir bu dans un crachoir. Ernest Hemingway
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite