Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pour une stratégie et une activité communiste dans les entreprises


de : téaldi jean-françois
lundi 4 février 2008 - 18h41 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 31.5 ko

de Jean-François Téaldi
Membre du Parti Communiste Français,
Responsable syndical audiovisuel public

Enfin !

Le mandat donné au Conseil national par les délégués des sections à l’Assemblée générale des communistes a pointé la nécessité d’ « assurer tout au long de l’année le rayonnement de l’activité du PCF et du projet communiste » notamment le « renforcement de son activité sur les lieux de travail. »

Il me semble que rarement comme aujourd’hui les possibilités existent de réinstaller le politique au cœur des entreprises et je suis convaincu qu’il est indispensable d’y réorganiser le Parti. Responsable syndical dans le groupe de télévision du service public, je constate au quotidien comme beaucoup de camarades que l’engagement syndical n’est aujourd’hui plus suffisant pour répondre aux questionnements et tracer des perspectives. Dans nombre de discussions avec les syndicalistes militants dans nos entreprises, revient de plus en plus souvent l’expression d’une nécessité d’activité et d’engagement politique, pour prolonger l’action syndicale et trouver des débouchés plus pérennes.

Quelques uns parmi nous ont déjà fait ce choix dans les derniers mois, mais beaucoup trop encore à l’extérieur de l’entreprise. Nous devons à mon sens encourager ces démarches et réactiver l’action politique sur les lieux de travail. Pour quelle raison la liberté d’expression politique s’arrêterait-elle à la porte des entreprises ? Nos patrons en font tous les jours, pourquoi les salariés en seraient-ils privés ?

L’expérience de mon engagement public durant la présidentielle aux côtés de Marie George, engagement d’un premier responsable syndical du secteur, a suscité de nombreux débats dans les rédactions de ma société autour de l’engagement politique de responsables syndicaux, qui plus est journaliste ! Débats parfois houleux mais intéressants, dans la mesure où ils étaient devenus inhabituels depuis…un quart de siècle. Certains ont manifesté leur désaccord, nombreux ont approuvé cette démarche, mais ces réactions diverses ouvrent selon moi des perspectives.

Si nous sommes toujours d’accords sur le fait que l’exploitation capitaliste détermine les rapports de classe au sein de l’entreprise, pour autant la conscience de classe n’ayant jamais découlée de cette réalité vécue nous devons mettre la question de notre stratégie et de notre activité au sein des entreprises, au cœur des réflexions du Parti et du Congrès ; tant pour rendre plus pertinente notre analyse des mutations du salariat, élément indispensable pour nourrir notre réflexion et élaborer nos propositions, que pour décider de notre activité dans les entreprises et modifier durablement le rapport de forces dans le monde du travail.

Durant des décennies les propositions du Parti pour la classe ouvrière furent au cœur de sa réflexion théorique, au cœur de l’élaboration de sa ligne politique. La prise en compte des revendications et la défense du monde du travail étaient le socle des valeurs essentielles que nous défendions. Nous déterminions une grande partie de notre projet politique sur la base des intérêts de classe. L’activité du Parti dans les entreprises était une priorité ; son osmose avec les couches laborieuses en avait fait le parti de la classe ouvrière. Nos propositions d’améliorations de la condition de la classe ouvrière et de transformation sociale allaient au delà des revendications portées par le syndicalisme.

Notre implantation électorale dans les communes et départements ouvriers fut la prolongation logique des luttes menées dans les entreprises. L’origine sociale et l’action de nos élus, des communes au Parlement, permettaient de faire entendre la voix du monde du travail dans ces enceintes. Je sais combien il est indispensable que les luttes victorieuses dans les entreprises trouvent leur prolongement dans les actes législatifs. Pour avoir collaboré pendant plusieurs mandatures avec les Groupes communistes à l’Assemblée et au Sénat sur les questions de l’audiovisuel public je sais également que leur disparition serait un drame pour les salariés de ce secteur.

Il ne s’agit pas bien sur de cultiver une quelconque nostalgie, car nous savons bien qu’une des causes de nos reculs idéologique et politique, mettant en cause l’utilité même et donc l’existence de l’outil communiste au service du salariat et pesant sur les enjeux de société, tient à des raisons objectives liées à des mutations économiques et sociologiques irréversibles.

Pour autant l’exploitation n’a pas cessée et les préoccupations des salariés sont plus que jamais l’emploi, le pouvoir d’achat, les conditions de travail, les droits nouveaux dans les entreprises…Alors au delà des raisons objectives, si les salariés ne croient plus en nous, n’y sommes pas pour quelque chose ?

Voilà plusieurs années qu’à mon sens nous avons peu à peu délaissé nos fondamentaux ; nous en prônons toujours certaines idées, mais souvent et essentiellement en paroles.

Reconnaissons d’une part que nous avons tardé à prendre en compte les évolutions, d’autre part que nous avons cédé à la pression des idées dominantes, notamment durant les périodes de notre présence dans les gouvernements de « gauche ». D’ouvertures de capital d’entreprises publiques par des Ministres communistes, en solidarité gouvernementale sur les mesures d’austérité, nous avons contribué aux pertes de repères des salariés ; nous avons découragé nombre de militants d’entreprises qui vivaient au plus profond d’eux mêmes les contradictions entre nos paroles et nos actes. D’autant plus que durant ces périodes, il faut bien reconnaître que la lecture de « L’Humanité » n’aidait pas vraiment les militants….

Dépassés par les mutations sociologiques, sensibles à l’idéologie dominante, nous en sommes arrivés à déserter ce terrain déterminant dans la lutte des classes ; nous avons laissé le champ libre, au cœur du système d’exploitation capitaliste, aux seules logiques libérale ou sociale-démocrate.

Alors que le patronat fait de la politique au quotidien par ses choix économiques, les cellules d’entreprises ont peu à peu disparues, sans que cela émeuve les directions successives, quand ces disparitions n’étaient pas tout simplement expliquées, voire souhaitées, au prétexte que ce type d’organisation n’était plus d’époque. De moins en moins présents dans les entreprises et dans les cités populaires, de moins en moins visibles, de plus en plus inaudibles, nous sommes devenus de moins en moins influents dans ces milieux qui étaient notre raison d’être, notre vivier militant et notre électorat.

Dans le même temps, sur fond de crise idéologique et économique, le Front national récupérant et utilisant démagogiquement la thématique ouvrière tribunicienne parvenait à tromper nombre de salariés méconnaissant la réalité de son programme anti-social, anticipant de quelques années la rhétorique employée par Sarkozy lors de la dernière campagne présidentielle.

Le salariat n’a toujours pas retrouvé une place centrale dans notre stratégie. Lors de la présidentielle, parmi les 15 priorités développées durant la campagne nous avions certes des propositions pour les salariés ; mais, d’une part, certaines pouvaient prêter à confusion, d’autre part elles ne furent pas au cœur de nos interventions, tant dans les meetings que dans les médias. Pour ne prendre qu’un exemple : la question du Smic. Les salariés n’auront jamais su si nous étions pour un Smic à 1500 euros brut ou net . Je ne partage pas l’idée de Gisèle Cailloux exprimé au CN du 13 septembre selon laquelle « avec les 1500 euros nous aurions laissé de côté la majorité des salariés ». Les militants syndicaux savent tous que cette question est centrale pour la revalorisation des grilles, même si elle n’est pas suffisante.

Il a d’ailleurs fallu se battre plusieurs semaines dans le Conseil de campagne pour que les questions des entreprises, mais aussi des cités, soient au coeur de nos interventions. Un manque d’autant plus dommageable que la candidate socialiste n’en soufflait mot et que par ailleurs celui de la Ligue communiste faisait de ces questions un axe central de ses interventions. Sarkozy pouvait alors évoquer sans vergogne le monde du travail, recueillir une part non négligeable du vote ouvrier et populaire .

Autre exemple ? Le site national du PCF ne dispose pas de rubrique « Entreprises ». Il faut aller dans les « Propositions » pour connaître ce que nous proposons pour le monde du travail.

Je partage l’analyse de Louis Mazuy selon laquelle la politique de la droite doit-être expliquée par le Parti comme une politique de classe contre une autre. Ce que nous faisons encore trop peu.

Autre exemple ? Le dimanche après midi, au Conseil national de la fête de l’Huma s’est tenu un débat sur « l’engagement syndical et politique dans les entreprises »… malheureusement le journal n’en a pas rendu compte.

Il me semble aujourd’hui indispensable pour riposter, rassembler et peser, que notre stratégie et notre activité reviennent aux fondamentaux un temps oubliés. « Exister politiquement et peser dans les débat de société, résoudre la question du rapport au gouvernement et du lien avec les classes populaires » comme disait Bertinotti à la Fête de l’Huma, afin de redonner la perspective de création en Europe d’un socialisme du XXIe siècle. Transformer le Parti pour retrouver ce qu’il a de meilleur, comme Parti révolutionnaire et de gouvernement .

Comme le disait Francis Wurtz, « ne jamais se fermer à priori mais ne pas mettre la charrue avant les bœufs en posant comme préalable au projet la création d’un autre parti, car faire table rase de nos acquis serait une erreur énorme, dépasser ces acquis, pour intégrer ce qui reste valable et laisser de côté ce qui ne l’est plus » !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Pour une stratégie et une activité communiste dans les entreprises
4 février 2008 - 19h32

Je partage totalement cette intervention. D’autant que notre section des postiers des B du R en a fait son cheval de bataille dans le cadre de la préparation du congrès du PCF. La bataille idéologique se passe sur les lieux du travail.

Le MEDEF, le Gouvernement, Sarkozy, en clair le capital, ont déclaré la guerre à tous les salariés. Une guerre totale qui s’attaque à tous les domaines qui font une vie.

En bref il nous faut réinvestir toutes les entreprises et revenir aux basiques : lutte des classes, résistances, mobilisation, propositions, actions ..........

Quant aux élus, ils doivent être plus du monde du travail..........

J Claude Marseille



Pour une stratégie et une activité communiste dans les entreprises
5 février 2008 - 11h50 - Posté par sam 82

l’essentiel est dit . l’entreprise est a réinvestir politiquement c’est quand même le lieu privilégié de l’affrontement de classe ; il est temps que le parti soit de nouveau entendu sur des bases de classes pour faire vite ;car la droite et les sociaux démocrates y sont et distillent leur poison politique anesthésiant ; qui permet au capitalisme ; ainsi qu’aux patrons de remettre en cause les acquis sociaux et de les faire accepter . effectivement il est urgent de revenir aux fondamentaux de la lutte des classes . sam 82 .



Pour une stratégie et une activité communiste dans les entreprises
5 février 2008 - 23h33 - Posté par

C’est là que le capital extorque la force de travail. Vieux stal borné.


Pour une stratégie et une activité communiste dans les entreprises
6 février 2008 - 21h44 - Posté par Copas

Dans nombre de discussions avec les syndicalistes militants dans nos entreprises, revient de plus en plus souvent l’expression d’une nécessité d’activité et d’engagement politique, pour prolonger l’action syndicale et trouver des débouchés plus pérennes.

Nous devons à mon sens encourager ces démarches et réactiver l’action politique sur les lieux de travail. Pour quelle raison la liberté d’expression politique s’arrêterait-elle à la porte des entreprises ? Nos patrons en font tous les jours, pourquoi les salariés en seraient-ils privés ?

nous devons mettre la question de notre stratégie et de notre activité au sein des entreprises, au cœur des réflexions du Parti et du Congrès ;

Notre implantation électorale dans les communes et départements ouvriers fut la prolongation logique des luttes menées dans les entreprises.

Dépassés par les mutations sociologiques, sensibles à l’idéologie dominante, nous en sommes arrivés à déserter ce terrain déterminant dans la lutte des classes ;

nous sommes devenus de moins en moins influents dans ces milieux qui étaient notre raison d’être, notre vivier militant et notre électorat.

A méditer






Histoire de la Sécurité Sociale (à visionner)
jeudi 4 - 20h24
Le jugement du 28 mai nous ouvre une possibilité nouvelle de gagner sur le prejudice moral au TGI
jeudi 4 - 19h44
de : Wamen Mickael
Strasbourg : Un homme de 21 ans frappé par un policier au commissariat
jeudi 4 - 19h41
de : Nadir Dendoune
Camélia Jordana : "La révolution est venue" (videos)
jeudi 4 - 19h33
La CGT Chimie appelle à la grève pour le 16 JUIN
jeudi 4 - 19h05
de : CGT Chimie
L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »
jeudi 4 - 18h49
de : Omar Sy
Adama, Georges Floyd, violences policières : vers un acte 2 en France ?
jeudi 4 - 13h41
Le retour de la culture à Paris le 22 juin
jeudi 4 - 12h00
la police est elle raciste ?
jeudi 4 - 01h36
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Pas de révolution sans régler la question du fantôme de l’esclavage et du colonialisme
mercredi 3 - 23h18
de : Ballast
Les références historiques sont un bien commun !
mercredi 3 - 23h10
de : Eve
Victoire des ex-Goodyear d’Amiens aux prud’hommes (video)
mercredi 3 - 22h34
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Respirer - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 3 - 21h34
de : Hdm
La France se prépare-t-elle à exfiltrer le terroriste Guaido ?
mercredi 3 - 17h29
de : joclaude
15 JUIN 2020 AU 22 JUIN 2020 : SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTIONS POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE GEORGES ABDALLAH !
mercredi 3 - 10h25
de : Jean Clément
polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
2 commentaires
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite